Accueil » L'oeuvre d'une vie » L'Histoire de la Terre du Milieu



 

Présentation

Dès que l'on en vient à s'intéresser de plus près à l'œuvre de Tolkien, on peut se retrouver rapidement à court d'arguments face à telle ou telle question - pour peu que l'on se « restreigne » à chercher ses réponses dans les romans publiés par Tolkien : Bilbo le Hobbit et Le Seigneur des Anneaux. Certains ouvrages publiés de manière posthume par Christopher Tolkien, l'un des fils de J.R.R., peuvent s'avérer fort utiles : Le Silmarillion et les Contes et Légendes Inachevés sont de ceux-là.
Une fois ces titres usés, il faut alors en venir à prendre en considération LA référence des textes de Tolkien, ceux publiés dans la collection The History of Middle-Earth (appelée HoME) ou, en français, L'Histoire de la Terre du Milieu.
HoME, composée de douze tomes, publiée par Christopher Tolkien, regroupe une grande partie des différents textes, brouillons, versions et autres inédits de JRRT. Cela en fait l'élément incontournable pour en apprendre plus sur l'œuvre.

Cette page se veut donc une présentation du contenu de cette collection d'écrits et apportera au fur et à mesure de son étoffement divers documents qui pourront s'avérer utiles à son exploitation.



Les douze tomes de la série

The History of Middle-Earth - Présentation

Les titres
Home I

Home II

Home III
Home IV
Home V
Home VI
Home VII
Home VIII
Home IX
Home X
Home XI
Home XII
The Book of Lost Tales, Tome I
(paru en version française sous le nom Le Livre des Contes Perdus, Tome I, chez Christian Bourgois Editeur)
The Book of Lost Tales, Tome II
(paru en version française sous le nom Le Livre des Contes Perdus, Tome II, chez Christian Bourgois Editeur)
The Lays of Beleriand
The Shaping of Middle-Earth
The Lost Road
The Return of the Shadow
The Treason of Isengard
The War of the Ring
Sauron Defeated
Morgoth's Ring
The War of the Jewels
The People of Middle-Earth

L'édition utilisée est celle de chez Harper&Collins Publishers, considérée par la plupart comme l'édition de référence.
Les résumés des différents donnés ci-bas sont issus de la bibliographie des Cahiers de Pengolodh , établis par Philippe Garnier. Vous trouverez dans cette bibliographie d'autres détails sur les textes constitutifs de HoME.




Home I - The Book of Lost Tales, Part I (Home 1), George Allen & Unwin, 1983.
The Book of Lost Tales contiennent les premiers écrits de fiction de Tolkien se rapportant à son Légendaire. Précédé d'une Preface et suivi d'un appendice étymologique sur les noms, d'un Short Glossary of Obsolete, Archaic and Rare Words et d'un index.

The Book of Lost Tales (1915-1920), décrit comme l'ouvrage du marin Ottor Wæfre(Eriol) ou Ælfwine, est la première expression, hormis quelques poèmes, des légendes des Elfes, a té publiée en deux parties, dans Home1 et Home2. Home1 contient les Contes qui vont de The Music of the Ainur au Conte non rédigé de Gilfanon, intitulé par l'éditeur Gilfanon's Tale : The Travail of the Noldoli and the Coming of Mankind. Pour le détail des Contes publiés, voir la Synopsis de M. Devaux.
Home1 reproduit plusieurs poèmes associés au Légendaire, et datant de 1914-1916 : Mar Vanwa Tyaliéva, Kortirion among the Trees, Habbanan beneath the Stars, Tinfang Warble, Over Old Hills and Far Away, Kôr, A Song of Aryador et Why the Man in the Moon came down too soon.
L'index étymologique est composé d'extraits du lexique de Qenyaqetsa et d'I·Lam na·Ngoldathon.
Enfin, deux dessins de Tolkien sont reproduits : I Vene Kemen, en frontispice, et un schéma des Grandes Terres (p. 81), redessiné à partir du manuscrit de The Theft of Melko.

