La Cave Lu par Tolkien Glǽmscribe Mathoms Nouveautés
Quenya Sindarin Telerin Qenya Noldorin
Adûnaïque Westron Khuzdul Noir parler Valarin
Vieil anglais – Tolkien Vieil anglais Moyen anglais
Gotique Vieux norrois Finnois Gallois Latin
Pwyll Pendefig Dyfed
Français
Gallois
Manuscrit

Pwyll Pendefig Dyfed a oedd yn arglwydd ar #eith cantref Dyfed. A threiglweith ydd oedd yn Arberth, prif lys iddaw, a dyfod yn ei fryd ac yn ei feddwl fyned i hela. Sef cyfeir o’i gyfoeth a fynnei ei hela, Glynn Cuch. Ac ef a gychwynnwys y nos honno o Arberth, ac a ddoeth hyd ym Mhenn Llwyn Diarwya, ac yno y bu y nos honno. A thrannoeth yn ieuenctid y dydd cyfodi a orug, a dyfod i Lynn Cuch i ellwng ei gwn dan y coed. A chanu ei gorn, a dechreu dygyfor yr hela, a cherdded yn ol y cwn, ac ymgolli a’i gydymdeithon.
Pwyll Pendefig Dyfed a oedd yn arglwydd ar seith cantref Dyfed. A threiglweith ydd oedd yn Arberth, prif lys iddaw, a dyfod yn ei fryd ac yn ei feddwl fyned i hela. Sef cyfeir o’i gyfoeth a fynnei ei hela, Glynn Cuch. Ac ef a gychwynnwys y nos honno o Arberth, ac a ddoeth hyd ym Mhenn Llwyn Diarwya, ac yno y bu y nos honno. A thrannoeth yn ieuenctid y dydd cyfodi a orug, a dyfod i Lynn Cuch i ellwng ei gwn dan y coed. A chanu ei gorn, a dechreu dygyfor yr hela, a cherdded yn ol y cwn, ac ymgolli a’i gydymdeithon.
Pwyll, prince de Dyfed, régnait sur les septs cantrefs [unités territoriales du Pays de Galles au Moyen Âge] de Dyfed. Un jour, comme il séjournait à Arberth – sa cour principale – il lui vint l’idée et l’envie d’aller à la chasse. L’endroit de ses domaines où il voulait chasser était Glyn Cuch. Il partit le soir même d’Arberth, et alla jusqu’à Pen Llwyn Diarwya, où il passa la nuit. Le lendemain, à la jeunesse du jour, il se leva et se rendit à Glyn Cuch pour lâcher ses chiens sous les bois. Et il sonne du cor, donne le signal de commencer la chasse, part à la suite des chiens et perd ses compagnons.
Ac fal y bydd yn ymwarandaw a llef yr erchwys, ef a glywei llef erchwys arall, ac nid oeddynt unllef, a hynny yn dyfod yn erbyn ei erchwys ef. Ac ef a welei lannerch yn y coed o faes gwa#tad; ac fal oedd ei erchwys ef yn ymgael ag y#tlys y llannerch, ef a welei garw o flaen yr erchwys arall. A pharth a pherfedd y llannerch, llyma yr erchwys a oedd yn ol yn ymordiwes ag ef, ac yn ei fwrw i’r llawr.
Ac fal y bydd yn ymwarandaw a llef yr erchwys, ef a glywei llef erchwys arall, ac nid oeddynt unllef, a hynny yn dyfod yn erbyn ei erchwys ef. Ac ef a welei lannerch yn y coed o faes gwastad; ac fal oedd ei erchwys ef yn ymgael ag ystlys y llannerch, ef a welei garw o flaen yr erchwys arall. A pharth a pherfedd y llannerch, llyma yr erchwys a oedd yn ol yn ymordiwes ag ef, ac yn ei fwrw i’r llawr.
Tandis qu’il écoutait les aboiements de sa meute, voici qu’il entendit les cris d’une autre meute, qui n’aboyait pas de la même façon, et qui arrivait à la rencontre de ses propres chiens. Il vit alors dans le bois une clairière, un terrain plat, et lorsque sa meute atteignit la lisière de la clairière, il aperçut un cerf fuyant devant l’autre meute. Vers le milieu de la clairière, la meute qui le poursuivait le rattrapa et le fit tomber à terre.
Ac yna edrych ohonaw ef ar liw yr erchwys, heb hanbwyllaw edrych ar y carw. Ac o’r a wel#ei ef o helgwn y byd, ni wel#ei cwn unlliw ag wynt. Sef lliw oedd arnunt, claerwyn llathreidd, ac eu clu#teu yn gochion. Ac fal y llathrei wynned y cwn, y llathrei coched y clu#teu. Ac ar hynny at y cwn y doeth ef, a gyrru yr erchwys a laddy##ei y carw i ymdeith, a llithiaw ei erchwys ei hunan ar y carw.
Ac yna edrych ohonaw ef ar liw yr erchwys, heb hanbwyllaw edrych ar y carw. Ac o’r a welsei ef o helgwn y byd, ni welsei cwn unlliw ag wynt. Sef lliw oedd arnunt, claerwyn llathreidd, ac eu clusteu yn gochion. Ac fal y llathrei wynned y cwn, y llathrei coched y clusteu. Ac ar hynny at y cwn y doeth ef, a gyrru yr erchwys a laddyssei y carw i ymdeith, a llithiaw ei erchwys ei hunan ar y carw.
Alors il regarda la couleur de ces chiens, sans plus songer à regarder le cerf. Or, de tous les chiens de chasse qu’il avait pu connaître, il n’en avait jamais vu de cette couleur. Ils étaient d’un blanc brillant et lustré, leurs oreilles étaient rouges : le blanc de leurs corps luisait autant que le rouge de leurs oreilles. Pwyll, alors, s’approcha des chiens, écarta la meute qui avait tué le cerf, et distribua le cerf à sa propre meute, à la curée.

