La Cave Lu par Tolkien Glǽmscribe Mathoms Nouveautés
Quenya Sindarin Telerin Qenya Noldorin
Adûnaïque Westron Khuzdul Noir parler Valarin
Vieil anglais – Tolkien Vieil anglais Moyen anglais
Gotique Vieux norrois Finnois Gallois Latin
The Seafarer
Français
Vieil anglais
Manuscrit

Mæg ic be mé sylfum sóðgied wrecan,
Mæg ic be mé sylfum sóðgied wrecan,
Je puis faire de moi-même un récit véritable,
síþas secgan, hú ic geswincdagum
síþas secgan, hú ic geswincdagum
dire comme en mes voyages, en mes jours de labeur,
earfoðhwíle oft þrowade,
earfoðhwíle oft þrowade,
j’ai souvent souffert des moments de peine,
bitre bréostceare gebiden hæbbe,
bitre bréostceare gebiden hæbbe,
enduré dans ma poitrine d’amers chagrins,
gecunnad in céole cearselda fela,
gecunnad in céole cearselda fela,
reconnu par la quille maintes rares épreuves ;
atol ýþa gewealc, þǽr mec oft bigeat
atol ýþa gewealc, þǽr mec oft bigeat
l’affreux roulement des vagues m’a souvent détrempé
nearo nihtwaco æt nacan stefnan,
nearo nihtwaco æt nacan stefnan,
dans l’angoissante veille de nuit à la proue du vaisseau,
þonne hé be clifum cnossað. Calde geþrungen
þonne hé be clifum cnossað. Calde geþrungen
quand il cinglait près des falaises. Mes pieds étaient
wǽron míne fét, forste gebunden,
wǽron míne fét, forste gebunden,
transis de froid, liés par le gel
caldum clommum, þǽr þá ceare séofedun
caldum clommum, þǽr þá ceare séofedun
de fers glacés. Alors les chagrins s’exhalaient
hát ymb heortan; hungor innan slát
hát ymb heortan; hungor innan slát
brûlants près de mon cœur, la faim déchirait de l’intérieur
merewérges mód. Þæt se mon ne wát
merewérges mód. Þæt se mon ne wát
mon courage las de la mer. L’homme qui se prélasse
þe him on foldan fægrost limpeð,
þe him on foldan fægrost limpeð,
bellement sur la terre ne peut savoir comment
hú ic earmcearig íscealdne sǽ
hú ic earmcearig íscealdne sǽ
j’ai passé, misérable sur la mer glaciale,
winter wunade wræccan lástum,
winter wunade wræccan lástum,
un hiver en exil, privé de mes parents,
winemǽgum bidroren,
winemǽgum bidroren,
Cerné sous les glaçons, dans les averses de grêle.
bihongen hrímgicelum; hægl scúrum fléag.
bihongen hrímgicelum; hægl scúrum fléag.



