La Cave Lu par Tolkien Glǽmscribe Mathoms Nouveautés
Quenya Sindarin Telerin Qenya Noldorin
Adûnaïque Westron Khuzdul Noir parler Valarin
Vieil anglais – Tolkien Vieil anglais Moyen anglais
Gotique Vieux norrois Finnois Gallois Latin
The Wanderer
Français
Vieil anglais
Manuscrit

Oft him ánhaga áre gebídeð,
Oft him ánhaga áre gebídeð,
Souvent le solitaire s’attend à la faveur,
metudes miltse, þéah þe hé módcearig
metudes miltse, þéah þe hé módcearig
la miséricorde du Tout-Puissant, quoique perclus d’angoisse,
geond laguláde longe sceolde
geond laguláde longe sceolde
par le chemin de l’eau bien souvent il ait dû
hréran mid hondum hrímcealde sǽ
hréran mid hondum hrímcealde sǽ
agiter de ses mains la mer glaciale,
wadan wræclástas. Wyrd bið ful arǽd!
wadan wræclástas. Wyrd bið ful arǽd!
prendre les voies de l’exil. Le destin est inexorable !
Swá cwæð eardstapa, earfeþa gemyndig,
Swá cwæð eardstapa, earfeþa gemyndig,
Ainsi parla l’errant au souvenir de peines,
wraþra wælsleahta, winemǽga hryre:
wraþra wælsleahta, winemǽga hryre:
de terribles massacres, de la chute de proches :



Oft ic sceolde ána úhtna gehwylce
Oft ic sceolde ána úhtna gehwylce
Souvent j’ai dû, tout seul, à chaque aube du jour,
míne ceare cwiþan. Nis nú cwicra nán
míne ceare cwiþan. Nis nú cwicra nán
exhaler mon chagrin. Il n’est plus maintenant
þe ic him módsefan mínne durre
þe ic him módsefan mínne durre
personne des vivants à qui clairement j’ose
sweotule ásecgan. Ic tó sóþe wát
sweotule ásecgan. Ic tó sóþe wát
exprimer mon humeur. Je sais en vérité
þæt biþ in eorle indryhten þéaw,
þæt biþ in eorle indryhten þéaw,
que chez le brave c’est un très noble usage
þæt he his ferðlocan fæste binde,
þæt he his ferðlocan fæste binde,
que de tenir fermé le clos de son esprit,
healde his hordcofan, hycge swá hé wille.
healde his hordcofan, hycge swá hé wille.
de garder son trésor et penser à sa guise.
Ne mæg wérig mód wyrde wiðstondan,
Ne mæg wérig mód wyrde wiðstondan,
L’âme lasse ne peut résister au destin
ne se hréo hyge helpe gefremman.
ne se hréo hyge helpe gefremman.
ni cette rude pensée lui venir en aide.
Forðon dómgeorne dréorigne oft
Forðon dómgeorne dréorigne oft
C’est pourquoi très souvent les ambitieux renferment
in hyra bréostcofan bindað fæste;
in hyra bréostcofan bindað fæste;
la mélancolie au creux de leur poitrine ;
swá ic módsefan mínne sceolde,
swá ic módsefan mínne sceolde,
pareillement, à mon humeur,
oft earmcearig, éðle bidǽled,
oft earmcearig, éðle bidǽled,
moi, souvent misérable, privé de mon pays,
fréomǽgum feor feterum sǽlan,
fréomǽgum feor feterum sǽlan,
loin de ma parenté, j’ai dû mettre des chaînes.
siþþan geára iú goldwine mínne
siþþan geára iú goldwine mínne
Car il y a des années que mon maître large en or,
hrusan heolstre biwráh, ond ic héan þonan
hrusan heolstre biwráh, ond ic héan þonan
je l’ai enveloppé du manteau de la terre ;
wód wintercearig ofer waþema gebind,
wód wintercearig ofer waþema gebind,
puis, fol indigent accablé par l’hiver, j’ai passé la foule des vagues,
sóhte seledréorig sinces bryttan,
sóhte seledréorig sinces bryttan,
cherchant tristement la demeure d’un donneur de trésor,
hwǽr ic feor oþþe néah findan meahte
hwǽr ic feor oþþe néah findan meahte
où, de près ou de loin, dans la salle à miessée,
þone þe in meoduhealle míne wisse,
þone þe in meoduhealle míne wisse,
je puisse trouver celui qui connut les miens,
oþþe mec fréondléasne fréfran wolde,
oþþe mec fréondléasne fréfran wolde,
ou voudrait me consoler, moi le sans ami,
wenian mid wynnum. Wát se þe cunnað
wenian mid wynnum. Wát se þe cunnað
me réconforter de plaisirs. Il sait, celui qui l’a connue,
hú slíþen bið sorg tó geféran
hú slíþen bið sorg tó geféran
combien l’affliction est compagne cruelle
þám þe him lyt hafað léofra geholena:
þám þe him lyt hafað léofra geholena:
à celui qui a peu de soutiens bienveillants :
warað hine wræclást, nales wunden gold,
warað hine wræclást, nales wunden gold,
l’attend la voie de l’exil, et point l’or torsadé,
ferðloca fréorig, nalæs foldan blǽd.
ferðloca fréorig, nalæs foldan blǽd.
une enveloppe grelottante, point la richesse de la terre.
Gemon hé selesecgas ond sincþege,
Gemon hé selesecgas ond sincþege,
Il se souvient des hommes de la salle et des trésors reçus,
hú hine on geoguðe his goldwine
hú hine on geoguðe his goldwine
comment dans sa jeunesse son maître large en or
wenede tó wiste. Wyn eal gedréas!
wenede tó wiste. Wyn eal gedréas!
l’entraînait au banquet. Toute joie a péri !



