La Cave Lu par Tolkien Glǽmscribe Mathoms Nouveautés
Quenya Sindarin Telerin Qenya Noldorin
Adûnaïque Westron Khuzdul Noir parler Valarin
Vieil anglais – Tolkien Vieil anglais Moyen anglais
Gotique Vieux norrois Finnois Gallois Latin
Béowulf – La traversée
Français
Vieil anglais
Manuscrit

Fyrst forð gewát. Flota wæs on ýðum,
Fyrst forð gewát. Flota wæs on ýðum,
Un moment se passa, et l’esquif était sur les vagues,
bát under beorge. Beornas gearwe
bát under beorge. Beornas gearwe
Le bateau sous le mont ; les guerriers étaient prêts
on stefn stigon; stréamas wundon,
on stefn stigon; stréamas wundon,
Et montèrent à bord ; les courants tournoyaient,
sund wið sande; secgas bǽron
sund wið sande; secgas bǽron
L’onde contre le sable ; les vaillants apportèrent
on bearm nacan beorhte frætwe,
on bearm nacan beorhte frætwe,
Dans le sein du vaisseau un brillant équipement,
gúðsearo geatolic; guman út scufon,
gúðsearo geatolic; guman út scufon,
Un précieux matériel de guerre, puis poussèrent au large,
weras on wilsíð, wudu bundenne.
weras on wilsíð, wudu bundenne.
Exaltés du voyage, l’assemblage de bois.
Gewát þa ofer wǽgholm, winde gefýsed,
Gewát þa ofer wǽgholm, winde gefýsed,
Voici parti au vent, sur la houle des vagues,
flota fámigheals fugle gelícost,
flota fámigheals fugle gelícost,
L’esquif au col d’écume, tout pareil à l’oiseau,
oþþæt ymb antíd óðres dógores
oþþæt ymb antíd óðres dógores
Jusqu’à ce qu’en son temps dans la journée suivante,
wundenstefna gewaden hæfde
wundenstefna gewaden hæfde
La proue courbe eût assez parcouru de distance
þæt þa líðende land gesáwon,
þæt þa líðende land gesáwon,
Pour que les passagers aperçussent la terre,
brimclifu blícan, beorgas stéape,
brimclifu blícan, beorgas stéape,
L’éclat des falaises marines, les monts aux raides pentes,
síde sǽnæssas; þá wæs sund liden,
síde sǽnæssas; þá wæs sund liden,
Les vastes promontoires. L’onde était lors franchie,
eoletes æt ende. Þanon úp hraðe
eoletes æt ende. Þanon úp hraðe
La traversée finie. Alors, rapidement,
Wedera léode on wang stigon,
Wedera léode on wang stigon,
Les Wèdres débarquèrent, grimpèrent sur la plaine,
sǽwudu sǽldon (syrcan hrysedon,
sǽwudu sǽldon (syrcan hrysedon,
Amarrèrent la coque ; les cottes crépitèrent,
gúðgewǽdo), gode þancedon
gúðgewǽdo), gode þancedon
Fourniment de combat ; et ils rendirent grâce à Dieu
þæs þe him ýðláde éaðe wurdon.
þæs þe him ýðláde éaðe wurdon.
D’avoir eu par la vague un facile passage.

Commentaire
Béowulf est le plus long et le plus connu des poèmes héroïques anglo-saxons. Il nous est parvenu par un unique manuscrit conservé à la British Library, le Cotton Vitellius. Comportant 3182 vers allitérés, le poème fut composé entre le VIIe et le Xe siècle à destination d’un public chrétien à partir de la tradition anglo-saxonne. Il met en regard deux moments de la vie du héros éponyme : ses exploits de jeunesse, quand chez le roi danois Hrothgar il abat Grendel, un géant mangeur d’hommes qui en ravage les domaines, puis sa mère ; puis, dans sa vieillesse comme roi des Gauts, son dernier combat contre un dragon qui menace son peuple. J. R. R. Tolkien joua un rôle déterminant dans l’étude et la critique de Béowulf en publiant en 1936 un article fondateur intitulé Beowulf: les Monstres et les critiques, qui a été republié avec d’autres de ses essais dans le recueil Les Monstres et les critiques et autres essais. En retour, Béowulf a été une importante source d’inspiration pour Tolkien : certains éléments narratifs du Hobbit et du Seigneur des anneaux y trouvent leur origine.

Tolkien prit ce fragment comme exemple dans son essai Traduire Beowulf, également inclus dans Les Monstres et les critiques et autres essais. Il y donne une analyse détaillé de la prosodie, de la métrique et du style, ainsi qu’une traduction en un vers allitératif adapté à l’anglais moderne.

La traduction, inédite, est de Bertrand Bellet.

La transcription du texte imite l’écriture insulaire, un style de l’alphabet latin d’origine irlandaise, employé dans la plupart des manuscrits en vieil anglais. Nous nous sommes servis de la police Beowulf1 de Peter S. Baker.

Références
Tolkien, John Ronald Reuel. The Monsters and the Critics and Other Essays. Edited by Christopher Tolkien. London: HarperCollins, 2006. 256 p. ISBN 0-261-10263-X.
Tolkien, John Ronald Reuel. Les Monstres et les critiques et autres essais. Édition de Christopher Tolkien. Traduction de Christine Laferrière. Paris : Christian Bourgois, 2006. 294 p. ISBN 2-267-01820-9.
Savage, Anne (ed.). Beowulf in Hypertext. 🌍 McMasterUniversity, Hamilton (Ontario).

Les œuvres de John Ronald Reuel et Christopher Tolkien sont soumises au droit de leurs auteurs ou de leur ayants droit, dont leurs éditeurs et le Tolkien Estate.
Les citations des autres auteurs, éditeurs et traducteurs mentionnés en bibliographie sont soumises au droit de leurs auteurs respectifs ou de leurs ayants droit, hormis les cas où ces droits ont expiré.
Dernière mise à jour du site : 25 mars 2017. Nous contacter :