La Cave Lu par Tolkien Glǽmscribe Mathoms Nouveautés
Quenya Sindarin Telerin Qenya Noldorin
Adûnaïque Westron Khuzdul Noir parler Valarin
Vieil anglais – Tolkien Vieil anglais Moyen anglais
Gotique Vieux norrois Finnois Gallois Latin
Sigurðr tue Fáfnir
Français
Vieux norrois
Runes

ᚿᚢ ᚱᛁᚦᛆ ᚦᛆᛁᛧ ᛌᛁᚽᚢᚱᚦᛧ ᚢᚴ ᚱᛁᚽᛁᚿ ᚢᛓ ᚭ ᚽᛆᛁᚦᛁᚿᛆ ᚭ ᚦᚭᚿ ᚠᛆᚱᚢᛁᚽ ᛁᛧ ᚠᚭᚠᚿᛁᛧ ᚢᛆᛧ ᚢᚭᚿᛧ ᛆᛐ ᛌᚴᚱᛁᚦᛆ ᛁᛧ ᚽᚭᚿ ᚠᚢᚱ ᛐᛁᛚ ᚢᛆᛐᚿᛌ᛫ ᚢᚴ ᚦᛆᛐ ᛁᚱ ᛌᛆᚽᛐ᛫ ᛆᛐ ᛌᛆ ᚽᚭᛙᛆᚱ ᚢᛆᛧ ᚦᚱᛁᛐᚢᚽᛧ ᛁᛧ ᚽᚭᚿ ᛚᛆ ᛆᛐ ᚢᛆᛐᚿᛁ᛫ ᚦᚭ ᛁᛧ ᚽᚭᚿ ᛐᚱᚭᚴ᛬
Nú ríða þeir Sigurðr ok Reginn upp á heiðina á þann farveg er Fáfnir var vanr at skríða er hann fór til vatns, ok þat er sagt, at sá hamarr var þrítugr er hann lá at vatni, þá er hann drakk.
Sigurðr et Reginn chevauchèrent sur la lande, par la piste où Fáfnir avait coutume de ramper lorsqu’il se rendait jusqu’à l’eau, et l’on dit que le rocher d’où il atteignait l’eau quand il buvait faisait trente toises de haut.
ᚦᚭ ᛙᛆᛚᛐᛁ ᛌᛁᚽᚢᚱᚦᛧ᛬ ᚦᛆᛐ ᛌᛆᚽᚦᛁᛧ ᚦᚢ᛫ ᚱᛁᚽᛁᚿ᛫ ᛆᛐ ᛐᚱᛁᚴᛁ ᛌᛁᛆ ᚢᛆᛧᛁ ᛆᛁᚽᛁ ᛙᛆᛁᛧᛁ ᛁᚿ ᛆᛁᚿ ᛚᚢᚴᚢᚱᛙᛧ᛫ ᛁᚿ ᛙᛁᛧ ᛌᚢᚿᛆᛌᛐ ᚢᛁᚽᛆᛧ ᚽᚭᚿᛌ ᛆᚢᛆᛧ ᛙᛁᚴᛚᛁᛧ᛬
Þá mælti Sigurðr: “Þat sagðir þú, Reginn, at dreki sjá væri eigi meiri en einn lyngormr, en mér sýnast vegar hans ævar miklir.”
Alors Sigurðr dit : « Tu as dit, Reginn, que ce dragon n’était pas plus grand qu’un serpent de bruyère, mais sa piste me semble considérablement plus grande. »
ᚱᛁᚽᛁᚿ ᛙᛆᛚᛐᛁ᛬ ᚴᛁᚱ ᚴᚱᚭᚠ ᛆᛁᚿᛆ ᚢᚴ ᛌᛁᛐᛌᛐ ᚦᛆᚱ ᛁ᛬ ᚢᚴ ᚦᚭ ᛁᛧ ᚢᚱᛙᛧᛁᚿ ᛌᚴᚱᛁᚦᛧ ᛐᛁᛚ ᚢᛆᛐᚿᛌ᛫ ᛚᛁᚴ ᚦᚭ ᛐᛁᛚ ᚽᛁᛆᚱᛐᛆ ᚽᚢᚿᚢᛙ ᚢᚴ ᚢᛁᚿ ᚽᚢᚿᚢᛙ ᛌᚢᛆ ᛓᚭᚿᛆ᛬ ᚦᛆᚱ ᚠᚢᚱᛁᚱ ᚠᛆᚱ ᚦᚢ ᛙᛁᚴᛁᚿ ᚠᚱᚭᛙᛆ᛬
Reginn mælti: “Ger grǫf eina ok sezt þar í. Ok þá er ormrinn skríðr til vatns, legg þá til hjarta honum ok vinn honum svá bana. Þar fyrir fær þú mikinn frama.”
Reginn dit : « Fais une fosse et place-toi dedans. Quand le serpent rampera pour aller à l’eau, frappe-le au cœur et mets-le ainsi à mort. Pour cela, tu gagneras grand renom. »
ᛌᛁᚽᚢᚱᚦᛧ ᛙᛆᛚᛐᛁ᛬ ᚽᚢᛁᚱᛌᚢ ᛙᚢᚿ ᚦᚭ ᚢᛆᛁᛐᚭ ᛁᚠ ᛁᚴ ᚢᛁᚱᚦ ᚠᚢᚱᛁᚱ ᛌᚢᛆᛁᛐᚭ ᚢᚱᛙᛌᛁᚿᛌ᛭
Sigurðr mælti: “Hversu mun þá veita ef ek verð fyrir sveita ormsins?”
Sigurðr dit : « Que faire si je suis exposé au sang du serpent ? »
ᚱᛁᚽᛁᚿ ᛌᚢᛆᚱᛆᛧ᛬ ᛆᛁᚽᛁ ᛙᛆ ᚦᛁᛧ ᚱᛆᚦ ᚱᛆᚦᛆ ᛁᛧ ᚦᚢ ᛁᛧᛐ ᚢᛁᚦ ᚽᚢᛆᛐᚢᛁᛐᚿᛆ ᚽᚱᛆᛐᛧ᛬ ᚢᚴ ᛁᛧᛐᚢ ᚢᛚᛁᚴᛧ ᚦᛁᚿᚢᛙ ᚠᚱᚭᛐᚢᛙ ᛆᛐ ᚽᚢᚽᚽᚱᚭᚢᛌᛐᛁ᛬
Reginn svarar: “Eigi má þér ráð ráða er þú ert við hvatvetna hræddr. Ok ertu ólíkr þínum frændum at hughreysti.”