- Voir le sommaire détaillé

FrHome I - Le Livre des Contes Perdus, tome 1, Christian Bourgois éditeur, 1995, traduit de l'anglais par Adam Tolkien

Depuis quelques années mainteant, les éditions Christian Bourgois proposent la traduction de ce premier volet de l'Histoire de la Terre du Milieu sous le titre Le Livre des Contes Perdus (noté FrHoME I). La traduction est d'Adam Tolkien, petit-fils de J.R.R et fils de Christopher Tolkien.
Ce premier volume est également disponible en poche aux éditions Presses Pocket.

- Voir le sommaire détaillé



Home II -The Book of Lost Tales, Part II (Home 2), George Allen & Unwin, 1984.
Précédé d'une Preface et suivi d'un appendice étymologique sur les noms, d'un Short Glossary of Obsolete, Archaic and Rare Words et d'un index.

Suite et fin des Contes de The Book of Lost Tales, dont les premiers ontté publiés dans Home1. Home2 contient les Contes qui vont de The Tale of Tinúviel à The Tale of Eärendel. Le dernier chapitre est consacré à Ottor Wæfre (Eriol) ou Ælfwine,le marin qui a découvert Tol Eressëa et mis les Contes Perdus par écrit. Il contient unessai d'Epilogue, et le seul récit consacré au marin, Ælfwine of England. Pour le détail des Contes publiés, voir la Synopsis de M. Devaux.
Home2 reproduit d'autres poèmes associés, datant de 1914-1915 : Éala Éarendel Engla Beorhtast, sans doute le premier poème du Légendaire, The Bidding of the Minstrel, The Shores of Faëry (?1915), The Happy Mariners et The Song of Eriol, qui reprend une partie de The Town of Dreams and the City of Present Sorrow.
Dans l'introduction et le commentaire du Conte The Fall of Gondolin sont cités l'introduction et des extraits de l'Official Name list réalisée par Eriol. Comme pour Home1, l'index étymologique est composé d'extraits du lexique de Qenyaqetsa et d'I·Lam na·Ngoldathon.
Enfin, Home2 reproduit une page manuscrite de The Tale of Tinúviel, et une autre de The Fall of Gondolin (entre les p. 26 et 27).

- Voir le sommaire détaillé

FrHome II - Le Livre des Contes Perdus, tome 2, Christian Bourgois éditeur, 1998, traduit de l'anglais par Adam Tolkien

Depuis 1998, les éditions Christian Bourgois proposent également Le Livredes Contes Perdus, tome 2 (noté FrHoME II). La traduction est d'Adam Tolkien, petit-filsde J.R.R et fils de Christopher Tolkien.
Ce second volume est également disponible en poche aux éditions Presses Pocket.

- Voir le sommaire détaillé

Note :Une seconde édition, version compacte, est également en vente et regroupeles deux tomes accompagnés d'un corrigenda et quelques autres additifs.



Home III - The Lays of Beleriand (Home 3), George Allen & Unwin, 1985.
Précédé d'une Préface et suivi d'une Note on the original submission of The Lay of Leithian and The Silmarillion in 1937, d'un Glossary of Obsolete, Archaic and Rare Words and Meanings et d'un index. Non traduit.

Le « Silmarillion », dans sa conception, était la compilation de sources elfiques diverses, parmi lesquels des chants et des poèmes. De fait, Tolkien a travaillé sur certains de ces poèmes dans les années 20, délaissant la forme du « conte ». Ce sont ces longs poèmes ou lais, tous inachevés, qui sont publiés dans Home3.
Certains poèmes sont en vers allitératifs : Túrin Son of Húrin & Glórund the Dragon, renommé, dans sa deuxième version, The Children of Húrin (1920-1925) ; The Flight of the Noldoli (1925 ?) ainsi qu'un fragment anonyme, peut-être le début d'un Lay of Eärendel.
D'autres poèmes sont en vers rimés : The Lay of Leithian, donné dans la version de 1925-1931, et dans une version recommencée vers 1950, ainsi que The Lay of the Fall of Gondolin (1920 ?), court fragment dont ne sont donnés que des extraits.
Trois petits poèmes sont associés à The Children of Húrin : Light as Leaf on Lindentree (p. 108-110 et 120-122) et deux pièces inspirées de passages du lai, Winter comes to Nargothrond (p. 127-128) et une autre, sur la rencontre du Sirion et de l'océan (p. 129-130).
En annexe au Lay of Leithian, C.R. Tolkien donne le commentaire « académique » fictif qu'en fit C.S. Lewis (p. 315-329).
Enfin, Home3 reproduit en frontispice un beau manuscrit de l'ouverture du Chant 2 de The Lay of Leithian (version recommencée).

