JRRVF Page principale
Forum Forum - page principale Aller à la section
Membres Inscription Votre profil Recensement
Fuseaux Moteurs de recherche Les derniers fuseaux Archives
Section « Tolkien et la Littérature »
Fuseau « Tolkien & Simonne d'Ardenne (Oxford-Liège-Oxford) »
Atteindre la fin du fuseau
Tolkien & Simonne d'Ardenne (Oxford-Liège-Oxford)
- Les messages -
Pellucidar
Click Here to See the Profile for Pellucidar   Cliquer ici pour écrire à Pellucidar  

le 25-05-2005
à 13:33

Suite à l'aimable invitation de Laegalad, je me permet humblement d'ouvrir un nouveau fuseau, le sujet du fuseau original ayant quelque peu dévié, quoique de façon assez logique, finalement (Prix Nobel > Prix > Prix à Liège > Tolkien à Liège > Tolkien et S. d'Ardenne).

Petit résumé de l'épisode-pilote (saison 1)
L'élément déclencheur fut en fait cette phrase tirée de la biographie de J. Carpenter (décidémment incontournable) dont je relisais certains passages récemment, p.245 (Presse Pocket, pas la nouvelle édition) :

"En juillet il était allé à Dublin recevoir un Doctorat honoraire de l'université catholique d'Irlande. Il repartit en octobre recevoir un autre titre honoraire, à Liège, et ces occupations avec d'autres l'empêchèrent de travailler aux appendices".

Le liégeois curieux et tolkienophile que je suis essaya alors de se renseigner sur ce Doctorat Honoris Causa décerné à Tolkien en 1954 à l'Université de Liège. N'ayant rien trouvé de consistant sur leur site, contact est pris avec l'archiviste de l'ULg. Très cordialement, celle-ci proposa de me photocopier les quelques rares documents en sa possession, dont 3 courtes lettres du Professeur. C'est à cette occasion également que j'appris que, à l'origine de ce doctorat, il y a Simonne d'Ardenne.

Page 160 :
"Il se trouvait qu'il avait fait la connaissance d'un autre philologue qui se révèla bon équipier. C'était Simonne d'Ardenne, une Belge qui avait étudié le moyen anglais avec lui à Oxford au début des années trente. Tolkien fut pour beaucoup dans l'édition qu'elle fit de la Vie et la Passion de Saint Juliene, un texte religieux du Moyen Age écrit dans le même dialecte qu'Ancrene Wisse. Et de fait le Juliene d'Ardenne réflète une plus grande part de ses vues sur le haut moyen anglais qu'aucun article qu'il ait publié sous son propre nom. Mlle d'Ardenne devint professeur à Liège et ils eurent encore le projet de collaborer à une édition de Katerine, un autre texte en moyen anglais de même provenance. Mais la guerre survint, qui les empêcha de communiquer pendant plusieurs années, et après 1945 ils ne firent plus que deux courts articles sur des sujets en rapport avec le manuscrit de Katerine. Tolkien se crut capable de travailler avec elle quand il se rendit en Belgique en 1951 pour un congrès de philologie, mais elle comprit avec tristesse que leur collaboration était désormais impossible, car il avait l'esprit tout entier tourné vers ses contes."

Je replace ici-bàs mon post de la semaine passée... J'attendais de pouvoir bénéficier d'une accalmie (au niveau professionnel) me permettant d'écrire un nouveau texte moins confus (ça part un peu dans tous les sens). Hélàs, cela s'annonce plutôt mal et je dois me contenter pour l'heure d'un peu convivial copié-collé (fichu métier !).

J-M (pleurnichard de service :-)
-----------------------------------------------
Posté le 19-05-2005 :

Enfin ! Une moche enveloppe estampillée ULg m'attendait hier soir... Le "butin" est plutôt maigre (on était prévenu, hein ?) mais les 3 lettres de Tolkien sont bien là : waaaah ! ...SON écriture... SA signature... tout ému, que j'étais ! (Coeur d'Artichaut est mon second pseudo). Qu'est-ce que j'en fait, maintenant ? Je les retranscrit ? Je les scanne pour les mettre en ligne ? Sur un nouveau fuseau ? C'est permis ? Qui va le faire ? ('connais rien à l'html, moi). Bon, ok, le contenu n'est pas très intéressant mais peut-être à titre de "curiosité", ou "extra-bonus exclusivité JRRVF" ? Je vous ennuie avec mes questions, hein ? :-)

Le reste de l'enveloppe contient :
- Une lettre de Simonne d'Ardenne adressée à la Faculté (27 mai 1953) proposant la candidature de J.R.R. Tolkien au doctorat honoris causa avec un résumé biographique et bibliographique.
- Une lettre du Doyen de la Faculté au Recteur (9 déc. 53) lui signalant le résultat des votes (unanimité pour Tolkien !).
- La lettre officielle du Recteur (28 août 54) l'invitant, ainsi que Mme Tolkien, à assister à la séance solennelle de rentrée académique et à la cérémonie de remise des diplômes de docteur h.c.
- Le discours de Simonne d'Ardenne lors de la cérémonie officielle (2 oct. 54) présentant le Professeur, sa vie, son oeuvre à l'assemblée.

Et c'est tout. :-(

Cependant, le discours de S. d'Ardenne mériterait d'être retranscrit car je l'ai trouvé assez émouvant (on sent poindre ci et là l'admiration qu'elle a pour le Professeur), intéressant ("témoignage d'une époque") et aussi admirablement prophétique - et là je ne peux m'empêcher de la citer lorsqu'elle parle du SDA : "... que la postérité ne manquera pas de juger comme l'une des oeuvres les plus originales de notre époque". Rappelons que nous sommes en 1954, il venait à peine d'être publié !

Concernant Simonne d'Ardenne, je n'ai trouvé que cette courte biographie sur un site anglophone :
(source : www.councilofelrond.com > J.R.R. Tolkien > Tolkien biography > Friends > Simonne d'Ardenne)

"Simonne RTO d'Ardenne was a medieval philologist who studied under Tolkien during the 1930s in Oxford. She later became the Professor of English at the University of Liège in Belgium. One of her collaborative projects with Tolkien was her work on The Life and Passion of St. Juliene, a work Tolkien's favourite West Midland dialect. The village where she lived in Belgium with her elderly father was occupied by German troops during the war. Simonne took great risks helping Allied Servicemen to escape, once driving an RAF man, disguised as a peasant, through the village in her horse and cart. While they were confronted by the SS, they were assumed to be locals, and were not stopped. After the start of the war, they heard nothing from her or about her until 1943, when the Tolkiens received a letter from the International Red Cross saying that Simonne and her family were well. After the war, in the 1950s, Tolkien visited Simonne at her home - which had originally been her family's hunting lodge in the days of their aristocratic wealth - in the Ardennes. She continued to correspond with the Tolkiens up until her death in 1986. She was particularly close to Priscilla, and entrusted her with a great bundle of letters that she had received from Tolkien over a period of forty years."

Mais où diable ont-ils trouvé ces infos ? 'pourraient citer leurs sources, tout de même !
Si cette mini-bio s'avère exacte, hormi le fait qu'elle me rende la dame encore plus sympathique, elle m'amène aussi à me poser d'autres questions (encore !) :
Pourquoi, si elle a bien entretenu une correspondance avec Tolkien pendant PLUS DE 40 ANS, n'y en a t-il aucune trace dans les "Letters" (d'Ardenne n'est même pas dans l'index des correspondants) ? Trop privé, trop intime ? Sans intérêt ? Les deux ?

Christopher, réponds ! Vincent, arrête tout ! ;-)

Pour une fois que l'on "tient" une proche de Tolkien FRANCOPHONE, ce serait dommage de la "lâcher"...

Merci de votre patience
J-M (moulin à questions)

-----------------------------------------------

Ci-après le discours intégral de Mlle d'Ardenne, prononcé lors de la séance de rentrée académique de l'ULg en présence du Professeur. Nous sommes le samedi 2 octobre 1954.

"C'est un très grand honneur qui m'échoit aujourd'hui : celui de vous présenter, au nom de la Section germanique liégeoise, Mr. John Tolkien, le distingué Merton professeur de langue et littérature anglaises de l'Université d'Oxford.

La personnalité de Mr. Tolkien est trop connue pour que je vous le présente. Mon exposé de ses titres scientifiques sera donc bref. Je m'en tiendrai aux simples faits, trouvant ceux-ci plus éloquents que les paroles les plus élogieuses. Je vous dirai simplement qu'ayant à peine dépassé la soixantaine, Mr. Tolkien est, à une unité près, le plus ancien professeur de l'Université d'Oxford dont il est l'un des piliers. Il est, en effet, actuellement l'autorité mondiale en philologie anglaise, le commentateur génial du Beowulf et de l'Ancrene Wesse, l'admirable traducteur de Sire Gauvain et le Chevalier Vert, dont la BBC nous a reservé la primeur pour son programme de Noël, le savant éditeur de textes du Moyen Age anglais (qui se cache volontiers derrière la signature moins discrète de ses anciens élèves), le lexicographe éclairé de la langue anglaise des 13° et 14° siècles, etc. etc.

C'est à lui que l'on doit d'avoir retrouvé la langue anglaise littéraire reliant l'anglo-saxon du 10° siècle à l'anglais du 14° siècle, établissant ainsi la continuité de la prose anglaise et détruisant cette chimère, rendue plus séduisante encore par les romans de Sir Walter Scott, de la seule langue française comme langue littéraire aux 12° et 13° siècles en Angleterre, l'anglo-saxon n'étant plus qu'un patois employé par les seuls manants.
Mr. Tolkien est en Angleterre le maître incontesté des études scandinaves, le commentateur combien éclairé des Eddas et des Sagas. Si vous ajoutez à cela une connaissance parfaite du celte et surtout du gallois des Mabinogions, le tout reposant sur une forte culture classique, car Mr. Tolkien fut autant l'élève de Gilbert Murray que celui de Napier et Rhys, vous comprendrez que nous trouvons en lui le type du vrai philologue.

Lorsque vous lisez une oeuvre de Mr. Tolkien, je ne sais ce qui frappe le plus : l'ampleur de ses connaissances (scientifiques et littéraires) ou l'originalité du sujet et de sa présentation, la qualité de son humour, ou enfin la langue admirable dans laquelle elle est écrite. Tolkien doit-il expliquer la métrique de Beowulf ? Il vous offre une version moderne en vers allitérés respectant toutes les règles anglo-saxonnes. Doit-il vous faire comprendre la structure et la beauté d'un lay breton ? Il vous en fabrique un, cet admirable Lay d'Aotrou et d'Itroun, paru dans la Welsh Review. Doit-il commenter la Bataille de Maldon, la Chanson de Roland anglaise ? Il vous fait entendre, dans un magnifique poème en vers allitérés anglo-saxons de la meilleure facture, la vox populi réagissant contre l'attitude magnanime mais combien vaine et inutile du geste de Beorhtnoth, fils de Beorhthelm, et le retour piteux de son cadavre mutilé à l'Abbaye d'Ely.