Reginn répondit : « À quoi bon te donner des conseils si tu as peur de n’importe quoi ? Tu ne ressembles pas à tes parents par la vaillance. »
ᚿᚢ ᚱᛁᚦᛧ ᛌᛁᚽᚢᚱᚦᛧ ᚭ ᚽᛆᛁᚦᛁᚿᛆ᛫ ᛁᚿ ᚱᛁᚽᛁᚿ ᚽᚢᛁᚱᚠᛧ ᛁ ᛓᚱᚢᛐ ᚢᚠᚱᛁᛐ ᚽᚱᛆᛐᛧ᛬ ᛌᛁᚽᚢᚱᚦᛧ ᚴᛁᚱᚦᛁ ᚴᚱᚭᚠ ᛆᛁᚿᛆ᛬ ᚢᚴ ᛁᛧ ᚽᚭᚿ ᛁᛧ ᛆᛐ ᚦᛁᛌᚢ ᚢᛁᚱᚴᛁ᛫ ᚴᛁᛙᛧ ᛆᛐ ᚽᚢᚿᚢᛙ ᛆᛁᚿ ᚴᚭᛙᛆᛚ ᛙᚭᚦᛧ ᛙᛁᚦ ᛌᛁᚦᚢ ᛌᚴᛁᚴᛁ ᚢᚴ ᛌᛓᚢᚱ ᚽᚢᛆᛐ ᚽᚭᚿ ᚴᛁᚱᛁᛧ ᚦᛆᚱ᛬ ᚽᚭᚿ ᛌᛁᚽᛁᛧ᛬
Nú ríðr Sigurðr á heiðina, en Reginn hverfr í brott yfrit hræddr. Sigurðr gerði grǫf eina. Ok er hann er at þessu verki, kemr at honum einn gamall maðr með síðu skeggi ok spyrr hvat hann gerir þar. Hann segir.
Sigurðr chevaucha donc par la lande, mais Reginn s’esquiva, extrêmement effrayé. Sigurðr creusa une fosse. Alors qu’il était à ce travail, un vieil homme à longue barbe vint à lui et lui demanda ce qu’il faisait là. Il le lui dit.
ᚦᚭ ᛌᚢᛆᚱᛆᛧ ᛁᚿ ᚴᚭᛙᛚᛁ ᛙᚭᚦᛧ᛬ ᚦᛁᛐᛆ ᛁᛧ ᚢᚱᛆᚦ᛬ ᚴᛁᚱ ᚠᛚᛆᛁᛧᛁ ᚴᚱᛆᚠᛆᛧ ᚢᚴ ᛚᛆᛐ ᚦᛆᚱ ᛁ ᚱᛁᚿᛆ ᛌᚢᛆᛁᛐᚭᚿ᛫ ᛁᚿ ᚦᚢ ᛌᛁᛐ ᛁ ᛆᛁᚿᛁ ᚢᚴ ᛚᛁᚴ ᛐᛁᛚ ᚽᛁᛆᚱᛐᚭᚿᛌ ᚢᚱᛙᛁᚿᚢᛙ᛬
Þá svarar inn gamli maðr: “Þetta er óráð. Ger fleiri grafar ok lát þar í renna sveitann, en þú sit í einni ok legg til hjartans orminum.”
Alors, le vieil homme répondit : « C’est malavisé. Fais plusieurs fosses et laisses-y couler le sang. Pour toi, tiens-toi dans l’une et frappe le serpent au cœur. »
ᚦᚭ ᚽᚢᛆᚱᚠ ᛌᛆ ᛙᚭᚦᛧ ᚭ ᛓᚱᚢᛐᚢ᛬ ᛁᚿ ᛌᛁᚽᚢᚱᚦᛧ ᚴᛁᚱᛁᛧ ᚴᚱᛆᚠᛆᛧ ᛁᚠᛐᛁᚱ ᚦᚢᛁ ᛌᛁᛙ ᚠᚢᚱᛁᚱ ᚢᛆᛧ ᛌᛆᚽᛐ᛬
Þá hvarf sá maðr á brottu. En Sigurðr gerir grafar eptir því sem fyrir var sagt.
Puis cet homme disparut. Et Sigurðr fit plusieurs fosses selon ce qui avait été prescrit.
ᚢᚴ ᛁᛧ ᚢᚱᛙᛧᛁᚿ ᛌᚴᚱᛆᛁᚦ ᛐᛁᛚ ᚢᛆᛐᚿᛌ᛫ ᚢᛆᚱᚦ ᛙᛁᚴᛁᛚ ᛚᚭᛐᛌᚴᛁᛆᛚᚠᛐᛁ᛫ ᛌᚢᛆ ᛆᛐ ᚭᛚ ᛁᚭᚱᚦ ᛌᚴᛆᛚᚠ ᛁ ᚿᚭᛐ᛬ ᚽᚭᚿ ᚠᚿᚢᛌᛐᛁ ᛆᛁᛐᚱᛁ ᛆᛚᛆ ᛚᛆᛁᚦ ᚠᚢᚱᛁᚱ ᛌᛁᚴ ᚠᚱᚭᛙ᛫ ᚢᚴ ᛆᛁᚽᛁ ᚽᚱᛆᛐᛁᛌᚴ ᛌᛁᚽᚢᚱᚦᛧ ᚿᛁ ᚢᛐᛆᛌᛐ ᚢᛁᚦ ᚦᚭᚿ ᚴᚿᚢ᛬ ᚢᚴ ᛁᛧ ᚢᚱᛙᛧᛁᚿ ᛌᚴᚱᛆᛁᚦ ᚢᚠᛁᚱ ᚴᚱᚭᚠᛁᚿᛆ᛫ ᚦᚭ ᛚᛁᚴᛧ ᛌᛁᚽᚢᚱᚦᛧ ᛌᚢᛁᚱᚦᛁᚿᚢ ᚢᛐᛁᚱ ᛓᚢᚴᛌᛚᛁᛐ ᚢᛁᚿᛌᛐᚱᛆ᛫ ᛌᚢᛆ ᛆᛐ ᚢᛁᚦ ᚽᛁᚭᛚᛐᚢᛙ ᚿᚭᛙ᛬ ᚦᚭ ᚽᛚᚭᚢᛓᛧ ᛌᛁᚽᚢᚱᚦᛧ ᚢᛓ ᚢᚱ ᚴᚱᚭᚠᛁᚿᛁ ᚢᚴ ᚴᛁᛓᛁᛧ ᛆᛐ ᛌᛁᛧ ᛌᚢᛁᚱᚦᛁᚿᚢ ᚢᚴ ᚽᛁᚠᛁᛧ ᛆᛚᛆᛧ ᚽᛁᛐᛧ ᛓᛚᚢᚦᚽᛆᛧ ᚢᛓ ᛐᛁᛚ ᛆᚴᛌᛚᛆᛧ᛬ ᚢᚴ ᛁᛧ ᛁᚿ ᛙᛁᚴᛚᛁ ᚢᚱᛙᛧ ᚴᛁᚿᛐᛁ ᛌᛁᚿᛌ ᛓᚭᚿᚭᛌᛆᚱᛌ᛫ ᚦᚭ ᛚᚭᚢᛌᛐ ᚽᚭᚿ ᚽᚭᚠᚦᛁᚿᚢ ᚢᚴ ᛌᛓᚢᚱᚦᛁᚿᚢᛙ ᛌᚢᛆ ᛆᛐ ᛆᛚᛐ ᛓᚱᛆᛌᛐ ᛁ ᛌᚢᛐᚱ ᛁᚱ ᚠᚢᚱᛁᚱ ᚢᛆᚱᚦ᛬
