La Cave Lu par Tolkien Glǽmscribe Mathoms Nouveautés
Quenya Sindarin Telerin Qenya Noldorin
Adûnaïque Westron Khuzdul Noir parler Valarin
Vieil anglais – Tolkien Vieil anglais Moyen anglais
Gotique Vieux norrois Finnois Gallois Latin
La mort de Hervǫr
Français
Vieux norrois
Runes

ᚦᛁᚿᛆ ᚢᛁᛐᚱ ᛌᛆᛐᚢ ᚦᛆᛁᛧ ᚽᚢᛙᛚᛁ ᚢᚴ ᚽᛚᚭᚦᛧ ᚢᛙ ᚴᚢᚱᛐ᛬ ᚢᛙ ᚢᛆᚱᛁᛐ ᛐᚱᚢᚽᚢ ᚦᛆᛁᛧ ᚽᛁᚱ ᛌᚭᛙᚭᚿ ᛌᚢᛆ ᛙᛁᚴᛁᚿ᛫ ᛆᛐ ᛆᛚᚭᚢᚦᛆ ᚢᛆᛧ ᛁᚠᛐᛁᚱ ᛁ ᚽᚢᚿᛆᛚᚭᛐᛁ ᚢᛁᚽᛧᛆ ᛙᚭᚿᛆ᛬ ᛆᛚᛁᛧ ᛙᛁᚿ ᚠᚢᚱᚢ ᛐᚢᛚᚠ ᚢᛁᛐᚱᛆ ᚴᚭᛙᛚᛁᛧ ᚢᚴ ᛁᛚᛧᛁ᛫ ᚦᛆᛁᛧ ᛁᛧ ᚽᛁᚱᚠᚢᚱᛁᛧ ᚢᛆᛧᚢ ᛆᛐ ᚢᛆᛓᚿᚢᛙ᛫ ᚢᚴ ᚽᛁᛌᛐᛆᛧ ᚦᛆᛁᛧᛆ ᛆᛚᛁᚱ ᚠᚢᚱᚢ ᛐᚢᛆᚢᛁᛐᚱᛁᛧ ᚢᚴ ᛁᛚᛧᛁ᛫ ᚢᛆᚱᚦ ᚿᚢ ᛌᚢᛆ ᛙᛁᚴᛁᛚ ᚠᛁᚭᛚᛐᛁ ᛙᚭᚿᛆ ᚦᛆᛁᛧᛆ᛫ ᛆᛐ ᚦᚢᛌᚢᛐᚢᛙ ᛙᛆᛐᛁ ᛐᛁᛚᛁᚭ᛫ ᛁᚿ ᛆᛁᚽᛁ ᚠᛆᚱᛁ ᛁᚿ ᚦᚢᛌᚢᛐᛁᛧ ᛁ ᚠᚢᛚᚴᛁᚴᛆᛧ᛬ ᛁᚿ ᚽᚭᚠᚦᛁᚴᛁ ᚢᛆᛧ ᛌᛁᛐᛧ ᚢᚠᛁᚱ ᚦᚢᛌᚢᛐ ᚽᚢᛁᚱᛁᛆ᛫ ᛁᚿ ᛙᛁᚱᚴᛁ ᚢᚠᛁᚱ ᚽᚢᛁᚱᛁᛆ ᚠᚢᛚᚴᛁᚴ᛫ ᛁᚿ ᚠᛁᛙ ᚦᚢᛌᚢᛐᛁᛧ ᛁ ᚽᚢᛁᚱᛁ ᚠᚢᛚᚴᛁᚴ᛫ ᚦᛆᛁᛧᛆ ᛁᛧ ᚦᚱᛁᛐᚭᚿ ᚽᚢᛐᚱᚢᚦ ᚢᛆᛧᚢ ᛁ ᚽᚢᛁᚱᛁ᛫ ᛁᚿ ᛁ ᚽᚢᛁᚱᛐ ᚽᚢᛐᚱᛆᚦ ᚠᛁᚱᚿᛁᛧ ᚠᛁᚢᚱᛁᛧ ᛐᛁᚽᛁᛧ᛫ ᛁᚿ ᚦᛁᛌᛆᛧ ᚠᚢᛚᚴᛁᚴᛆᛧ ᚢᛆᛧᚢ ᚦᚱᛁᛆᛧ ᚢᚴ ᚦᚱᛁᛧ ᛐᛁᚽᛁᛧ᛬
Þenna vetr sátu þeir Humli ok Hlǫðr um kyrrt. Um várit drógu þeir her saman svá mikinn, at aleyða var eptir í Húnalandi vígra manna. Allir menn fóru tólf vetra gamlir ok ellri, þeir er herfœrir váru at vápnum, ok hestar þeira allir fóru tvævetrir ok ellri; varð nú svá mikill fjǫldi manna þeira, at þúsundum mátti telja, en eigi færi en þúsundir í fylkingar. En hǫfðingi var settr yfir þúsund hverja, en merki yfir hverja fylking, en fimm þúsundir í hverri fylking, þeira er þrettán hundruð váru í hverri, en í hvert hundrað fernir fjórir tigir, en þessar fylkingar váru þrjár ok þrír tigir.