C'est que Mr. Tolkien est un savant doublé d'un poète, d'un écrivain de génie, pour qui le mot conserve toute sa fraîcheur et sa magie; un de ces rares magiciens de la langue qui aient osé aborder avec combien d'autorité le problème si dangereux de la langue des fées. Il est vrai que Mr. Tolkien appartient à la même lignée que les Frères Grimm, avec une ramification l'apparentant à celle des Lewis Carroll. Il est en effet le créateur génial de ce délicieux Hobbit, Mr. Bilbo Baggins, dont les aventures extraordinaires au pays merveilleux mais authentique de l'ancienne Thule sont devenues classiques en Angleterre, et dont la destinée vient de prendre une ampleur, une signification et une profondeur inégalées lorsqu'il atteint l'âge d'or dans la dernière oeuvre de son créateur, The Lord of the Ring, non plus le conte de fées enchanteur pour enfants, mais le conte de fées pour adultes, lourd de sens philosophique, voire prophétique, que la postérité ne manquera pas de juger comme l'une des oeuvres les plus originales de notre époque.

Je m'arrête. J'ai promis d'être brève. Le mot "génie" que j'ai employé comme leitmotiv de ce laius ne doit pas vous leurrer. Il ne doit pas être attribué à la reconnaissance d'une élève pour un maître vénéré : je le tiens des collègues mêmes de Mr. Tolkien - ce qui, vous admettrez, lui donne tout son poids. Au risque d'offenser sa modestie légendaire et de provoquer son sens aigu de l'humour, qu'il me soit permis de vous rapporter les paroles mêmes de ceux-ci et qui résument si bien la personnalité du savant que nous honorons aujourd'hui : Tolkien ! Well, he is a genius.

Peut-être convient-il de rappeler pour terminer que Mr. Tolkien, cet Anglais endurci, n'a quitté son île (malgré les demandes réitérées de l'Amérique et de divers pays européens) que deux fois, et ce fut pour venir à Liège. La première, pour assister aux fêtes commémoratives du Soixantième anniversaire de la Fondation des Sections romane et germanique; la seconde pour participer activement aux travaux du Congrès des Langues Modernes en nous offrant la primeur d'une communication sur l'étymologie du vieux mot français losange. Il fit un troisième séjour en Belgique. Mais il date de loin, de l'époque où, en 1914-1918 il vint se battre aux côtés de ses frères d'armes belges "atte Poperinghe" (1), comme disait ce bon Chaucer. C'est pourquoi l'Université de Liège est doublement fière de le compter parmi ses docteurs honoris causa, où son nom figurera dignement auprès de celui de son collègue, Sir Howard Florey (2)".

(1) Poperinghe est la plus grande ville de Belgique à avoir évité l’occupation allemande
(2) Prix Nobel de Médecine 1945

-----------------------------------------------

Pour être complet, voici également la retranscription (*) par ordre chronologique des 3 lettres "inédites" de Tolkien. J'ai longtemps hésité avant de le faire. Avais-je le droit (moral et/ou légal) de mettre en ligne le courrier (même si son contenu est anecdotique) d'une personne sans une autorisation de sa part ou de ses ayants-droits ? Je me suis dit que, étant donné que ce courrier se trouve dans les archives de l'ULg et qu'elles sont consultables par tout le monde, je pouvais. Si quelqu'un de compétent en la matière sur ce forum pense le contraire, merci de me le faire savoir, et je demanderai au webmestre de ces lieux de les effacer.

(*sous réserve de quelques fautes de frappe qui m'auraient échappé ou des rares mots peu lisibles)

En-tête : Merton College, Oxford
29 january 1954

Monsieur le Recteur and most honoured colleague,
It was with the very greatest satisfaction, and a deep sense of gratitude for the honour conferred upon me, that I received your letter of 19 january 1954. Please accept my warmest thanks to yourself, Monsieur le Recteur, to the Conseil Académique and to the Faculty of Philosophy and Letters, for this mark of high esteem. I have noted the date, Saturday 2 October, and I assure you that I shall make every endeavour to be present on that occasion. I look forward with great pleasure to the opportunity of again visiting the renowned University of Liège, for which I entertain feelings of affection and the highest regard. To be thus more closely connected with it is indeed a dignity of which I shall ever be most proud. I remain, Monsieur le Recteur, your devoted and obedient servant.
J.R.R. Tolkien
Merton Professor of English Language and Litterature in the University of Oxford.

-----------------------------------------------

En-tête : 76 Sandfield Road. Headington, Oxford.
September 9th 1954

Dear Rector,
I regret the delay in reply to your most kind invitation. This was due to your letter awaiting me at Merton College while I was absent for a few days. I shall be honoured to present myself at the time and place that you mention on Saturday October 2nd. I also have very great pleasure in accepting to lunch on after the ceremony; but I much regret that my wife will, for reasons of health, be unable to accompany me on this occasion. May I again record my gratitude for the great honour which you propose to confer upon me.
Yours truly
J.R.R. Tolkien
Merton Professor

-----------------------------------------------

En-tête : 15, Ailesbury Park, Dublin.
18 October 1954

Dear M. Recteur,
I returned from Belgium to considerable pressure of business, and have been obliged to come to Ireland on academic affairs. Only these events have prevented me from writing to you as soon as I should have wished, to express to you in person, and to the University of Liège, my continued sense of pleasure and gratitude for the honour conferred on me on 2 October, and my warmest thanks for the generous welcome I received in Liège and for the imunificent hospitality with which I was entertained.
Yours sincerly
JRR Tolkien

-----------------------------------------------

C'est tout ce que j'ai pour le moment ! J'espère que vous n'êtes pas trop déçu... (espérons que ce n'est qu'un début). Désolé aussi pour la mise en forme, je débarque à peine et je n'ai pas encore eu le temps d'apprendre quelques rudiments d'html.
Prochaine étape : recontacter l'ULg pour essayer de savoir s'il n'y aurait pas un(e) collégue de S. d'Ardenne qui l'aurait bien connue et qui pourrait nous en dire un peu plus sur ses "années Tolkien" ou me rediriger vers un éventuel héritier qui, dans son grenier, aurait justement une vieille malle, qui... ;-D

To be continued

Merci et à bientôt, ici ou ailleurs...
J-M (qui croit au conte de fées)

Tharkun
Voir le profil de Tharkun  

le 25-05-2005
à 14:13

Pourquoi, si elle a bien entretenu une correspondance avec Tolkien pendant PLUS DE 40 ANS, n'y en a t-il aucune trace dans les "Letters" (d'Ardenne n'est même pas dans l'index des correspondants) ? Trop privé, trop intime ? Sans intérêt ? Les deux ?

Les Letters sont destinées à éclairer les lecteurs de Tolkien sur la biographie de l'homme et le genèse du Légendaire. Je ne serais pas surpris d'apprendre que les échanges de JRR Tolkien avec Simonne d'Ardenne soient d'un "très haut niveau" philologique et que H. Carpenter et Christophe Tolkien aient pour cela décidé de les écarter des Letters.
J'ai du mal a imaginer Tolkien entretenir pendant 40 ans une correspondance sans intérêt.

Pellucidar
Voir le profil de Pellucidar   Cliquer ici pour écrire à Pellucidar  

le 25-05-2005
à 16:03

"Sans intérêt pour le légendaire"... tu as raison, Tharkun, j'aurais dû préciser (c'était clair dans ma tête mais pas dans mon post). Prudence aussi, nous n'avons jusqu'à présent aucune preuve de l'existence de cette "correspondance de plus de 40 ans". Cependant, D'Ardenne est probablement une des premières francophones au monde à avoir lu le SDA et il lui a fait forte impression. Elle y fait allusion (et de quelle manière) dans son discours, alors que c'est le Professeur et pas l'Ecrivain qui est honoré ce 2 octobre 54. Cela me surprendrai donc fort qu'elle n'en ai jamais parlé avec lui... mais toutes les hypothèses sont permises.
J-M (lost in translation)
ISENGAR
Voir le profil de ISENGAR   Cliquer ici pour écrire à ISENGAR  

le 25-05-2005
à 16:43

En tout cas, cher Pellucidar, mille merci d'avoir pensé à nous pour partager ces passionnantes découvertes :o)

I.

Yyr
Voir le profil de Yyr   Cliquer ici pour écrire à Yyr  

le 25-05-2005
à 17:26


Oui, merci infiniment ! C'est super ! :)
la suite ! la suite ! :) :) :)

Moraldandil
Voir le profil de Moraldandil  

le 25-05-2005
à 23:45

Magnifique, ce discours de Simone d'Ardenne. Un véritable petit bijou où elle résume simplement et bellement la fascination qu'exerce sur nous les travaux de notre cher professeur.

Merci beaucoup Pellucidar !

Laegalad
Voir le profil de Laegalad   Cliquer ici pour écrire à Laegalad  

le 26-05-2005
à 09:49

Merci, en effet :) C'est émouvant, quelque part :)
Question droit, je ne puis te répondre, je ne suis pas juriste. Mais ça ne me semble pas méchant :)
Cedric
Voir le profil de Cedric   Cliquer ici pour écrire à Cedric  

le 26-05-2005
à 09:54

Merci Pellucidar pour tes recherches et ces documents fort intéressants à plus d'un titre ! :)
Pour ma part, je ne doute pas qu'il existe de nombreuses autres lettres inédites et qui parlent bien du Légendaire. Parmi celles échangées avec Simonne d'Ardenne, il m'étonnerait assez qu'elles n'évoquent pas le Légendaire et plus particulièrement Le Seigneur des Anneaux, même si cela ne concernait "que" des aspects plus linguistiques.


Cédric.

