La Cave Lu par Tolkien Glǽmscribe Mathoms Nouveautés
Quenya Sindarin Telerin Qenya Noldorin
Adûnaïque Westron Khuzdul Noir parler Valarin
Vieil anglais – Tolkien Vieil anglais Moyen anglais
Gotique Vieux norrois Finnois Gallois Latin
Dvergatal
Français
Vieux norrois
Runes

ᚦᛅᚱ ᚢᛅᛦ ᛘᚢᛏᛋᚢᚼᚾᛁᛦ
Þar var Mótsognir
Il y avait là Mótsognir
ᛘᛅᛏᛋᛏᛦ ᚢᛘ ᚢᚱᚦᛁᚾ
mæztr um orðinn
devenu le plus grand
ᛏᚢᛁᚱᚼᛅ ᛅᛚᛦᛅ᛫
dverga allra,
de tous les nains,
ᛁᚾ ᛏᚢᚱᛁᚾ ᚬᚾᛅᚱ᛬
en Durinn annarr.
et Durinn, le second ;
ᚦᛅᛁᛦ ᛘᚬᚾᛚᛁᚴᚬᚾ
Þeir mannlíkǫn
des êtres à forme humaine
ᛘᚬᚱᚼ ᚢᛘ ᚴᚢᚱᚦᚢ᛫
mǫrg um gørðu,
ils firent en grand nombre,
ᛏᚢᛁᚱᚼᛅᛦ᛫ ᚢᚱ ᛁᚬᚱᚦᚢ᛫
dvergar, ór jǫrðu,
les nains de la terre,
ᛋᛁᛘ ᛏᚢᚱᛁᚾ ᛋᛅᚼᚦᛁ᛬
sem Durinn sagði.
comme Durinn le prescrivit.



ᚾᚢᛁ ᚢᚴ ᚾᛁᚦᛁ᛫
Nýi ok Niði,
Nýi et Niði,
ᚾᚢᚱᚦᚱᛁ ᚢᚴ ᛋᚢᚦᚱᛁ᛫
Norðri ok Suðri,
Norðri et Suðri,
ᚬᚢᛋᛏᚱᛁ ᚢᚴ ᚢᛁᛋᛏᚱᛁ᛫
Austri ok Vestri,
Austri et Vestri,
ᛅᛚᚦᛁᚢᚠᛦ᛫ ᛏᚢᛅᛚᛁᚾ᛫
Alþjófr, Dvalinn,
Alþjófr, Dvalinn,
ᚾᛅᛦ ᚢᚴ ᚾᛅᛁᚾ᛫
Nár ok Náinn,
Nár et Náinn,
ᚾᛁᛒᛁᚴᛦ᛫ ᛏᛅᛁᚾ᛫
Nípingr, Dáinn,
Nípingr, Dáinn,
ᛒᛁᚠᚢᚱ᛫ ᛒᛅᚠᚢᚱ᛫
Bífurr, Báfurr,
Bífurr, Báfurr,
ᛒᚬᛒᚢᚱ᛫ ᚾᚢᚱᛁ᛫
Bǫmburr, Nóri,
Bǫmburr, Nóri,
ᚬᚾ ᚢᚴ ᚬᚾᛅᚱ᛫
Án ok Ánarr,
Án et Ánarr,
ᛅᛁ᛫ ᛘᛁᚬᚦᚢᛁᛏᚾᛁᛦ᛬
Ái, Mjǫðvitnir.
Ái, Mjöðvitnir.



ᚢᛅᛁᚼᛦ ᚢᚴ ᚴᚬᛏᛅᛚᚠᛦ᛫
Veigr ok Gandalfr,
Veigr et Gandalfr,
ᚢᛁᛏᛅᛚᚠᛦ᛫ ᚦᚱᛅᛁᚾ᛫
Vindalfr, Þráinn,
Vindalfr, Þráinn,
ᚦᛁᚴᛦ ᚢᚴ ᚦᚢᚱᛁᚾ᛫
Þekkr ok Þorinn,
Þekkr et Þorinn,
ᚦᚱᚢᛦ᛫ ᛚᛁᛏᛦ ᚢᚴ ᚢᛁᛏᛦ᛫
Þrór, Litr ok Vitr,
Þrór, Litr et Vitr,
ᚾᛅᛦ ᚢᚴ ᚾᚢᚱᛅᚦᛦ᛫
Nár ok Nýráðr,
Nár et Nýráðr ;
ᚾᚢ ᚼᛁᚠᛁ ᛁᚴ ᛏᚢᛁᚱᚼᛅ᛫
nú hefi ek dverga,
voici les nains,
ᚱᛁᚼᛁᚾ ᚢᚴ ᚱᛅᚦᛋᚢᛁᚦᛦ᛫
Reginn ok Ráðsviðr,
Reginn et Ráðsviðr -
ᚱᛁᛏ ᚢᛘ ᛏᛅᛚᚦᚬ᛬
rétt um talða.
justement dénombrés.