Il n’y avait rien là qu’on entende, sinon
Þǽr ic ne gehýrde bútan hlimman sǽ,
Þǽr ic ne gehýrde bútan hlimman sǽ,
le fracas de la mer, de la vague glaciale.
íscaldne wǽg. Hwílum ylfete song
íscaldne wǽg. Hwílum ylfete song
Parfois du chant du cygne je me faisais un jeu,
dyde ic mé tó gomene, ganetes hléoþor
dyde ic mé tó gomene, ganetes hléoþor
du cri du fou de Bassan et du son du courlis,
ond húilpan swég fore hleahtor wera,
ond húilpan swég fore hleahtor wera,
qui tenaient lieu du rire des hommes,
mǽw singende fore medodrince.
mǽw singende fore medodrince.
et le chant de la mouette était la miessée.
Stormas þǽr stánclifu béotan,
Stormas þǽr stánclifu béotan,
Là, les tempêtes battaient les falaises rocheuses ;
     þǽr him stearn oncwæð
     þǽr him stearn oncwæð
la sterne aux plumes glacées répondait ; souvent, autour,
ísigfeþera; ful oft þæt earn bigeal,
ísigfeþera; ful oft þæt earn bigeal,
l’aigle aux plumes de rosée glatissait ;
úrigfeþra; nǽnig hléomǽga
úrigfeþra; nǽnig hléomǽga
     nul parent protecteur
féasceaftig ferð fréfran meahte.
féasceaftig ferð fréfran meahte.
ne pouvait réconforter mon sens désolé.
Forþon him gelýfeð lyt, se þe áh lífes wyn
Forþon him gelýfeð lyt, se þe áh lífes wyn
Mais il ne comprend guère, celui qui vit en joie,
gebiden in burgum, bealosíþa hwon,
gebiden in burgum, bealosíþa hwon,
demeure dans les bourgs, libre des infortunes,
wlonc ond wíngál, hú ic wérig oft
wlonc ond wíngál, hú ic wérig oft
fier et réjoui de vin, comment j’ai souvent dû
in brimláde bídan sceolde.
in brimláde bídan sceolde.
arpenter épuisé la route de l’océan.
Náp nihtscúa, norþan sníwde,
Náp nihtscúa, norþan sníwde,
La nuit s’enténébrait, la neige venait du nord,
hrím hrusan bond, hægl féol on eorþan,
hrím hrusan bond, hægl féol on eorþan,
le givre saisissait la terre, et la grêle tombait au sol
corna caldast. Forþon cnyssað nú
corna caldast. Forþon cnyssað nú
en grain glacial. Et pourtant maintenant,
heortan geþóhtas, þæt ic héan stréamas,
heortan geþóhtas, þæt ic héan stréamas,
de connaître moi-même la haute houle,
sealtýþa gelác sylf cunnige;
sealtýþa gelác sylf cunnige;
le jeu des vagues salées, les pensées me pressent le cœur ;
monað módes lust mǽla gehwylce
monað módes lust mǽla gehwylce
le désir de mon esprit à chaque instant m’incite
ferð tó féran, þæt ic feor heonan
ferð tó féran, þæt ic feor heonan
à partir en voyage, à chercher loin d’ici
elþéodigra eard geséce.
elþéodigra eard geséce.
le pays, la demeure de gens étrangers.



Forþon nis þæs módwlonc mon ofer eorþan,
Forþon nis þæs módwlonc mon ofer eorþan,
Et pourtant, il n’est point sur terre d’homme si fier,
ne his gifena þæs gód,
ne his gifena þæs gód,
si doué de qualités,
     ne in geoguþe tó þæs hwæt,
     ne in geoguþe tó þæs hwæt,
     si fringant de jeunesse,
ne in his dǽdum tó þæs déor,
ne in his dǽdum tó þæs déor,
si courageux en actes,
     ne him his dryhten tó þæs hold,
     ne him his dryhten tó þæs hold,
     et si cher à son sire,
þæt hé á his sǽfóre sorge næbbe,
þæt hé á his sǽfóre sorge næbbe,
qui n’aie toujours tourment en son voyage en mer
tó hwon hine dryhten gedón wille.
tó hwon hine dryhten gedón wille.
de ce que le Seigneur voudra faire de lui.
Ne biþ him tó hearpan hyge ne tó hringþege,
Ne biþ him tó hearpan hyge ne tó hringþege,
Il ne songe ni au jeu de harpe, ni au don des anneaux,
ne tó wífe wyn ne tó worulde hyht,
ne tó wífe wyn ne tó worulde hyht,
ni au plaisir de femme, ni à la joie du monde,
ne ymbe ówiht elles, nefne ymb ýða gewealc,
ne ymbe ówiht elles, nefne ymb ýða gewealc,
ni à rien d’autre sinon le roulement des vagues ;
ac á hafað longunge se þe on lagu fundað.
ac á hafað longunge se þe on lagu fundað.
car qui parcourt les eaux est toujours à languir.
Bearwas blostmum nimað, byrig fægriað,
Bearwas blostmum nimað, byrig fægriað,
Les buissons fleurissent, les bourgs embellissent,
wongas wlitigað, woruld onetteð;
wongas wlitigað, woruld onetteð;
les prés prospèrent, et le monde s’affaire ;
ealle þá gemoniað módes fúsne
ealle þá gemoniað módes fúsne
tous incitent l’esprit d’humeur vaillante
sefan tó síþe, þám þe swá þenceð
sefan tó síþe, þám þe swá þenceð
au voyage, et lui font penser
on flódwegas feor gewítan.
on flódwegas feor gewítan.
à partir bien au loin sur le chemin des flots.
Swylce géac monað géomran reorde,
Swylce géac monað géomran reorde,
De même le coucou l’incite de sa parole plaintive,
singeð sumeres weard, sorge béodeð
singeð sumeres weard, sorge béodeð
chante en gardien d’été, annonce le tourment
bitter in bréosthord. Þæt se beorn ne wát,
bitter in bréosthord. Þæt se beorn ne wát,
dans l’arche de la poitrine. Il ne sait, le guerrier,
eftéadig secg, hwæt þá sume dréogað
eftéadig secg, hwæt þá sume dréogað
le brave bien nanti, ce que certains endurent
þe þá wræclástas wídost lecgað.
þe þá wræclástas wídost lecgað.
qui suivent le plus loin les sentiers de l’exil.