Ok er ormrinn skreið til vatns, varð mikill landskjálfti, svá at ǫll jǫrð skalf í nánd. Hann fnýsti eitri alla leið fyrir sik fram, ok eigi hræddisk Sigurðr né óttast við þann gný. Ok er ormrinn skreið yfir grǫfina, þá leggr Sigurðr sverðinu undir bœxlit vinstra, svá at við hjǫltum nam. Þá hleypr Sigurðr upp ór grǫfinni ok kippir at sér sverðinu ok hefir allar hendr blóðgar upp til axlar. Ok er inn mikli ormr kenndi síns banasárs, þá laust hann hǫfðinu ok sporðinum svá at allt brast í sundr er fyrir varð.
Quand le serpent rampa pour aller à l’eau, il y eut grand tremblement de terre, tout le sol trembla dans le voisinage. Il soufflait du venin partout devant lui mais Sigurðr n’eut ni peur ni crainte de ce vacarme. Quand le serpent rampa au-dessus de la fosse, Sigurðr le frappa sous l’épaule gauche de son épée, si bien qu’elle s’arrêta à aux gardes. Alors, Sigurðr bondit hors de la fosse et retira son épée : il avait les bras ensanglantés jusqu’aux épaules. Quand le grand serpent sentit sa blessure mortelle, il frappa de la tête et de la queue si bien que tout ce qui se trouvait devant vola en éclats.
ᚢᚴ ᛁᛧ ᚠᚭᚠᚿᛁᛧ ᚠᛁᚴ ᛓᚭᚿᚭᛌᛆᚱ᛫ ᛌᛓᚢᚱᚦᛁ ᚽᚭᚿ᛬ ᚽᚢᛁᚱ ᛁᛧᛐᚢ᛫ ᛁᚦᛆ ᚽᚢᛁᚱ ᛁᚱ ᚦᛁᚿ ᚠᛆᚦᛁᚱ᛫ ᛁᚦᛆ ᚽᚢᛁᛧ ᛁᛧ ᛆᛐ ᚦᛁᚿ᛫ ᛁᚱ ᚦᚢ ᚢᛆᛧᛐ ᛌᚢᛆ ᛐᛁᛆᚱᚠᛧ᛫ ᛆᛐ ᚦᚢ ᚦᚢᚱᛁᛧ ᛆᛐ ᛓᛁᚱᚭ ᚢᛆᛓᚿ ᚭ ᛙᛁᚴ᛭
Ok er Fáfnir fekk banasár, spurði hann: “Hverr ertu, eða hverr er þinn faðir, eða hver er ætt þín, er þú vart svá djarfr, at þú þorir at bera vápn á mik?”
Lorsque Fáfnir reçut cette blessure mortelle, il demanda : « Qui es-tu, et qui est ton père, et quelle est ta famille, toi qui a été assez hardi pour oser porter une arme contre moi ? »
ᛌᛁᚽᚢᚱᚦᛧ ᛌᚢᛆᚱᛆᛧ᛬ ᛆᛐ ᛙᛁᚿ ᛁᚱ ᛙᚭᚿᚢᛙ ᚢᚴᚢᚿᛁᚽ᛬ ᛁᚴ ᚽᛆᛁᛐᛁ ᚴᚭᚠᚢᚽᛐ ᛐᚢᛧ ᚢᚴ ᚭ ᛁᚴ ᛁᚴᚭᚿ ᚠᚭᚦᚢᚱ ᚿᛁ ᛙᚢᚦᚢᚱ᛫ ᚢᚴ ᛆᛁᚿ ᛌᚭᛙᚭᚿ ᚽᛁᚠᛁ ᛁᚴ ᚠᛆᚱᛁᛐ᛬
Sigurðr svarar: “Ætt mín er mǫnnum ókunnig. Ek heiti gǫfugt dýr ok á ek engan fǫður né móður, ok einn saman hefi ek farit.”
Sigurðr répondit : « Ma famille est inconnue des hommes. Je m’appelle noble bête, et je n’ai ni père ni mère, et j’ai agi tout seul. »
ᚠᚭᚠᚿᛁᛧ ᛌᚢᛆᚱᛆᛧ᛬ ᛁᚠ ᚦᚢ ᛆᛐ ᛁᚴᚭᚿ ᚠᛁᚦᚱ ᚿᛁ ᛙᚢᚦᚱ᛫ ᛆᚠ ᚽᚢᛁᚱᛁᚢ ᚢᛐᚱᛁ ᛁᛧᛐᚢ ᚦᚭ ᛆᛚᛁᚿ᛭ ᚢᚴ ᚦᚢᛐ ᚦᚢ ᛌᛁᚽᛁᚱ ᛙᛁᚱ ᛆᛁᚽᛁ ᚦᛁᛐ ᚿᚭᚠᚿ ᚭ ᛓᚭᚿᚭᛐᚢᚽᛧᛁ ᛙᛁᚿᚢ᛫ ᚦᚭ ᚢᛆᛁᛐᛌᛐᚢ ᛆᛐ ᚦᚢ ᛚᚢᚽᛧ ᚿᚢ᛬
Fáfnir svarar: “Ef þú átt engan feðr né mœðr, af hverju undri ertu þá alinn? Ok þótt þú segir mér eigi þitt nafn á banadœgri mínu, þá veiztu at þú lýgr nú.”
