Tolkien en 20 cartes :

19 – Vacances en Suisse

Episode précédent : Barrow’s stores

Carte de la vallée du Lauterbrunnen (canton de Berne) en 1909

En prenant de l’âge et dans le contexte du rafraîchissement de ses relations avec le Père Francis Morgan, Ronald dérogea dès l’été 1910 aux traditionnelles vacances estivales à Lyme Regis.

Cette année là, il prit le train en direction du nord et visita la côte du Yorkshire et plus particulièrement la ville portuaire de Whitby. Il y passa quelques jours, probablement seul, réalisant plusieurs dessins du port et de la spectaculaire abbaye, patrie du poète anglo-saxon Cædmon, et lieu d’une grande importance dans l’histoire du christianisme en Angleterre.

Une vue de l’abbaye de Withby au début du XXè siècle.

L’été suivant, celui de la fin de ses études à l’école King Edward, il fut invité par sa tante Jane Neave à participer à une grande excursion en Suisse.

Tante Jane était veuve depuis deux ans. Son mari Edwin, qui appréciait beaucoup Ronald depuis le séjour de celui-ci à Hove (en 1904), était mort prématurément en 1909 d’une pneumonie à Gedling (Nottinghamshire), où le couple avait élu domicile.

Jane était une des premières femmes diplômées de sciences du Royaume Uni, elle avait déjà, au tournant du siècle, enseigné à Birmingham dans le lycée pour filles de Bath row, rattaché à l’école King Edward. En 1911, elle occupait le premier poste de directrice (Lady Warden) au college University Hall de l’Université écossaise de St Andrews.

Très appréciée à St Andrews, Jane s’était liée avec James et Ellen Brookes-Smith un couple aisé. C’est avec leur soutien qu’elle s’engagea vers 1911-1912 dans un projet d’exploitation agricole, dans une ferme à Gedling, renommée Phoenix Farm pour l’occasion. Elle recruta au passage son neveu Hilary, qui avait renoncé à ses études depuis la fin de l’année 1910.

A l’approche de l’été 1911, lorsque le Brookes-Smith décidèrent d’effectuer un long périple en Suisse, ils sollicitèrent naturellement leur amie Jane, qui, sans difficulté, trouva l’opportunité d’inclure ses deux neveux dans l’équipée touristique.

Outre Jane, Ronald et Hilary, la troupe était composée des trois enfants des Brookes-Smith, Phyllis, Doris, et leur jeune frère Colin, et de plusieurs amies enseignantes. Au total une douzaine de personnes.

Une photo de l’expédition des Brookes-Smith. Tolkien pourrait être le 6ème en partant de la droite, tandis que Jane Neave semble être juste à côté de lui, au centre de la photo. La photo extraite de l’ouvrage d’Andrew H. Morton, Tolkien’s Gedling, 1914: The Birth Of A Legend (2008).
.

Les voyageurs embarquèrent à Harwich (sur les côtes de l’Essex, au nord-est de Londres) au milieu de l’été et firent la traversée jusqu’à Ostende en Belgique.

Sous de probables fortes chaleurs estivales qui écrasaient alors l’Europe, ils firent la longue traversée de l’Empire Allemand en train jusqu’à la frontière suisse (peut-être avec une étape à Innsbrück, dans l’Empire d’Autriche-Hongrie) et gagnèrent la ville d’Interlaken, située entre les lacs de Thoune et de Brienz, au cœur du Canton de Berne.

A partir d’Interlaken, la majorité du périple se fit à pied, en suivant les routes des vallées ou les sentiers de montagnes, profitant, au fil des étapes, de l’hospitalité (certainement rémunérée) des habitants pour le gîte et le couvert. Les équipements permettant de recevoir des groupes de touristes étaient en effet encore rares et dispersés, cantonnés à certains sites dans les grandes vallées.

A cette époque, le type d’excursion touristique comme celui des Brookes-Smith était encore largement réservé aux voyageurs très privilégiés. La Suisse faisait partie des destinations prisées de ces classes supérieures, car sa situation géographique ne laissait pas d’alternative à un voyage lent, qui nécessitait de prendre le temps d’admirer la beauté des sites de montagnes.

Par ailleurs, les années 1900-1910 furent celles de la prise de conscience par les Suisses eux-mêmes de la beauté de leur patrimoine, et des mouvements de préservation et de promotion des paysages et de l’architecture suisse fleurirent dans tous les cantons, telle la ligue Schweizer Heimatschutz (Patrimoine Suisse), fondée en 1905 à Berne. Le développement d’équipements touristiques de masse date donc de cette époque, mais cette évolution fut très tôt réglementée et raisonnée.