Cet hiver-là, Humli et Hlǫðr se tinrent tranquilles. Au printemps, ils rassemblèrent une armée si grande qu’il ne resta au pays des Huns nul homme en état de porter les armes. Tous les hommes de douze ans ou plus partirent, qui étaient en état de porter les armes, et tous leurs chevaux partirent, qui avaient deux ans ou plus. Il y avait si grande quantité de leurs hommes qu’il fallut les compter par légions, et ils se dénombraient par milliers dans chaque phalange. On mit un chef à la tête de chaque légion, et un étendard sur chaque phalange. Il y avait cinq légions dans chaque phalange, des légions de mille cinq cent soixante hommes, et chaque bataillon comptait quatre fois quarante hommes. Il y avait trente et trois phalanges.
ᛌᛁᛙ ᚦᛁᛌᛁ ᚽᛁᚱ ᚴᚢᛙ ᛌᚭᛙᚭᚿ᛫ ᚱᛁᚦᚢ ᚦᛆᛁᛧ ᛌᚴᚢᚽ ᚦᚭᚿ᛫ ᛁᚱ ᛙᚢᚱᚴᚢᛁᚦᛧ ᚽᛆᛁᛐᛁᛧ᛫ ᛁᚱ ᛌᚴᛁᛚᛧ ᚽᚢᚿᛆᛚᚭᛐ ᚢᚴ ᚴᚢᛐᛆᛚᚭᛐ᛬ ᛁᚿ ᛌᛁᛙ ᚦᛆᛁᛧ ᚴᚢᛙᚢ ᛆᚠ ᛌᚴᚢᚽᛁᚿᚢᛙ᛫ ᚦᚭ ᚢᛆᛧᚢ ᛓᚢᚴᚦᛁᛧ ᛌᛐᚢᚱᛆᛧ ᚢᚴ ᚢᛁᛚᛁᛧ ᛌᛚᛁᛐᛁᛧ᛫ ᚢᚴ ᚭ ᚢᚭᛚᚢᚿᚢᛙ ᛌᛐᚢᚦ ᛓᚢᚱᚽ ᛆᛁᚿ ᚠᚭᚽᚱ᛫ ᚦᛆᚱ ᚱᛁᚦ ᚠᚢᚱᛁᚱ ᚽᛁᚱᚢᚭᚱ᛫ ᛌᚢᛌᛐᛁᚱ ᚭᚴᚭᛐᚢᛌ ᚢᚴ ᚽᛚᚭᚦᛌ᛫ ᚢᚴ ᛙᛁᚦ ᚽᛁᚿᛁ ᚢᚱᛙᛆᚱ ᚠᚢᛌᛐᚱᛁ ᚽᛁᚿᛆᛧ᛫ ᚢᛆᛧᚢ ᚦᚭᚢ ᛌᛁᛐ ᚦᛆᚱ ᛐᛁᛚ ᛚᚭᛐᚽᛆᛐᛌᛚᚢ ᚠᚢᚱᛁᚱ ᚽᛁᚱ ᚽᚢᚿᛆ᛫ ᚽᚭᚠᚦᚢ ᚦᚭᚢ ᚦᛆᚱ ᛙᛁᚴᛁᛐ ᛚᛁᚦ᛬
Sem þessi herr kom saman, riðu þeir skóg þann, er Myrkviðr heitir, er skilr Húnaland ok Gotaland. En sem þeir kómu af skóginum, þá váru byggðir stórar ok vellir sléttir, ok á vǫllunum stóð borg ein fǫgr; þar réð fyrir Hervǫr, systir Angantýs ok Hlǫðs, ok með henni Ormarr fóstri hennar; váru þau sett þar til landgæzlu fyrir her Húna; hǫfðu þau þar mikit lið.