- Voir le sommaire détaillé

Vers une traduction ?
Trois ans après la sortie du deuxième de l'Histoire de la Terre du Milieu, nous sommes nombreux à attendre la sortie du troisième tome. A l'heure où nous écrivons, aucun projet allant dans ce sens n'est connu.
A cela, il existe peut-être plusieurs raisons :
- l'intérêt du public francophone pour des textes de Tolkien somme toute réservés aux initiés
- la difficulté de l'entreprise : The Lays of Beleriand est en effet composé d'un grand nombre de poèmes dont la forme (vers allitératifs et rimés), comme toute œuvre poétique, laisse augurer de grandes difficultés pour le traducteur. Qui plus est, nous pouvons nous interroger sur la validité d'une telle traduction où des compromis sur la musicalité et/ou le sens des poèmes seraient à coup sûr choisis. L'idéal, comme certains le proposent, serait alors une édition bilingue. Espèrons que les éditions Christian Bourgois accèderont à nos attentes.



Home IV - The Shapping of Middle-Earth, George Allen & Unwin, 1986.
Home4 retrace les premières étapes de l'élaboration du « Silmarillion », centré autour d'un abrégé du Légendaire elfique (de 1926 au début des années 30). Il contient la première version de cet abrégé, Sketch of the Mythology with especial reference to the 'Children of Húrin', écrite pour un ami à qui Tolkien avait montré le lai, ainsi que la deuxième version, la Quenta ou Qenta Noldorinwa, « tirée du Livre des Contes Perdus ». A ces deux versionsest associée une carte en trois feuillets du pays de Broseliand, du nom d'abord donné au Beleriand.
Home4 contient aussi les premières Annals of Valinor (AV1) et Annals of Beleriand (AB1) - ces dernières en deux versions - ainsi que des fragments de la traductionen vieil anglais par Ælfwine de la Quenta, d'AV et d'AB.

Plusieurs textes donnés dans Home4 s'écartent du cadre chronologique du recueil. D'une part, le fragment Turlin and the Exiles of Gondolin, ainsi qu'un passage tardif du Conte non rédigé de Gilfanon (p.6-8) relèvent des Lost Tales, et datent du début des années 20. De même, le poème The Horns of Ylmir a intégré le Légendaire à l'époque de The Fall of Gondolin, sous le titre The Horns of Ulmo (1917) et aurait dû être donné en Home2. Enfin, un fragment sans titre (p. 9 ; 1925?) fait la liaison entre le lai The Flight of the Noldoli et le passage correspondant du Sketch of the Mythology.
D'autre part, l'Ambarkanta, une description du monde par Rúmil, appartient à la phase suivante du « Silmarillion » et aurait due être publiée dans Home5. Elle est accompagnée de trois diagrammes, The World : from Númen (West) to Rómen (East), The World : from Formen (North) to Hyarmen (South) et The World after the Cataclysm and the ruin of the Númenoreans (p. 242-247), ainsi que de deux cartes, The World about V.Y. 500 et After the War of the Gods (p. 248-251).

- Voir le sommaire détaillé




Home V - The Lost Road and other writings · Language and Legend before The Lord of the Rings, Unwin Hyman, 1987.
Précédé d'une Preface, suivi d'un appendice et d'un index. Non traduit.

C.R. Tolkien présente dans ce volume l'état du Légendaire à l'aube de l'écriture de LR. Home5 est divisée en trois parties : les prémices du mythe númenoréen, les textes du « Silmarillion » des années 30 ou Eldanyárë, ainsi qu'un dictionnaire étymologique des langues elfiques.