Commentaire
Pwyll Prince de Dyfed (Pwyll Pendefig Dyfed) est la première partie d’un cycle de contes médiévaux gallois dénommé les Quatre Branches du Mabinogi (Pedair Cainc y Mabinogi), lui même compris dans une collection nommée improprement, mais commodément les Mabinogion, qui nous est parvenue par deux manuscrits : le Livre Blanc de Rhydderch (Llyfr Gwyn Rhydderch) et le Livre Rouge de Hergest (Llyfr Coch Hergest).

Le texte reproduit les trois premiers paragraphes de ce conte dans l’édition pédagogique de Gareth Morgan. Elle emploie une orthographe normalisée fondée sur celle du gallois moderne. Tolkien cita une partie de cet extrait en traduction dans l’essai English and Welsh publié dans le recueil The Monsters and the Critics.

La traduction est de Pierre-Yves Lambert, publiée chez Gallimard. Nous donnons cependant les noms propres selon l’orthographe moderne du gallois.

La prononciation adoptée est basée sur l’orthographe normalisée et les valeurs modernes des graphèmes. Il s’agit d’une bonne approximation, car la prononciation du gallois paraît avoir assez peu changé depuis le Moyen Âge, infiniment moins que celle du français ou de l’anglais. On pourra cependant noter les points suivants : La transcription du texte imite la minuscule gothique, style courant de l’alphabet latin dans la seconde moitié du Moyen Âge. Nous nous sommes servis de la police _a e i o u de Pia Frauss.

Références
Les Quatre Branches du Mabinogi et autres contes gallois du Moyen Âge. Traduit du moyen gallois, présenté et annoté par Pierre-Yves Lambert. Paris : Gallimard, 1993. 419 p. (L’aube des peuples). ISBN 2-07-073201-0.
Morgan, Gareth. Reading Middle Welsh: A Course Book Based on the Welsh of the Mabinogi. 🌍 The Massachusetts Institute of Technology.
Jackson, Kenneth H[urlstone]. Language and History in Early Britain: a chronological survey of the Brythonic languages 1st to 12th c. A.D. Edinburgh: Edinburgh University Press, 1971. 752 p. ISBN 0-85224-116-X.

Les œuvres de John Ronald Reuel et Christopher Tolkien sont soumises au droit de leurs auteurs ou de leur ayants droit, dont leurs éditeurs et le Tolkien Estate.
Les citations des autres auteurs, éditeurs et traducteurs mentionnés en bibliographie sont soumises au droit de leurs auteurs respectifs ou de leurs ayants droit, hormis les cas où ces droits ont expiré.
Dernière mise à jour du site : 25 mars 2017. Nous contacter :