C’est dans la soirée du vendredi 20 juillet 2018, au lieu-dit Les Monts, à Lunay près de Vendôme, dans le Loir et Cher, que les festivités commencèrent. Le site choisi se trouvait dans un aimable hameau de cet arrière pays vendômois, chanté par Pierre de Ronsard, au sommet d’une petite colline percée de cavées discrètes. La maison de Melo Dye et Gijs, l’auberge sur la colline, était prête à accueillir la foule des convives.

Pour cette première soirée, une grande partie des invités était déjà arrivée à bon port, malgré quelques détours sur les petites routes du Loir-et-Cher, là où, comme le rappelle la légende, les gens ne font pas de manières.

Venus du pays des chocolatines, où les poches tiennent lieu de sacs, Forfirith, Manu et Hyarion arrivèrent les premiers sur place.
Yyr, Alquendë et les enfants Esteldil et Calandil trouvèrent l’auberge à leur tour. Puis, en peu de temps, Dragon-Pierre, Rebeca, Gurth et les trois vikings, suivis d’Elbaratha, Gawain et des trois nanelfes, investirent les lieux, tandis qu’au pied de la colline, Elisa, Benilbo et Anouck goûtaient à l’angoisse d’une crevaison aussi inopinée que peu désirée.
Aidés par un contingent de Tolkiendili initiés à l’hermétisme de la mécanique automobile, les passagers de la voiture furent soulagés de voir le pneu changé et de vite oublier les tracas.
Dunminuial et Solène fermèrent le ban des arrivées du vendredi, et les retrouvailles entre amis furent des plus joyeuses et des plus agréables, même si, hélas, Yyr et les siens durent quitter l’assemblée et reprendre la route en cette première nuit mootique.

La matinée du samedi se déroula au rythme des réveils successifs. D’abord ceux des jeunes enfants suivis de près par leurs parents, puis ceux des aheures, comme on dit en Vendômois, les « lève-tôt », surpris d’entendre que des gens aient pu se lever avant eux, malgré la veillée du vendredi. Enfin, émergèrent les « lève-tard », ceux qui profitent d’un week-end de moot pour goûter, le plus longtemps possible, le bonheur d’un lit douillet. Bien entendu, un tel compte-rendu ne citera pas de noms. Notons seulement que lorsque Cédric pu atteindre la colline après un long périple depuis les brumes lointaines du Ch’nord, tout le monde était enfin levé, en train de se consacrer à un énième petit déjeuner.

La petite famille d’Isengar arriva à bon port un peu avant midi. Venus en voisins, il venaient d’expérimenter les plaisirs subtils d’adaptation de la conduite aux nouvelles limitations de vitesse… ils débarquèrent donc avait un retard substantiel sur l’horaire d’arrivée prévue.

Ces heureuses retrouvailles s’agrémentèrent, sous l’œil complice du soleil estival, d’une dégustation de fraîches gluttes apportées par Cédric depuis les faubourgs de Lille et par Rebeca depuis les terres d’au-delà de Quiévrain, qui, comme chacun le sait désormais, n’est pas une rivière mais un village.

L’installation des bagages dans les chambrées a été l’occasion de découvrir un petit livre du milieu du siècle dernier, dont l’objet était la vie en bon voisinage à la campagne. Essentiellement composé de points de droit rural, agrémenté de bon sens paysan, la lecture des bonnes pages de ce livre par Gurth, fit la joie de la foule avide d’en savoir plus sur la nue-propriété, sur l’élevage des lapins, le devenir des poules en dehors de leur enclos d’origine, ou sur l’interdiction formelle de tuer le chien du voisin alors qu’il vient de dévorer les habitants de votre clapier…

Malgré l’enchantement que procurait la seine lecture, et l’accompagnement musical improvisé par Kendra, Benilbo et Hyarion, l’heure du départ approchait pour Forfirith et Manu. Heureusement, quelques denrées furent apportées et les jeunes voyageurs purent se restaurer avant de quitter l’assemblée, fort marrie de ce départ.

Peu après, Tar Palantir, le bien nommé, trouva en dernier le chemin de la colline. « Il était temps, Tar », lui dirent ses amis. En effet arrivait l’heure des affrontements ludiques, le temps des hautes compétitions, où chacun devrait rivaliser de force et d’intelligence pour remporter la victoire.

C’est au jeu du Molkky que s’affrontèrent d’abord les superbes athlètes mâles au corps finement huilé. Benilbo venait en premier, puis Gurth, Gawain et Dragon-Pierre. Ensuite se présentèrent Tar-Palantir et Isengar, défiés par Cédric et Dunminuial.