Le mythe númenoréen apparaît sans doute en 1936, à l'occasion de conversations avec C.S. Lewis. Il est raconté dans The Fall of Númenor, conte elfique, dont les deux premières versions sont rédigées en parallèle avec The Lost Road, un récit inachevé de voyage dans le temps, qui remonte jusqu'à l'époque précédant la Submersion, et dans lequel Ælfwine apparaît. Home5 donne plusieurs poèmes attribués, dans ce contexte, à ce dernier : Ælfwine Wídlást, un extrait de The Seafarer, King Sheave et trois versionsde The Song of Ælfwine (dont la première, intitulée The Nameless Land). The Lost Road contient aussi une hymne númenoréenne à Ilúvatar, Fíriel's even-song.
Les textes constitutifs de l'Eldanyárë datent des années 30 (env. 1935-1938). Le principal est la Quenta Silmarillion, qui est une réécriture de la Quenta, jusqu'à l'histoire de Túrin (ch. 17). C.R. Tolkien décrit à ce propos l'établissement, dans le Silmarillion publié, du texte du ch. XIX de QS, Of Beren and Lúthien, à partir des ch. 12 à 15 d'origine. Ensuite, seule la conclusion est reprise, avec la prophétie de Mandos. Les autres textes sont de nouvelles versions des Annals of Valinor (AV2) et des Annals of Beleriand (AB2), ainsi qu'un texte nouveau, The 'Lhammas', un « traité des langues » connues de la Terre du Milieu et de Valinor, qui existe aussi en version courte, Lammasethen. Les deux versions sont accompagnées d'un schéma, The Tree of Tongues (p. 169-170, 196), ainsi que d'une table des peuples des Elfes (p.197).

L'autre document « linguistique » de ce volume est Etymologies, le dictionnaire des racines elfiques, de la même période.

L'appendice contient des travaux un peu plus anciens, faits ou commencés au début des années 30 : la deuxième carte de Beleriand, dessinée dès l'époque de la Quenta ; C.R. Tolkien l'a reproduite dans l'état où son père la laissa en 1938, mais elle servit jusqu'aux derniers travaux sur le « Silmarillion ».

D'autres travaux auraient dû, en revanche, être publiés avec Home4, car ils sont associés à AB1 : les Genealogies et une List of Names. C.R. Tolkien n'en donne que des extraits.

- Voir le sommaire détaillé




Home VI - The Return of the Shadow · The History of The Lord of the Rings, Part I, Unwin Hyman, 1988.
Précédé d'un Foreword et suivi d'un index. Non traduit.

Première partie de l'étude de la rédaction de LR, de décembre 1937 à décembre 1939, relatant les trois premières vagues du commencement du « nouveau Hobbit », avec son héros Bingo, de la Comté à Imladris, et la première version du voyage des Compagnons de l'Anneau jusqu'à la Moria.

Ce volume contient notamment l'embryon du prologue, Foreword / Concerning Hobbits (p. 310-314), une version du testament de Bilbo en faveur de Bingo (p. 247 n. 22), et plusieurs reproductions de manuscrits, dont celui, en frontispice, de la première carte de la Comté, ainsi qu'un plan de la ville de Bree (p. 335).

- Voir le sommaire détaillé




Home VII - The Treason of Isengard · The History of The Lord of the Rings, Part II, Unwin Hyman, 1989.
Précédé d'un Foreword, suivi d'un appendice sur les runes et d'un index. Non traduit.

Deuxième partie de l'étude de la rédaction de LR, décrivant la quatrième phase du voyage de la Comté à Imladris, la première version du Conseil d'Elrond, et l'avancement du récit, des Mines de la Moria jusqu'à l'arrivée de la compagnie de Gandalf chez Theoden.

Ce volume contient notamment l'Eärendillinwë, version achevée de la chanson de Bilbo à Imladris, qui aurait dû paraître à la place de la version publiée. C.R. Tolkien procède aussi à l'étude de la première carte de LR.
L'appendice sur les runes comprend deux textes contemporains des Lhammas, The Elvish Alphabets et The 'Alphabet of Dairon', ainsi que la reproduction à la main d'une tude des Runes of Beleriand, d'une courte charte, Dwarf-runes for writing English (phonetic) et des premiers essais du Livre de Mazarbul.

Le premier dessin représentant Orthanc, Orthanc (1), est reproduit en frontispice.

- Voir le sommaire détaillé




Home VIII - The War of the Ring · The History of The Lordof the Rings, Part III, Unwin Hyman, 1990.
Précédé d'un Foreword et suivi d'un index. Non traduit.

Troisième partie de l'étude de la rédaction de LR, The War of the Ring suit Gandalf et ses compagnons jusqu'à la chute de Saruman et la prise du Palantír. Il passe ensuiteà la progression du récit des aventures de Sam et Frodo, jusqu'à la capture de ce dernier par Arachne. Il s'achève sur l'élaboration du Livre 5, avec la guerre de Gondor, jusqu'à la Porte Noire de Mordor.