Forþon nú mín hyge hweorfeð ofer hreþerlocan,
Forþon nú mín hyge hweorfeð ofer hreþerlocan,
Et pourtant ma pensée parcourt la geôle de mon cœur,
mín módsefa mid mereflóde
mín módsefa mid mereflóde
mon humeur maintenant avec le flot de mer
ofer hwæles éþel hweorfeð wíde,
ofer hwæles éþel hweorfeð wíde,
par le domaine de la baleine parcourt de long en large
eorþan scéatas, cymeð eft tó mé
eorþan scéatas, cymeð eft tó mé
la surface de la terre ; puis elle me revient
gífre ond grǽdig, gielleð ánfloga,
gífre ond grǽdig, gielleð ánfloga,
frémissante et avide ; et le cri du planeur
hweteð on hwælweg hreþer unwearnum
hweteð on hwælweg hreþer unwearnum
pousse mon cœur mal défendu sur la route de la baleine,
ofer holma gelagu. Forþon me hátran sind
ofer holma gelagu. Forþon me hátran sind
sur l’étendue marine. Car je me sens plus de chaleur
dryhtnes dréamas þonne þis déade líf,
dryhtnes dréamas þonne þis déade líf,
dans les joies du Seigneur que dans cette vie morte,
lǽne on londe. Ic gelýfe nó
lǽne on londe. Ic gelýfe nó
passagère ici-bas. Je ne crois nullement
þæt him eorðwelan éce stondað.
þæt him eorðwelan éce stondað.
que sa richesse terrestre sera là pour l’éternité.
Simle þréora sum þinga gehwylce,
Simle þréora sum þinga gehwylce,
Chacune toujours de ces trois choses
ǽr his tíddege tó twéon weorþeð;
ǽr his tíddege tó twéon weorþeð;
reste incertaine, avant que n’advienne son temps :
ádl oþþe yldo oþþe ecghete
ádl oþþe yldo oþþe ecghete
si la maladie, l’âge, ou les tranchants de haine
fǽgum fromweardum feorh oðþringeð.
fǽgum fromweardum feorh oðþringeð.
enlèveront la vie à l’homme voué au trépas.