Fáfnir répondit : « Si tu n’as pas de père ni de mère, par quelle merveille es-tu né ? Tu as beau ne pas me dire ton nom au jour de ma mort, tu sais que tu mens. »
ᚽᚭᚿ ᛌᚢᛆᚱᛆᛧ᛬ ᛁᚴ ᚽᛆᛁᛐᛁ ᛌᛁᚽᚢᚱᚦᛧ᛫ ᛁᚿ ᚠᛆᚦᛁᚱ ᛙᛁᚿ ᛌᛁᚽᛙᚢᛐᛧ᛬
Hann svarar: “Ek heiti Sigurðr, en faðir minn Sigmundr.”
Il répondit : « Je m’appelle Sigurðr, et mon père, Sigmundr. »
ᚠᚭᚠᚿᛁᛧ ᛌᚢᛆᚱᛆᛧ᛬ ᚽᚢᛁᚱ ᛁᚴᛁᛆᚦᛁ ᚦᛁᚴ ᚦᛁᛌᛆ ᚢᛁᚱᚴᛌ᛫ ᛁᚦᛆ ᚽᚢᛁ ᛚᛁᛐᛌᛐᚢ ᛆᛐ ᛁᚴᛁᛆᛌᚴ᛭ ᚽᛆᚠᚦᛁᛧ ᚦᚢ ᛆᛁᚽᛁ ᚠᚱᛁᛐ ᚦᚭᛐ᛫ ᚽᚢᛁᚱᛌᚢ ᛆᛚᛐ ᚠᚢᛚᚴ ᛁᚱ ᚽᚱᛆᛐ ᚢᛁᚦ ᛙᛁᚴ ᚢᚴ ᚢᛁᚦ ᛙᛁᚿ ᛆᚽᛁᛌᚽᛁᛆᛚᛙ᛭ ᛁᚿ ᚠᚱᚭᚿᚭᚢᚽᛁ ᛌᚢᛆᛁᚿ᛫ ᚦᚢ ᛆᛐᛁᚱ ᚠᛁᚦᚱ ᛌᚿᛆᚱᛓᚭᚿ᛬
Fáfnir svarar: “Hverr eggjaði þik þessa verks, eða hví léztu at eggjask? Hafðir þú eigi frétt þatt, hversu allt fólk er hrætt við mik ok við minn ægishjálm? Inn fráneygi sveinn, þú áttir feðr snarpan.”
Fáfnir répondit : « Qui t’a excité à cet acte, ou pourquoi t’es-tu laissé exciter ? N’as-tu pas appris comme tout le monde a peur de moi et de mon heaume de terreur ? Garçon au regard perçant, tu possédais un père rude. »
ᛌᛁᚽᚢᚱᚦᛧ ᛌᚢᛆᚱᛆᛧ᛬ ᛐᛁᛚ ᚦᛁᛌᛆ ᚽᚢᛆᛐᛁ ᛙᛁᚴ ᛁᚿ ᚽᛆᚱᚦᛁ ᚽᚢᚽᛧ᛫ ᚢᚴ ᛌᛐᚢᚦᛆᚦᛁ ᛐᛁᛚ ᛆᛐ ᚴᛁᚱᛐ ᚢᚱᚦᛁ ᚦᛁᛌᛁ ᛁᚿ ᛌᛐᛁᚱᚴᛆ ᚽᚭᛐ ᚢᚴ ᚦᛁᛐᛆ ᛁᛐ ᛌᚿᛆᚱᛓᛆ ᛌᚢᛁᚱᚦ᛫ ᛁᚱ ᚿᚢ ᚴᛁᚿᛐᛁᛧ ᚦᚢ᛫ ᚢᚴ ᚠᛆᚱ ᛁᚱ ᚴᚭᛙᛆᛚ ᚽᛆᚱᚦᛧ ᛁᚠ ᚽᚭᚿ ᛁᚱ ᛁ ᛓᛁᚱᚿᛌᚴᚢ ᛓᛚᚭᚢᛐᛧ᛬
Sigurðr svarar: “Til þessa hvatti mik inn harði hugr, ok stoðaði til at gert yrði þessi in sterka hǫnd ok þetta it snarpa sverð, er nú kenndir þú, ok fárr er gamall harðr ef hann er í bernsku blautr.”
Sigurðr répondit : « Un cœur rude m’incita à cela, et pour que ce fût fait m’assistèrent cette forte main et cette épée acérée que tu viens de sentir. Rare qui, vieux, est rude, si, jeune, il est timoré. »
ᚠᚭᚠᚿᛁᛧ ᛌᛁᚽᛁᛧ᛬ ᚢᛆᛁᛐ ᛁᚴ᛫ ᛁᚠ ᚦᚢ ᚢᚴᛌᛁᛧ ᚢᛓ ᛙᛁᚦ ᚠᚱᚭᛐᚢᛙ ᚦᛁᚿᚢᛙ᛫ ᛆᛐ ᚦᚢ ᛙᚢᛐᛁᛧ ᚴᚢᚿᛆ ᛆᛐ ᚢᛁᚽᚭ ᚱᛆᛁᚦᛧ᛫ ᛁᚿ ᚦᛁᛐᛆ ᛁᚱ ᛙᛆᛁᛧᛁ ᚠᚢᚱᚦᛆ ᛁᛧ ᛆᛁᚿ ᛓᚭᛐᛁᚴᛁ ᚽᛁᚱᛐᛁᚴᛁᚿ ᛌᚴᛆᛚ ᚦᚢᚱᚭᛐ ᚽᛆᚠᚭ ᛆᛐ ᚢᛁᚽᚭ ᛆᛐ ᛙᛁᚱ᛫ ᚦᚢᛁ ᛆᛐ ᚠᛆᚱ ᚽᛁᚱᚿᚢᛙᛁᚿ ᛁᛧ ᚠᚱᚢᚴᚿ ᛐᛁᛚ ᚢᛁᚽᛌ᛬
Fáfnir segir: “Veit ek, ef þú yxir upp með frændum þínum, at þú mundir kunna at vega reiðr, en þetta er meiri furða er einn bandingi hertekinn skal þorat hafa at vega at mér, því at fár hernuminn er frœkn til vígs.”