Ce volume contient de nombreuses illustrations, dont Dunharrow et Shelob's Lair en frontispice, ainsi que des études ultérieures d'Orthanc (p. 33-34), des schémas de Kirith Ungol (p. 108, 114, 204), un Plan of Shelob's Lair (p. 201), un plan de Minas Tirith (p. 290),et plusieurs cartes, étudiées dans le texte.

- Voir le sommaire détaillé




Home IX - Sauron Defeated, HarperCollins, 1992.
Composé de The End of the Third Age · The History of The Lord of the Rings, part 4 et de The Notion Club Papers and The Drowning of Anadûnê. Précédé d'un Foreword et suivi de deux index, un pour chaque partie. Non traduit.

La première partie de Home9, The End of the Third Age, retrace l'écriture du 6ème et dernier Livre de LR - en omettant de revenir sur l'achèvement de FR - de l'odyssée de Sam et Frodo en Mordor aux Havres Gris. Elle contient en outre les deux versions de l'Epilogue rejeté, avec la reproduction (p.130-131) de deux des « fac-similés » de la lettre en tengwar d'Elessar à Sam et sa famille. En appendice à cette partie sont reproduits des dessins supplémentaires d'Orthanc et de Dunharrow (p. 138-141).

La deuxième partie traite de l'évolution du mythe de Númenor pendant la rédaction de LR ; elle donne le troisième manuscrit de The Fall of Númenor, mais surtout les quatre manuscrits successifs d'une nouvelle version humaine de la légende, The Drowning of Anadûnê (1945-1946 ; le premier d'entre eux est intitulé The Drowning of Númenor). Le dossier est complété par The theory of this version, qui explique, avec deux autres esquisses, les divergences caractéristiques de la version humaine du mythe.

Cette évolution se fait en parallèle avec une nouvelle tentative de récit de voyage dans le temps, Leaves from the Notion Club Papers (1945-1946). On y retrouve le poème Ælfwine Wídlást et l'extrait de The Seafarer, ainsi qu'une version en prose de King Sheave et The Death of St. Brendan, publié en 1955 sous le titre Imram. Enfin, une étude de l'adunaïque, rédigée par Lowdham, l'un des protagonistes de LNCP, est donnée en fin de volume.
Trois versions d'une page manuscrite en anglo-saxon et en tengwar, de la main de Lowdham, sont reproduites (p. 319-321), avec une étude de la transcription par C.R. Tolkien. En frontispice, celui-ci donne les deux pages manuscriptes des fragments d'adunaïque et de quenya recueillis par Lowdham, dans leur version finale.

- Voir le sommaire détaillé




Home X - Morgoth's Ring · The Later Silmarillion, Part I · The Legends of Aman,HarperCollins, 1993.
Précédé d'un Foreword, suivi de l'appendice Synopsis of the texts, d'une Note on Star-names, d'un index des noms et d'un index-lexique des termes elfiques. Non traduit.

Après l'achèvement de LR en 1949, Tolkien s'attèle à la révision du « Silmarillion » et des légendes du Premier Âge. Il y travaille par à-coups sur dix ans, la principale interruption étant due à la préparation des appendices, publiés avec RK en 1955. Le Légendaire subit de profonds changements, et le « Silmarillion » que Tolkien abandonne vers 1960 est très inachevé. Il ne le retouchera guère par la suite.

C'est ce « Silmarillion tardif », centré sur les Annales et la Quenta Silmarillion (QS), qui est réparti entre Home10 et Home11 : Home10 est consacré aux légendes d'Aman, jusqu'au retour des Noldor en Terre du Milieu, ainsi qu'à des études pour bon nombre « externistes », dans lesquelles Tolkien s'attache à démontrer ou affermir la cohérence du Légendaire. Ces études ont pour sujet la nature des Incarnés, le rôle des Puissances en Arda, et surtout, une tentative de rationalisation d'où sont sortis les bouleversements évoqués plus haut. Les légendes de Beleriand sont abordées dans Home11.