Pellucidar
Voir le profil de Pellucidar   Cliquer ici pour écrire à Pellucidar  

le 26-05-2005
à 10:21

Merci à vous tous pour votre enthousiasme et vos chaleureux messages !
Je remercie également Dame Chance de m'avoir fait croiser la route de Simonne d'Ardenne. La "faute" à vous, M. le Webmestre : vous m'avez inscrit sur le forum un VENDREDI 13 ! ;-D
La suite ? Tout laisse à penser qu'il y en aura une... (merci Michaël ;-).
J-M (born with a silver spoon in his mouth)
Laegalad
Voir le profil de Laegalad   Cliquer ici pour écrire à Laegalad  

le 26-05-2005
à 11:26

Youpi !! Alors, tu vois qu'il fallait un fuseau rien que pour cela :)
Dior
Voir le profil de Dior  

le 30-05-2005
à 11:44

Exactement le genre de fuseau que j'aime trouver au retour des vacances :-)

Merci mille fois Pellucidar :-)

Elwe
Voir le profil de Elwe   Cliquer ici pour écrire à Elwe  

le 30-05-2005
à 18:00

Tout simplement merci et bravo pour tes recherches fructueuses :-)
Un vrai travail d'archéologue, tu mériterais d'intégrer l'équipe de spéléologues du Capitaine Silmo, plongeant dans les 20.000 lieues des abysses du forum ;o)

Julien - Elwë Ier
Empereur appréciant vivement la démarche :o)

jean
Voir le profil de jean   Cliquer ici pour écrire à jean  

le 30-05-2005
à 20:34

Après la lecture du SdA (un peu par hasard), je me souviens très biens avoir cherché avec passion d'autres textes de Tolkien et de ma profonde tristesse en découvrant qu'il était mort et que ce que je pourrai lire se limiterait pour toujours au SdA, le Hobbit et le Silmarilion. Depuis chaque parution nouvelle (les CLI, les Homes…) ont suscité chez moi une profonde émotion. Enfin j’allais pouvoir découvrir de nouveaux textes de mon auteur préféré. Ces occasion se font malheureusement de plus en plus rares et grâce à toi j’ai pu retrouver, même brièvement ce sentiment. Alors un GRAND MERCI à toi.

Par ailleurs, la Tolkiensociety à Oxford s’efforce de rassembler tous les textes de Tolkien et sur Tolkien. Peut-être seraient-ils intéressés par tes lettres. Tu devrais prendre contact avec Pat Reynolds de ma part à l’adresse suivante archivist@tolkiensociety.org. On ne sait jamais ces lettres et ce discours sont peut-être inédits pour elle aussi.


Cordialement

vincent
Voir le profil de vincent   Cliquer ici pour écrire à vincent  

le 30-05-2005
à 23:28

quelle enquête, quel suspense :-)
on se serait cru dans un u. eco !

Vincent

Pellucidar
Voir le profil de Pellucidar   Cliquer ici pour écrire à Pellucidar  

le 31-05-2005
à 11:53

Merci à tous pour vos marques d'intérêt :-)
Vous serez heureux d'apprendre que quelqu'un de nettement plus compétent que moi a pris le relais sur ce prometteur dossier. Il vous faudra, hélas, vous armer de patience car il reste beaucoup à inventorier, analyser, vérifier, d'autres contacts à prendre, etc... Mais pour couper court à toute spéculation concernant la correspondance Tolkien/d'Ardenne, sachez qu'une grande (?) partie de ce courrier a été rétrocédée à Priscilla Tolkien (il n'est donc pas perdu, ouf!) à la mort de S. d'Ardenne en 1986.
Autre point éclairci : la courte biographie trouvée sur www.councilofelrond n'était en fait qu'un peu scrupuleux copié-collé d'un paragraphe tiré du livre "The Tolkien Family Album" (John & Priscilla Tolkien, Harper-Collins, London, 1992). Bizarrement, "ils" (le site) ont oublié cette phrase, qui n'est pas sans intérêt : "For a time she (S. d'Ardenne) lived with us and acted as a sort of unofficial aunt". "Ils" n'ont pas été jusqu'à oser reproduire la photo de S. d'Ardenne qui se trouve à la même page...
Mais bref, quoi qu'il advienne, aussi loin que nous conduise la "piste ardennaise", vous en serez les premiers informés !
J-M (effet "boule de neige")
Pellucidar
Voir le profil de Pellucidar   Cliquer ici pour écrire à Pellucidar  

le 01-06-2005
à 10:03

Hum... je vais finir par y croire, à cette histoire de vendredi 13...
Ma chère moitié m'avait préparé une petite surprise hier soir : ayant eu accès à la base de données de la bibliothèque de l'ULg, elle m'avait imprimé le listing des oeuvres de Tolkien en leur possession (ce fût long et fastidieux, leur moteur de recherche est, paraît-il, assez archaïque). Il faut savoir que les livres ayant appartenus à Simonne d'Ardenne s'y trouvent également, la "Mademoiselle" n'ayant pas eu d'héritier - je le sais depuis peu :-(
On y trouve donc quelques petits trésors, pour lesquels se damneraient n'importe quel tolkiendil de base : des éditions originales, bien sûr, parmi lesquelles une demi-dizaine dédicacés par Tolkien à S. d'Ardenne, un Silmarillion de 1977 dédicacés par Christopher, John, Michael et Priscilla Tolkien, et... (je vous ai gardé le meilleur pour la fin) :

TOLKIEN, John Ronald Reuel. - The Hobbit : or there and back again. - London : George Allen & Unwin, 1937. - 310 p.
Avec une lettre manuscrite de J.R.R. Tolkien adressée à S. d'Ardenne (21/9/1937)
Annoté par S. d'Ardenne

!!! Nous voici donc avec une quatrième lettre inédite ! (Finalement, c'est pas plus mal que je ne connaisse rien à l'html, cela vous aura épargné le gras, le rouge, le clignotant et que sais-je encore... ;-)

A vérifier sur place... si le Frère Malachie me laisse entrer ! ;-D
Je vous tiens au courant... (j'ai pas déjà dit ça, moi ?).
J-M (so lucky que ça frise l'indécence)

Laegalad
Voir le profil de Laegalad   Cliquer ici pour écrire à Laegalad  

le 01-06-2005
à 11:37

Quand tu auras fini de nous faire trépigner... c'est aussi pire que les fins de chapitre de nos meilleurs novellistes ! :) :)
Pellucidar
Voir le profil de Pellucidar   Cliquer ici pour écrire à Pellucidar  

le 01-06-2005
à 12:09

:-D Tu trépignes, seulement ? Moi, je n'en dors pas la nuit !
Cela doit être l'effet de proximité...
J-M ( Liégeois, tête de bois - proverbe local)
Dior
Voir le profil de Dior  

le 01-06-2005
à 12:21

Liégeois, tête de bois.

Je rajoute même Valeureux Liègeois ;-)

Dior,
En partie Liègeois d'origine.

Daniel Lauzon
Voir le profil de Daniel Lauzon   Cliquer ici pour écrire à Daniel Lauzon  

le 01-06-2005
à 20:58

...la seconde pour participer activement aux travaux du Congrès des Langues Modernes en nous offrant la primeur d'une communication sur l'étymologie du vieux mot français losange.

Ma théorie est la suivante : gaulois lausa > ancien provençal lauza > français lauze > lauzon > losange.
Vous ne croyez pas ? ;-)

Daniel

eric
Voir le profil de eric   Cliquer ici pour écrire à eric  

le 02-06-2005
à 12:22

Excellent tout ceci Pellucidar !
Elwe
Voir le profil de Elwe   Cliquer ici pour écrire à Elwe  

le 02-06-2005
à 17:47

Je me répète... Mais tu fais bien des heureux dans ce topic :o)
Pellucidar
Voir le profil de Pellucidar   Cliquer ici pour écrire à Pellucidar  

le 03-06-2005
à 14:15

La suite... et on s'approche de la fin de l'épisode, mes amis.
Craignant pour ma santé mentale, ma chére et tendre s'est donc rendue hier après-midi à la bibliothèque de l'ULg (section philologie germanique) et ce, malgré la grève des bus. Le bibliothécaire fût très coopératif, voire complice - ils se moquérent ouvertement de votre serviteur (ça se paiera) quant à sa future réaction à la lecture de la liste des "Fonds J.R.R. Tolkien de la BGPhL-Germanique" (je n'entre pas dans le détail car c'est assez copieux) :

- Encore des éditions originales dédicacées par Tolkien, dont une en Tengwar
- Des livres qui ne sont pas de Tolkien mais dédicacés par lui à S. d'Ardenne (dont 2 C.S. Lewis)
- Quelques photographies et/ou reproductions (Tolkien et S. d'Ardenne, Profs et étudiants à Oxford, ...)
- Des notes de S. d'Ardenne prises aux cours de Tolkien
- Des lettres de Humphrey Carpenter à S. d'Ardenne
- Des lettres de Norman Davis à S. d'Ardenne
- Quelques réponses de S. d'Ardenne à ces 2 messieurs
- Deux épreuves du "Return of the King" corrigées et annotées à la main par Tolkien (dont une en mauvais état)
- Etc...
- La lettre du 21/09/1937 dont je parlais plus haut n'est malheureusement qu'une dédicace un peu plus longue, collée dans un exemplaire du "Hobbit" : "My dear Miss d'Ardenne, How are your affairs. In the meanwhile here is a copy of "The Hobbit"", which (I hope) may amuse you. With love from all my family & affectionate remembrance from your collaborateur. JRRT."

Dommage... mais bon, ne chicanons pas trop, il y a quand même du consistant, hein ?
Laissez-moi le week-end pour m'en remettre... ;-)
J-M (positive attitude)

Silmo
Voir le profil de Silmo   Cliquer ici pour écrire à Silmo  

le 03-06-2005
à 14:40

Euh, on peut être jaloux??? :-)
Cher Beslon
Voir le profil de Cher Beslon   Cliquer ici pour écrire à Cher Beslon  

le 07-11-2008
à 14:50

Cher J-M,

Il faut toujours croire aux contes de fée. La malle que vous mentionnez dans votre article, je l'ai trouvée. Je n'ai pas bcp de temps aujourd'hui pour répondre plus en détail à vos questions, mais je le ferai avec plaisir. J'organise une petite expo Tolkien à Martelange demain dans le cadre des weekends Wallonie Bienvenue, et je pourrais donc vous répondre avec plus de détails plus tard...

Bien à vous,

Eric Schweicher,
ex Assistant du Professeur Dor, qui aujourd'hui occupe le poste de Simonne d'Ardenne.

Silmo
Voir le profil de Silmo   Cliquer ici pour écrire à Silmo  

le 07-11-2008
à 15:06


Formidable de voir ce fuseau réactivé avec des nouveautés en perspective...

Merveilleuse nouvelle... on attend avec impatience!

Silmo

PS: merci beaucoup et bienvenue en ces lieux :-)

Laegalad
Voir le profil de Laegalad   Cliquer ici pour écrire à Laegalad  

le 07-11-2008
à 15:59

Woaw,j'avais oublié l'existence de ce fuseau, moi !

Et quel suspense ! Qu'y avait-il dans la malle ? ça ? :

S. - et je me joins, bien sûr, aux vœux de bienvenue :)

Zelphalya
Voir le profil de Zelphalya   Cliquer ici pour écrire à Zelphalya  

le 07-11-2008
à 18:21

Bienvenue Eric !