Fáfnir dit : « Je sais, si tu grandis parmi tes parents, que tu sauras frapper avec courroux, mais ce qui est plus grande merveille, c’est qu’un prisonnier et butin de guerre ait osé me frapper, car rare le prisonnier de guerre qui est vaillant au meurtre. »
ᛌᛁᚽᚢᚱᚦᛧ ᛙᛆᛚᛐᛁ᛬ ᛓᚱᛁᚽᚦᛧ ᚦᚢ ᛙᛁᛧ᛫ ᛆᛐ ᛁᚴ ᚢᛆᛧᛆ ᚠᛁᛆᚱᛁ ᛙᛁᚿᚢᛙ ᚠᚱᚭᛐᚢᛙ᛭ ᛁᚿ ᚦᚢᛐ ᛁᚴ ᚢᛆᛧᛆ ᚽᛁᚱᚿᚢᛙᛁᚿ᛫ ᚦᚭ ᚢᛆᛧ ᛁᚴ ᚦᚢ ᛆᛁᚽᛁ ᚽᛁᚠᛐᛧ᛫ ᚢᚴ ᚦᛆᛐ ᚠᚭᚿᛐᚢ ᛆᛐ ᛁᚴ ᚢᛆᛧ ᛚᚭᚢᛌ᛬
Sigurðr mælti: “Bregðr þú mér, at ek væra fjarri mínum frændum? En þótt ek væra hernuminn, þá var ek þó eigi heptr, ok þat fanntu at ek var lauss.”
Sigurðr dit : « Me reproches-tu d’être loin de mes parents ? Mais serais-je prisonnier de guerre, je n’étais pas dans les fers pourtant, et tu as éprouvé que j’étais libre. »
ᚠᚭᚠᚿᛁᛧ ᛌᚢᛆᚱᛆᛧ᛬ ᚽᛆᛁᚠᛐᚢᚱᚦᛁ ᛐᛁᚴᛧ ᚦᚢ ᚽᚢᛁᛐᚢᛁᛐᚿᛆ ᚦᚢᛁ᛫ ᛁᛧ ᛁᚴ ᛙᛆᛚᛁ᛬ ᛁᚿ ᚴᚢᛚ ᚦᛁᛐᛆ ᛙᚢᚿ ᚦᛁᛧ ᛆᛐ ᛓᚭᚿᛆ ᚢᛁᚱᚦᚭ᛫ ᛁᛧ ᛁᚴ ᚽᛁᚠᛁ ᛆᛐ᛬
Fáfnir svarar: “Heiptyrði tekr þú hvetvetna því, er ek mæli. En gull þetta mun þér at bana verða, er ek hefi átt.”
Fáfnir répondit : « Tu tiens pour paroles de haine tout ce que je dis. Mais cet or que j’ai possédé te mènera à la mort. »
ᛌᛁᚽᚢᚱᚦᛧ ᛌᚢᛆᚱᛆᛧ᛬ ᚽᚢᛁᚱ ᚢᛁᛚ ᚠᛁ ᚽᛆᚠᚭ ᛆᛚᛐ ᛐᛁᛚ ᛁᚿᛌ ᛆᛁᚿᚭ ᛐᛆᚽᛌ᛫ ᛁᚿ ᛆᛁᛐ ᛌᛁᚿ ᛌᚴᛆᛚ ᚽᚢᛁᚱ ᛐᚭᚢᛁᚭ᛬
Sigurðr svarar: “Hverr vill fé hafa allt til ins eina dags, en eitt sinn skal hverr deyja.”
Sigurðr répondit : « Chacun veut avoir du bien jusqu’à son dernier jour, et tout homme doit mourir un jour. »
ᚠᚭᚠᚿᛁᛧ ᛙᛆᛚᛐᛁ᛬ ᚠᛆᛐ ᚢᛁᛚ ᚦᚢ ᛆᛐ ᛙᛁᚿᚢᛙ ᛐᚢᛙᚢᛙ ᚴᛁᚱᚭ᛫ ᛁᚿ ᛐᚱᚢᚴᚿᚭ ᛙᚢᛐᚢ᛫ ᛁᚠ ᚦᚢ ᚠᛁᚱ ᚢᛙ ᛌᛁᛆ ᚢᚢᛆᚱᛚᛁᚽᛆ᛫ ᚢᚴ ᛓᛁᚦ ᚽᛁᛚᛐᛧ ᚭ ᛚᚭᛐᛁ ᚢᚿᛐᛌ ᛚᚢᚽᚿ ᛁᛧ᛬
Fáfnir mælti: “Fátt vill þú at mínum dœmum gera, en drukna muntu, ef þú ferr um sjá óvarliga, ok bíð heldr á landi unz logn er.”
Fáfnir dit : « Tu feras peu de chose sur mon conseil, et tu te noieras si tu voyages en mer imprudemment, attends plutôt à terre que le temps se calme. »
ᛌᛁᚽᚢᚱᚦᛧ ᛙᛆᛚᛐᛁ᛬ ᛌᛁᚽ ᚦᚢ ᚦᛆᛐ᛫ ᚠᚭᚠᚿᛁᛧ᛫ ᛁᚠ ᚦᚢ ᛁᛧᛐ ᚠᚱᚢᚦᛧ ᛙᛁᚭᚴ᛬ ᚽᚢᛁᚱᛁᛆᛧ ᛁᛧᚢ ᚦᛆᛧ ᚿᚢᚱᚿᛁᛧ᛫ ᛁᛧ ᚴᛁᚢᛌᚭ ᛙᚭᚽᚢ ᚠᚱᚭ ᛙᚢᚦᚱᚢᛙ᛭
Sigurðr mælti: “Seg þú þat, Fáfnir, ef þú ert fróðr mjǫk: hverjar eru þær Nornir, er kjósa mǫgu frá mœðrum?”