Forþon bið eorla gehwám æftercweþendra
Forþon bið eorla gehwám æftercweþendra
C’est pourquoi, pour chacun, la meilleure louange,
lóf lifgendra lástworda betst,
lóf lifgendra lástworda betst,
ce qui restera dit de lui par les vivants,
þæt hé gewyrce, ǽr hé on weg scyle,
þæt hé gewyrce, ǽr hé on weg scyle,
est qu’il puisse accomplir avant de s’en aller
fremum on foldan wið féonda níþ,
fremum on foldan wið féonda níþ,
des prouesses sur terre contre la malice ennemie,
déorum dǽdum déofle tógéanes,
déorum dǽdum déofle tógéanes,
des actes de bravoure à l’encontre du diable,
þæt hine ælda bearn æfter hergen,
þæt hine ælda bearn æfter hergen,
afin que le célèbrent les enfants des hommes,
ond his lóf siþþan lifge mid englum
ond his lóf siþþan lifge mid englum
qu’avec les anges vive à jamais son éloge
áwa tó ealdre, écan lífes blǽd,
áwa tó ealdre, écan lífes blǽd,
par les âges à venir, en béatitude dans la vie éternelle,
dréam mid dugeþum. Dagas sind gewitene,
dréam mid dugeþum. Dagas sind gewitene,
en joie parmi leurs troupes. Les jours sont bien passés
ealle onmédlan eorþan ríces;
ealle onmédlan eorþan ríces;
de la magnificence du royaume terrestre :
nearon nú cyningas ne cáseras
nearon nú cyningas ne cáseras
il n’est plus désormais de rois ni d’empereurs
ne goldgiefan swylce iú wǽron,
ne goldgiefan swylce iú wǽron,
ni de donneur d’or comme il en fut jadis,
þonne hí mǽst mid him mǽrþa gefremedon
þonne hí mǽst mid him mǽrþa gefremedon
accomplissant entre eux les plus hauts faits
ond on dryhtlícestum dóme lifdon.
ond on dryhtlícestum dóme lifdon.
et vivant de la façon la plus seigneuriale.
Gedroren is þéos duguð eal,
Gedroren is þéos duguð eal,
Toute cette troupe a chu,
     dréamas sind gewitene,
     dréamas sind gewitene,
     les joies en sont passées,
wuniað þá wácran ond þás woruld healdaþ,
wuniað þá wácran ond þás woruld healdaþ,
de plus faibles subsistent et détiennent ce monde
brúcað þurh bísgo. Blǽd is gehnǽged,
brúcað þurh bísgo. Blǽd is gehnǽged,
et en jouissent par la besogne. La gloire est abaissée,
eorþan indryhto ealdað ond séarað,
eorþan indryhto ealdað ond séarað,
la noblesse sur terre vieillit et se dessèche
swá nú monna gehwylc geond middangeard.
swá nú monna gehwylc geond middangeard.
comme tout homme maintenant en cette terre nôtre.
Yldo him on fareð, onsýn blácað,
Yldo him on fareð, onsýn blácað,
L’âge s’en vient sur lui ; son visage blêmit ;
gomelfeax gnornað, wát his iúwine,
gomelfeax gnornað, wát his iúwine,
cheveux chenus, il se lamente, sait ses amis d’antan,
æþelinga bearn, eorþan forgiefene.
æþelinga bearn, eorþan forgiefene.
enfants de princes, voués à la terre.
Ne mæg him þonne se flǽschoma,
Ne mæg him þonne se flǽschoma,
Son habit de chair ne peut,
     þonne him þæt feorg losað,
     þonne him þæt feorg losað,
     quand la vie lui échappe,
ne swéte forswelgan ne sár gefélan,
ne swéte forswelgan ne sár gefélan,
plus goûter de douceur ni sentir de douleur,
ne hond onhréran ne mid hyge þencan.
ne hond onhréran ne mid hyge þencan.
ni mouvoir une main ni songer en pensée.
þéah þe græf wille golde strégan
þéah þe græf wille golde strégan
Et bien qu’un frère désire de son parent
bróþor his geborenum, byrgan be déadum,
bróþor his geborenum, byrgan be déadum,
couvrir la tombe d’or, l’enterrer chez les morts
máþmum mislícum þæt hine mid wille,
máþmum mislícum þæt hine mid wille,
avec divers trésors, ils ne pourront l’accompagner ;
ne mæg þǽre sáwle þe biþ synna ful
ne mæg þǽre sáwle þe biþ synna ful
car pour l’âme toute emplie de péchés,
gold tó geóce for godes egsan,
gold tó geóce for godes egsan,
l’or que l’on a caché pendant que l’on vivait
þonne hé hit ǽr hýdeð þenden hé hér leofað.
þonne hé hit ǽr hýdeð þenden hé hér leofað.
n’est de nul soutien face à la terreur de Dieu.



Micel biþ se meotudes egsa,
Micel biþ se meotudes egsa,
Grande est la terreur de Dieu,
     forþon hí séo molde oncyrreð;
     forþon hí séo molde oncyrreð;
     car la terre en est transformée ;
se gestaþelade stíþe grundas,
se gestaþelade stíþe grundas,
c’est lui qui établit de solides fondations,
eorþan scéatas ond uprodor.
eorþan scéatas ond uprodor.
les surfaces de la terre et la voûte des cieux.
Dol biþ se þe him his dryhten ne ondrǽdeþ;
Dol biþ se þe him his dryhten ne ondrǽdeþ;
Fol est qui ne craint son Seigneur ;
     cymeð him se déað unþinged.
     cymeð him se déað unþinged.
     la mort lui vient sans sommation.
Éadig bið se þe éaþmód leofaþ;
Éadig bið se þe éaþmód leofaþ;
Bienheureux qui vit humblement ;
     cymeð him séo ár of heofonum,
     cymeð him séo ár of heofonum,
     cette faveur lui vient des cieux,
meotod him þæt mód gestaþelað,
meotod him þæt mód gestaþelað,
Dieu lui constitue ce courage,
     forþon hé in his meahte gelýfeð.
     forþon hé in his meahte gelýfeð.
     parce qu’il croit en Sa puissance.
Stíeran mon sceal strongum móde,
Stíeran mon sceal strongum móde,
L’on doit se gouverner d’un ferme courage,
     ond þæt on staþelum healdan,
     ond þæt on staþelum healdan,
     s’y bien tenir,
ond gewis werum, wísum clǽne,
ond gewis werum, wísum clǽne,
être sûr pour les hommes, et pur dans ses façons ;
scyle monna gehwylc mid gemete healdan
scyle monna gehwylc mid gemete healdan
chacun de nous devrait conserver la mesure
wiþ léofne ond wið láþne bealo,
wiþ léofne ond wið láþne bealo,
envers celui qu’il aime comme celui qu’il hait,
þéah þe hé hine wille fýres fulne
þéah þe hé hine wille fýres fulne
lui souhaitât-il d’être rempli de flamme
oþþe on bǽle forbærnedne
oþþe on bǽle forbærnedne
ou dût-il voir brûlé sur le bûcher
his geworhtne wine. Wyrd biþ swíþre,
his geworhtne wine. Wyrd biþ swíþre,
l’ami qu’il aura fait. Le destin est plus fort,
meotud meahtigra þonne ǽnges monnes gehygd.
meotud meahtigra þonne ǽnges monnes gehygd.
Dieu plus puissant qu’on le peut concevoir.