Home10 s'ouvre sur les dernières versions de l'Ainulindalë (~1947-1948), ouvre de Rúmil récitée par Pengolodh à Ælfwine : l'avant-dernière version (C) est donnée in extenso, suivie des modifications introduites dans la dernière (D). Enfin, sont donnés les passages divergents d'une version expérimentale - « Round World version », notée C* - de 1946.

Pour le « Silmarillion » proprement dit, Home10 comprend les premiers chapitres des deux dernières vagues de QS, LQ1 (début des années 50) et LQ2 (fin des années 50), jusqu'à la fuite de Melkor et Ungoliant, soit, dans LQ2, le « ch. IX », Of the Thieves Quarrel. L'histoire de Finwë et Míriel n'apparaît pas avant LQ2 ; sa version définitive, matière du « ch. V », est inspirée de The Statute of Finwë and Míriel (voir plus bas).
Enfin, Tolkien décida d'amputer LQ2 du chapitre Of the Sun and Moon and the Hiding of Valinor ainsi que du chapitre 1er d'origine, qui devient le Valaquenta. Pour ce dernier, C.R. Tolkien recense les modifications éditoriales introduite dans le Silmarillion.

Parallèlement à LQ1, le récit des premiers temps est développé dans The Annals of Aman, qui tendent à devenir un véritable récit. La version qu'en donne C.R. Tolkien est celle du tapuscrit fait vers 1958, et comporte les quelques corrections datant de cette période. Il donne aussi le début d'une version alternative, « mise par écrit en Númenor », notée AAm*. Précisons que la section Of the Beginning of Time and its Reckoning de l'introduction, attribuée à Quennar i Onótimo, sera transférée à The Tale of Years (cf. Home11). La première page manuscrite de ce dernier, avec le début de la section sur le comput, est reproduite en frontispice.

Les essais « philosophiques » donnés en Home10 datent de la fin des années 50. Certaines ont trait à la nature des Incarnés. Celle des Elfes est le sujet du traité Of the Laws and Customs among the Eldar, présenté par Ælfwine, et suivi d'extraits de The Statute of Finwë and Míriel ; le thème de la réincarnation des Elfes est abordé à nouveau dans The Converse of Manwë and Eru et Reincarnation of Elves - dont C.R. Tolkien ne donne qu'un bref aperçu ; l'essai Aman traite du mode d'existence des Elfes et des Hommes dans le Royaume Bienheureux. Il introduisait à l'origine l'Athrabeth Finrod ah Andreth, ouvrage qui traite plus généralement du destin des Enfants d'Eru ; il a été transmis par les Númenoréens. Tolkien en a fait un Commentaire externiste, qui contient en note The 'Tale of Adanel', le récit númenoréen de la Chute des Hommes.

Deux autres essais, Melkor Morgoth et Notes on motives in the Silmarillion, sont des réflexions de Tolkien sur le rôle de Melkor et des Valar en Arda. Enfin, plusieurs textes traitent de la nature des Orques. Trois d'entre eux datent de la fin des années 50 : p. 413-414, Orcs et (Origin of) Orcs, ce dernier étant associé à l'appendice C de Quendi and Eldar, in Home11 ; deux autres datent de la fin des années 60 et sont donnés p. 421-422.

Quant à la tentative de rationalisation du Légendaire, elle se manifeste dans un Memorandum, par l'attribution de la cosmogonie traditionnelle (terre plate, mythe du Soleil et de la Lune) aux Edain, et dans une note qui fait pareillement de la Mythologie une « affaire humaine » (p. 370) ; s'ensuivent nécessairement des propositions pour une « régénération » de cette Mythologie (p. 375-378), auxquelles est associé un récit expérimental (p. 378-383). C.R. Tolkien donne aussi une note sur le Dôme de Varda (p. 385-386),un extrait (p. 387-388), à propos du même sujet, tiré d'une note sur Elbereth de l'index tymologique de LR, et une note intitulée Sun  The Trees  Silmarils.

- Voir le sommaire détaillé




Home XI - The War of the Jewels · The Later Silmarillion, Part II · The Legends of Beleriand,HarperCollins, 1994.
Précédé d'un Foreword et suivi d'un index. Non traduit.

Ce volume est consacré à la deuxième partie des travaux de révision du « Silmarillion » effectués dans les années 50, la première partie étant présentée dans Home10.

