JRRVF - Tolkien en Version Française - Forum

Le forum de JRRVF, site dédié à l'oeuvre de J.R.R. Tolkien, l'auteur du Seigneur des Anneaux.

Vous n'êtes pas identifié(e).

Annonce

Bienvenue sur le nouveau forum JRRVF ! En cas de problème avec votre login / mot de passe, n'hésitez pas à me contacter (webmaster@jrrvf.com)

#1 20-07-2003 19:20

Ylla
Inscription : 2003
Messages : 173

Monothéisme et théogonie (synthèse)

Il y a quelques temps, dans le fuseau Mythes et légendes, Hisweloke lançait à la cantonade, à propos du fuseau Tolkien : monothéisme et théogonie un « Personne pour compiler ce long machin tentaculaire en quelque chose de plus digeste ? » jusqu'ici resté sans réponse à ma connaissance ; comme c'est un sujet particulièrement intéressant et que le machin est effectivement très indigeste, voici ma modeste contribution en forme d'une petite synthèse(ce n'est guère brillant et c'est sûrement très incomplet, mais j'espère que cela fournira déjà une base plus organisée, et plus comestible :)). Si vous voyez des points douteux, pas clairs, manquants ou carrément faux, la tribune est ouverte, je reprendrai selon.

Histoire de ne pas compliquer davantage les choses, j'ai préféré reprendre l'article de Nikita qui a servi de point de départ au fuseau et l'augmenter de ce qui avait été dit dans la suite, avec un peu de documentation personnelle pour faire tenir en forme. Ne voulant pas risquer de m'emmêler en paraphrasant ce qui n'avait pas besoin de l'être, je me suis également permis de faire un peu de copier-coller avec des exemples donnés par Vinyamar et le topo de Cathy sur les néo-platoniciens. Pour le reste, mes sources proviennent principalement des fuseaux Tolkien : monothéisme et théogonie et L'Ainulindalë fait la nique à la genèse de la Bible, et du Silmarillon, Ainulindalë et Valaquenta surtout. Je citerai autant que possible en anglais et en français ; la plupart des traductions sont de moi, celles de Pierre Alien citées par Nikita sont signalées par *.

Par ailleurs, j'ai délibérément laissé de côté un certain nombre de points que soulevait le fuseau, qui ne présentaient pas de lien direct avec le sujet de départ, à savoir déterminer les motifs monothéistes et polythéistes dans les mythes tolkienniens.

« There are no 'Gods', properly so-called, in the mythological background in my stories. Their place is taken by the persons referred to as the Valar (or Powers) : angelic created beings appointed to the government of the world » écrivait Tolkien (L286, p.368). Tolkien, auteur chrétien, a en effet volontairement abandonné peu à peu la conception polythéiste du monde de son invention, pour adapter ses récits à la doctrine de sa religion, rendre le mythe plus cohérent en lui permettant de concorder avec la vérité du christianisme. Lui-même définit son œuvre comme « chrétienne », encore qu’il ne faille pas y voir une œuvre évangélique, et encore moins, comme il l’a assez souvent souligné, une allégorie, fût-ce de la Bible. C’est néanmoins une métaphysique chrétienne qui sous-tend la description de son monde inventé, bien qu’il ne fasse pas directement référence au dieu des chrétiens. Pour Tolkien, Eru est le dieu unique ; il qualifie les Ainur de « créatures angéliques (angelic created beings) ».

On peut alors se demander pourquoi on est si facilement tentés de comparer Eru, non au seul dieu, mais à un dieu suprême, et les Valar à des dieux secondaires (ce que font d’ailleurs les Hommes dans le Silmarillion, puisqu’ils appellent les Valar « les Dieux »). Il faut définir d’abord qui sont d’après l’Ainulindalë et le Valaquenta les créatures désignées sous les noms d’Ainur, Valar et Maiar. Les Ainur constituent l’ensemble  des « Holy Ones », apparus « avant la création de toute chose », et demeurant dans le néant, hors du temps d’Arda ; ce sont eux qui dans l’Ainulindalë développent les thèmes musicaux donnés par Eru, et permettent ainsi à la création de prendre forme. Valar et Maiar sont les noms spécifiques de ceux de ces Ainur qui s’installèrent dans les limites d’Arda pour la façonner physiquement ; les Valar sont les plus puissants d’entre eux, les Maiar sont leurs inférieurs et leurs subalternes. Par leur influence directe sur la création qu’ils descendent façonner eux-mêmes, ce sont les Valar qui se rapprochent le plus de dieux à part entière. Il faudra donc examiner en quoi l’ensemble des Valar peut être perçu comme un panthéon, et pourquoi Tolkien a affirmé malgré tout avoir créé un univers essentiellement monothéiste.

