La Cave Lu par Tolkien Glǽmscribe Mathoms Nouveautés
Quenya Sindarin Telerin Qenya Noldorin
Adûnaïque Westron Khuzdul Noir parler Valarin
Vieil anglais – Tolkien Vieil anglais Moyen anglais
Gotique Vieux norrois Finnois Gallois Latin
Vieil anglais – Tolkien
Le vieil anglais est le nom donné à la langue vernaculaire de l’Angleterre depuis l’installation des Angles, Saxons et Jutes jusqu’au XIIe siècle, évoluant alors vers l’étape linguistique suivante, le moyen anglais. C’est une langue germanique occidentale, dont les plus proches parents sont le vieux frison et le vieux saxon. Il comportait quatre grands dialectes : le northumbrien (Nord), le mercien (Midlands), le kentois (Kent) et le saxon occidental (Sud et Sud-Ouest). C’est ce dernier qui est le mieux attesté, car c’était le dialecte des rois de Wessex, qui acquirent progressivement la prédominance politique et devinrent plus tard rois d’Angleterre. L’anglais moderne n’en dérive toutefois pas directement : il provient du parler de Londres, dialectalement composite mais qui repose sur un fonds mercien.

Le vieil anglais était la spécialité de Tolkien ; c’est la langue par laquelle il a rendu – fictivement – le parler des Rohirrim dans le procédé littéraire de pseudo-traduction mis en place dans le
Seigneur des Anneaux. De nombreux fragments de vieil anglais se retrouvent çà et là dans son œuvre littéraire. Du fait de cette centralité du vieil anglais chez Tolkien, nous en avons multiplié les exemples et avons séparé les textes médiévaux des compositions modernes.

Salut d’Éomer Le Seigneur des anneaux, livre III, chapitre 6.
Vœu d’Éowyn Le Seigneur des anneaux, livre III, chapitre 6.
Sommation des Rohirrim The Treason of Isengard, pp. 442, 443, 449.
Monað módes lust – Vers composés par J. R. R. Tolkien d’après le poème vieil-anglais The Seafarer, également disponible sur ce site. La Route perdue, p. 84 de l’édition anglaise.
Monath módaes lust – Version légèrement différente du texte précédent, en un vieil-anglais archaïque. Tiré de The Notion Club Papers. Sauron Defeated, p. 243.
La route droite (vieil anglais) – Dicton cité dans The Notion Club Papers. Sauron Defeated, p. 243. Une version correspondante en qenya se trouve également sur ce site.
Þus cwæð Ælfwine Wídlást – Vers tirés de The Notion Club Papers, dans Sauron Defeated, p. 244.
Seo Niþerhrorene – Fragments d’une complainte sur la chute de Númenor. Sauron Defeated, p. 317. Des versions correspondantes en qenya et en adûnaïque se trouvent également sur ce site.
La chute de Númenor – Saxon occidental – Textes tirés de The Notion Club Papers, dans Sauron Defeated pp. 313-314 et 316.
La chute de Númenor – Mercien – Texte proche du précédent mais plus bref et dans un autre dialecte. Tiré de The Notion Club Papers, dans Sauron Defeated pp. 257-258.
Éadig béo þu Heureux sois-tu, poème de J. R. R. Tolkien, tiré du recueil Songs for the Philologists. Publié dans The Road to Middle-earth par T. A. Shippey.
Ides ælfscýne Dame à la beauté d’elfe, poème de J. R. R. Tolkien, tiré du recueil Songs for the Philologists. Publié dans The Road to Middle-earth de T. A. Shippey.
Ofer wídne gársecg À travers le vaste océan, poème de J. R. R. Tolkien, tiré du recueil Songs for the Philologists. Publié dans The Road to Middle-earth de T. A. Shippey.

Les œuvres de John Ronald Reuel et Christopher Tolkien sont soumises au droit de leurs auteurs ou de leur ayants droit, dont leurs éditeurs et le Tolkien Estate.
Les citations des autres auteurs, éditeurs et traducteurs mentionnés en bibliographie sont soumises au droit de leurs auteurs respectifs ou de leurs ayants droit, hormis les cas où ces droits ont expiré.
Dernière mise à jour du site : 25 mars 2017. Nous contacter :