Il contient donc notamment la suite de la Quenta Silmarillion (LQ1 et LQ2, qui se distinguent de façon moins marquée ici), sur les guerres de Beleriand, et le pendant sindarin des Annals of Aman, The Grey Annals.

L'étude de QS continue avec le « ch. XI », Of Men, jusqu'au « ch. XVIII », Of the Ruin of Beleriand and the Fall of Fingolfin (les travaux de 1951 sur l'histoire de Beren et Lúthien ont été vus en Home5). Les chapitres suivants n'ont pratiquement pas été revus, sauf pour la conclusion de 1937, qui contient la Seconde Prophétie de Mandos, adjointe aux manuscrits de LQ2, et corrigée très superficiellement.

Cette étude comprend notamment un compte-rendu de l'élaboration de la section sur les Nains (nouveau « ch. XVI », Concerning the Dwarves), avec les textes préparatoires. Ce chapitre a été repris dans le Silmarillion publié pour former le ch. II de QS, Of Aulë and Yavanna, avec un texte tardif indépendant, Anaxartaron Onyalië, recensé ailleurs dans ce volume.

Enfin, C.R. Tolkien a intégré à l'étude de QS deux ouvrages associés. Le premier est la carte de Beleriand, pour laquelle sont notées les modifications apportées dans les années 50. L'autre est un ensemble de généalogies des Maisons des Edain, The House of Bëor, The 'folk of Marach' et The Haladin or the 'folk of Haleth' (p. 229-238).

A la différence des anciennes Annals of Beleriand, The Grey Annals (GA) sont décrites comme celles des Sindar, et datent du début des années 50. Elles s'interrompent avec le retour manqué de Húrin à Gondolin et, tout comme The Annals of Aman, tendent à un véritable récit, surtout pour l'histoire de Túrin. De fait, la fin de cette histoire dans GA est un abrégé de The Children of Húrin: last part, un texte contemporain, qui a été donné en UT. C.R. Tolkien en profite, dans son commentaire, pour compléter le dossier du Narn i Chîn Húrin, en donnant plusieurs notes et brouillons inédits ; les plus notables sont le récit du Nirnaeth Arnoediad dans la « tradition » du Narn (extraits), et un brouillon qui présente une version alternative du dénouement (p. 163-164).
Enfin, C.R. Tolkien donne les deux versions de la note introductive au Narn ; la première s'intitule Túrin Turumarth.

Les dernières lignes de GA sont aussi les premières d'un récit nouveau et indépendant, composé à la fin des années 50 : The Wanderings of Húrin, dont seule la première partie, The Shadow Falls on Brethil, a été écrite. C'est donc avec l'histoire de Húrin en Brethil que s'achève l'histoire de la fin du Premier Âge dans le Légendaire. Les seules indications « post-LR » sur la fin des guerres de Beleriand furent consignées dans la dernière version de The Tale of (the) Years, au début des années 50. Elles sont donnés dans ce volume. C.R. Tolkien fait à cette occasion son mea culpa (p. 354-356) sur l'élaboration du ch. XXII de QS, Of the Ruin of Doriath, dans le Silmarillion publié.
Tolkien devait revenir sur le « Silmarillion » vers la fin de sa vie (cf. Hammond). Son fils ne mentionne guère ces ultimes travaux, sauf l'histoire de Maeglin. La dernière version de celle-ci, Of Maeglin, est étudiée ici, en comparaison avec le ch. XVI de QS, dansle Silmarillion publié. Elle devait, semble-t-il, être intégrée à Of Tuor and the Fall of Gondolin, et ne fait pas partie de QS. Sont également étudiés les écrits préparatoires sur la géographie de cette histoire, notamment les routes des Nains, ainsi que les ajouts correspondants à la carte de Beleriand.

Le volume s'achève sur Quendi and Eldar, un ouvrage philologique de 1960 environ, tude des noms des Elfes pour leurs différents clans et pour les autres Incarnés, qui recense aussi les éléments connus de valarin. C.R. Tolkien donne en appendice Cuivienyarna, une « comptine » elfique sur la légende de l'Éveil des Quendi.

- Voir le sommaire détaillé




Home XII - The Peoples of Middle-earth, HarperCollins, 1996.
Précédé d'un Foreword et suivi d'un index. Non traduit.