On définira tout d’abord les notions de monothéisme et polythéisme, avant d’examiner plus spécifiquement en quoi ils consistent dans deux grands textes de la pensée européenne, la Théogonie d’Hésiode et la Bible ; après quoi on pourra considérer le cas du monde de Tolkien, examiner en quoi les Valar peuvent être comparés à des dieux, puis ce qui permet de les rapprocher davantage des anges. On dégagera pour finir l’originalité de la métaphysique tolkienienne, en éclairant le rôle particulier des Ainur, et plus spécialement des Valar, cette fois à travers les conceptions philosophiques platonicienne et néo-platonicienne ; on montrera ainsi que si les Valar demeurent des anges, ils s’éloignent des anges de la Bible par leur rôle de lien entre le monde transcendant et le monde de l’immanent, sans toutefois basculer du côté des dieux du polythéisme.

Hors ligne

#2 20-07-2003 19:22

Ylla
Inscription : 2003
Messages : 173

Re : Monothéisme et théogonie (synthèse)

(à titre de rappel, les définitions données par Nikita)

I – Définitions

Pour bien faire, il nous faut remonter plus loin dans l’histoire des religions pour mieux percevoir comment naît cette idée de « dieu » (« theos » en grec) que l’on retrouve dans l’étymologie de ces deux mots :
monothéisme < « monos », seul
polythéisme < « polus », plusieurs
Une première forme de religiosité est présente dans la notion d’animisme. L’animisme en effet est la croyance aux âmes, aux esprits (qui se distinguent du corps), laissant ainsi la porte ouverte à une possibilité dé réincarnation.
Vient ensuite le fétichisme qui instaure un véritable culte des morts et des ancêtres. On croit désormais en l’immortalité de l’âme qui peut se réincarner en un objet.
Le naturisme est une forme de fétichisme plus global puisque les éléments de la nature (terre, ciel, eau…) n’ont pas seulement une âme mais sont divinisés.
Le polythéisme franchit un pas de plus puisque ne sont pas seulement divinisés les éléments de la nature mais des notions humaines comme l’amour, la fécondité etc.… Notons au passage que le mot « polythéisme » est employé pour la première fois dans un texte de Philon d’Alexandrie (commentateur grec de la Bible et contemporain du Christ) : le terme est utilisé de manière péjorative puisqu’il est synonyme d’idolâtrie.
Dans le monothéisme est introduit la notion d’Etre suprême.
Le Petit Robert définit le mot « dieu » comme un « principe d’explication de l’existence du monde, conçu comme un être personnel, selon des modalités particulières aux croyances, aux religions ». Définissons donc au plus près ces modalités :
- Pour l’animisme et le fétichisme, le « dieu » est une « force impersonnelle ».
- Ce n’est qu’à partir du fétichisme que la notion de personne entre en ligne de compte : le dieu est « un être supérieur, doué de pouvoir sur l’homme et d’attributs particuliers ».
- Le monothéisme définit « Dieu » (sans article) comme « l’Etre éternel, unique, tout-puissant et miséricordieux, créateur et juge, des révélations biblique et islamique ».
Retenons de ces définitions les caractéristiques suivantes, elles nous serviront plus loin dans l’étude des textes : le dieu est toujours une « personne » douée de « puissance », souvent capable de créer et de juger.

Hors ligne

#3 20-07-2003 19:22

Ylla
Inscription : 2003
Messages : 173

Re : Monothéisme et théogonie (synthèse)