Dommage que Martelange ça fait un poil loin pour une expo de dernière minute :P
J'aimerai bien savoir quels genre d'objets seront exposés :)

Pellucidar
Voir le profil de Pellucidar   Cliquer ici pour écrire à Pellucidar  

le 08-11-2008
à 20:33

Bonsoir tout le monde !

Cher Eric,

En voilà une heureuse surprise ! :-)))

Tout d'abord, bienvenue en ces lieux (que je fréquente toujours assidûment, même si je n'avais pas encore posté en 2008).

Comme je le disais un peu plus haut (le 31/05/05), "quelqu'un de nettement plus compétent que moi - en l'occurence, Michaël Devaux - a pris le relais sur ce prometteur dossier". Il m'avait parlé à l'époque d'une possible parution d'un dossier sur Simonne d'Ardenne dans la Feuille de la Compagnie n°... 4 !

Je n'ai donc plus alimenté ce fuseau depuis, d'abord parce qu'on m'a prévenu que la Tolkien Estate ne rigolait pas avec ce genre de choses, ensuite et surtout pour ne pas bêtement "spoiler" le futur dossier évoqué par M.D. Je m'étais alors contenté du rôle de "passeur de documents", en tant qu' "agent jrrvfien infiltré", et plus jamais je ne dirai du mal des techniciens d'entretien de photocopieuse ! ;-)

Votre nom ne m'est pas inconnu, le bibliothécaire de l'Université de Liège (qui veille jalousement sur les "Fonds JRRT" - et à qui je dois toujours une bonne bouteille de vin) m'avait parlé de vous, du Pr Juliette Dor et d'autres personnes, et j'avais vu votre nom sur divers documents, notamment comme organisateur de l'exposition Tolkien de 1992 à l'ULg.

A propos d'exposition, quel dommage que j'apprenne l'existence de celle que vous organisez à Martelange au moment même où elle se termine... J'aurai bien fait le voyage, même improvisé à la dernière minute (habiter un micro-pays a ses avantages) !

J'ai vu que vous aviez complèté votre profil... Si vous le permettez, je compte bien vous contacter prochainement, car j'ai effectivement quelques questions... (pas plus d'une petite centaine, je vous rassure ! ;-)

A très bientôt j'espère,

Jean-Michel

PS : Grande comment, la malle ? ;-)))

shudhakalyan
Voir le profil de shudhakalyan   Cliquer ici pour écrire à shudhakalyan  

le 18-03-2010
à 01:07

Et alors ? Et alors ?... Qu'est-il advenu ensuite ? Les histoires inachevées paraissent-elles toujours plus cruelles dans leur interruption à ceux qui ne les découvrent qu'après coup ?

Qu'est devenu l'énigmatique Eric à la malle ? Où est le conte de fées ? Quant à la Feuille de la Compagnie n°4, je suppose qu'il faudra encore attendre un certain temps...

Quand je pense que j'ai étudié semaine après semaine dans cette foutue bibliothèque de l'ULg alors que je connaissais à peine le nom de Tolkien !

Enfin, bon, que contient-elle cette malle ? Des cartes, une clé... un Anneau ? Hmm... à rien ne sert de se morfondre... ce post était tout de même palpitant ! Raison suffisante pour le faire remonter pour les béotiens tardifs (et belges) dont je suis !

Séb.

ISENGAR
Voir le profil de ISENGAR   Cliquer ici pour écrire à ISENGAR  

le 18-03-2010
à 08:57

Il y a un mystère, là dessous.

Le post étrange d'Eric Schweicher, alias "Cher Beslon", ex Assistant du Professeur Dor, a tout d'un texte à code.
Annagrammes, noms à clés ?

Eric a trouvé cette malle... Eric a disparu. Et qu'est devenue cette malle ? Que contenait-elle qui remplit d'effroi ces hommes de l'ombre qui se sont emparés du manuscrit de la feuille N°4 ?

Le prochain week-end Wallonie bienvenue aura lieu les 27 et 28 mars 2010. A Liège on parlera surtout de Simenon...
Mais à quand le mystère de la malle Dardenne révélé au grand public ? D'ailleurs, le nom Dardenne ne nous indique-y-il pas la direction de l'étrange village de Martelange, comme d'Ardennes, où on a vu Eric pour la dernière fois avant sa disparition un certain 8 novembre 2008 ?
8-1-1-2-0-0-8 : un cryptogramme ? Une piste laissée par Eric pour nous prévenir d'un danger ? Pour lui ? Pour nous ?

Mmmh... Il faut toujours croire aux contes de fée.

I :p

Pellucidar
Voir le profil de Pellucidar   Cliquer ici pour écrire à Pellucidar  

le 18-03-2010
à 12:44

Hu hu, quelle imagination Isengar ! Tu devrais écrire des nouvelles... ;-P
J'ai bien failli ne pas répondre à Shushu, la tentation étant grande de laisser planer ce mystère que tu as si habilement suscité...

Eric de Martelange a bien répondu à (une partie) de mes (trop nombreuses) questions au cours d'un long entretien téléphonique. En gros, la malle qui dormait dans un grenier de l'ULg sous 10 cm de crottes de pigeons (!) avant qu'ils (Eric et J. Dor) ne la retrouvent, contenait ce qui est devenu aujourd'hui les "Fonds J.R.R. Tolkien de la Bibliothèque générale de Philologie Germanique de l'ULg", dont j'ai dressé une liste approximative un peu plus haut dans ce fuseau.

Il y avait aussi des paquets de lettres de Tolkien, très personnelles, qui parlaient essentiellement de la famille, et qui ont été rétrocédées à sa fille Priscilla.

J'ignore si ce qui reste (en plus d'un tas d'anecdotes savoureuses) est suffisant pour mériter d'y consacrer un dossier dans une prochaine Feuille ou ailleurs. C'est dommage que Michaël Devaux ne communique plus beaucoup... Ces universitaires sont tous forts occupés ! Mais je ne désespère pas d'un come-back inopiné, à l'instar de notre webmaster favori ! ;-P

Mais sinon, saviez-vous que Simonne d'Ardenne (1899-1986) avait publié sa propre traduction du Fermier Giles de Ham (1ère version) ? Ce petit livre (± 10 x 15 cm) paru en 1975 est malheureusement quasi introuvable aujourd'hui. J'ai la chance d'avoir pu obtenir un exemplaire et j'ai bien envie de vous balancer quelques extraits de l'introduction, si délicieusement surannée...

Tilkalin
Voir le profil de Tilkalin   Cliquer ici pour écrire à Tilkalin  

le 18-03-2010
à 12:57

Avec grand plaisir :-)
ISENGAR
Voir le profil de ISENGAR   Cliquer ici pour écrire à ISENGAR  

le 18-03-2010
à 14:00

Je plussoie :)
shudhakalyan
Voir le profil de shudhakalyan   Cliquer ici pour écrire à shudhakalyan  

le 18-03-2010
à 15:26

Moi de même - tout en me réjouissant et des intrigues mystérieuses et des éclaircissements sherlockhomesques !

Je vois d'ailleurs que mon pseudo prête aussi aux spéculations les plus folles (mais bon, c'est tout de même plus limité)

Shushu/Shudhy/Shudha.

ps : Par ailleurs, saviez-vous que lors du Congrès fêtant le LXe anniversaire de la section Philologies germaniques blablabla de l'Université de Liège, les célèbres Von Wartburg et surtout Hjemslev étaient autour de la table à discuter avec Maitre Tolkien... Je ne sais pas si tout ça vous évoque quelque chose, mais pour moi, c'est comme si des pans entiers de culture académique incompatibles venaient de s'interpénétrer grâce à la magie d'une époque et d'un lieu... celui de la vieille Université de la Cité Ardente...

aahhh... un Fonds Tolkien... c'est beau, tout de même, l'inventivité permanente des Institutions culturelles !

shudhakalyan
Voir le profil de shudhakalyan   Cliquer ici pour écrire à shudhakalyan  

le 18-03-2010
à 15:47

Ici, donc... p. 9 et 10 pour le Bureau du Congrès de septembre 1951...
(trouver ça sur Internet, c'est le comble ! mais la communication de Tolkien ne fait pas partie des pages consultables sur Google...)

S.

ISENGAR
Voir le profil de ISENGAR   Cliquer ici pour écrire à ISENGAR  

le 18-03-2010
à 19:50

Autour des invasions germaniques de la Gaule du Nord par John Ronald R. Tolkien (Oxford)

Raaah ! Dans mes bras, Shou, avant que je ne m'évanouisse...

Malheureusement, le texte n'est pas disponible sur le moteur Google... snif ! mais quand même ! savoir que ce texte existe !!!

I.

sosryko
Voir le profil de sosryko   Cliquer ici pour écrire à sosryko  

le 18-03-2010
à 19:59

Point du, tout, en se débrouillant bien, on peut tout à fait consulter les pages 63 à 76 ;-)
Cedric
Voir le profil de Cedric   Cliquer ici pour écrire à Cedric  

le 18-03-2010
à 20:28

Je confirme les dires de Sosyrko :)
C'est de ça dont on parle ? => Cliquez ici


Cédric.

Tilkalin
Voir le profil de Tilkalin   Cliquer ici pour écrire à Tilkalin  

le 18-03-2010
à 21:11

Je ne cherche pas à refroidir ton enthousiasme, mon cher Took, mais la contribution de Tolkien porte sur "About the etymology of Lozenge", celle sur les invasions germaniques de la Gaule du Nord étant le fait d'Ernst Gamillscheg. ;-)

Toutefois, on n'est pas si loin que ça du sujet puisque dans J.R.R Tolkien, A Descriptive Biography, on apprend que :

For his lecture before the Congrès International de Philologie Moderne in September 1951 Tolkien examined the Middle English word losenger because "a fresh scrutiny of its etymology may afford a glimpse (if no more) into the complexities of the contacts of Germanic and Latin in Northern Gaul" (p. 63).
Tilkalin
Voir le profil de Tilkalin   Cliquer ici pour écrire à Tilkalin  

le 18-03-2010
à 21:12

A Descriptive Bibliography, of course...
ISENGAR
Voir le profil de ISENGAR   Cliquer ici pour écrire à ISENGAR  

le 18-03-2010
à 21:35

Eh bien, à la fin, je sors...

... m'acheter une paire de lunettes !

Désolé pour cette marque d'affection prématurée, Shuwie.

I. :)

Pellucidar
Voir le profil de Pellucidar   Cliquer ici pour écrire à Pellucidar  

le 19-03-2010
à 09:32

Séb, c'est bien ! :-)
Et en prime une petite anecdote...

