La Cave Lu par Tolkien Glǽmscribe Mathoms Nouveautés
Quenya Sindarin Telerin Qenya Noldorin
Adûnaïque Westron Khuzdul Noir parler Valarin
Vieil anglais – Tolkien Vieil anglais Moyen anglais
Gotique Vieux norrois Finnois Gallois Latin
Inscription de la carte de Thrór
Français
Noldorin
Cirth

sz2z@`8zla`2Rc@@`l`c@@b@
Lheben teil brann i annon
La porte a cinq pieds de haut
cR`@zaz!`@zaz!l`rcR`rb9Rz4P
ar neledh neledhi gar godrebh.
et trois peuvent passer de front.

Commentaire
À la page 92 de l’ouvrage de Wayne G. Hammond et Christina Scull, J. R. R. Tolkien – Artiste et illustrateur, se trouvent dans un brouillon de la carte de Thrór de Bilbo le hobbit quelques mots de noldorin, discutés en note p. 150. Il est assez facile de les interpréter, l’essentiel du vocabulaire étant connu ou facilement déductible ; et il apparaît alors clairement qu’il s’agit d’une version de la phrase écrite en runes qui donne le secret de la carte. La traduction que nous donnons ici est tirée de la traduction de Francis Ledoux du premier chapitre de Bilbo le Hobbit, où Gandalf interprète l’inscription runique.

Daniel Lauzon dans sa traduction du Hobbit a préféré « La porte a cinq pieds de haut et trois y marchent de front », ce qui est sans doute (et par hasard) un peu plus loin de la phrase noldorine dans sa seconde moitié. Les Étymologies parues dans La Route perdue, postérieures de quelques années seulement au Hobbit (fin des années 1930, contre leur première partie pour l’élaboration du conte), permettent en effet d’interpréter assez sûrement neledh = trois (racine NÉLED), neledhi = milieu-aller (racines NED + LED) = passer ou entrer, godrebh = ensemble-au travers (racines + TER) = de front. L’élément gar correspond par élimination au verbe modal « pouvoir », bien qu’il s’explique assez mal par les racines attestées GAR ou éventuellement KAR (en supposant une lénition de la consonne initiale de K en G, courante en noldorin comme en sindarin).

Le texte est transcrit en runes elfiques ou cirth selon les valeurs données par Tolkien dans l’Angerthas Daeron. Nous nous sommes servis de la police Cirth Erebor de Daniel Steven Smith.

Références
Hammond, Wayne G & Scull, Christina. J. R. R. Tolkien – Artist and Illustrator. London: HarperCollins, 2004. 207 p. ISBN 0-261-10322-9.
Tolkien, John Ronald Reuel. The Hobbit or There and Back Again. London: HarperCollins, 1999. 310 p. ISBN 0-261-10221-4.
Tolkien, John Ronald Reuel. The Lost Road and other writings: Language and Legend before The Lord of the Rings. Edited by Christopher Tolkien. London: HarperCollins, 1993. 455 p. (The History of Middle-earth; V). ISBN 0-261-10225-7.
Hammond, Wayne G & Scull, Christina. J. R. R. Tolkien – Artiste et illustrateur. Traduction de Jacques Georgel. Paris : Christian Bourgois, 1996. 205 p. ISBN 2-267-01362-2.
Tolkien, John Ronald Reuel. Bilbo le hobbit ou histoire d’un aller et retour. Traduction de Francis Ledoux. Paris : J’ai lu, 1978. 370 p. ISBN 2-277-11486-3.
Tolkien, John Ronald Reuel. Le Hobbit. Traduction de Daniel Lauzon. Paris : Christian Bourgois, 2012. 300 p. ISBN 978-2-267-02402-9.
Tolkien, John Ronald Reuel. La Route perdue et autres textes : Langues et légendes avant Le Seigneur des anneaux. Édition de Christopher Tolkien. Traduction de Daniel Lauzon. Paris : Christian Bourgois, 2008. 496 p. (Histoire de la Terre du Milieu; V). ISBN 978-2-267-02000-7.

Les œuvres de John Ronald Reuel et Christopher Tolkien sont soumises au droit de leurs auteurs ou de leur ayants droit, dont leurs éditeurs et le Tolkien Estate.
Les citations des autres auteurs, éditeurs et traducteurs mentionnés en bibliographie sont soumises au droit de leurs auteurs respectifs ou de leurs ayants droit, hormis les cas où ces droits ont expiré.
Dernière mise à jour du site : 25 mars 2017. Nous contacter :