II – Du polythéisme en Grèce antique

C’est dans un poème de l’aède Hésiode (VIIIe siècle avant notre ère, probablement contemporain d’ Homère) que nous trouvons trace d’un récit de la Création du monde et des dieux en Grèce antique. Ce poème appelé la Théogonie (« theos », dieu + « gonê », naissance) se veut avant tout un « poème des dieux » célébrant la « race sacrée des Immortels » (La littérature grecque d’Homère à Aristote, Trédé-Boulmer et Saïd, p.13).
Ce qui frappe avant tout lorsqu’on lit la Théogonie, c’est son absence de cohérence, d’homogénéité : le poème décrit tel un catalogue les généalogies divines et les théomachies (combats des dieux) mais ne présente pas de dogme, à la différence de récits comme celui de la Genèse. Le fait est que s’il est question de naissance dans la Théogonie, il n’est pas fait mention de création : les dieux grecs mettent de l’ordre (« cosmos ») dans le monde voué au « chaos » initial mais ne le créent pas :
« L’ordre est fragile. L’ordre n’est jamais acquis. C’est parce que la naissance du monde n’a pas été une création. Le récit biblique nous habitués à sous-estimer l’importance de ce geste qu’y accomplit le Créateur : il met en ordre le « tohu-bohu ». La pensée d’Hésiode ne connaît pas de créateur. » (Préface à la Théogonie, Backès, éd. Folio classique, p.19)
Il est à noter que tohu-bohu (de l’hébreux tohy wa bohy, désert et vide) et chaos ont tous deux à l’origine une signification différente de celle qu’on leur connaît maintenant, puisque le « tohu-bohu » désigne le vide, et le « chaos » des grecs, l’abîme originel, ce qui n’est pas sans rappeler le « void », ou « timeless void » (vide, néant) mentionné dans le Silmarillon, à partir duquel Eru aurait créé Arda.

Le premier état du monde mentionne les noms de Chaos, Gaïa (la Terre) et Eros (l’Amour). Grâce au principe de génération apporté par Eros, Gaïa va enfanter Ouranos puis s’unir à lui pour donner naissance aux « vrais » dieux, par opposition aux puissances élémentaires (que sont Chaos, Gaïa et Eros). De cette union naîtra entre autres Chronos, le père de Zeus. Toute idée de progrès n’est pas absente de cette vision du monde puisque Chronos est meilleur qu’Ouranos et Zeus meilleur que Chronos. Le rôle de Zeus devient alors fondamental au sein du Panthéon grec : c’est à lui que les autres dieux demandent de « régner et gouverner ceux qui ne meurent pas. Lui alors répartit les privilèges » (vers 885). Toutefois il n’est pas un dieu omniscient d’où son mariage avec Mètis (la Sagesse) « qui en sait plus long que les dieux et que les hommes qui meurent » (v.887) qu’il « engloutit » alors qu’elle est enceinte d’Athéna (v.890).
Retenons de ces propos que Zeus se trouve au sommet de la hiérarchie, lui qui est appelé « roi des dieux » (v.886) puisqu’il maintient l’ordre de l’univers par sa force (le fameux foudre), sa sagesse (il a englouti Mètis) et sa justice (c’est lui qui partage le monde des hommes et juge les dieux comme les Titans à la fin de la guerre, cf. v.630-731). Toute hiérarchie n’est donc pas absente de cette forme de polythéisme, au contraire ! Cela dit, nous sommes loin de l’omniscience du Dieu biblique ou d’Eru.
En revanche, nous retrouvons les caractéristiques du polythéisme où différentes divinités représentent aussi bien des éléments naturels (Poséidon pour l’Eau, Déméter pour la croissance fertile, Zeus pour le Ciel…) que des entités plus abstraites (Hadès, le dieu des morts, Arès, le dieu-guerrier, Asclèpios, le dieu-guérisseur…). Ces divinités sont bien personnifiées et représentées avec leurs attributs. Leurs pouvoirs sont immenses et les font craindre des hommes d’autant qu’elles éprouvent toute la palette des sentiments de l’amour à la haine. Leurs interventions sur la race humaine oscillent entre la volonté d’aider les hommes (par des dons ou par la « magie ») et le désir de vengeance. Pour toutes ces raisons, ils sont souvent qualifiés d’ « anthropomorphiques ».
Un dieu cependant retiendra notre attention : il s’agit de Prométhée. En effet il s’oppose à Zeus dont il a percé le secret et commet un crime qui lui vaudra un supplice éternel : il vole le feu sacré des dieux pour en faire don aux hommes. D’autres traditions font de lui le « créateur » de la race des hommes et celui qui leur enseigna tous les arts. Nous reparlerons de lui quand nous évoquerons les Valar de Tolkien.

Hors ligne

#4 20-07-2003 19:23

Ylla
Inscription : 2003
Messages : 173

Re : Monothéisme et théogonie (synthèse)

III – Du monothéisme dans la Bible

1) Le Dieu de la Bible

Qui est le Dieu dont parle la Bible ? Peut-on parler de « théogonie » ? Non d’après les auteurs du livre Des anges et des hommes car « La religion hébraïque est en effet la seule en son temps, et dès ses origines, à s’être débarrassée des mythologies. Et la Bible (…) sera le premier grand texte religieux dont les théogonies seront absentes » (Fombonne et D’Assignes, p.45)
Mais il faut apporter quelques éclairages sur le texte biblique pour mieux comprendre ce que la vision monothéiste du monde que nous propose la Genèse avait de différent voire d’antinomique avec les conceptions polythéistes de l’époque.