Invité lors du Congrès à donner une conférence sur un sujet de son choix, Tolkien débarqua à Liège... les mains vides : il n'avait rien préparé ! Stupeur et début de panique chez Simonne d'Ardenne... Préparé ? You're spoiling all the fun ! lui aurait-il déclaré. Finalement, elle ressortira un ancien projet qu'ils retravailleront à deux, et cela donnera Middle English "Losenger".

Elle y refera allusion plus tard dans un article de English and Medieval Studies : A few years ago Professor Tolkien presented the University of Liège with a philological gift, which he claimed to be "the first gift, perhaps, of perfidia anglosaxonica to Gaul".

Pour le Fermier Gilles, j'essaie de faire ça ce week-end, ou début de semaine prochaine.
J'ai également un scan de la couverture, mais j'ignore comment je peux l'insérer dans ce fuseau... Someone can help ?

shudhakalyan
Voir le profil de shudhakalyan   Cliquer ici pour écrire à shudhakalyan  

le 19-03-2010
à 14:02

moi qui étais déjà dans tes bras, Isgou !

Excusez mon émotion mais c'est par ailleurs la première fois que je lis, en ligne, quelques phrases du Webmaster en personne... Je pensais que l'idée de son retour n'était qu'un phantasme ou une nostalgique rumeur...

En revanche, je dois m'y être mal pris, parce que je n'ai toujours pas pu voir le texte de Tolkien... trop de pages consultées avant de parvenir jusque-là, sans doute ?

Séb/Shudha - personne n'a encore proposé sushi, ça m'étonne !

Druss
Voir le profil de Druss   Cliquer ici pour écrire à Druss  

le 20-03-2010
à 11:54

Je réussi à tout consulter sauf deux doubles pages, avec l'URL suivante (à copier/coller) :

http://books.google.fr/books?id=Ui70kNek05wC&pg=PA63&lpg=PA63&dq=Middle+English+%22Losenger%22&source=bl&ots=j7ofa9VBdR&sig=NWGqEzs2EOQ-yAJZnW0l_EbGqM8&hl=fr&ei=X6ekS-_AB8f-4Ab62dCcCg&sa=X&oi=book_result&ct=result&resnum=1&ved=0CAYQ6AEwAA#v=onepage&q=Middle%20English%20%22Losenger%22&f=false

shudhakalyan
Voir le profil de shudhakalyan   Cliquer ici pour écrire à shudhakalyan  

le 20-03-2010
à 23:46

Formidable ! Merci pour ce lien Druss !

s.

Druss
Voir le profil de Druss   Cliquer ici pour écrire à Druss  

le 21-03-2010
à 11:26

Pas de quoi! (et encore désolé, mais j'ai toujours autant de mal avec les balises -_-')
Cedric
Voir le profil de Cedric   Cliquer ici pour écrire à Cedric  

le 21-03-2010
à 11:46

Pellucidar > J'ai également un scan de la couverture, mais j'ignore comment je peux l'insérer dans ce fuseau... Someone can help ?

Tu peux m'envoyer le fichier par mail (webmaster@jrrvf.com) ? Dans ce cas, je le stockerai sur le serveur et donnerait le lien ici même.

Pellucidar
Voir le profil de Pellucidar   Cliquer ici pour écrire à Pellucidar  

le 22-03-2010
à 08:30

Merci Cédric, c'est envoyé !
Cedric
Voir le profil de Cedric   Cliquer ici pour écrire à Cedric  

le 22-03-2010
à 09:00

Merci Pellucidar.
Voici donc l'illustration dont nous discutions ->

Cédric.

Pellucidar
Voir le profil de Pellucidar   Cliquer ici pour écrire à Pellucidar  

le 22-03-2010
à 14:02

Quand je vous disais "délicieusement surrannée"... ;-)
Si ce livre a été publié en 1975 (à l'Association des Romanistes de l'ULg), la traduction elle-même date de 1945-47. C'est ce que répond Simonne d'Ardenne à une lettre de Humphrey Carpenter, ajoutant qu'elle l'avait faite pour obliger Tolkien à publier son histoire (1). Elle écrit dans son introduction que "l'original anglais a disparu", ce à quoi Carpenter répond qu'il a depuis retrouvé le manuscrit à Marquette (2).
Il semblerait que depuis 1999 cette 1ère version courte ne soit plus inédite, car reprise dans l'édition du 50ème anniversaire chez HarperCollins, mais le tirage a été limité à 500 ex. (d'après Tolkienlibrary.com : (...) containing the unpublished short story which Tolkien later expanded into the published version).

(1) (...) It was made to urge J.R.R.T. to publish tne English version, and in the affirmative my translation. (Lettre à H. Carpenter, 2 déc. 1975)
(2) (...) it is now immured in a basement in the Middle West of the USA! (8 jan.1976)


Maître Gilles de Ham
(1ère version)
par J.R.R. TOLKIEN
traduit de l'anglais par Simonne d'Ardenne
Liège 1975

INTRODUCTION

A la mémoire de mes deux Maîtres,
Jules Feller et J.R.R. Tolkien.

On dit généralement qu'un être humain a deux patries : celle qui lui vient de naissance et l'autre d'un libre choix. Il en va de même pour les universités que l'on fréquente. Je dirai donc que j'ai deux " Alma Mater " : l'Université de Liège et celle d'Oxford. Et c'est en hommage à deux de leurs maîtres remarquables que j'ai tenu à publier ce conte inédit de l'un, et la toilette française qu'en fit le second. Leur enseignement a laissé une marque indélébile sur toute mon activité scientifique : Jules Feller m'initia à une véritable formation classique, ce qui me permit d'affronter des études universitaires, car à cette époque la Belgique ne possédait aucun lycée pour filles, enseignement que je prolongeai pendant toute la durée de mes études à l'Université ! C'est à lui que je dois mon amour de la philologie et de la recherche scientifiques des langues. Ses travaux sur la langue wallonne, en réalité sur la langue française, sont trop connus pour que j'aborde ce sujet.

L'autre Maître, dont le nom est moins connu à Liège, mais qui certainement a exercé la plus grande influence sur mes travaux de recherche sur la philologie anglaise (médiévale et moderne) est certainement le Professeur J.R.R. Tolkien, CBE, professeur d'anglo-saxon et de linguistique germanique et insulaire à l'Université d'Oxford de 1925-1952, professeur honoris causa des Universités de Dublin, de Liège et d'Oxford, qui vient de mourir à l'âge de 81 ans. Influence si forte que l'auteur de l'article nécrologique paru dans le Times du 3 septembre 1973 n'hésites pas à me coter comme étant son élève, compliment que j'apprécie doublement sachant qu'il vient de C.S. Lewis, l'auteur de l'admirable Allegory of Love, lui-même grand admirateur et ami de Tolkien.

Mais pourquoi publier cette traduction française d'un conte inédit, dont l'original anglais a disparu ou plutôt s'est transformé en une oeuvre plus importante et plus longue, que C.S. Lewis appelle " A spirited farce ", en fait une critique très spirituelle des étymologies populaires, publiée en 1949 sous le titre Farmer Giles of Ham ? Répondre à cette question en postule une autre : Qui est en réalité Tolkien ?

Comme ce fut autrefois le cas pour Charles Dodgson, le célèbre professeur de mathématique et de logique à Oxford, mieux connu sous le nom de Lewis Carroll, l'auteur d'Alice in Wonderland, nous nous trouvons en présence d'un grave professeur d'Oxford, sommité dans sa spécialité qui, contre toute attente, nous offre une importante oeuvre d'imagination qui débute par un livre pour enfants. Mais là s'arrête toute ressemblance entre les deux cas. Tandis que l'un, en bon mathématicien résout les problèmes du pays des Merveilles par l'absurde, Tolkien, en vrai philoloque, a su saisir toute la magie du Verbe. Il appartient en effet à cette classe privilégiée de linguistes, qui se fait de plus en plus rare et dans laquelle s'illustrèrent jadis les frères Grimm qui ont compris toute la valeur de la phrase biblique : " Au commencement était le Verbe, et le Verbe était avec Dieu, et le Verbe était Dieu " (St Jean, 1). D'où une production importante d'oeuvres d'imagination que l'on commence seulement à connaître en France, alors qu'elle est lue par des millions de lecteurs à l'étranger. Mais c'est surtout dans les campus universitaires américains que sa popularité est grande : Il existe des sociétés Tolkien, les magasins universitaires regorgent, en plus de ses oeuvres pour ne citer que Bilbo le Hobbit et la célèbre trilogie Le Seigneur des Anneaux (comprenant Les Compagnons de l'Anneau, Les Deux Tours, Le Retour du Roi), des calendriers reproduisant les propres illustrations de ses oeuvres, des badges, des boutons Tolkien, et que dire des nombreux graffites portant le nom des héros tolkiens que l'on trouve partout dans les métros. Enfin son oeuvre a été adoptée par les Hippies qui y voient l'espoir d'un monde meilleur et plus juste.

Cet amour du Verbe auquel je faisais allusion il y a quelques instants, l'incite à étudier les langues partout où il les rencontrait, que ce soit du vieux français, du vieux norrois, du celte, du gallois, et que sais-je ? Le tout basé sur une formation classique très poussée (il était très fier de répéter " I was brought up on classics " !) et sur un enthousiasme qui frôlait parfois du délire lorsqu'il en découvrait une nouvelle. C'est ainsi qu'il nous révèle la profonde impression que lui fit la découverte du gotique qui, nous dit-il, " took me by storm, a sensation as full of delight as first looking into Chapman's Homer. " Et il ajoute " I did not write a sonnet (2) ". Il fit mieux : il essaya, nous dit-il, d'inventer des mots gotiques. Ce fut le premier pas qu'il fit vers la création d'une langue nouvelle pour une mythologie nouvelle, et vers ses recherches approfondies sur la langue des Fées qu'il parvint à maîtriser au point d'écrire des poèmes dignes d'être lus à la cour d'Obéron.

L'étude des langues, il la poursuivait dans celle de leurs dialectes modernes les plus reculés. C'est ainsi qu'un jour il me remplit d'étonnement : il venait de terminer une conférence sur Chaucer, lorsque s'approchant de moi, il me posa à brûle-pourpoint la question suivante : " Dans votre wallon oriental le mot français beau se prononce bê, avec le même son ê que dans bête, fête etc., n'est-ce pas ? Je fus si surprise que ma réplique fut prompte et rapide : elle s'exprima dans mon wallon originel : Vos-estez on bê !

