Accueil » Fervent hommage » Votre Nouvelle
Apparence  

 

Les Hautes Fagnes

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                         
Add Chapter
Stories List
Voir les Options:
Sommaire | Plein texte
additions are not allowed l'auteur interdit les ajouts

Chapitre 380: Chapitre 69.1
(par lambertine, ajouté le 25/11/01 22:09)


Nous sommes enfermés, entre les murs du Centre, et le monde n'arrête pas pour autant de tourner. Les gens n'arrêtent pas de vivre. De mourir. De guérir, aussi. Célestin va mieux, et j'en suis heureuse. Mais je m'inquiète pour Aurélien, pour Madeleine, et pour leur amour tout neuf... pas si neuf que ça. Je crains pour eux, bien plus que j'ai de la peine pour ce jeune homme qui a mis fin à ses jours.Pour une fille. Pour un amour perdu. Pourquoi ? Je suis entourée de suicidaires. Rares sont les Résidents du Centre qui n'ont jamais tenté, un jour ou l'autre, de se tuer. Notre addiction elle-même n'est au fond qu'un suicide à petit feu. Un suicide par petits trous, noirs comme la mort. Froids comme l'oubli. L'oubli... Ne sommes-nous dans ce Centre que pour apprendre à ne pas vouloir oublier ?
Je voudrais tant oublier.
Mais pas tout.
Je ne veux pas oublier les bons moments de ma vie. Parce qu'il y en a eu, beaucoup. Je ne veux pas oublier ceux que j'ai aimés. Même s'ils m'ont fait souffrir. Je ne veux pas oublier ceux qui s'en sont allés, pour toujours.
Je ne veux pas oublier Jean.

Je déteste toujours autant la Staff, même si j'espère, cette fois, que le Patron m'y annoncera la levée de ma punition. Je prends place, lorsque ma coordinatrice m'appelle, sur le siège de l'accusé. Et j'attends. J'attends. J'attends que Thomas me parle. mais il ne le fait pas. Il plaisante avec ses subordonnés. Il fait des remarques à l'un et à l'autre des Résidents. De temps à autre, il me jette un regard, comme pour vérifier ma présence. Il continue son cirque pendant un bon moment, avant de commencer à parler de moi. Pas à me parler, comme il serait conforme aux coutumes de la Staff. A parler de moi comme on parle d"un absent. Comme on parle dans le dos d'un absent. D'ailleurs, selon lui, je suis absente de cette salle. Je n'ai donc pas la possibilité de réagir. Je dois entendre, à défaut d'écouter, tout ce qu'il raconte sur mon compte, comme un gamin en cour de récré. Alors j'entends, toujours les mêmes bêtises. Elles font rire la plupart de mes cocuristes, qui n'ont pas tort de rire. Qui ont raison. Thomas est drôle, et doit leur paraître sympathique.
Moi, je ne ris pas. J'enrage d'être considérée comme...
Comme quoi, au fond ?
Je ne suis qu'une curiste comme les autres. Alors, pourquoi cette attitude inhabituelle ?
Quoi qu'il en soit, ma punition est levée.

Voir le chapitre 380 sur 395



Script fourni par 21st Century Scripts, adapté et modifié par Cédric Fockeu.