Forþon wát se þe sceal his winedryhtnes
Forþon wát se þe sceal his winedryhtnes
Il sait donc, celui qui doit se passer
léofes lárcwidum longe forþolian,
léofes lárcwidum longe forþolian,
des préceptes de son cher seigneur et ami,
ðonne sorg ond slǽp somod ætgædre
ðonne sorg ond slǽp somod ætgædre
que souvent lorsque ensemble affliction et sommeil
earmne ánhogan oft gebindað,
earmne ánhogan oft gebindað,
viennent à ligoter le pauvre solitaire,
þinceð him on móde þæt he his mondryhten
þinceð him on móde þæt he his mondryhten
il s’imagine en esprit son seigneur,
clyppe ond cysse, ond on cnéo lecge
clyppe ond cysse, ond on cnéo lecge
qu’il l’étreint et l’embrasse, et que sur son genou
honda ond héafod, swá hé hwílum ǽr
honda ond héafod, swá hé hwílum ǽr
il pose mains et tête, comme parfois jadis,
in geárdagum giefstólas bréac.
in geárdagum giefstólas bréac.
du temps qu’il prospérait grâce au trône et ses dons.
Ðonne onwæcneð eft wineléas guma,
Ðonne onwæcneð eft wineléas guma,
Puis quand l’homme sans ami se réveille,
gesihð him biforan fealwe wegas,
gesihð him biforan fealwe wegas,
il voit des routes bistres s’étendre devant lui,
baþian brimfuglas, brǽdan feþra,
baþian brimfuglas, brǽdan feþra,
les oiseaux de mer se baigner puis étendre leurs plumes,
hréosan hrím ond snáw hagle gemenged.
hréosan hrím ond snáw hagle gemenged.
neige et gelée s’abattre entremêlées de grêle.



Þonne béoð þý hefigran heortan benne,
Þonne béoð þý hefigran heortan benne,
Alors les blessures du cœur lui sont d’autant plus lourdes,
sáre æfter swǽsne. Sorg bið geniwad
sáre æfter swǽsne. Sorg bið geniwad
douloureuses du maître. L’affliction est renouvelée
þonne mága gemynd mód geondhweorfeð;
þonne mága gemynd mód geondhweorfeð;
quand le souvenir des proches lui traverse l’esprit ;
gréteð gliwstafum, georne geondscéawað
gréteð gliwstafum, georne geondscéawað
il salue avec joie et regarde ardemment
secga geseldan; swimmað oft on weg
secga geseldan; swimmað oft on weg
ses camarades guerriers. Puis ils s’en vont flotter au loin !
fléotendra ferð no þǽr fela bringeð
fléotendra ferð no þǽr fela bringeð
L’esprit de ces vogueurs ne lui apporte guère
cúðra cwidegiedda. Cearo bið geniwad
cúðra cwidegiedda. Cearo bið geniwad
de ballades connues. Le chagrin est renouvelé
þám þe sendan sceal swíþe geneahhe
þám þe sendan sceal swíþe geneahhe
pour lui qui doit fort fréquemment lancer
ofer waþema gebind wérigne sefan.
ofer waþema gebind wérigne sefan.
son esprit épuisé au-delà de la foule des vagues.