ᚠᛁᛚᛁ᛫ ᚴᛁᛚᛁ᛫
Fíli, Kíli,
Fíli, Kíli,
ᚠᚢᛏᛁᚾ᛫ ᚾᛅᛚᛁ᛫
Fundinn, Náli,
Fundinn, Náli,
ᚼᛁᛒᛏᛁ᛫ ᚢᛁᛚᛁ᛫
Hepti, Víli,
Hepti, Víli,
ᚼᚬᚾᛅᚱ᛫ ᛋᚢᛁᚢᚱ᛫
Hanarr, Svíorr,
Hanarr, Svíorr,
ᚾᛅᛦ ᚢᚴ ᚾᛅᛁᚾ᛫
Nár ok Náinn,
Nár et Náinn,
ᚾᛁᛒᛁᚴᛦ᛫ ᛏᛅᛁᚾ᛫
Nípingr, Dáinn,
Nípingr, Dáinn,
ᛒᛁᛚᛁᚴᛦ᛫ ᛒᚱᚢᚾᛁ᛫
Billingr, Brúni,
Billingr, Brúni,
ᛒᛁᛚᛏᛦ ᚢᚴ ᛒᚢᚱᛁ᛫
Bíldr ok Búri,
Bíldr et Búri,
ᚠᚱᛅᛦ᛫ ᚼᚢᚱᚾᛒᚢᚱᛁ᛫
Frár, Hornbori,
Frár, Hornbori,
ᚠᚱᛅᚼᛦ ᚢᚴ ᛚᚢᚾᛁ᛫
Frægr ok Lóni,
Frægr et Lóni,
ᚬᚢᛦᚢᚬᚴᛦ᛫ ᛁᛅᚱᛁ᛫
Aurvangr, Jari,
Aurvangr, Jari,
ᛅᛁᚴᛁᚾᛋᚴᛁᛅᛚᛏᛁ᛬
Eikinskjaldi.
Eikinskjaldi.



ᛘᛅᛚ ᛁᛦ ᛏᚢᛁᚱᚼᛅ
Mál er dverga
Temps d’énumérer
ᛁ ᛏᚢᛅᛚᛁᚾᛋ ᛚᛁᚦᛁ
í Dvalins liði
aux humains
ᛚᛁᚢᚾᛅ ᚴᛁᛏᚢᛘ
ljóna kindum
la lignée des nains de Dvalinn
ᛏᛁᛚ ᛚᚢᚠᛅᚱᛋ ᛏᛁᛚᛁᚬ᛫
til Lofars telja,
qui jusqu’à Lofarr descend,
ᚦᛅᛁᛦ ᛁᚱ ᛋᚢᛏᚢ
þeir er sóttu
eux qui allèrent
ᚠᚱᚬ ᛋᛅᛚᛅᛦ ᛋᛏᛅᛁᚾᛁ
frá salar steini
à Jǫruvellir
ᚬᚢᛦᚢᚬᚴᛅ ᛋᛁᚬᛏ
Aurvanga sjǫt
et à Aurvangar
ᛏᛁᛚ ᛁᚬᚱᚢᚢᛅᛚᚬ᛬
til Jǫruvalla.
depuis leurs gîtes sous la pierre.