Or nous n’avons pas un récit de la Genèse mais bien deux :

a) La tradition yahviste (Gn 2,4b à 4,26) fixée au Xe siècle avant notre ère, est probablement d’origine judéenne. Ce nom de yahviste vient du tétragramme divin YHWH, les quatre lettres hébraïques qui forment le nom de Dieu, vocalisé selon les versions en Yahvé ou Jéhovah. C’est sous ce nom que l’auteur désigne le Dieu de la Genèse.
Yahvé apparaît dans ce récit de la Création sous une forme humaine : il modèle l’homme comme un potier (Gn 2,8), éprouve des sentiments humains (suspicion, colère…) et entretient avec sa créature des relations familières (Gn 3,8-9). Comment faut-il interpréter ces « anthropomorphismes » ? Harringtion nous l’explique dans sa Nouvelle introduction à la Bible :

Nous savons fort bien que Dieu est un pur Esprit ; et cependant, nous parlerons de sa main, nous dirons que Dieu entend nos prières. Le fait que le yahwiste use volontairement d’anthropomorphismes ne signifie aucunement qu’il n’aurait de Dieu qu’une notion très primitive. C’est chez lui l’expression spontanée de sa foi en un Dieu personnel qui prend un intérêt réel aux affaires humaines ; nous dirions volontiers : d’une foi pour laquelle l’existence de Dieu va de soi et ne pose pas de problèmes.

Note 14 p.284

Ainsi le yahviste va consigner dans son récit des histoires très primitives mais qui ont une fonction théologique : l’auteur veut expliquer la présence du mal dans un monde créé bon par Dieu. C’est dans cette optique que nous devons lire les épisodes du mariage des anges (Gn 6,1-4) et de la tour de Babel (Gn 11,1-9).

b) La tradition sacerdotale semble avoir été rédigée plus tardivement (même si elle précède l’autre dans la Genèse, 1,1 à 2,4a), au VIe siècle avant notre ère, par des prêtres de Jérusalem. Dieu est désigné sous trois noms différents :
- Elohim, qui est en hébreu le pluriel du nom du dieu cananéen du ciel et créateur des religions des anciens sémites occidentaux : El, (épisode de la Création et de l’Alliance avec Noé),
- El Shaddai (période des Patriarches),
- YHWH (Yahvé) lorsque dieu révèle son nom à Moïse.
Le problème qui se pose dans ce récit de la création est de comprendre le pourquoi d’un pluriel comme Elohim et de formules plurielles comme :

Faisons l’homme à notre image. (Gn 1,26)

vos yeux s’ouvriront et vous serez comme des dieux, qui connaissent le bien et le mal (Gn 3,5)

Une première hypothèse avance le fait que Dieu parle de la cour céleste des anges qui l’entourent. Une autre souligne la majesté et la richesse intérieure contenue dans ce pluriel. Les Pères de l’Eglise, quant à eux, y ont vu une justification du dogme de la Trinité chrétienne. Point de trace de polythéisme en tout cas puisque toute la théologie de la tradition sacerdotale tend à prouver qu’un Dieu unique a créé toutes choses : le multiple trouve sa source en l’Un !
Dans cette tradition, la métaphore du potier est délaissée au profit de celle de l’ouvrier qui travaille six jours de suite et se repose le septième : ainsi est justifiée l’institution du sabbat pour les Juifs.

Le Dieu biblique est donc à la fois unique et omniscient, il est aussi Créateur puisqu’il pré-existe à toutes choses. Ses « anthropomorphismes » ne sont par sur le même plan que ceux des dieux grecs car ils appartiennent à une théologie cohérente. Mais ce qui distingue le plus le Dieu monothéiste de la Bible des dieux polythéistes est sans doute qu’il n’est pas seulement une réponse aux questions existentielles de l’homme (pourquoi la vie ? la mort ? le mal ? la nature ?) mais qu’il vient lui-même rencontrer l’homme et susciter en lui d’autres interrogations, celles de la foi :

Tu nous a faits pour toi Seigneur et notre cœur est en recherche tant qu’il ne repose pas en toi.