Quand cette armée fut rassemblée, elle alla par la forêt qui s’appelle Myrkviðr et qui sépare le pays des Huns de celui des Goths. Et quand ils sortirent de la forêt, il y eut de vastes régions habitées et deslaines plates, et dans la plaine se dressait une magnifique forteresse. Là commandaient Hervǫr, la sœur d’Angantýr et de Hlǫðr, et Ormarr, le père adoptif de celle-ci. Ils étaient placés là pour défendre le pays contre l’armée des Huns, et ils y disposaient d’une grande troupe.
ᚦᛆᛐ ᚢᛆᛧ ᛆᛁᚿ ᛙᚢᚱᚽᚢᚿ ᛁ ᛌᚢᛚᛆᛧ ᚢᛓᚱᛆᛌ᛫ ᛆᛐ ᚽᛁᚱᚢᚭᚱ ᛌᛐᚢᚦ ᚢᛓ ᚭ ᚴᛆᛌᛐᛆᛚᛆ ᛆᛁᚿᚢᛙ ᚢᚠᛁᚱ ᛓᚢᚱᚽᛆᛧᚽᛚᛁᚦᛁ᛫ ᚽᚢᚿ ᛌᛆ ᛁᚢᚱᚭᚢᚴᛁ ᛌᛐᚢᚱᛆ ᛌᚢᚦᚱ ᛐᛁᛚ ᛌᚴᚢᚽᛆᛧᛁᚿᛌ᛫ ᛌᚢᛆ ᛆᛐ ᛚᚭᚴᚢᛙ ᚠᛆᛚ ᛌᚢᛚᛁᚿᛆ᛬ ᚦᚢᛁ ᚿᛆᛌᛐ ᛌᛆ ᚽᚢᚿ ᚴᛚᚢᚭ ᚢᛐᛁᚱ ᛁᚢᚱᚭᚢᚴᚿᚢᛙ᛫ ᛌᛁᛙ ᚭ ᚴᚢᛚ ᛆᛁᛐ ᛚᛁᛐᛁ᛫ ᚠᛆᚽᚱᛆ ᛌᚴᛁᚭᛚᛐᚢ ᚢᚴ ᚴᚢᛚᛁ ᛚᛆᚽᚦᛆ᛫ ᚴᚢᛚᛐᛆ ᚽᛁᛆᛚᛙᛆ ᚢᚴ ᚽᚢᛁᛐᛆᛧ ᛓᚱᚢᚿᛁᚢᛧ᛫ ᛌᛆ ᚽᚢᚿ ᚦᚭ ᛫ ᛆᛐ ᚦᛁᛐᛆ ᚢᛆᛧ ᚽᚢᚿᛆ ᚽᛁᚱ ᚢᚴ ᛙᛁᚴᛁᛚ ᛙᚭᚿᚠᛁᚭᛚᛐᛁ᛬
Þat var einn morgun í sólar upprás, at Hervǫr stóð upp á kastala einum yfir borgarhliði; hon sá jóreyki stóra suðr til skógarins, svá at lǫngum fal sólina. Því næst sá hon glóa undir jóreyknum, sem á gull eitt liti, fagra skjǫldu ok gulli lagða, gyllta hjálma ok hvítar brynjur; sá hon þá, at þetta var Húna herr ok mikill mannfjǫldi.
Un matin, au lever du soleil, Hervǫr se trouvait dans une tour de guet au-dessus des portes de la citadelle. Elle vit, au sud, vers la forêt, un immense nuage de poussière soulevé par des chevaux au galop, et tel que pendant longtemps le soleil en fut offusqué. Ensuite, sous ce nuage de poussière, ce fut comme si elle ne regardait que de l’or. Elle vit briller de beaux boucliers ciselés d’or, des heaumes dorés et de blanches cottes de mailles. Elle vit alors que c’était l’armée des Huns, une grande multitude.