Sigurðr dit : « Dis ceci, Fáfnir, si tu es très savant : qui sont les Nornes qui décident du sort des fils de leurs mères ? »
ᚠᚭᚠᚿᛁᛧ ᛌᚢᛆᚱᛆᛧ᛬ ᛙᛆᚱᚽᛆᛧ ᛁᛧᚢ ᚦᛆᛧ ᚢᚴ ᛌᚢᛐᚱᛚᚭᚢᛌᛆᛧ᛬ ᛌᚢᛙᛆᛧ ᛁᛧᚢ ᛆᛌᛆ ᛆᛐᛆᛧ᛫ ᛌᚢᛙᛆᛧ ᛁᛧᚢ ᛆᛚᚠᛆ ᛆᛐᛆᛧ᛫ ᛌᚢᛙᛆᛧ ᛁᛧᚢ ᛐᚢᛐᚱ ᛐᚢᛆᛚᛁᚿᛌ᛬
Fáfnir svarar: “Margar eru þær ok sundrlausar. Sumar eru Ása ættar, sumar eru álfa ættar, sumar eru dœtr Dvalins.”
Fáfnir répondit : « Nombreuses elles sont, et éparses, et certaines sont de la famille des Ases [dieux souverains], certaines sont de la famille des Alfes, d’autres sont filles de Dvalinn [un nain]. »
ᛌᛁᚽᚢᚱᚦᛧ ᛙᛆᛚᛐᛁ᛬ ᚽᚢᛁ ᚽᛆᛁᛐᛁᛧ ᛌᛆ ᚽᚢᛚᛙᛧ ᛁᛧ ᛓᛚᚭᛐᛆ ᚽᛁᚭᚱᛚᛁᚽᛁ ᛌᚢᚱᛐᛧ ᚢᚴ ᛆᛌᛁᛧ ᛌᚭᛙᚭᚿ᛭
Sigurðr mælti: “Hve heitir sá hólmr er blanda hjǫrlegi Surtr ok Æsir saman?”
Sigurðr dit : « Comment s’appelle cet îlot où mêlent l’humeur des épées Surtr [géant du feu] et les Ases ? »
ᚠᚭᚠᚿᛁᛧ ᛌᚢᛆᚱᛆᛧ᛬ ᚽᚭᚿ ᚽᛆᛁᛐᛁᛧ ᚢᛌᚴᛆᚠᛐᛧ᛬
Fáfnir svarar: “Hann heitir Óskaptr.”
Fáfnir répondit : « Il s’appelle Óskaptr [incréé]. »
ᚢᚴ ᛁᚿ ᛙᛆᛚᛐᛁ ᚠᚭᚠᚿᛁᛧ᛬ ᚱᛁᚽᛁᚿ᛫ ᛓᚱᚢᚦᛁᚱ ᛙᛁᚿ᛫ ᚢᛁᛚᛐᛧ ᛙᛁᚿᚢᛙ ᛐᚭᚢᚦᚭ᛫ ᚢᚴ ᚦᛆᛐ ᚽᛚᚢᚽᛁᛧ ᛙᛁᚴ᛫ ᛁᚱ ᚽᚭᚿ ᚢᛁᛚᛐᛧ ᚢᚴ ᚦᛁᚿᚢᛙ ᛐᚭᚢᚦᚭ᛫ ᚢᚴ ᚠᛁᚱ ᚦᚭ ᛌᛁᛙ ᚽᚭᚿ ᚢᛁᛚᛐᛁ᛬
Ok enn mælti Fáfnir: “Reginn, bróðir minn, veldr mínum dauða, ok þat hlœgir mik, er hann veldr ok þínum dauða, ok ferr þá sem hann vildi.”
Et Fáfnir dit encore : « C'est Reginn, mon frère, qui est cause de ma mort, et je me réjouis de ce qu’il sera cause de ta mort également, et tout se passe comme il le voulait. »
ᛁᚿ ᛙᛆᛚᛐᛁ ᚠᚭᚠᚿᛁᛧ᛬ ᛁᚴ ᛓᛆᚱ ᛆᚽᛁᛌᚽᛁᛆᛚᛙ ᚢᚠᛁᚱ ᚭᛚᚢ ᚠᚢᛚᚴᛁ᛫ ᛌᛁᚦᚭᚿ ᛁᚴ ᛚᛆ ᚭ ᛆᚱᚠᛁ ᛙᛁᚿᛌ ᛓᚱᚢᚦᚢᚱ᛫ ᚢᚴ ᛌᚢᛆ ᚠᚿᚢᛌᛐᛆ ᛁᚴ ᛆᛁᛐᚱᛁ ᛆᛚᛆ ᚢᛁᚽᛆ ᚠᚱᚭ ᛙᛁᛧ ᛁ ᛓᚱᚢᛐ ᛆᛐ ᛁᚴᛁ ᚦᚢᚱᚦᛁ ᛆᛐ ᚴᚢᛙᚭ ᛁ ᚿᚭᛐ ᛙᛁᛧ᛫ ᚢᚴ ᛁᚴᛁ ᚢᛆᛓᚿ ᚽᚱᛆᛐᚢᛙᛌᛐ ᛁᚴ᛫ ᚢᚴ ᛆᛚᛐᛧᛁ ᚠᚭᚿ ᛁᚴ ᛌᚢᛆ ᛙᛆᚱᚽᚭᚿ ᛙᚭᚿ ᚠᚢᚱᛁᚱ ᛙᛁᛧ᛫ ᛆᛐ ᛁᚴ ᚦᛆᛐᚢᛙᛌᛐ ᛆᛁᚽᛁ ᛙᛁᚴᛚᚢ ᛌᛐᛁᚱᚴᛆᛧᛁ᛫ ᛁᚿ ᛆᛚᛁᛧ ᚢᛆᛧᚢ ᚽᚱᛆᛐᛁᛧ ᚢᛁᚦ ᛙᛁᚴ᛬
Enn mælti Fáfnir: “Ek bar ægishjálm yfir ǫllu fólki, síðan ek lá á arfi míns bróður, ok svá fnýsta ek eitri alla vega frá mér í brott at engi þorði at koma í nánd mér, ok engi vápn hræddumst ek, ok aldri fann ek svá margan mann fyrir mér, at ek þættumst eigi miklu sterkari, en allir váru hræddir við mik.”