Forþon ic geþencan ne mæg geond þás woruld
Forþon ic geþencan ne mæg geond þás woruld
Et donc, de par ce monde, je ne puis concevoir
for hwán módsefa mín ne gesweorce
for hwán módsefa mín ne gesweorce
pourquoi mon humeur ne s’assombrirait pas
þonne ic eorla líf eal geondþence,
þonne ic eorla líf eal geondþence,
lorsque je considère toute la vie des braves,
hú hí fǽrlice flet ofgéafon,
hú hí fǽrlice flet ofgéafon,
comment ils ont quitté tout soudain le plancher,
módge maguþegnas. Swá þes middangeard
módge maguþegnas. Swá þes middangeard
ces courageux féaux. Ainsi ce monde nôtre
ealra dógra gehwám dréoseð ond fealleð.
ealra dógra gehwám dréoseð ond fealleð.
chacun des jours s’écroule et tombe.



Forþon ne mæg weorþan wís wer, ǽr hé áge
Forþon ne mæg weorþan wís wer, ǽr hé áge
L’homme ne peut donc être sage avant son lot d’hivers
wintra dǽl in woruldríce. Wita sceal geþyldig,
wintra dǽl in woruldríce. Wita sceal geþyldig,
au royaume terrestre. Le sage doit être patient,
ne sceal nó tó hátheort ne tó hrædwyrde,
ne sceal nó tó hátheort ne tó hrædwyrde,
et ni trop coléreux, ni trop prompt en paroles,
ne tó wác wiga ne tó wanhýdig,
ne tó wác wiga ne tó wanhýdig,
ni trop faible combattant, ni trop irréfléchi,
ne tó forht ne tó fægen, ne tó feohgífre
ne tó forht ne tó fægen, ne tó feohgífre
ni trop craintif ni trop allègre, ni trop avide d’argent,
ne nǽfre gielpes tó georn, ǽr hé géare cunne.
ne nǽfre gielpes tó georn, ǽr hé géare cunne.
ni jamais trop vainglorieux, avant d’avoir bonne expérience.
Beorn sceal gebídan, þonne hé béot spriceð,
Beorn sceal gebídan, þonne hé béot spriceð,
Un guerrier doit attendre avant de prononcer un vœu,
oþþæt collenferð cunne gearwe
oþþæt collenferð cunne gearwe
jusqu’à savoir vraiment, l’esprit farouche,
hwider hreþra gehygd hweorfan wille.
hwider hreþra gehygd hweorfan wille.
vers où veut se tourner la pensée de son cœur.
Ongietan sceal gléaw hæle hú gǽstlíc bið,
Ongietan sceal gléaw hæle hú gǽstlíc bið,
Un héros sagace doit saisir quelle horreur adviendra
þonne ealre þisse worulde wela wéste stondeð,
þonne ealre þisse worulde wela wéste stondeð,
quand sera désolée la richesse de cette terre,
swá nú missenlíce geond þisne middangeard
swá nú missenlíce geond þisne middangeard
comme lors çà et là de par ce monde nôtre
winde biwáune weallas stondaþ,
winde biwáune weallas stondaþ,
se dressent des murs battus par le vent,
hríme bihrorene, hryðge þá ederas.
hríme bihrorene, hryðge þá ederas.
recouverts de gelée, ruines de ces demeures.
Wóriað þá wínsalo, waldend licgað
Wóriað þá wínsalo, waldend licgað
Les salles où coulent le vin s’écroulent, les chefs gisent
dréame bidrorene, duguþ eal gecrong,
dréame bidrorene, duguþ eal gecrong,
dépouillés de gaîté, toute la troupe a chu
wlonc bí wealle. Sume wíg fornóm,
wlonc bí wealle. Sume wíg fornóm,
en gloire près du mur. La guerre en a anéanti certains,
ferede in forðwege, sumne fugel oþbær
ferede in forðwege, sumne fugel oþbær
emportés bien au loin ; un oiseau a traîné
ofer héanne holm, sumne se hára wulf
ofer héanne holm, sumne se hára wulf
l’un d’eux en haute mer ; un autre, le loup gris
déaðe gedǽlde, sumne dréorighléor
déaðe gedǽlde, sumne dréorighléor
lui a donné la mort ; un autre encore, un brave
in eorðscræfe eorl gehýdde.
in eorðscræfe eorl gehýdde.
à la mine affligée l’a caché dans une fosse.
Ýþde swá þisne eardgeard ælda scyppend
Ýþde swá þisne eardgeard ælda scyppend
Ainsi, le Créateur des hommes a dévasté cette demeure,
oþþæt burgwara breahtma léase
oþþæt burgwara breahtma léase
jusqu’à ce que, privé du bruit des habitants,
eald enta geweorc ídlu stódon.
eald enta geweorc ídlu stódon.
le vieil œuvre des géants se retrouve vide.