ᚽᛁᚱᚢᚭᚱ ᚴᛁᚴ ᚢᚠᚭᚿ ᛌᚴᚢᛐᛁᛚᛁᚽᛆ ᚢᚴ ᚴᛆᛚᛆᛧ ᛚᚢᚦᚱᛌᚢᛆᛁᚿ ᚢᚴ ᛓᛆᚦ ᛓᛚᛆᛌᚭ ᛌᚭᛙᚭᚿ ᛚᛁᚦ᛫ ᚢᚴ ᛌᛁᚦᚭᚿ ᛙᛆᛚᛐᛁ ᚽᛁᚱᚢᚭᚱ᛬ ᛐᛆᚴᛁᚦ ᚢᛆᛓᚿ ᚢᚦᚢᚱ ᚢᚴ ᛓᚢᛁᛐᛌᚴ ᛐᛁᛚ ᚢᚱᚢᛌᛐᚢ᛫ ᛁᚿ ᚦᚢ᛫ ᚢᚱᛙᛆᚱ᛫ ᚱᛁᚦ ᛁ ᛙᚢᛐ ᚽᚢᚿᚢᛙ ᚢᚴ ᛓᛁᚢᚦ ᚦᛆᛁᛙ ᚢᚱᚢᛌᛐᚢ ᚠᚢᚱᛁᚱ ᛓᚢᚱᚽᛆᚱᚽᛚᛁᚦᛁ ᛁᚿᚢ ᛌᚢᚦᚱᛆ᛬
Hervǫr gekk ofan skyndiliga ok kallar lúðrsvein ok bað blása saman lið; ok síðan mælti Hervǫr: “Takið vápn yður ok búizk til orrostu, en þú, Ormarr, ríð í mót Húnum ok bjóð þeim orrostu fyrir borgarhliði inu syðra.”
Hervǫr descend en hâte, appelle le trompette et lui ordonne de sonner le rassemblement. Puis Hervǫr dit: « Prenez vos armes et préparez-vous pour la bataille, et toi, Ormarr, chevauche au-devant des Huns, et offre-leur bataille devant le portail sud de la forteresse. »
ᚢᚱᛙᛆᚱ ᚴᚢᛆᚦ᛬
Ormarr kvað:
Ormarr chanta :
ᛌᚴᛆᛚ ᛁᚴ ᚢᛁᛌᛐ ᚱᛁᚦᚭ
ᚢᚴ ᚱᚭᛐ ᛓᛁᚱᚭ᛫
ᚴᚢᛐᛆ ᚦᛁᚢᚦᚢᛙ
ᚴᚢᚿᛁ ᛆᛐ ᚽᚭᚢᛁᚭ᛬
Skal ek víst ríða
ok rǫnd bera,
Gota þjóðum
gunni at heyja.
En vérité chevaucherai
et bouclier porterai ;
bataille à livrer
pour la nation des Goths.
ᚦᚭ ᚱᛆᛁᚦ ᚢᚱᛙᛆᚱ ᛆᚠ ᛓᚢᚱᚽᛁᚿᛁ ᛙᚢᛐ ᚽᚢᚿᚢᛙ᛫ ᚽᚭᚿ ᚴᛆᛚᛆᚦᛁ ᚦᚭ ᚽᛆᛐ᛫ ᛓᛆᚦ ᚦᚭ ᚱᛁᚦᚭ ᛐᛁᛚ ᛓᚢᚱᚽᛆᛧᛁᚿᛆᛧ᛫ ᚢᚴ ᚢᛐᛁ ᚠᚢᚱᛁᚱ ᛓᚢᚱᚽᛆᛧᚽᛚᛁᚦᛁᚿᚢ ᛌᚢᚦᚱ ᚭ ᚢᚭᛚᚢᚿᚢᛙ ᚦᛆᚱ ᛓᚢᚦ ᛁᚴ ᚢᚦᛧ ᛐᛁᛚ ᚢᚱᚢᛌᛐᚢ᛫ ᛓᛁᚦᛁ ᚦᛆᛁᛧ ᚦᛆᚱ ᚭᚿᛆᚱᛆ᛫ ᛁᛧ ᚠᚢᚱ ᚴᚢᛙᚭ᛬
Þá reið Ormarr af borginni mót Húnnum; hann kallaði þá hátt, bað þá ríða til borgarinnar, — “ok úti fyrir borgarhliðinu suðr á vǫllunum þar býð ek yðr til orrostu; bíði þeir þar annarra, er fyrr koma.”
