La Cave Lu par Tolkien Glǽmscribe Mathoms Nouveautés
Quenya Sindarin Telerin Qenya Noldorin
Adûnaïque Westron Khuzdul Noir parler Valarin
Vieil anglais – Tolkien Vieil anglais Moyen anglais
Gotique Vieux norrois Finnois Gallois Latin
Nieninqe
Français
Qenya
Sarati

ÈÖ€è#èFÞZÒ!€è?ÒFÜÀÜ
Í!ŸÓ?Ò#óÒ?ÒÈèÀÒ!€è"!?óèÈè
ÈÖ˜èÀÒÈèÀÒ!€è¹è!‰"
Î!ŸÓ?ÒpÒPÒ!ªÈÖ!»?ÓaÒ!ÈÒ!FÓ»
€è"!FÓ?óèÈè!ÀÓ€ÒPFÜÈÜ!ÈÒ
ÀÓÈè€èFÒ¹?Ó¹Ò!ÀÓ%Ò?Ó&Ò¹Ò!FÓÈÖ
Í!¹ÀÓFÒ?è"è!Èè?Ò¦è?Ü
Î!ÀÓÈè€è?Ò¦è?"ZÓZ!ÀÓ?Ò"Ö
Norolinde pirukendea
elle tande Nielikkilis,
tanya wende nieninqea
yar i vilya anta miqilis.
I oromandin eller tande
ar wingildin wilwarindeën
losselie telerinwa,
tálin paptalasselindeën.
Sautillant avec légèreté, tournoyant avec légèreté,
s’en vint la petite Niéle,
cette jeune fille pareille au perce-neige,
à qui l’air donne des baisers.
Les esprits des bois s’en vinrent
avec les fées de l’écume pareilles à des papillons,
la blanche gent des rives du Pays des Elfes,
aux pieds [bruissant] comme la musique des feuilles tombantes.

Commentaire
En 1931, J. R. R. Tolkien tint une conférence où il évoqua l’invention de ses langues, revendiquant ce loisir apparemment curieux comme une forme d’art particulière. Le texte, très important pour saisir ce que représentaient pour lui ses langues imaginaires, en a été publié dans le recueil The Monsters and the Critics sous le titre A Secret Vice. Tolkien y produisit en exemple trois poèmes en qenya et un en noldorin; Nieninqe « Perce-neige » est un des ces poèmes. Nous le reproduisons ici avec l’interprétation de Tolkien, dans la traduction de Christine Laferrière. Toutefois, nous préférons interpréter par « perce-neige » le mot nieninqe, glosé « snowdrop » et qu’elle rend par « flocon de neige ». En effet, le Qenya Lexicon répertorie ce mot en même temps que le nom de Nieliqi / Nielikki / Nyelikki, et donne sur ce personnage des indications qui indiquent sans équivoque que Tolkien pensait à la fleur (Parma Eldalamberon n° 12 p. 68-69).

Les variantes de Nieninqe ont été étudiées dans Parma Edalamberon n° 16 pp. 88-97, dont une révision ultérieure de 1955.

Le texte est transcrit en sarati ou « lettres de Rúmil », écrits verticalement de haut en bas et de gauche à droite. Les signes suivent le système de valeurs créé par Tolkien pour le quenya. Nous nous sommes servis de la police Sarati Eldamar de Måns Björkman.

Références
Tolkien, John Ronald Reuel. The Monsters and the Critics and Other Essays. Edited by Christopher Tolkien. London: HarperCollins, 2006. 256 p. ISBN 0-261-10263-X.
Tolkien, John Ronald Reuel. Les Monstres et les critiques et autres essais. Édition de Christopher Tolkien. Traduction de Christine Laferrière. Paris : Christian Bourgois, 2006. 294 p. ISBN 2-267-01820-9.
Parma Eldalamberon: The Book of Elven-tongues. Edited by Christopher Gilson. Cupertino (California): 1971-  . 🌍 Eldalamberon.

Les œuvres de John Ronald Reuel et Christopher Tolkien sont soumises au droit de leurs auteurs ou de leur ayants droit, dont leurs éditeurs et le Tolkien Estate.
Les citations des autres auteurs, éditeurs et traducteurs mentionnés en bibliographie sont soumises au droit de leurs auteurs respectifs ou de leurs ayants droit, hormis les cas où ces droits ont expiré.
Dernière mise à jour du site : 25 mars 2017. Nous contacter :