La Cave Lu par Tolkien Glǽmscribe Mathoms Nouveautés
Quenya Sindarin Telerin Qenya Noldorin
Adûnaïque Westron Khuzdul Noir parler Valarin
Vieil anglais – Tolkien Vieil anglais Moyen anglais
Gotique Vieux norrois Finnois Gallois Latin
Chant de Fíriel
Français
Qenya
Sarati

ÀÓ»ÓPÜFÒ\òÒ!ÈÖ!ÀÓ»Ó%?ÓÈè!Fè#Ö!ÀÓÈè!FÓ"a?òÞÈÒ!?ÞÈÒ
Î!FÓÈè¦ÒPèÀòÞ!Í!ÀÓÈÜ?Òa!FÓÀóP!"FòܪÈÖ!FÓÈÖ
Î!ÈèªÒ?"!Í!ÀÓÈÜFÒPÜ!&Èè!"Ü?ÓÈè%Ò?ÓPè!Í!ÀPÖ!Í!À»ÓÈÖ!»Ó"Ü
Î!ÈèFÒPÖ!Í!€è?è!?óÜ%èFÓP!FÓ#?ÓÈÖ
Î!FÓÀÈÖ!FÓÈòÞ!ÀÓ%Ò?ÓËÒ!Í!?ÓŸÒÈÒ!ÀÓ»Ó%?ÓÈè!"Ü?ÓÈèFÒ#Ö!ÀÓÈè
Î!ÀÓFè"Öa?òÞÈÒ!ÀÓÀèv?è!FÓÀóÈÖ!"Ü?ÓªÈÖ!ÀÓ»Ó»?ÓÈÒ!Î!FÓPFÒÈòÒ!»Ó"Ü
Î!ÀÓPèÈòÒ!p?ÓÈÒ!FÓÈÖ!Í!FÓP!ÈÒ!Í!FÒÈÖÈè!Í!‰\!Í!‰a!?ÞÈÒ
Î!FÓÀÜPèÀòÞ!»è!PFÒÈòÒ
Í!Pè?óÞÈÞ!Í!ÀÓPèŸòÒ!‰ÀÒ!€ÜÈÒ!FèŸòè!»èÈòÞ!ÀÓÀ
Í!ÀÓÈÜ?ÒpèFÓÀ!ÈÒ!FÓÈÖ!?Ó±è!a»òè!Í!P?Ó±è!»è!ŸòÒ!ÀÓ"è
Í!Pè?óÞ»!Í!aÈòèÀÒ»ÓvËÜ!Í!À"ÒÀòÜ!a»òè!p?ÓÈÒ!FèÈòÒ
Î!ÈÖFè\ÖÈÞ!Í!ÈÖFè\Ö!Fè"Ö!aÈòÞ!ªÀÈÖ
Í!FÓ"a?òÞÈÒ!ÀÓÀÒ!aªÖÈÖ!Fè"Ö!ÀÓP
Í!?Ó±è!ÈÒ!FÓ"!Fè‰ÖÈè!FÓ"a?òÞÈÒ
Î!a?Þpè!‰FÒÀÈÖ!FèÈòÒ
Ilu Ilúvatar en káre eldain a fírimoin
ar antaróta mannar Valion: númessier.
Toi aina, mána, meldielto – enga morion: talantie.
Alkar Mardello lende: márie.
En kárielto eldain Isil, hildin Úr-anar.
Toi írimar. Ilyain antalto annar lestanen Ilúvatáren.
Ilu vanya, fanya, eari, i-mar, ar ilqa ímen.
Írima ye Númenor.
Nan úye sére indo-ninya símen, ullume;
ten sí ye tyelma, yéva tyel ar i narqelion,
íre ilqa yéva nótina, hostainiéva, yallume:
ananta úva táre fárea, ufárea!
Man táre antáva nin Ilúvatar,
Ilúvatar enyáre tar i tyel,
íre Anarinya qeluva?
Le Père créa le Monde pour les Elfes et les Mortels,
et il le remit entre les mains des Seigneurs. Ils sont dans l’Ouest.
Ils sont saints, bénis, bien-aimés – sauf le ténébreux. Il est déchu.
Melko a quitté la Terre : cela est bien.
Pour les Elfes ils firent la Lune, mais pour les Hommes le Soleil rouge,
qui sont beaux. À chacun ils ont imparti les dons d’Ilúvatar.
Le Monde est beau, le ciel, les mers, la terre, et tout ce qui s’y trouve.
Númenor est magnifique.
Mais mon cœur ne repose pas ici pour toujours ;
car ce monde est périssable, et il y aura une fin et l’Évanescence,
lorsque tout sera compté, et que tout sera dénombré enfin,
et pourtant ce ne sera pas assez, pas assez.
Que me donnera le Père, ô Père,
le jour suivant la fin
lorsque s’éteindra mon Soleil ?

Commentaire
Des fragments de ce chant font partie de la trame narrative de l’épisode númenoréen du roman inachevé de Tolkien La Route perdue. Le texte complet est donné en note avec une traduction à la p. 72 de l’édition anglaise; nous en donnons la version finale avec toutes les corrections. L’interprétation est celle de Tolkien, dans la traduction de Daniel Lauzon.

Le texte est transcrit en sarati ou « lettres de Rúmil », écrits verticalement de haut en bas et de gauche à droite. Les signes suivent le système de valeurs créé par Tolkien pour le quenya. Nous nous sommes servis de la police Sarati Eldamar de Måns Björkman.

Références
Tolkien, John Ronald Reuel. The Lost Road and other writings: Language and Legend before The Lord of the Rings. Edited by Christopher Tolkien. London: HarperCollins, 1993. 455 p. (The History of Middle-earth; V). ISBN 0-261-10225-7.
Tolkien, John Ronald Reuel. La Route perdue et autres textes : Langues et légendes avant Le Seigneur des anneaux. Édition de Christopher Tolkien. Traduction de Daniel Lauzon. Paris : Christian Bourgois, 2008. 496 p. (Histoire de la Terre du Milieu; V). ISBN 978-2-267-02000-7.

Les œuvres de John Ronald Reuel et Christopher Tolkien sont soumises au droit de leurs auteurs ou de leur ayants droit, dont leurs éditeurs et le Tolkien Estate.
Les citations des autres auteurs, éditeurs et traducteurs mentionnés en bibliographie sont soumises au droit de leurs auteurs respectifs ou de leurs ayants droit, hormis les cas où ces droits ont expiré.
Dernière mise à jour du site : 25 mars 2017. Nous contacter :