Alors Ormarr sortit de la forteresse et chevaucha au-devant de la horde. Très haut il cria, et demanda d’aller vers la forteresse — « et dehors, devant le portail sud de la forteresse, dans la plaine, je vous offre de livrer bataille ; que ceux qui arriveront les premiers attendent les autres. »
ᚿᚢ ᚱᛆᛁᚦ ᚢᚱᛙᛆᚱ ᛆᚠᛐᚱ ᛐᛁᛚ ᛓᚢᚱᚽᛆᛧᛁᚿᛆᛧ᛫ ᚢᚴ ᚢᛆᛧ ᚦᚭ ᚽᛁᚱᚢᚭᚱ ᛆᛚᛓᚢᛁᚿ ᚢᚴ ᛆᛚᛧ ᚽᛁᚿᛆᛧ ᚽᛁᚱ᛬ ᛌᛁᚦᚭᚿ ᚱᛁᚦᚢ ᚦᚭᚢ ᚢᛐ ᛆᚠ ᛓᚢᚱᚽᛁᚿᛁ ᛙᛁᚦ ᚽᛁᚱᛁᚿ ᛙᚢᛐᛁ ᚽᚢᚿᚢᛙ᛫ ᚽᚢᚠᛌᚴ ᚦᛆᚱ ᛆᛚᛙᛁᚴᛁᛚ ᚢᚱᚢᛌᛐᛆ᛬ ᛁᚿ ᛙᛁᚦ ᚦᚢᛁ ᛆᛐ ᚽᚢᚿᛆᛧ ᚽᛆᚠᚭ ᛚᛁᚦ ᛙᛁᚴᛚᚢ ᛙᛆᛁᛧᛆ᛫ ᛌᚿᛁᚱᛁ ᛙᚭᚿᚠᛆᛚᛁᚿᚢ ᛁ ᛚᛁᚦ ᚦᛆᛁᛧᛆ ᚽᛁᚱᚢᛆᚱᛆᛧ᛫ ᚢᚴ ᚢᛙ ᛌᛁᚦᛁᛧ ᚠᛁᛚ ᚽᛁᚱᚢᚭᚱ ᚢᚴ ᛙᛁᚴᛁᛐ ᛚᛁᚦ ᚢᛙᚽᚢᛁᚱᚠᛁᛌ ᚽᚭᚿᛆ᛬ ᛁᚿ ᛁᛧ ᚢᚱᛙᛆᚱ ᛌᛆ ᚠᛆᛚ ᚽᛁᚿᛆᛧ᛫ ᚦᛆ ᚠᛚᚢᚦᛁ ᚽᚭᚿ ᚢᚴ ᛆᛚᛁᛧ ᚦᛆᛁᛧ᛫ ᛁᚱ ᛚᛁᚠᛁᛐ ᛐᚢᚽᚦᚢ᛬ ᚢᚱᛙᛆᚱ ᚱᛆᛁᚦ ᛐᛆᚽ ᚢᚴ ᚿᚢᛐ᛫ ᛌᛁᛙ ᛙᛁᛌᛐ ᛙᛆᛐᛁ ᚽᚭᚿ᛫ ᛆ ᚠᚢᛐ ᚭᚴᚭᛐᚢᛌ ᚴᚢᚿᚢᚴᛌ ᛁ ᛆᚱᚽᛆᛁᛙᛆ᛬ ᚽᚢᚿᛆᛧ ᛐᛆᚴᚭ ᚿᚢ ᛆᛐ ᚽᛁᚱᛁᚭ ᚢᛙ ᛚᚭᛐᛁᛐ ᚢᛁᚦᛆ ᚢᚴ ᛓᚱᛁᚿᚭ᛬
Nú reið Ormarr aptr til borgarinnar, ok var þá Hervǫr albúin ok allr hennar herr. Síðan riðu þau út af borginni með herinn móti Húnum; hófsk þar allmikil orrosta. En með því at Húnar hafa lið miklu meira, sneri mannfallinu í lið þeira Hervarar, ok um síðir fell Hervǫr ok mikit lið umhverfis hana. En er Ormarr sá fall hennar, þá flýði hann ok allir þeir, er lífit dugðu. Ormarr reið dag ok nótt, sem mest mátti hann, á fund Angantýs konungs í Árheima. Húnar taka nú at herja um landit víða ok brenna.
Ormarr retourna à la forteresse. Hervǫr était prête avec toute l’armée. Ils chevauchent hors de la forteresse et se portent au-devant des Huns. Commence là rude bataille. Mais les Huns ayant une troupe beaucoup plus nombreuse, les pertes furent plus élevées dans les rangs de Hervǫr, et, à la fin, Hervǫr périt, et un grand nombre autour d’elle. Quand Ormarr vit sa mort, il s’enfuit, ainsi que tous ceux qui avaient pu en réchapper. Ormarr chevaucha jour et nuit , tant qu’il put, pour aller trouver le roi Angantýr à Árheimar. Les Huns se mettent maintenant à dévaster le pays de fond en comble, et à incendier.