Fáfnir dit encore : « Je portais un heaume de terreur au-dessus de tout le monde depuis que je gisais sur l’héritage de mon frère, et je soufflais du venin de tous côtés en sorte que personne n’osait approcher de moi, et je ne craignais aucune arme, jamais je n’ai trouvé devant moi homme si grand que je ne me sois estimé le plus fort, car tous avaient peur de moi. »
ᛌᛁᚽᚢᚱᚦᛧ ᛙᛆᛚᛐᛁ᛬ ᛌᛆ ᛆᚽᛁᛌᚽᛁᛆᛚᛙᛧ᛫ ᛁᚱ ᚦᚢ ᛌᛆᚽᚦᛁᛧ ᚠᚱᚭ᛫ ᚴᛁᚠᛧ ᚠᚭᛙ ᛌᛁᚽᛧ ᚦᚢᛁ ᛆᛐ ᚽᚢᛁᚱ ᛌᛆ ᛁᛧ ᛙᛁᚦ ᛙᚭᚱᚽᚢᛙ ᚴᛁᛙᛧ᛫ ᛙᛆ ᚦᛆᛐ ᚠᛁᚿᚭ ᛆᛁᛐᚽᚢᛁᚱᛐ ᛌᛁᚿ᛫ ᛆᛐ ᛁᚴᛁ ᛁᚱ ᛆᛁᚿᛆ ᚽᚢᛆᛐᛆᛌᛐᛧ᛬
Sigurðr mælti: “Sá ægishjálmr, er þú sagðir frá, gefr fám sigr því at hverr sá er með mǫrgum kemr, má þat finna eitthvert sinn, at engi er einna hvatastr.”
Sigurðr dit : « Ce heaume de terreur dont tu parles, il donne la victoire à peu de gens, car quiconque en affronte beaucoup finit par découvrir un jour que nul n’est le plus fort à lui seul. »
ᚠᚭᚠᚿᛁᛧ ᛌᚢᛆᚱᛆᛧ᛬ ᚦᛆᛐ ᚱᛆᚦ ᛁᚴ ᚦᛁᛧ᛫ ᛆᛐ ᚦᚢ ᛐᛆᚴᛁᛧ ᚽᛁᛌᛐ ᚦᛁᚿ ᚢᚴ ᚱᛁᚦᛁᛧ ᚭ ᛓᚱᚢᛐ ᛌᛁᛙ ᛌᚴᛁᚢᛐᛆᛌᛐ᛫ ᚦᚢᛁ ᛆᛐ ᚦᛆᛐ ᚽᛁᛐᛁᛧ ᚢᚠᛐ᛫ ᛆᛐ ᛌᛆ ᛁᛧ ᛓᚭᚿᚭᛌᛆᚱ ᚠᛆᛧ᛫ ᚽᛁᚠᚿᛁᛧ ᛌᛁᚿ ᛌᛁᛆᛚᚠᛧ᛬
Fáfnir svarar: “Þat ræð ek þér, at þú takir hest þinn ok ríðir á brott sem skjótast, því at þat hendir opt, at sá er banasár fær, hefnir sín sjálfr.”
Fáfnir dit : « Je te conseille de prendre ton cheval et de t’en aller au plus vite, car il arrive souvent que qui reçoit une blessure se venge tout de même. »
ᛌᛁᚽᚢᚱᚦᛧ ᛌᚢᛆᚱᛆᛧ᛬ ᚦᛁᛐᛆ ᛁᛧᚢ ᚦᛁᚿ ᚱᛆᚦ᛫ ᛁᚿ ᚭᚿᛆᛐ ᛙᚢᚿ ᛁᚴ ᚴᛁᚱᛆ᛬ ᛁᚴ ᛙᚢᚿ ᚱᛁᚦᛆ ᛐᛁᛚ ᚦᛁᚿᛌ ᛓᚢᛚᛌ ᚢᚴ ᛐᛆᚴᚭ ᚦᛆᚱ ᚦᛆᛐ ᛁᛐ ᛙᛁᚴᛚᛆ ᚴᚢᛚ ᛁᛧ ᚠᚱᚭᛐᛧ ᚦᛁᚿᛁᛧ ᚽᛆᚠᚭ ᛆᛐ᛬
Sigurðr svarar: “Þetta eru þín ráð, en annat mun ek gera. Ek mun ríða til þíns bóls ok taka þar þat it mikla gull er frændr þínir hafa átt.”
Sigurðr répondit : « Ce sont là tes conseils, mais je vais faire autre chose. Je chevaucherai jusqu’à ton antre et y prendrai le grand trésor que tes parents ont possédé. »
ᚠᚭᚠᚿᛁᛧ ᛌᚢᛆᚱᛆᛧ᛬ ᚱᛁᚦᚭ ᛙᚢᛐᚢ ᚦᛆᚱ ᛐᛁᛚ ᛁᛧ ᚦᚢ ᚠᛁᚿᛧ ᛌᚢᛆ ᛙᛁᚴᛁᛐ ᚴᚢᛚ ᛆᛐ ᚢᚱᛁᛐ ᛁᛧ ᚢᛙ ᚦᛁᚿᛆ ᛐᛆᚽᛆ᛫ ᚢᚴ ᚦᛆᛐ ᛌᚭᛙᛆ ᚴᚢᛚ ᚢᛁᚱᚦᛧ ᚦᛁᚿ ᛓᚭᚿᛁ ᚢᚴ ᚽᚢᛁᚱᛌ ᚭᚿᛆᚱᛌ ᛁᛧ ᚦᛆᛐ ᛆ᛬
Fáfnir svarar: “Ríða muntu þar til er þú finnr svá mikit gull at œrit er um þína daga, ok þat sama gull verðr þinn bani ok hvers annars er þat á.”
