La Cave Lu par Tolkien Glǽmscribe Mathoms Nouveautés
Quenya Sindarin Telerin Qenya Noldorin
Adûnaïque Westron Khuzdul Noir parler Valarin
Vieil anglais – Tolkien Vieil anglais Moyen anglais
Gotique Vieux norrois Finnois Gallois Latin
Sí qente Feanor
Français
Qenya
Sarati

Í!FèPÖ!ÀÓ?èvÀÜ!gÒÀ!FÓÈÞ!FÒÀòè
Î!FÓPŸÒÀòÞ!pè?ÓÈÞ!FÓPFÓ#!PÒÈòÜ!ÀÓÈÖ!FÓ"Þ?ÓÀ!FÜaÖ!FÓÈÖ
FÓÈèªÒpè!ŸèFòÞa!F?òèvÈÒÀÓ!FÓÀÜÈÖ\è!ªèpè!ŸòÒ
Î!vÀÜ!ÈÒ!FÓÈèŸÒÈòÒ!"Ü?ÓP!ÈÒ!ÀÓŸ!aÜÀòÜ
Í!¹èÀÓFÒÀòè!FÓ€ÜËÜ!ÈÒ!FÓÀ!FèPÖ!ÀÜ!ÀÓÈèªÒpè!%FÓp
Í!FPÖ!»ÓÀ!?ó"#Ó"Þ!?Þ_è?Ò!ÈÒ!FèÈòèŸÒÈòÞ!"Ü?ÓÀ!PÞÈòÜ!FÓÈÖ
"Ü?ÓÈè#Ò"òÞ!FÓa!"Ü?ÓdÒ?Ò!FÓa!ÈÒ!ÀÓ#Ü?ÓPè!P!PèvòÞ\Þ!"Ü?ÓÀ
Î!%FÓp!gÜÈÜ!ÀÓÈÒ!"Ü?ÓÀèv?Ò!FÓŸÜ»ÓaPÈòÞ!ÈÒ!ÀÓÈè
“Néri ur natsi nostalen máre,
ar váro naltur an ómi karmar ulqe núsimar.”
Sí qente Feanor n·istaléra varúse qentier
nóvo san i malto ísier i nosta.
“Qarda qentien no máre nar i hondor nérinwe,
ar ómu nalto úsiére i limbelu tuktalla nai mára,
nalto fustúme ma Melkon i var limpilto var túkielto –
en i úmavaisor listanelto in otso qarda.”
« Les Hommes ne sont pas des êtres bons de nature,
bien plutôt sont-ils enclins à toutes choses mauvaises. »
Alors parla Feanor le sage, d’une autre façon que n’avaient parlé auparavant
ceux par lesquels était connue cette naissance.
« Mauvais bien plus que bons, ai-je dit, sont les cœurs de ces Hommes,
et tout bon que soit qu’ils aient échappé à la longue traque,
ils peuvent être flairés par Melko, auquel ils sont liés ou qu’ils ont recherché –
là-bas sur le trône de haine, ils ont sanctifié le mal en chef. »

Commentaire
Sí qente Feanor « Alors parla Fëanor » provient d’un des cahiers dans lesquels Tolkien rédigea Le Livre des Contes perdus, sa première version des récits qui deviendront le Silmarillion. Il est dans le même cahier que le conte du Nauglafring (le collier des Nains), mais ceci mis à part leur association est plus que ténue. Ce texte qenya en prose a été publié en transcription avec une analyse détaillée et une traduction par Christopher Gilson dans Parma Eldalamberon n° 15. Nous avons remplacé les macrons du texte original par des accents aigus – en conformité avec l’usage retenu par Christopher Tolkien dans ses transcriptions de noms qenya – et édité la ponctuation (celle de l’original est très sommaire). Notre traduction française se base sur l’interprétation de Christopher Gilson.

Le texte est transcrit en sarati ou « lettres de Rúmil », écrits verticalement de haut en bas et de gauche à droite. Les signes suivent le système de valeurs créé par Tolkien pour le quenya. Nous nous sommes servis de la police Sarati Eldamar de Måns Björkman.

Références
Parma Eldalamberon: The Book of Elven-tongues. Edited by Christopher Gilson. Cupertino (California): 1971-  . 🌍 Eldalamberon.

Les œuvres de John Ronald Reuel et Christopher Tolkien sont soumises au droit de leurs auteurs ou de leur ayants droit, dont leurs éditeurs et le Tolkien Estate.
Les citations des autres auteurs, éditeurs et traducteurs mentionnés en bibliographie sont soumises au droit de leurs auteurs respectifs ou de leurs ayants droit, hormis les cas où ces droits ont expiré.
Dernière mise à jour du site : 25 mars 2017. Nous contacter :