ᚢᚴ ᛌᛁᛙ ᚢᚱᛙᛆᚱ ᚴᚢᛙ ᚠᚢᚱᛁᚱ ᚭᚴᚭᛐᚢ ᚴᚢᚿᚢᚴ᛫ ᚦᚭ ᚴᚢᛆᚦ ᚽᚭᚿ᛬
Ok sem Ormarr kom fyrir Angantý konung, þá kvað hann:
Quand Ormarr parvint devant le roi Angantýr, il chanta :
ᛌᚢᚿᚭᚿ ᛁᛙ ᛁᚴ ᚴᚢᛙᛁᚿ
ᛆᛐ ᛌᛁᚽᛁᚭ ᛌᛓᛁᚭᛚ ᚦᛁᛌᛁ᛬
ᛌᚢᛁᚦᛁᚿ ᛁᚱ ᛁᚿ ᛙᛆᚱᛆ
ᛙᚢᚱᚴᚢᛁᚦᛆᛧ ᚽᛆᛁᚦᛧ᛫
ᛐᚱᛁᚠᛁᚿ ᚭᛚ ᚴᚢᛐᚦᛁᚢᚦ
ᚴᚢᛙᚿᛆ ᛓᛚᚢᚦᛁ᛬
Sunnan em ek kominn
at segja spjǫll þessi:
sviðin er in mæra
Myrkviðar heiðr,
drifin ǫll Gotþjóð
gumna blóði.
Du sud je suis venu
pour dire cette nouvelle :
brûlées, toute la forêt
et la lande de Myrkviðr,
aspergée du sang des hommes
toute la nation des Goths.
ᚢᚴ ᛁᚿ ᚴᚢᛆᚦ ᚽᚭᚿ᛬
Ok enn kvað hann:
Et il chanta encore :
ᛙᚭᚢ ᚢᛆᛁᛐ ᛁᚴ ᚽᛁᚱᚢᚭᚱᚢ᛫
ᚽᛆᛁᚦᚱᛁᚴᛌ ᛐᚢᛐᚢᚱ᛫
ᛌᚢᛌᛐᚢᚱ ᚦᛁᚿᛆ᛫
ᛌᚢᛁᚽᚿᛆ ᛐᛁᛚ ᛁᛆᚱᚦᛆᛧ᛫
ᚽᛆᚠᚭ ᚽᚢᚿᛆᛧ
ᚽᚭᚿᛆ ᚠᛁᛚᛐᛆ
ᚢᚴ ᛙᛆᚱᚽᛆ ᛆᚦᚱᛆ
ᚢᚦᛧᛆ ᚦᛁᚽᚿᛆ᛬
Mey veit ek Hervǫru,
Heiðreks dóttur,
systur þína,
svigna til jarðar;
hafa Húnar
hana fellda
ok marga aðra
yðra þegna.
Je sais que Hervǫr
fille de Heiðrekr,
ta sœur,
jusqu’au sol fut courbée.
Les Huns l’ont
abattue
avec beaucoup d’autres
de vos féaux.
ᛚᛁᛐᛆᛧᛁ ᚴᛁᚱᚦᛁᛌᚴ ᚽᚢᚿ ᛆᛐ ᛓᚭᚦ
ᛁᚿ ᚢᛁᚦ ᛓᛁᚦᛁᛚ ᚱᚢᚦᚭ
ᛁᚦᛆ ᛁ ᛓᛁᚴ ᛆᛐ ᚠᛆᚱᚭ
ᛆᛐ ᛓᚱᚢᚦᛆᛧᚽᚭᚴᛁ᛬
Léttari gerðisk hon at bǫð
en við biðil rœða
eða í bekk at fara
at brúðargangi.
Elle prenait plus de liesse à la bataille
qu’aux propos d’un prétendant
ou qu’à siéger sur le banc
à la fête des fiançailles.
ᚭᚴᚭᛐᚢᛧ ᚴᚢᚿᚢᚴᚱ᛫ ᚦᚭ ᛁᛧ ᚽᚭᚿ ᚽᚭᚢᛧᚦᛁ ᚦᛁᛐᛆ᛫ ᛓᚱᛆ ᚽᚭᚿ ᚴᚱᚭᚿᚢᛙ ᚢᚴ ᛐᚢᚴ ᛌᛆᛁᛐ ᛐᛁᛚ ᚢᚱᚦᛆ ᚢᚴ ᛙᛆᛚᛐᛁ ᚦᛁᛐᛆ ᚢᛙ ᛌᛁᚦᛁᛧ᛬
Angantýr konungr, þá er hann heyrði þetta, brá hann grǫnum ok tók seint til orða ok mælti þetta um síðir:
Quand le roi Angantýr entendit cela, ses lèvres se crispèrent ; il lui fallut un moment pour prendre la parole. Enfin, il dit :
ᚢᛓᚱᚢᚦᚢᚱᛚᛁᚽᛆ ᚢᛆᛧᛐᚢ ᛚᛆᛁᚴᛁᚿ᛫
ᛁᚿ ᛆᚽᛆᛐᛆ ᛌᚢᛌᛐᛁᚱ᛬
Óbróðurliga vartu leikin,
in ágæta systir.