La moitié de ce volume est consacré aux brouillons du prologue et des appendices de LR (sauf l'appendice E, On Writing and Spelling), préparés entre 1948 et 1955. Le reste est constitué de textes divers, textes des années 50 et études philologiques et historiques tardives.

La première version d'une section introductive sur les Hobbits, Foreword / Concerning Hobbits, avait été donnée en Home6. C.R. Tolkien en retrace ici l'évolution jusqu'au Prologue publié. Il existe un autre texte de nature introductive (p. 19-24), rapidement scindé entre un Foreword (p. 25-26), celui d'aLR, et The Languages at the end of the Third Age, une longue étude « éditoriale » publiée comme appendice F, après réduction. Le texte d'origine contient de nombreux éléments de kuduk et de parler commun.

Une semblable réduction a touché la plupart des appendices ; le coût de l'ouvrage tel que projeté aurait été prohibitif. L'histoire des royaumes númenoréens en exil a pour source principale The Heirs of Elendil, « traduction » d'annales hobbites, auxquelles est associé un arbre généalogique de la lignée de Dol Amroth (p. 220-222). Ces annales ont été rejetées pour leur longueur, et remplacées par une courte présentation « éditoriale » (p. 253-254) qui portait originellement le même titre, présentation étoffée en plusieurs étapes et publiée finalement comme section A I, Númenorean Kings. La sous-section (v), Part of the Tale of Aragorn and Arwen, provient du récit indépendant Of Aragorn and Arwen Undómiel, largement coupé, tandis que (i), Númenor, est empruntée au manuscrit de The Tale of Years.

The Tale of Years était à l'origine une simple chronologie. C.R. Tolkien retrace son évolution, parallèle à celle de l'histoire des royaumes númenoréens, jusqu'à la version publiée, en abrégé, dans l'appendice B de LR. Nombre de modifications sont intervenues entre les versions longue et abrégée, surtout pour le Second Âge. Une liste dynastique inachevée, The House of Dol Amroth (p. 222-224), lui est associée.

Sont aussi données la première version de The House of Eorl (section A II), les brouillons de Durin's Folk (section A III), les premières versions des généalogies hobbites (appendice C) - dont deux familles inédites : Bolger of Budgeford (p. 95-97) et Boffin of the Yale (p. 100-101) - ainsi que les brouillons et calculs de la section sur les calendriers (appendice D).

La version finale du mythe de Númenor, The Downfall of Númenor, s'est élaborée en association avec The Tale of Years ; c'est à elle que font référence les mentions de l'Akallabêth dans l'appendice A. C.R. Tolkien n'en donne pas le texte, mais étudie son évolution au regard de la version publiée dans le Silmarillion.

Des textes disparates des années 50, Home12 reproduit deux récits inachevés : The New Shadow, une suite de LR avortée après quelques pages, et retravaillée vers la fin des années 60, et Tal-Elmar, « début d'un récit qui montre les Númenoréens du pointde vue des Hommes Sauvages » ; ainsi que deux éléments de la tradition d'Ælfwine : Dangweth Pengoloð et Of Lembas, réponses de Pengolodh à deux questions du marin.

C.R. Tolkien publie enfin plusieurs des discussions philologico-historiques de 1968 ou après, dont il avait fait mention dans UT : Dwarves and Men, l'essai sur « les corrélations des langues dans Le Silmarillion et Le Seigneur des Anneaux » ; « The Shibboleth of Fëanor », sur le changement du þ au s dans le quenya des Ñoldor d'Aman, avec une liste des noms des fils de Fëanor, et la légende de ses jumeaux derniers-nés ; enfin, un essai (rejeté) sur le problème de l'élément -ros en elfique.

Cette partie est complétée par des textes très tardifs (1972-1973) : deux essais sur Glorfindel (p. 377-382), auxquels est associée une ultime discussion sur la réincarnation des Elfes, dont seule la conclusion sur la réincarnation de Durin est reproduite (p. 382-383), deux notes (p. 384-385) écrites au verso de la Note on the landing of the Five Wizards donnée dans UT, et une note sur Círdan.

- Voir le sommaire détaillé




Cette page est issue du site JRRVF (http://www.jrrvf.com) et soumis aux lois protégent les droits d'auteurs.
La page originale correspondant à ce texte est accessible à l'adresse http://127.0.0.1/home/home.html