Se þonne þisne wealsteal wíse geþóhte
Se þonne þisne wealsteal wíse geþóhte
Alors, lui qui a réfléchi, sage, sur ces ruines,
ond þis deorce líf déope geondþenceð,
ond þis deorce líf déope geondþenceð,
profondément songé sur cette sombre vie,
fród in ferðe, feor oft gemon
fród in ferðe, feor oft gemon
l’esprit mûri par l’expérience, se souvient bien souvent
wælsleahta worn, ond þás word ácwið:
wælsleahta worn, ond þás word ácwið:
de maints lointains massacres, et prononce ces paroles :



Hwǽr cwóm mearg?
Hwǽr cwóm mearg?
Où est donc le coursier ?
     Hwǽr cwóm mago?
     Hwǽr cwóm mago?
     Où est le jeune brave ?
     Hwǽr cwóm máþþumgyfa?
     Hwǽr cwóm máþþumgyfa?
     Où est le donneur de trésor ?
Hwǽr cwóm symbla gesetu?
Hwǽr cwóm symbla gesetu?
Où, les bancs des festins ?
     Hwǽr sindon seledréamas?
     Hwǽr sindon seledréamas?
     Où, les joies de la salle ?
Éalá beorht bune! Éalá byrnwiga!
Éalá beorht bune! Éalá byrnwiga!
Hélas, la coupe étincelante ! Hélas, le guerrier en armure !
Éalá þéodnes þrym! Hú séo þrág gewát,
Éalá þéodnes þrym! Hú séo þrág gewát,
Hélas, la grand splendeur du prince ! Comme ce temps s’est évanoui,
genáp under nihthelm, swá héo nó wǽre.
genáp under nihthelm, swá héo nó wǽre.
occulté sous la nuit, comme s’il n’eut jamais été !
Stondeð nú on láste léofre duguþe
Stondeð nú on láste léofre duguþe
Ne reste maintenant de la troupe chérie
weal wundrum héah, wyrmlícum fáh.
weal wundrum héah, wyrmlícum fáh.
qu’un mur de hauteur merveilleuse, figuré de dragons.
Eorlas fornóman asca þrýþe,
Eorlas fornóman asca þrýþe,
Les lances en bois de frêne, armes avides de carnage,
wǽpen wælgífru, wyrd séo mǽre,
wǽpen wælgífru, wyrd séo mǽre,
ont anéanti les guerriers – un destin fameux –
ond þás stánhleoþu stormas cnyssað,
ond þás stánhleoþu stormas cnyssað,
et les tempêtes battent les versants de pierre,
hríð hréosende hrusan bindeð,
hríð hréosende hrusan bindeð,
la bourrasque battante enveloppe la terre
wintres wóma, þonne won cymeð,
wintres wóma, þonne won cymeð,
en hurlement d’hiver ; puis lors, blafarde, arrive
nípeð nihtscúa, norþan onsendeð
nípeð nihtscúa, norþan onsendeð
et s’obscurcit l’ombre de la nuit, elle envoie du nord
hréo hæglfare hæleþum on andan.
hréo hæglfare hæleþum on andan.
une grêle sauvage haïssable aux héros.
Eall is earfoðlíc eorþan ríce,
Eall is earfoðlíc eorþan ríce,
Tout est rempli de peine au royaume terrestre,
onwendeð wyrda gesceaft weoruld under heofonum.
onwendeð wyrda gesceaft weoruld under heofonum.
le décret des destins change le monde sous les cieux.
Hér bið feoh lǽne, hér bið fréond lǽne,
Hér bið feoh lǽne, hér bið fréond lǽne,
Y passe la richesse, y passent les amis,
hér bið mon lǽne, hér bið mæg lǽne,
hér bið mon lǽne, hér bið mæg lǽne,
y passe l’homme, y passent les parents,
eal þis eorþan gesteal ídel weorþeð!
eal þis eorþan gesteal ídel weorþeð!
tout ce fondement terrestre devient vanité !