ᚦᛅᚱ ᚢᛅᚱ ᛏᚱᚬᚢᛒᚾᛁᛦ
Þar var Draupnir
S’y trouvaient Draupnir
ᚢᚴ ᛏᚢᛚᚼᚦᚱᛅᛋᛁᛦ᛫
ok Dolgþrasir,
et Dolgþrasir,
ᚼᛅᚱ᛫ ᚼᚬᚢᚼᛋᛒᚢᚱᛁ᛫
Hár, Haugspori,
Hár, Haugspori,
ᚼᛚᛁᚢᚬᚴᛦ᛫ ᚴᛚᚢᛁᚾ᛫
Hlévangr, Glóinn,
Hlévangr, Glói,
ᛏᚢᚱᛁ᛫ ᚢᚱᛁ᛫
Dóri, Óri,
Dóri, Óri,
ᛏᚢᚠᛦ᛫ ᚬᛏᚢᛅᚱᛁ᛫
Dúfr, Andvari,
Dúfr, Andvari,
ᛋᚴᛁᚱᚢᛁᛦ᛫ ᚢᛁᚱᚢᛁᛦ᛫
Skirvir, Virvir,
Skirfir, Virfir,
ᛋᚴᛅᚠᛁᚦᛦ᛫ ᛅᛁ᛬
Skáfiðr, Ái.
Skáfiðr, Ái.
ᛅᛚᚠᛦ ᚢᚴ ᚢᚴᚢᛁ᛫
Álfr ok Yngvi,
Álfr et Yngvi,
ᛅᛁᚴᛁᚾᛋᚴᛁᛅᛚᛏᛁ᛫
Eikinskjaldi,
Eikinskjaldi,
ᚠᛁᛅᛚᛅᚱ ᚢᚴ ᚠᚱᚢᛋᛏᛁ᛫
Fjalarr ok Frosti,
Fjalarr et Frosti,
ᚠᛁᚾᛦ ᚢᚴ ᚴᛁᚾᛅᚱ᛬
Finnr ok Ginnarr.
Finnr et Ginnarr.



ᚦᛅᛏ ᛘᚢᚾ ᚢᛒᛁ᛫
Þat mun uppi,
Toujours remonteront
ᛘᛁᚦᚬᚾ ᚬᛚᛏ ᛚᛁᚠᛁᛦ᛫
meðan ǫld lifir,
tant qu’hommes vivront
ᛚᚬᚴᚾᛁᚦᛁᛅ ᛏᛅᛚ
langniðja tal
les générations
ᛚᚢᚠᛅᚱᛋ ᚼᛅᚠᚬᛏ᛬
Lofars hafat.
jusqu’à Lofarr.

Commentaire
Le Dvergatal (« Décompte des nains ») est une liste de noms de nains de la mythologie nordique, dans laquelle Tolkien a pioché les noms des membres de la compagnie de Thorin dans Le Hobbit. Le Dvergatal est un fragment de la Vǫluspá (« Prédiction de la voyante »), un des poèmes les plus importants de l’Edda poétique, un recueil anonyme d’œuvres en vers liées à l’ancien paganisme scandinave, composées à l’époque païenne, rassemblées et préservées dans le Codex Regius, un manuscrit islandais daté du XIIIe siècle. La Vǫluspá expose par la bouche d’une magicienne le destin du monde en une série de visions grandioses et sauvages : c’est à la fois une cosmogonie et une eschatologie. Elle est abondamment citée par le grand écrivain islandais du XIIIe siècle Snorri Sturluson dans son propre compendium de mythologie nordique, l’Edda en prose.

La Vǫluspá nous est connue d’après le Codex Regius (Konungsbók), le livre de Haukr (Hauksbók) et par ses citations dans l’Edda en prose. Le texte présenté ici est reconstitué dans l’orthographe normalisée du vieux norrois par superposition de versions. La traduction suit celle de Régis Boyer publiée chez Fayard, mais a été modifiée pour faire correspondre la liste de noms au texte norrois présenté en regard.

Le texte est transcrit en runes germaniques ou futhark, de la série du futhark récent employé en Scandinavie du IXe au XIIe siècles. Les runes sont de la variété « à branches longues », appelées également (de façon quelque peu impropre) « runes danoises ». Nous nous sommes servis de la police Pfeffer Mediæval de Robert Pfeffer.

Références
L’Edda poétique. Textes présentés et traduits par Régis Boyer. Paris : Fayard, 2002. 685 p. ISBN 2-213-02725-0.
Jörmungrund. 🌍 Háskóli Íslands, Reykjavík.

Les œuvres de John Ronald Reuel et Christopher Tolkien sont soumises au droit de leurs auteurs ou de leur ayants droit, dont leurs éditeurs et le Tolkien Estate.
Les citations des autres auteurs, éditeurs et traducteurs mentionnés en bibliographie sont soumises au droit de leurs auteurs respectifs ou de leurs ayants droit, hormis les cas où ces droits ont expiré.
Dernière mise à jour du site : 25 mars 2017. Nous contacter :