Tolkien était un conteur incomparable et méritait à juste titre celui de bard to Anglo-Saxon que lui donna le poète anglais Auden (3). Il était nous dit Lewis " the best and worst talker in Oxford : worst for the rapidity and indistinctness of his speech, and best for the penetration, learning, humour and " race " of what he said ". Il eût été regrettable que cette première version du Farmer Giles of Ham, même s'il ne nous en reste qu'une traduction française, échappât à l'attention de ses admirateurs. Que Tolkien l'appréciât apparaît pleinement dans le fait que c'est la seule trace de ce conte dans ses archives. Cette traduction a été revue complètement par Jules Feller qui en fit la toilette, et lui donna cette légère saveur wallonne qui en fait le charme.

Liège,

Simonne d'ARDENNE,
professeur émérite à l'Université.

(1) A consulter sur son oeuvre le Tolkien Memorial Volume à paraître incessamment dans la collection des publications de la Cornell university Press en Amérique, et les compte-rendus du Figaro, 26 mars 1971, et du Monde, 18 janvier 1973.
(2) Allusion au célèbre sonnet de Keats On first looking into Chapman's Homer.
(3) Voir W.H. AUDEN, A Short Ode to a Philogist, dans English and Medieval Studies, London, 1962, pp. 11-12.

ISENGAR
Voir le profil de ISENGAR   Cliquer ici pour écrire à ISENGAR  

le 22-03-2010
à 14:31

Merci :)
ISENGAR
Voir le profil de ISENGAR   Cliquer ici pour écrire à ISENGAR  

le 22-03-2010
à 19:00

Excusez-moi, une importante réunion institutionnelle a interrompu mon propos...je reprends donc.

Une première remarque sur une expression de Mme d'Ardenne : "Mais là s'arrête toute ressemblance entre les deux cas", je trouve qu'elle ressemble beaucoup à l'expression de Tolkien au sujet de la ressemblance entre l'Anneau des Nibelungen et l'Anneau unique par le traducteur suédois (L 229) "Both Rings were round, and there the resemblance ceases."

Une autre sur son allusion aux Hippies : "Enfin son oeuvre a été adoptée par les Hippies qui y voient l'espoir d'un monde meilleur et plus juste".
Je suis étonné (pas désagréablement, ce serait même plutôt l'inverse) de trouver ce genre de remarque de la part de quelqu'un qui a connu Tolkien. Bien que rapidement résumé, cette remarque donne les clés de la nature complexe de l'engouement de la jeunesse hippie pour l'oeuvre de JRRT.

Il me semblait pourtant (souvenir de lecture de la biographie par H. Carpenter) que Tolkien déplorait cette engouement, du moins la tournure désagréable (pour lui à titre personnel et pour l'image qu'il se faisait de son oeuvre) que celui-ci prenait au lendemain du Summer of Love (été 1967 et début de la médiatisation à outrance du phénomène hippie).
Simone d'Ardenne n'était-elle pas au courant de genre de chose ?

Cette allusion très ouverte ne laisse-t-elle pas entendre que l'Université de Liège pouvait apparaître plus favorable à ce phénomène (apparu avec un long décalage en Europe) que ne l'était la vénérable Oxford ?

En gros, Liège Université gauchiste post soixante-huitarde ? Quelqu'un nous confirme ? ;p

I.

Hyarion
Voir le profil de Hyarion   Cliquer ici pour écrire à Hyarion  

le 22-03-2010
à 21:27

Isengar >>> "Une première remarque sur une expression de Mme d'Ardenne : "Mais là s'arrête toute ressemblance entre les deux cas", je trouve qu'elle ressemble beaucoup à l'expression de Tolkien au sujet de la ressemblance entre l'Anneau des Nibelungen et l'Anneau unique par le traducteur suédois (L 229) "Both Rings were round, and there the resemblance ceases.""

Je trouve aussi qu'il y a une certaine ressemblance... et que dans un cas comme dans l'autre, on n'est pas obligé de prendre ces affirmations comme parole d'évangile... même si, évidemment, de toute façon, comparaison n'est pas raison (Lewis Caroll et J.R.R. Tolkien ont en effet créé chacun des oeuvres bien différentes). Pour ma part, en ce qui concerne l'Anneau des Nibelungen et l'Anneau unique, j'avoue que je suis assez sceptique quant à la prétendue non-parenté autre que formelle entre les deux célèbres anneaux... mais c'est une autre histoire...

Amicalement,

Hyarion.

Pellucidar
Voir le profil de Pellucidar   Cliquer ici pour écrire à Pellucidar  

le 23-03-2010
à 16:36

Cela expliquerait le côté "Flower Power" de l'illustration de couverture de son Maître Gilles... :-)

A ma connaissance, il y eut bien à l'ULg en 1968 un petit vent de révolte, plutôt un courant d'air en fait... Manifs, meetings, grèves et même quelques échauffourées quand le cinéma Palace diffusa "Les bérets verts" du limite-facho John Wayne, mais rien de comparable à ce qui se passait à Paris. Quand la période des examens fût venue, tout le monde rentra gentiment étudier chez soi... Un des leaders des étudiants contestataires liégeois de l'époque, Guy Quaden, est devenu aujourd'hui Baron et Gouverneur de notre Banque nationale, c'est tout dire !

Je n'ai pas les dates précises mais je sais que dans les années soixantes, Simonne d'Ardenne a visité plusieurs universités américaines (certains de ses titres honorifiques en attestent : Centennial Land-Grant Lecturer à l'Université de Missouri, Machin-truc Lecturer de l'Université de Montana, etc.). Peut-être a t-elle pu se rendre compte à ce moment-là du "phénomène hippie" par elle-même ?

C'est amusant que l'on parle de ce sujet car récemment, j'ai retrouvé dans une caisse de magazines oubliée dans mon grenier le numéro spécial Tolkien (1993) de la revue Phénix, dans laquelle est reproduit le texte de Jacques BERGIER sur le SDA (extrait de Admirations) qui lui nie totalement l'engouement des hippies pour le livre et qui fini même par s'en prendre aux étudiants contestataires de mai 68, on ne sait trop pourquoi...

ISENGAR
Voir le profil de ISENGAR   Cliquer ici pour écrire à ISENGAR  

le 23-03-2010
à 18:43

Tolkien et les hippies... un grand malentendu.

Jacques Bergier n'avait peut-être pas tout à fait tort. Il y a sans doute souvent eu confusion entre hippies et étudiants américains, les uns n'étant pas forcément les autres et vice-versa (bien que les deux parties soient tout à fait fongibles et compatibles, si vous voyez ce que je veux dire - et sans double niveau de langage).

Par ailleurs, le livre de chevet des hippies était peut-être plutôt The Hobbit ? J'ai lu ça quelque part il y a longtemps, mais impossible de savoir où :(

C'est un sujet tellement passionnant, il faudrait ouvrir un fuseau dédié, non ?

I.

Cedric
Voir le profil de Cedric   Cliquer ici pour écrire à Cedric  

le 25-03-2010
à 12:44

Une petite recherche sur Google sur "hobbit hippie" référence un article :

The Hobbit and the Hippie
de WILLIAM E. RATLIFF CHARLES G. FLINN

Je ne l'ai pas encore lu, mais on est sur le sujet :)

Le lien : Lire l'article

ISENGAR
Voir le profil de ISENGAR   Cliquer ici pour écrire à ISENGAR  

le 25-03-2010
à 22:22

En effet, je l'ai téléchargé/imprimé hier-soir et lu dans le train ce matin.
Très intéressant, je le recommande :)
Et en plus, il est d'époque !
Pellucidar
Voir le profil de Pellucidar   Cliquer ici pour écrire à Pellucidar  

le 25-05-2011
à 16:10

Alors que je cherchais une illustration de couverture d'une édition particulière de Bilbo le Hobbit pour un autre fuseau, je suis tombé tout à fait par hasard sur cette phrase dans l'article Wikipédia consacré à Bilbo : "L'idée d’une traduction française est abordée par Allen & Unwin dès novembre 1937. Tolkien recommande son amie Simonne d’Ardenne comme traductrice, à la suite de son travail sur la première version française du Farmer Giles of Ham 63."
La note renvoie à Hammond et Scull, Reader's Guide, p. 203. Si quelqu'un sur ce forum posséde ce livre, il m'intéresserait grandement de lire ce passage dans sa version originale et intégrale. Merci d'avance !
Je vais aussi fouiner un peu de mon côté concernant cette info… ;-)
sosryko
Voir le profil de sosryko   Cliquer ici pour écrire à sosryko  

le 25-05-2011
à 18:56

Je viens de répondre à ta demande par e-mail, Pellucidar, faute de temps pour poster sur le forum aujourd'hui :-(... N'hésite pas à prolonger toi-même ce fuseau, car m'est avis qu'on va l'attendre longtemps la Feuille de la Compagnie n°4...
Pellucidar
Voir le profil de Pellucidar   Cliquer ici pour écrire à Pellucidar  

le 25-05-2011
à 22:47

Bien reçu ! :-))) Un tout grand merci ! Je vais lire ça ce week-end... Bonne nuit !
Pellucidar
Voir le profil de Pellucidar   Cliquer ici pour écrire à Pellucidar  

le 30-07-2011
à 18:36

Autant prévenir de suite, je n'ai pas déniché grand-chose…

Fin 1975, Humphrey Carpenter, qui entame la rédaction de la biographie de Tolkien, envoie une dizaine de lettres à Simonne d'Ardenne avec une série de questions / demande de précisions concernant leurs relations professionnelles et amicales ou des anecdotes sur la famille ("Tatie" Simonne a vécu quelque temps avec eux Northmoor Road). Détail amusant, dans sa 1ère lettre datée du 6 octobre, Carpenter lui conseille de se méfier d'un certain Daniel Grotta-Kurska, "concurrent" canadien (?) qui pourrait bientôt la contacter pour rédiger sa propre biographie de JRRT, non-autorisée par la famille celle-là…
Les lettres de réponses de S. d'A., forcément, c'est Carpenter (ses héritiers ou ayants-droits) qui les a, mais il demeure à Liège quelques brouillons que j'avais pu photocopier. Il lui pose clairement la question (lettre du 23/ 11/1975) concernant la traduction du Hobbit :
I believe that shortly after its publication, you translated or proposed to translate THE HOBBIT into French, in the hope of publishing your translation in France. I know these plans were foiled by the war, but did you actually commence to make such a translation ?

La réponse de S. d'A. est tout aussi claire :
I never actually commenced to make its translation : it would have taken too much of my time (do not forget that I was a professor of comparative grammar, dealing with Indo-European languages, very busy indeed !).