 

La première partie du voyage entraîna les randonneurs jusqu’à Lauterbrunnen, un site impressionnant, cerné de hautes falaises d’où se précipitaient de fines et bruyantes chutes d’eau glacée. Le groupe gagna ensuite Murren, un village perché sur de vertigineuses falaises et dominant la vallée de Lauterbrunnen.

La randonnée se poursuivit par les cols en direction de Meiringen, sous les imposantes montagnes Silberhorn, Jungfrau, Mönch, Eiger, ou Mittelhorn, en passant par la verdoyante et majestueuse vallée de Grindelwald.

Les vallées de Lauterbrunnen (à gauche), et de Grindelwald (à droite), sur des cartes postales suisses des années 1900-1910.

A Meiringen, le groupe a peut-être séjourné à l’Hôtel du Sauvage, lieu prisé par les touristes anglais du fait de la présence de cet établissement dans la nouvelle The Final Problem d’Arthur Conan Doyle (1893). Dans ce récit, le détective Shelock Holmes et son ami le docteur Watson séjournent dans cet hôtel avant le combat final contre Moriarty, au bord des cascades du Reichenbach, toutes proches.

Le groupe de Tolkien continua son voyage et son périple suisse en traversant le Col de Grimsell, puis redescendit vers la haute vallée du Rhône en direction du sud-ouest, jusqu’à la ville de Brig, alors en plein développement touristique, du fait de la proximité du célèbre glacier d’Aletsch. Au milieu des montagnes majestueuses, le souvenir du bruit métallique incessant des trams de la vallée, marqua particulièrement Ronald.

C’est durant l’exploration du glacier d’Aletsch, où le groupe passa plusieurs jours (peut-être à Belalp, où se trouvait une auberge), que se situe la fameuse anecdote de l’avalanche de pierres qui faillit emporter Ronald et d’autres randonneurs, et dont on retrouve les échos beaucoup plus tard dans le roman Le Hobbit. Les chaleurs exceptionnelles de l’été 1911 (une des plus fortes canicules du XXème siècle) avaient en effet également touché la Suisse, et les neiges de montagnes avaient reculé, laissant à nu de nombreux rochers instables.

Le voyage se poursuivit ensuite vers le sud, en direction de Saint-Nicolas, à travers les larges vallées boisées du Valais.

L’expédition semble avoir fait un détour (conséquent) par les hauts cols des alpes valaisanes jusqu’au Val d’Hérens, avant de revenir vers Zermatt, où Ronald put observer la puissante silhouette du Mont Cervin.

Zermatt et le Mont Cervin, sur une carte postale suisse de 1910.

La suite du voyage n’est malheureusement pas connue. Les rares informations à disposition du public – et des biographes – s’achèvent sur la vision du Mont Cervin. Il est juste certain que l’expédition des Brookes-Smith put finalement regagner l’Angleterre au complet, et à temps pour que Ronald puisse préparer sa rentrée universitaire à Oxford (octobre 1911).

Ce passionnant voyage marqua néanmoins profondément le jeune adulte désargenté qu’était Ronald. Il soupira longtemps au souvenir de ces montagnes, aussi bien au détour des lettres adressées à ses amis, que dans les impressions prêtées à certains de ces personnages de fictions.

Les peintures grandioses qu’il conserva dans ses souvenirs furent par la suite magnifiées par son imagination dans ses écrits fictionnels ultérieurs, du Hobbit au Simarillion, en passant bien entendu par Le Seigneur des Anneaux.

Le trajet connu du groupe Brookes-Smith en août et septembre 1911, à partir d’une carte sur l’histoire des cantons Suisses (William R. Shepard, 1923) : 1, Interlaken ; 2, Lauterbrunnen ; 3, Murren; 4, Grindelwald ; 5, Meiringen ; 6, Col de Grimsell ; 7, Brig et vallée du Rhône ; 8, glacier d’Aletsch ; 9, Val d’Hérens; 10, Zermatt.

 

La carte principale « Haute vallée du Lauterbrunnen – Mürren, Grosshorn, Breithorn, Jungfrau » a été publiée en 1909 par Wagner et Debes, à Leipzig. Elle représente la vallée du Lauterbrunnen à l’époque de l’expédition des Brookes-Smith.

 

Episode suivant : Exeter college.

Jean-Rodolphe Turlin, le 12 mai 2019.