Les dames, avaient sagement préféré se poser à l’ombre des arbres.

Ce jeu, venu des confins des rives du golfe de Botnie, était étrange. La disposition très précise et savamment codifiée des quilles de bois rappelait d’autres formes ésotériques que n’auraient pas renié les derniers tenants de la méta-matière en ce bas monde.

 

 

Au terme d’une compétition terrible, ce fut Gurth qui remporta la victoire.

Les compétiteurs se dirigèrent ensuite vers des joutes plus mixtes, et donc plus intellectuelles. On sortit le jeu « Concept », et la foule se massa autour des énigmes proposées par les joueurs, tandis que la chaleur invitait à bervasser allègrement, mais sans s’ivrogner.

Plusieurs d’entre eux furent réquisitionnés par Melo Dye et Gijs pour participer aux préparations culinaires envisagées pour le soir. Les hôtes de l’auberge sur la colline avaient en effet prévu un grand barbecue.

Gurth fut chargé des viandes et de la marinade, Kendra, Rebeca et Solène s’occupèrent de la préparation des crudités, des légumes et des accompagnements, tandis que Tar Palantir fut chargé du découpage des ananas.

Un grand feu fut allumé par Gijs et Gurth et les braises furent prêtes à temps pour disposer l’ensemble des mets sur le gril.

Le soir venu, tandis que le soleil descendait vers le couchant, tous se disposèrent en cercle pour écouter les lectures proposées par Hyarion. Celui-ci lut des extraits de textes de William Morris, Lord Dunsany, Robert E. Howard, Clark Ashton Smith, et J. R. R. Tolkien.

Dans le crépuscule, et aux lueurs chaudes et dansantes du boissier, le charme de la fantasy opéra. La voix du narrateur accompagna les auditeurs du temple de Chu-Bu aux confins du Withywindle, en passant par la voie étroite qui mène vite et bien à la Valusie, l’antique royaume de Kull.

 

 

La nuit se posa sur le Vendômois, et, comme la veille, les enfants se réveillèrent dès patron-minette, comme disaient les gens du pays, tandis que la rosée gluttait sur les feuilles et les herbes.

Le petit déjeuner du dimanche fut l’occasion de longues discussions matinales. Il était amusant de constater que, tout naturellement, les participants à ces échanges formèrent une sorte de grand anneau.

La matinée faut aussi l’occasion d’entendre une courte conférence donnée par Isengar, ce maître du savoir, dans la tradition des conférences mootiques des années passées. Le sujet de la causerie fut le projet d’adaptation cinématographique avortée du Seigneur des Anneaux par les Beatles, dont Isengar, ce scribe talentueux, avait fait un article, quelques mois plus tôt, dans les pages de JRRVF.

Après cet interlude culturel matinal, Gijs et Melo Dye préparèrent le repas du midi, constitué de diverses variétés de saucisses grillées et de fripes, comme disent les gens du Vendômois, à associer avec des tranches de pain chaud. Idéal pour les allouvis.

L’après-midi vint assez vite. On profita de l’agréable chaleur du verger, bien que le soleil jouait à cute-cachette avec les nuages, tandis que l’temps s’engraissait en soulare, annonçant de possibles orages.

Ce fut l’heure de nouvelles lectures, et on les fit dans la langue vendômoise. Gurth, Kendra, puis Dragon-Pierre se plièrent à cet exercice. On décrivit les variétés d’herbes dans les termes locaux, on évoqua les chasses maudites d’Hennequin et on lut le conte de l’enfant prodigue dans sa version du pays : « y’avait une foué un laboureux, qu’avait deux grands gâs… ».

Mais si, comme d’aucuns le prétendaient, l’intelligence de méta-matière était, le cas échéant, supérieure à l’instinct de matière, le temps, lui, traçait toujours son chemin sans opérer, en aucune façon, de manœuvre de recul. Et, inéluctablement, l’heure des premiers départs finit par arriver.

Cédric fut le premier à repartir, suivi de Geliriel, Isengar et des enfants. Elbaratha et Gawain, puis Rebeca et Guillaume, prirent à leur tout congé.

Tar Palantir prit la suite, imité par Dragon-Pierre.

Partant en convoi, Kendra, Hyarion, Anouck et Benilbo laissèrent les deux derniers convives, Dunminuial et Solène, en compagnie de Melo Dye et Gijs.

 

Avec leur départ de l’auberge sur la colline, le lundi matin, prit fin le Moot des 20 ans de JRRVF, qui, de l’avis général, était une louée des plus mémorables. Que Melo Dye et Gijs en soient remerciés !