Point ne fus fraternellement traitée,
ô sœur glorieuse.

Commentaire
La Saga de Hervǫr et du roi Heiðrekr (Hervarar saga ok Heiðreks konungs), datée du XIIIe siècle, consiste en un assemblage disparate autour d’une collection de poèmes anciens, vaguement reliés par une narration en trois parties, avec comme élément et motif unificateur l’épée magique Tyrfing. Elle appartient à la catégorie des sagas légendaires ou sagas des temps anciens (fornaldarsǫgur en vieux norrois), qui traitent d’évènements et de héros mythiques du lointain passé, avant la colonisation de l’Islande, et sont souvent fortement empreintes de merveilleux.

La première partie de la saga retrace l’origine de l’épée, forgée sous la contrainte pour le roi Svafrlami de Garðaríki (la Russie) par les nains Dvalinn et Durinn. Ils la firent de telle sorte qu’elle brille comme un rayon de soleil, ne rouille jamais, tranche la pierre comme le fer et tue infailliblement à chaque coup porté. Mais il la maudirent également, de sorte qu’elle ne puisse sortir du fourreau sans qu’il en résulte mort d’homme, et qu’elle soit la cause de trois actes particulièrement infâmes. Svafrlami la perd au profit d’Arngrímr, un guerrier-fauve (berserkr). Arngrímr a douze fils, tous également guerriers-fauves, dont Angantýr qui hérite de l’épée. Angantýr et ses frères finissent par être tués lors d’un combat sur l’île de Sámsey contre le héros suédois Hjálmarr et son frère juré Ǫrvar-Oddr. Ce dernier enterre sur l’île Hjálmarr, qui a péri par le fait de Tyrfing (premier acte infâme de l’épée), ainsi que les douze frères, laissant Tyrfing en terre auprès d’Angantýr. Celui-ci avait cependant conçu une fille, Hervǫr, qui fait montre très tôt d’un tempérament guerrier. Déguisée en homme sous le nom de Hjǫrvarðr, elle rejoint une compagnie de vikings et mène une vie de pillages. Lors d’une halte à Sámsey, elle se rend au galgal de son père défunt, l’invoque par un chant magique (Hervarakviða « Chant de Hervǫr ») et le force, malgré ses objurgations, à lui remettre Tyrfing. Après diverses péripéties, elle finit par abandonner sa vie guerrière, épouse Hǫfundr fils du roi Guðmundr de Glæsisvellir, et donne naissance à deux fils, nommés Angantýr et Heiðrekr.

La deuxième partie est centrée sur le personnage de Heiðrekr. Il fait preuve du même caractère violent que sa mère et commet un jour un meurtre lors d’un banquet tenu par ses parents. Son père le bannit pour cela, mais non sans lui donner une série de sages conseils que le jeune homme se fera un principe de ne pas suivre. Sa mère lui remet Tyrfing, et son frère Angantýr décide de l’accompagner – choix qui se révèleront funestes : quand Heiðrekr tire l’épée pour l’examiner, le maléfice qui lui est attaché lui fait tuer son frère (deuxième acte infâme). Il se met ensuite au service de Haraldr, roi des Goths du Hreiðgotaland, épouse sa fille Helga, avec lequel il a un fils nommé de nouveau Angantýr. Il finit par s’emparer du royaume, qu’il gouverne avec brutalité. Il vainc Humli, roi des Huns, viole la fille de celui-ci, Sifka, dont naît un fils, Hlǫðr. Après une aventure à la cour du roi Rollaugr de Garðaríki, il contracte un nouveau mariage avec sa fille Hergerðr, dont naît une fille nommée Hervǫr comme sa grand-mère, et qui devient comme elle une guerrière (skjaldmey « vierge à l’écu »). Suit une longue période de paix. Le roi Heiðrekr entre en conflit avec un certain Gestumblindi, lequel dans son inquiétude sacrifie au dieu Óðinn pour obtenir son secours. Óðinn se présente chez Heiðrekr sous l’identité de Gestumblindi et les deux conviennent de régler leur affaire au jeu d’énigmes. Heiðrekr les devine toutes, jusqu’à ce qu’Óðinn pose une question dont lui seul connaît la réponse, et remporte ainsi une victoire déloyale. Heiðrekr courroucé dégaine Tyrfing, mais Óðinn s’échappe sous forme de faucon et lui annonce qu’il périra bassement. Le maléfice de Tyrfing finit en effet par rattraper Heiðrekr, tué par ses esclaves pendant un voyage dans les Carpates. Son fils Angantýr le venge et récupère Tyrfing, dont le mal, après ce troisième acte infâme, est désormais épuisé.