Voilà qui met définitivement fin au suspense… :-(

En passant, je m'étonne que pour un livre paru le 21 septembre 1937 à 1.500 exemplaires, une traduction française soit déjà envisagée à peine 2 mois plus tard, d'après l'article de Wikipédia et du Hammond & Scull. Ils prétendent que c'est suite à la traduction du Farmer Gilesque S. d'A. est pressentie… mais S. d'A. date celle-ci dans l'immédiate après-guerre : "It must have been made during my stay in Oxford (1945-46; 1947) as a British Council Scholar". Bref, les dates semblent ne pas coller, à une dizaine d'années près. Il est cependant possible aussi que S. d'A., presque octogénaire quand elle répond à Carpenter, se soit quelque peu emmêlée les souvenirs. Mais bon, tout ceci n'est pas très important…

Le jour même de sa parution, Tolkien dédicace et envoie un exemplaire du Hobbit à son amie de la part de son collaborateur (sic). L'année suivante, Simonne d'Ardenne est engagée à l'Université de Liège (chargée des cours de Grammaire comparée, de Gotique, de Vieux norrois et bien sûr de Grammaire historique de l'anglais et ses Exercices philologiques). Ses élèves ne tarderont pas à être les premiers francophones à lire du Tolkien*, bien longtemps avant sa traduction française chez Christian Bourgois éditeur. Son exemplaire dédicacé devient un outil de travail et se couvre bientôt de notes, devenant ainsi le premier "vrai" Hobbit annoté ! ;-)

*Je pourrais ajouter que j'ai reçu en octobre un diplôme (Doct[eur] en Lettres et Phil[osophie]) à Liège (Belgique); ne serait-ce que pour indiquer que j'ai été surpris d'être accueilli en français comme "le créateur de M. Bilbo Baggins", et encore plus d'être applaudi, comme on me l'a expliqué, parce que je suis un "livre au programme" ?????? Hélas ! (JRR Tolkien - Lettre (n° 165) à la Houghton Mifflin Company).


Le Hobbit et le Farmer Giles, tous les deux annotés, éditions originales de la bibliothèque personnelle de Simonne d'Ardenne

Pellucidar
Voir le profil de Pellucidar   Cliquer ici pour écrire à Pellucidar  

le 31-07-2011
à 12:20

Oyez, oyez Jrrvfiens et autres Tolkiendili ! Si par hasard à la rentrée vous passez près de la dernière ville latine au Nord…

Les 10 et 11 septembre prochains auront lieu les 23èmes Journées du Patrimoine en Wallonie ("Des Pierres et des Lettres") avec donc pour thème cette année la Littérature. C'est donc l'occasion de visiter comme chaque fois des endroits habituellement fermés ou peu accessibles au public. Pour sa part, l'Université de Liège proposera des visites guidées de sa somptueuse salle académique (où Tolkien reçu son doctorat honoris causa - et classée patrimoine exceptionnelle de Wallonie) et de la salle Marie Delcourt (qui renferme les trésors de l'ULg : papyrus, manuscrits, incunables, etc.). Des expositions seront programmées, certaines consacrées à des écrivains liés à l'université. Tolkien ne sera pas oublié… J'ignore quels documents seront exposés (probablement ce fameux exemplaire du Hobbit, entre autres choses) mais j'ai prévu d'y aller faire un tour et je vous ferai un petit compte-rendu (si cela en vaut la peine)…

Ici la page de l'ULg où Tolkien est brièvement évoqué (avec photos des 2 salles en question).
Qu'on se le dise ! :-)

ISENGAR
Voir le profil de ISENGAR   Cliquer ici pour écrire à ISENGAR  

le 31-07-2011
à 12:50

Merci pour cette information nocturne camarade :)

I.

sosryko
Voir le profil de sosryko   Cliquer ici pour écrire à sosryko  

le 31-07-2011
à 01:08

Merci beaucoup Pellucidar pour ces précisions intéressantes, la photo et l'annonce :-))
Pellucidar
Voir le profil de Pellucidar   Cliquer ici pour écrire à Pellucidar  

le 31-07-2011
à 15:13

Iz' & Sos' ont dit :
Merci (...)

Mais de rien ! :-) J'ai ces quelques photos qui traînent sur mon mac depuis juin 2005… Las, j'ai récemment "tilté" que si je les mettais sur un album web Picasa, je pourrais les insérer ensuite dans ce fuseau, et suivre ainsi le conseil de Sosryko… ;-)

Octobre '54 : Troisième et dernier voyage de Tolkien à Liège pour recevoir son doctorat. Il se rend également chez Simonne d'Ardenne dans sa maison de Solwaster (à une trentaine de km). Carpenter dit avoir vu une photo de cette visite mais je ne l'ai pas trouvée. C'est à cette occasion que Tolkien lui donne les épreuves d'impression (proofs print) du Retour du roi qu'il a relues et corrigées…

Jecapitch
Voir le profil de Jecapitch   Cliquer ici pour écrire à Jecapitch  

le 31-07-2011
à 19:18

Les papyrus ne sont pas à la salle Marie Delcourt, ils sont au CEDOPAL, – ou bien je vis dans l'erreur depuis tout ce temps ?
Pellucidar
Voir le profil de Pellucidar   Cliquer ici pour écrire à Pellucidar  

le 31-07-2011
à 21:03

Jérémie, tu as raison : les papyrus sont en effet conservés au Centre de Documentation de Papyrologie Littéraire... qui ne doit pas se trouver bien loin de la salle Delcourt. ;-)
Es-tu actuellement étudiant à l'ULg ?
Elendil Voronda
Voir le profil de Elendil Voronda  

le 31-07-2011
à 22:17

Alors, cette inscription en tengwar, elle avait déjà été signalée dans le VT 23 par Nathalie Kotowski, feu l'éditrice des Cirth de Gandalf. Mais s'il y en a d'autres, il y a fort à parier qu'elles sont encore inconnues.
Yyr
Voir le profil de Yyr   Cliquer ici pour écrire à Yyr  

le 31-07-2011
à 23:08


Merci merci :)
sosryko
Voir le profil de sosryko   Cliquer ici pour écrire à sosryko  

le 31-07-2011
à 23:35

Chouette :-))
Confirmation visuelle (Ô combien agréable à voir !) des commentaires de Christopher Tolkien (Sauron Defeated, p. 47) et de Hammond & Scull (LotR Reader’s Companion, p. 624 : « The final form was typed onto the galley proof »)...

Et c’est l’occasion d'une découverte.
Car je ne m’étais jamais penché sur cette phrase en viel-anglais « Wilcuman, wilcuman, Fróda and Samwís » que Tolkien a préféré supprimer des épreuves.
On rencontre ce mot wilculman (=bienvenu) entre autre dans un poème en vieil-anglais, Christ and Satan, qu’on trouve dans le codex Junius 11 (Oxford, Bodleian Library 5123) — et dont un thème (Christ descendant en Enfer arrache hommes et anges déchus à l’emprise de Satan et les conduire dans la présence de Dieu) rejoint celui de l’exode biblique (Moïse venant arracher les israélites à l’emprise de Pharaon et les conduire au pays de la promesse), lequel fait l’objet dans ce même codex d’un autre poème, l’Exodus, qui fut, en son temps traduit, annoté et commenté par Tolkien à l’occasion de conférences données dans les années 30 et 40 (publication posthume en 1981).

Or, voici le jugement divin prononcé aux vers 616-618 de Christ and Satan sur les âmes sauvées :

« Ge sind wilcuman !     Gað in wuldres leoth
to heofona rice,     þær ge habbað
a to aldre     ece reste »

Que Nicholas Howe traduit par :

« You are welcome ! Come into the light of wonder, the kingdom of heaven, where you will always have forever eternal rest. »
Writing the map of Anglo-Saxon England, p. 221-222

Rq1 : répetition de wilcuman en l’espace de quelques vers dans Beowulf (l. 388 et 394). Cf. également 1.1894-1895, qui renvoie à ce que vivent Sam et Frodo : « cwæð þæt wilcuman Wedera lēodum. » = « said [that the warriors in their shining armor /] would be welcome (…) to the people of the Weders. » (trad. R. M. Liuzza, Broadview, p. 110)

Rq2 : autre utilisation initialement prevue du vieil-anglais wilcuman : The Treason of Isengar, p. 450.

Wilcuman, wilcuman Pellucidar ;-)

Jecapitch
Voir le profil de Jecapitch   Cliquer ici pour écrire à Jecapitch  

le 01-08-2011
à 12:02

Voui, je sommes à l'ULg.
Le CEDOPAL se trouve dans le vieux bâtiment, au 3e étage (qui n'est pas qu'une légende, eh non), dans le doux département des sciences de l'Antiquité. Mais à vrai dire, je me demande bien où sont planqués les "quelques papyrus" en réalité. Certainement pas au milieu des notices dans l'armoire ;-)
ISENGAR
Voir le profil de ISENGAR   Cliquer ici pour écrire à ISENGAR  

le 01-08-2011
à 02:55

Sosryko a écrit:
The Treason of Isengar


Hihi !

Eh bien ? Ces passionnants découvertes en provenance de Liège font tournebouler l'attention de notre camarade qui réinvente le coup du "sans D", mais à l'envers !? :D

Qu'on se rassure, je n'ai trahi personne ;p

En guise de clin d'oeil, j'ai également noté hâtivement ceci :

Sosryko a écrit:
cwæð þæt wilcuman Wedera lēodum

A propos de ce terme lēodum (peuple), voici ce qu'on trouve sur Wikipedia ;p


Je vais peut-être aller me coucher... c'est que mes vacances sont terminées et je reprends le boulot demain... heu, tout à l'heure :/

Bonne nuit !

