Accueil » L'oeuvre d'une vie » L'Histoire de la Terre du Milieu
Apparence  

 

HoME I - Le livre des Contes Perdus - partie 1


Quatrième de couverture

J.R.R. Tolkien
Le Livre des Contes Perdus
Tome 1


« Le Livre des Contes Perdus fut la première œuvre majeure d'imagination entreprise par J.R.R. Tolkien. Il entama ce travail en 1917-1917 à l'âge de 25 ans et l'abandonna de nombreuses années plus tard alors qu'il était encore inachevé. Cette oeuvre expose la toute première conception des Terres du Milieu et de Valinor puisque les Contes Perdus constituent la première forme de ce qui devait plus tard être nommé le Silmarillion.
Implantés dans les légendes anglaises et présentant une très forte association avec l'Angleterre, ces Contes sont placés dans le cadre narratif d'un vaste voyage vers l'Ouest qu'entreprend un marin du nom d'Eriol (ou AElfwine) jusqu'à Tol Eressëa, l'Ile Solitaire, où demeurent les Elfes ; d'eux, il apprend leur véritable histoire, les Contes perdus d'Elfinesse. L'on trouve ainsi dans ces Contes les premiers récits et les idées originales des Dieux et des Elfes, des Nains, des Balrogs et des Orcs ; des Silmarils et des Deux Arbres de Valinor ; de Nargothrond et de Gondolin ; de la géographie et de la cosmographie du monde inventé.
Le Livre des Contes Perdus sera publié en deux parties ; cette première partie renferme les Contes de Valinor, la deuxième inclura Beren et Luuthien, Tuurin et le Dragon, ainsi que les seuls récits complets existants du Collier des Nains et de la Chute de Gondolin. Chaque conte est suivi d'un bref commentaire sous la forme d'un essai, groupé avec des textes de poèmes associés, et chaque tome contient des informations extensives sur les noms et le vocabulaire des toutes premières moutures des langues elfiques.
Les deux tomes du Livre des Contes Perdus forment le premier volet de l'Histoire des Terres du Milieu qui étend cette étude aux raffinements et élargissements ultérieurs de l'oeuvre imaginative de J.R.R. Tolkien, présentant entre autres les longs Lais de Beleriand, l'Ambarkanta ou Forme du Monde, le Lhammas ou Récit des Langues ainsi que des annales, des cartes, et de nombreux écrits inédits reliant et éclairant les oeuvres précedemment publiées. »


Adam Tolkien                


Table des matières

  Note du traducteur
Avant-propos, par Christopher Tolkien

7
9
I. La Chaumière du Jeu Perdu
Notes

23
33
II. La Musique des Ainur
Notes

67
86
III. La Venue des Valar et la Construction de Valinor
Notes

91
109
IV. L'Enchaînement de Melko
Notes

129
145
V. La Venue des Elfes et la Construction de Kôr
Notes

153
173
VI. Le Vol de Melko et l'Assombrissement de Valinor
Notes

187
205
VII. La Fuite des Noldoli
Notes

215
224
VIII. Le Conte du Soleil et de la Lune
Notes

231
258
IX. La Dissimulation de Valinor
Notes

273
288
X. Le Conte de Gilfanon : la Peine des Noldoli et la Venue des Hommes
Notes
301
322
  Appendice : les noms dans les Contes Perdus - Première partie
325