Swá cwæð snottor on móde,
Swá cwæð snottor on móde,
Ainsi parla l’avisé d’esprit,
     gesæt him sundor æt rúne.
     gesæt him sundor æt rúne.
     assis à part en secret.
Til biþ se þe his tréowe gehealdeþ,
Til biþ se þe his tréowe gehealdeþ,
Excellent qui garde sa foi.
     ne sceal nǽfre his torn tó rycene
     ne sceal nǽfre his torn tó rycene
     Jamais un brave ne doit trop vite
beorn of his bréostum ácýþan,
beorn of his bréostum ácýþan,
exposer la détresse de son cœur,
     nemþe hé ǽr þá bóte cunne,
     nemþe hé ǽr þá bóte cunne,
     avant d’en savoir le remède :
eorl mid elne gefremman.
eorl mid elne gefremman.
servir un brave en preux.
     Wel bið þám þe him áre séceð,
     Wel bið þám þe him áre séceð,
     Bon lui est de chercher faveur
frófre tó Fæder on heofonum,
frófre tó Fæder on heofonum,
et consolation près du Père aux cieux,
     þǽr ús eal séo fæstnung stondeð.
     þǽr ús eal séo fæstnung stondeð.
     qui est toute notre sûreté.

Commentaire
Préservé dans le livre d’Exeter, un important recueil de poésie anglo-saxonne daté du Xe siècle, The Wanderer « L’Errant » est une élégie mettant en scène un féal exilé et solitaire qui se lamente sur la perte de son seigneur, met en contraste la splendeur passée avec la misère de ses jours présents, et médite sur l’impermanence du monde. Nous avons employé l’édition en ligne du Wanderer Project, en y ajoutant des accents aigus pour marquer les voyelles et diphtongues longues. La traduction, inédite, est de Bertrand Bellet.

Le Seigneur des anneaux comporte plusieurs échos de ce poème. La déploration finale sur le topos « ubi sunt » a inspiré la Lamentation des Rohirrim récitée par Aragorn alors qu’il chevauche vers Meduseld avec Legolas, Gimli et Gandalf (« Où sont maintenant le cheval et le cavalier ? Où est le cor qui sonnait ? »). Tolkien indiqua un jour dans une lettre adressée à W. H. Auden (n° 163 dans l’édition de Humphrey Carpenter) que les ents doivent leur nom à la formule eald enta geweorc « le vieil œuvre des géants » qui apparaît au vers 87. Un lecteur attentif remarquera aussi des mots comme ederas « demeures » (cf. Edoras, the siège des rois de Rohan), eorl « un brave, un guerrier » (cf. Eorl, le premier roi de Rohan), flet « plancher » (cf. les flets ou plateformes des Galadhrim, telain en sindarin), máþþum « trésor » (cf. le mot hobbit mathom), mearg « coursier » (cf. les Méaras, meilleurs chevaux de Rohan), sans parler de middangeard « la Terre du Milieu, le monde des Hommes ».

La transcription du texte imite l’écriture insulaire, un style de l’alphabet latin d’origine irlandaise, employé dans la plupart des manuscrits en vieil anglais. Nous nous sommes servis de la police Beowulf1 de Peter S. Baker.

Références
McDonald, Rick (ed.). The Wanderer Project. 🌍 The Utah Valley University.

Les œuvres de John Ronald Reuel et Christopher Tolkien sont soumises au droit de leurs auteurs ou de leur ayants droit, dont leurs éditeurs et le Tolkien Estate.
Les citations des autres auteurs, éditeurs et traducteurs mentionnés en bibliographie sont soumises au droit de leurs auteurs respectifs ou de leurs ayants droit, hormis les cas où ces droits ont expiré.
Dernière mise à jour du site : 25 mars 2017. Nous contacter :