Uton wé hycgan hwǽr wé hám ágen,
Uton wé hycgan hwǽr wé hám ágen,
Pensons donc où nous avons notre demeure,
ond þonne geþencan hú wé þider cumen,
ond þonne geþencan hú wé þider cumen,
songeons ensuite comment nous parviendrons là-haut.
ond wé þonne éac tilien, þæt wé tó móten
ond wé þonne éac tilien, þæt wé tó móten
Tâchons également de pouvoir accéder
in þá écan éadignesse,
in þá écan éadignesse,
à l’éternelle félicité, où l’on trouve
þǽr is líf gelong in lufan dryhtnes,
þǽr is líf gelong in lufan dryhtnes,
une vie infinie dans l’amour du Seigneur
hyht in heofonum. Þæs sý þám hálgan þonc,
hyht in heofonum. Þæs sý þám hálgan þonc,
et la joie dans les cieux. Grâces pour cet honneur
þæt he úsic geweorþade, wuldres ealdor,
þæt he úsic geweorþade, wuldres ealdor,
soient rendues au Très-Saint, au Prince de gloire,
éce dryhten, in ealle tíd.
éce dryhten, in ealle tíd.
au Seigneur Éternel, dans les siècles des siècles.



Amen.
Amen.
Amen.

Commentaire
Préservé dans le livre d’Exeter, un important recueil de poésie anglo-saxonne daté du Xe siècle, The Seafarer « Le Marin » est tout à la fois une élégie et un poème moral. Dans un premier temps, un narrateur évoque les tourments du voyage en mer, comparée à une vie sédentaire, tout en convenant de sa fascination et de son désir profond de l’océan. Le poème se dirige ensuite vers les thèmes de l’impermanence et l’insignifiance de la vie terrestre en regard de la puissance divine, et s’achève sur une exhortation morale accompagnée de l’espérance de la félicité éternelle. Cette deuxième partie plus didactique colore aussi rétrospectivement la première d’un sens figuré que sont les épreuves d’une âme en son aspiration à Dieu. Nous avons employé l’édition en ligne de Corey Owen, en y ajoutant des accents aigus pour marquer les voyelles et diphtongues longues. La traduction, inédite, est de Bertrand Bellet.

Tolkien prévoyait de faire écho à ce poème dans ses romans inachevés La Route perdue et The Notion Club Papers. Les deux sont des essais de réécriture du mythe de l’Atlantide en ce qui était destiné à devenir la matière de Númenor, et explorent également le thème du voyage dans le temps par les rêves, les réminiscences et l’hérédité.

La transcription du texte imite l’écriture insulaire, un style de l’alphabet latin d’origine irlandaise, employé dans la plupart des manuscrits en vieil anglais. Nous nous sommes servis de la police Beowulf1 de Peter S. Baker.

Références
Owen, Corey (ed.). The Seafarer: A Hypertext Edition. 🌍 The University of Saskatchewan.

Les œuvres de John Ronald Reuel et Christopher Tolkien sont soumises au droit de leurs auteurs ou de leur ayants droit, dont leurs éditeurs et le Tolkien Estate.
Les citations des autres auteurs, éditeurs et traducteurs mentionnés en bibliographie sont soumises au droit de leurs auteurs respectifs ou de leurs ayants droit, hormis les cas où ces droits ont expiré.
Dernière mise à jour du site : 25 mars 2017. Nous contacter :