Fáfnir répondit : « Chevauche donc jusque-là où tu trouveras tant d’or qu’il y en aura suffisamment pour toute ta vie, mais ce même or sera ta mort et celle de tout autre qui le possédera. »
ᛌᛁᚽᚢᚱᚦᛧ ᛌᛐᚢᚦ ᚢᛓ ᚢᚴ ᛙᛆᛚᛐᛁ᛬ ᚽᛆᛁᛙ ᛙᚢᛐᛆ ᛁᚴ ᚱᛁᚦᛆ᛫ ᚦᚢᛐ ᛁᚴ ᛙᛁᛌᛐᛆ ᚦᛁᛌᛆ ᛁᚿᛌ ᛙᛁᚴᛚᛆ ᚠᛁᛆᚱ᛫ ᛁᚠ ᛁᚴ ᚢᛁᛌᛆ ᛆᛐ ᛁᚴ ᛌᚴᚢᛚᛐᛆ ᛆᛚᛐᛧᛁ ᛐᚭᚢᛁᚭ᛫ ᛁᚿ ᚽᚢᛁᚱ ᚠᚱᚢᚴᚿ ᛙᚭᚦᛧ ᚢᛁᛚ ᚠᛁ ᚱᛆᚦᚭ ᛆᛚᛐ ᛐᛁᛚ ᛁᚿᛌ ᛆᛁᚿᛆ ᛐᛆᚽᛌ᛬ ᛁᚿ ᚦᚢ᛫ ᚠᚭᚠᚿᛁᛧ᛫ ᛚᛁᚴ ᛁ ᚠᛁᚭᚱᛓᚱᚢᛐᚢᛙ᛫ ᚦᛆᚱ ᛁᛧ ᚦᛁᚴ ᚽᛁᛚ ᚽᛆᚠᛁ᛬
Sigurðr stóð upp ok mælti: “Heim munda ek ríða, þótt ek missta þessa ins mikla fjár, ef ek vissa at ek skylda aldri deyja, en hverr frœkn maðr vill fé ráða allt til ins eina dags. En þú, Fáfnir, ligg í fjǫrbrotum, þar er þik Hel hafi.”
Sigurðr se leva et dit : « Je chevaucherais jusque chez moi même si je perdais tout ce grand trésor, si je savais ne jamais devoir mourir, amis tout homme vaillant veut avoir du bien jusqu’à son dernier jour. Pour toi, Fáfnir, gis dans ton agonie jusqu’à ce que Hel [déesse de la mort et nom de son domaine] te prenne. »
ᚢᚴ ᚦᚭ ᛐᚭᚢᛧ ᚠᚭᚠᚿᛁᛧ᛬
Ok þá deyr Fáfnir.
Et alors mourut Fáfnir.

Commentaire
La Vǫlsunga saga (« Saga des Vǫlsungs ») est une saga islandaise de la seconde moitié du XIIIe siècle. Elle appartient à la catégorie des sagas légendaires ou sagas des temps anciens (fornaldarsǫgur en vieux norrois), qui traitent d’évènements et de héros mythiques du lointain passé, avant la colonisation de l’Islande, et sont souvent fortement empreintes de merveilleux. La Vǫlsunga saga est la pièce maîtresse du plus célèbre ensemble héroïque de la tradition germanique ancienne : le cycle des Vǫlsungs, descendants d’Óðinn. Son auteur anonyme a rassemblé de nombreuses sources, dont certaines nous sont certainement perdues, pour en réaliser une synthèse, non sans y laisser certaines confusions et incohérences. Le cycle est illustré par ailleurs en domaine norrois par une quinzaine de poèmes de l’Edda poétique ainsi que par le résumé qu’en fit Snorri Sturluson dans son Edda en prose (au chapitre 6 de la Skáldskaparmál) ; il est également représenté en Allemagne par le célèbre poème épique du Nibelungenlied (« Chanson des Nibelungen »), daté du XIIIe siècle, dont le poète anonyme a retravaillé la matière pour l’assortir à la société courtoise et chevaleresque de son temps.

Nous donnons ici le chapitre 18 de la saga, moment-clé où le héros Sigurðr tue le dragon Fáfnir. L’auteur s’est largement appuyé sur le poème Fáfnismál « Dit de Fáfnir » de l’Edda poétique. L’édition du texte est de R. G. Finch et la traduction française est de Régis Boyer.

J. R. R. Tolkien a retravaillé l’ensemble du cycle des Vǫlsungs dans les deux lais publiés en 2009 par son fils Christopher sous le titre La Légende de Sigurd et Gudrún. Ce chapitre en particulier l’a manifestement inspiré dans son légendaire pour créer l’histoire des enfants de Húrin. Túrin, comme Sigurðr, accomplit son plus grand exploit en abattant à lui seul un dragon (Glaurung en ce cas) en l’attaquant au ventre au passage d’un ravin. Se retrouve aussi dans cette histoire le motif de la conversation périlleuse avec un dragon (Glaurung avec Nienor et avec Túrin), que Tolkien utilise aussi, cette fois-ci de manière comique, dans la conversation de Bilbo avec Smaug dans Le Hobbit. L’or maudit gardé par un dragon et la fascination cupide qu’il engendre sont également chez Tolkien un élément narratif récurrent (qui a cependant d’autres sources également, en particulier Béowulf) : Le texte est transcrit en runes germaniques ou futhark, de la série du futhark récent employé en Scandinavie du IXe au XIIe siècles. Les runes sont de la variété « à branches courtes », appelées également « runes de Rök » ou (de façon quelque peu impropre) « runes suédoises » ou « norvégiennes ». Nous nous sommes servis de la police Pfeffer Mediæval de Robert Pfeffer.

Références
Vǫlsunga saga = The Saga of the Volsungs. Edited and translated with introduction, notes and appendices by R. G. Finch. London, Edinburgh, Nairobi, Melbourne, Johannesburg, Don Mills, Camden: Thomas Nelson and Sons, cop. 1965. XLII-100 p. (Icelandic texts). ISBN 0-8047-1454-1. 🌍 Viking Society for Northern Research.
La Saga de Sigurðr, ou la parole donnée. Texte français de la Vǫlsunga saga, traduit de l’islandais ancien, présenté et commenté par Régis Boyer. Paris : Éditions du Cerf, 1989. 292 p. (Patrimoines : Scandinavie). ISBN 2-204-03170-4.
Tolkien, John Ronald Reuel. The Legend of Sigurd and Gudrún. Edited by Christopher Tolkien. London: HarperCollins, 2009. 377 p. ISBN 978-0-00-731723-3.
Tolkien, John Ronald Reuel. La Légende de Sigurd and Gudrún. Édition de Christopher Tolkien. Traduction de Christine Laferrière. Texte bilingue français-anglais. Paris : Christian Bourgois, 2010. 295 p. ISBN 978-2-267-02106-6.

Les œuvres de John Ronald Reuel et Christopher Tolkien sont soumises au droit de leurs auteurs ou de leur ayants droit, dont leurs éditeurs et le Tolkien Estate.
Les citations des autres auteurs, éditeurs et traducteurs mentionnés en bibliographie sont soumises au droit de leurs auteurs respectifs ou de leurs ayants droit, hormis les cas où ces droits ont expiré.
Dernière mise à jour du site : 25 mars 2017. Nous contacter :