La troisième partie relate la querelle entre les héritiers de Heiðrekr. Elle inclut et paraphrase un poème fragmentaire (Hlǫðskviða « Chant de Hlǫðr »), lequel repose manifestement sur une tradition historique remontant aux Grandes Migrations, quand l’invasion des Huns au IVe siècle détruisit les royaumes goths alors établis en Europe de l’Est. Dans la saga, Hlǫðr, soutenu par son grand-père maternel Humli et ses Huns, revendique la moitié du royaume goth, mais Angantýr, bien qu’il soit prêt à lui accorder de grandes richesses, refuse cette division, d’autant que Hlǫðr est un fils illégitime. L’immense armée des Huns envahit le Hreiðgotaland. Hervǫr est la première à voir arriver la horde et lui oppose un combat sans espoir où elle est tuée. Mais Angantýr est averti et rassemble l’armée des Goths. Il s’ensuit une gigantesque bataille de huit jours, qui voit finalement triompher les Goths. Hlǫðr périt, et Angantýr déplore le destin qui a fait de lui le meurtrier de son frère. La saga s’achève sur un épilogue qui place l’origine des premiers rois de Suède dans la descendance d’Angantýr.

J. R. R. Tolkien réemploya maints éléments et motifs de cette saga dans son légendaire. La Saga de Hervǫr et du roi Heiðrekr fut éditée et traduite en anglais en 1960 par Christopher Tolkien sous le titre The Saga of King Heidrek the Wise (Saga Heiðreks Konungs ins Vitra). Il identifie trois grandes versions nommées H, R et U d’après l’origine de leurs manuscrits. Il fonde sa restitution du texte en priorité sur la version R, considérée comme la plus proche du texte original, mais en complète les lacunes par la version U.

Nous donnons ici dans cette édition le début de la troisième partie de la saga, quand la guerre éclate entre les fils de Heiðrekr, jusqu’à entraîner la mort de leur sœur Hervǫr. La traduction française est de Régis Boyer, légèrement modifiée afin de serrer de plus près le texte norrois restitué par Christopher Tolkien. Merci à Anouck Faure pour l’enregistrement des paroles de Hervǫr !

Le texte est transcrit en runes germaniques ou futhark, de la série du futhark récent employé en Scandinavie du IXe au XIIe siècles. Les runes sont de la variété « à branches courtes », appelées également « runes de Rök » ou (de façon quelque peu impropre) « runes suédoises » ou « norvégiennes ». Nous nous sommes servis de la police Pfeffer Mediæval de Robert Pfeffer.

Références
Saga Heiðreks konungs ins Vitra = The Saga of King Heidrek the Wise. Translated from the Icelandic with introduction, notes and appendices by Christopher Tolkien. Edinburgh, London, Melbourne, Johannesburg, Toronto, New York, Paris: Thomas Nelson and Sons, cop. 1960. XXXVIII-100 p. (Icelandic texts). ISBN 0-8047-1454-1. 🌍 Viking Society for Northern Research.
La Saga de Hervör et du roi Heidrekr. Traduit de l’islandais ancien et présenté par Régis Boyer. Paris : Berg international, 1988. 90 p. ISBN 2-910269-53-9.
Shippey, Thomas Alan. The Road to Middle-earth: How J. R. R. Tolkien created a new mythology. London: Grafton, 1992. 337 p. ISBN 0-261-10275-3.

Les œuvres de John Ronald Reuel et Christopher Tolkien sont soumises au droit de leurs auteurs ou de leur ayants droit, dont leurs éditeurs et le Tolkien Estate.
Les citations des autres auteurs, éditeurs et traducteurs mentionnés en bibliographie sont soumises au droit de leurs auteurs respectifs ou de leurs ayants droit, hormis les cas où ces droits ont expiré.
Dernière mise à jour du site : 25 mars 2017. Nous contacter :