I.

sosryko
Voir le profil de sosryko   Cliquer ici pour écrire à sosryko  

le 01-08-2011
à 03:53

;-)


S.
Bonne nuit Isengar et bon courage pour la reprise

Pellucidar
Voir le profil de Pellucidar   Cliquer ici pour écrire à Pellucidar  

le 03-08-2011
à 18:03

Me suis absenté 2 journées entières... car il y avait devinez quoi ? DU SOLEIL !!! :-) 1 mois qu'il avait disparu…

> Elendil : Exact. Et Belegaer, le cercle tolkienien belge qu'elle avait fondé ne lui a pas survécu non plus. Oui, il y a d'autres inscriptions en tengwar (je ne t'oublie pas, cf ci-dessous ;-)
> Sosryko : Woaw ! Que dire ? C'est ce genre (ton genre) de posts qui rend ce forum si unique… Eglerio! :-)))
> Jecapitch : Chic, un autre agent jrrvfien infiltré ! ;-) On se voit le 10 septembre ?
> Isengar : :-))) Savais-tu qu'on appelait Liège la Cité Ardente ? Adjectif dérivé de Arda, bien entendu… ;-)

Je pense que c'est la dernière photo, hors-doublon, je n'en avais pas pris beaucoup (le lieu ne s'y prêtait pas trop). Je vais voir ce que je peux tirer de certaines photocopies…

Druss
Voir le profil de Druss   Cliquer ici pour écrire à Druss  

le 03-08-2011
à 18:52

En tout cas, la phrase en tengwar n'est absolument pas répertoriée sur le DTS de Mellonath Daeron, ce qui laisse de grandes chances qu'elle soit encore inédite.
Druss
Voir le profil de Druss   Cliquer ici pour écrire à Druss  

le 03-08-2011
à 19:06

Désolé du double post, mais du coup, est-ce que Michaël Devaux prévoit toujours de publier toutes ces informations dans une future feuille, ou est-ce tombé à l'eau?
Hisweloke
Voir le profil de Hisweloke   Cliquer ici pour écrire à Hisweloke  

le 03-08-2011
à 19:16

Hmm, c'est petit pour mes vieux yeux, mais au risque de dire des bêtises, la phrase ne semble pas être en tengwar. Plutôt ce genre de semi-onciale que Tolkien utilisait parfois, avec de fortes vu le contexte que ce soit une citation en vieil anglais de Beowulf, non ?
Hisweloke
Voir le profil de Hisweloke   Cliquer ici pour écrire à Hisweloke  

le 04-08-2011
à 02:27

Yé! Utúvienyes!

C'est un extrait des Maxims II, vers 55-56 :


á sceal snotor hycgean ymb þysse worulde gewinn.

Pour en savoir plus sur ces antiques maximes en vieil anglais, voir déjà sur Wikipedia.

Les Maxims II appartiennent au manuscrit Cotton Tiberius B.i de la British Library (petit clin d’œil privé à mes collègues de l'AH3, dans lequel j'aurai un article parlant un peu de la collection de Sir Robert Bruce Cotton, à l'occasion d'une étrange découverte).

J'en ai trouvé le texte intégral ici en PFF, édité et traduit par un certain... Tom Shippey dans Poems of Wisdom and Learning in Old English, Cambridge : D. S., Brewer, 1976. Le monde est petit, hein !

La traduction serait donc :


The wise man must always consider this world’s conflicts

Soit une bien étrange maxime en dédicace : « Le sage doit toujours tenir compte des conflits de ce monde. »

Didier.

Hisweloke
Voir le profil de Hisweloke   Cliquer ici pour écrire à Hisweloke  

le 04-08-2011
à 02:37

Et en complément, un lien pour l'alphabet du vieil anglais
Elendil Voronda
Voir le profil de Elendil Voronda  

le 04-08-2011
à 06:02

Le Dragon est trop rapide. :-)

Je confirme qu'il s'agit bien d'un mode anglo-saxon de l'alphabet latin. On retrouve une inscription virtuellement identique dans le chapitre « Early Runic Documents » du PE 15, p. 116. Une variante très proche figure dans un autre manuscrit de Tolkien, ibid., p. 106.

Je viens de rajouter cette inscription dans mon Index Tolkiendil des spécimens des premiers alphabets runiques (TERS). Puisque je dois rencontrer Arden R. Smith la semaine prochaine à Omentielva, je lui signalerai l'existence de cette inscription.

Pellucidar
Voir le profil de Pellucidar   Cliquer ici pour écrire à Pellucidar  

le 04-08-2011
à 10:40

Rapide et insomniaque ! ;-) Vous, les linguistes, vous devez tous être un peu fous, non ? Vous savez, personne ne vous en voudra si vous postez vos trouvailles à des heures normales ! ;-)

J'ai réduit la taille et la résolution des photos pour ne pas que le fuseau soit trop lourd à charger mais j'ai bien sûr conservé les hautes déf...

> Druss : Concernant la Feuille, tu en sais autant que nous…

Hisweloke
Voir le profil de Hisweloke   Cliquer ici pour écrire à Hisweloke  

le 04-08-2011
à 12:04

Pellucidar a dit :
Vous, les linguistes (...)

*Regarde derrière son épaule*
Il doit y avoir une méprise sur la personne, je pourrais me sentir vexé.
Bon, quitte à être un peu fou et anormalement décalé, ça m'apprendra à vouloir être serviable.

Didier.

Pellucidar
Voir le profil de Pellucidar   Cliquer ici pour écrire à Pellucidar  

le 04-08-2011
à 12:47

Oups ! J'avais pourtant mis au moins 2 smileys...
Ça se voulait vaguement taquin, absolument pas méprisant. Désolé.

J-M

sosryko
Voir le profil de sosryko   Cliquer ici pour écrire à sosryko  

le 04-08-2011
à 16:43

>Didier : Merci pour le lien vers Maxims II... et sa traduction par Shippey !

Hisweloke a dit :

Soit une bien étrange maxime en dédicace : « Le sage doit toujours tenir compte des conflits de ce monde. »

c'est peut-être et...
« (...) précisément parce que, dans Beowulf, [avec des] principaux adversaires (...) inhumains (...) son histoire (...) fait entrevoir l’univers et évolue au rythme de la pensée de tous les hommes quant à la destinée de leur vie et de leurs efforts. Elle se situe au milieu, mais au-dessus, des guerres mesquines des princes et s’étend au delà des dates et des limites des périodes de l’Histoire, quelle que soit leur importance. »
JRR Tolkien, « Beowulf : Les Monstres et les Critiques », dans MCE, 2006, p. 47

Et moi qui ne suit pas "linguiste", c'est avec plaisir, comme d'habitude, que je t'ai lu dans la nuit même, donc tard... et alors ? ;-)

S décalé

ISENGAR
Voir le profil de ISENGAR   Cliquer ici pour écrire à ISENGAR  

le 04-08-2011
à 17:51

Comment dit-on en vieil anglais Wise men go to bed very late at night ?

I. ;)

Zelphalya
Voir le profil de Zelphalya   Cliquer ici pour écrire à Zelphalya  

le 29-08-2011
à 11:45

Une très courte page sur Tolkien a fait son apparition le 25 août dernier.
Pellucidar
Voir le profil de Pellucidar   Cliquer ici pour écrire à Pellucidar  

le 10-09-2011
à 22:26

Bonsoir,
Comme promis il y a un mois, un tout petit compte-rendu (photographique) de ma visite de ce matin à l'Université de Liège dans le cadre des…

Visite au pas de charge, les groupes se succédant toutes les heures. J'en viens directement à l'essentiel avec la salle Marie Delcourt et ses collections précieuses. Plus petite que ce à quoi je m'attendais mais son ambiance un peu "Poudlardienne" est vraiment plaisante (je suis presque déçu de ne pas voir bouger les portraits ;-). Au bout de la salle est exposée la fameuse maquette de la Ville de Liège en 1730, une vraie merveille. Tout le long du trajet des panneaux didactiques présentent des écrivains liés de près ou de loin à l'ULg. Tolkien a droit en plus à une vitrine avec seulement quelques pièces sorties des Fonds JRRT, mais l'Historienne de l'Art qui nous sert de guide ne s'y arrête pas, préférant celle d'Umberto Eco (nous sommes en retard et le groupe suivant nous talonne). Au moins, je suis tranquille pour prendre mes petites photos. Je n'y découvre rien de nouveau par rapport à ce que j'avais vu il y a 6 ans, excepté cette première édition (1968) du recueil de poèmes The Road goes ever on (dernière photo). L'avant-dernière photo avec la belle calligraphie est celle d'un livre de Gotique offert par JRRT à Simonne d'Ardenne… Bonne nuit et bon dimanche !

J-M,
de retour d'Italie - Sono finite le vacanze ! :°-(

sosryko
Voir le profil de sosryko   Cliquer ici pour écrire à sosryko  

le 11-09-2011
à 12:09

Merci merci merci Pellucidar !
C'est toujours une joie (et une émotion!) de voir la belle écriture de Tolkien :-)
Jecapitch
Voir le profil de Jecapitch   Cliquer ici pour écrire à Jecapitch  

le 11-09-2011
à 12:23

Ah zut, c'était aujourd'hui… Au moins j'ai pas oublié d'aller voir André Stas l'après-midi.
Anglin
Voir le profil de Anglin   Cliquer ici pour écrire à Anglin  

le 11-09-2011
à 11:37

Ces photos sont magnifiques. Merci. C'est étrange le sentiment qu'elles peuvent faire naitre chez nous.

-t'as vu Isengar sur l'avant-dernière les petits groupes de points autour de son nom, comme dans le film ... Ok je sors ! -

En tout cas merci,
Personne n'a le Pryftan Fragment ?

Druss
Voir le profil de Druss   Cliquer ici pour écrire à Druss  

le 11-09-2011
à 11:57

Tu veux dire en photo, le Pryftan Fragment?
Pellucidar
Voir le profil de Pellucidar   Cliquer ici pour écrire à Pellucidar  

le 03-03-2012
à 16:17

Il y en a un peu plus, je vous le mets ? ;-)

Un récent et très actif fuseau de la même section et ayant pour sujet la mythologie nordique ;-) m'a fait me souvenir de cette lettre de Tolkien que la liste des Fonds JRRT de la BGPhL-Germanique de l'ULg répertorie laconiquement comme suit : [J.R.R. Tolkien], extrait d’une lettre [adressée à S.R.T.O. d’Ardenne], non datée, sur papier jaune pâle. La photocopie que je possède était vraiment mauvaise mais avec un peu de patience et de Photoshop, j'espère l'avoir rendue assez lisible.
Apparemment, Tolkien commente les notes de Simonne d'Ardenne concernant - un travail universitaire (?) - un article (?) - un livre (?) - d'un certain Wagner, lequel ne semble pas avoir toutes les connaissances requises selon le Professeur. Ça parle de berserk, de Fagrskinna, … en plein dans notre sujet, donc ! Et puis on ne se lasse pas de voir cette écriture… :-)

Pellucidar
Voir le profil de Pellucidar   Cliquer ici pour écrire à Pellucidar  

le 03-03-2012
à 16:30

Mouaibof, pas terrible ! :-(
Pourtant, elle donnait mieux que ça dans Photoshop... Est-ce parce elle est en niveaux de gris plutôt qu'en RVB ?
Y a t-il un webdesigner dans la salle ?
ISENGAR
Voir le profil de ISENGAR   Cliquer ici pour écrire à ISENGAR  

le 03-03-2012
à 16:52

On arrive à déchiffre quand même :)
Merci beaucoup.

I.

ISENGAR
Voir le profil de ISENGAR   Cliquer ici pour écrire à ISENGAR  

le 03-03-2012
à 16:53

Hum... on arrive à déchiffrer
Haut de page

Section « Tolkien et la Littérature »
Fuseau « Tolkien & Simonne d'Ardenne (Oxford-Liège-Oxford) »

Aller à la section