St Augustin, Confessions, 1,1

2) Les anges bibliques

Les termes utilisés par Tolkien pour désigner les Valar, « angelic created beings », nous poussent à définir ce que peut être un être angélique. Même si les anges sont mentionnés dans d’autres textes que la Bible ainsi que dans d’autres religions (l’Islam, Zohar, la Cabale…), il me paraît de intéressant de voir ce qu’en disent la Bible et les théologiens juifs et chrétiens pour mieux comprendre ce que voulait dire Tolkien.

a) Tout d’abord, il convient de préciser que les anges bibliques sont absents du récit de la Création, seuls les pluriels que nous avons commentés précédemment peuvent induire l’idée qu’ils sont présents aux côtés de Dieu. Lorsqu’ils apparaissent dans le livre de la Genèse, ils prennent forme humaine (Gn 18,2 et 19,1), ne portent pas d’ailes (Gn 28,10-19 : il leur faut une échelle pour monter et descendre du ciel !) et n’ont pas de nom. Ce n’est qu’à partir de la vision d’Ezéchiel que l’on pourra les compter et leur donner des ailes : ils sont 7, mais seuls 3 noms seront révélés dans le texte biblique, Raphaël, Michel et Gabriel. Leurs fonctions sont multiples mais néanmoins cohérentes :
- ce sont les serviteurs de Dieu (Matth 18,10 ; Tb 12,15),
- ils sont les messagers de Dieu (Gn 18,2 ;19,1 ; Matt 1,20 ; Heb 13,2), d’où la traduction en grec « angelos », messager, qui est l’étymologie du mot français,
- ils sont des guides pour les hommes (Ex 14,19 ;23,23 ;32,34)
- ils protègent les hommes (Ps 91,11 ; Bar 6,6),
- ils combattent comme des guerriers (Matt 26,53),
- ils oeuvrent pour le salut des hommes en remplissant la fonction de « prêtres » (Eccl 5,5 ; Tb 12,12 ; Ac 10,4)
L’unité de toutes ces fonctions se trouve dans un verset de la Lettre aux Hébreux :

Que sont les anges ? Ce sont tous des esprits qui servent Dieu et sont envoyés par lui pour apporter de l’aide à ceux qui doivent recevoir le salut.

Heb 1,14

A ces interprétations bibliques, il convient d’ajouter quelques principes adoptés au Concile de Constantinople en 381 : les anges sont antérieurs à la Création du monde, ils ne connaissent pas le péché et n’ont pas forcément un corps subtil.

b) Pourtant beaucoup d’interprètes ont vu dans ces anges qui prennent parfois des formes surprenantes , tels les tétramorphes du livre d’Ezéchiel (Ez 1,10 : ces anges ont quatre visages, celui d’un humain, celui d’un aigle, celui d’un taureau et celui d’un lion) des résurgences des dieux du polythéisme. Ainsi le Concile de Laodicée, à la deuxième moitié du IVe siècle de notre ère, met en garde contre l’idolâtrie des anges chez les Chrétiens. Il faut dire que toute une littérature apocryphe (les courants néo-platoniciens, le Pseudo-Denys, les textes de la Cabale) a institué une hiérarchie de plus en plus précise formée de 72 anges qui portent chacun un nom.
Le texte biblique, lui, reste cohérent, même si Dieu ne se révèle plus directement à son peuple après l’exil de Babylone et que les anges jouent alors le rôle d’ « interface », remplaçant ainsi les théophanies (manifestation de Dieu, de « phainein », rendre visible) :

Mais Dieu reste unique, et le monothéisme trouve dans les anges une autre forme d’affirmation de sa réalité.

Les anges ne sont plus les dieux particuliers des peuples polythéistes mais bien « les serviteurs du roi véritable »

Des anges et des hommes, p.46

Il n’y a pas ici une simple « assimilation » du polythéisme mais une véritable « transformation » de l’image de l’ange, bien ancré dans le monothéisme.

Hors ligne

#5 20-07-2003 19:23

Ylla
Inscription : 2003
Messages : 173

Re : Monothéisme et théogonie (synthèse)

IV – Du monde de Tolkien

Il est temps maintenant après cette remise en contexte d’envisager la vision personnelle de Dieu et le rôle des Ainur dans le Silmarillion et notamment dans les récits de la Création d’Arda.

1) Eru

La question du nom de Dieu ne peut être évitée. On a vu combien elle pouvait être révélatrice dans la Bible. Le Dieu de Tolkien est appelé Eru, ce qui signifie « l’Unique », « Celui qui est le seul ». Peut-on aller jusqu’à souligner en outre la ressemblance entre « Eru » et « El », le singulier d’« Elohim » ? Ce singulier semblerait alors mettre plus en évidence encore l’unicité du principe créateur, et confirmer de fait le postulat monothéiste, mais il poserait également problème, en cela qu’il deviendrait impossible d’englober Eru et les Ainur dans un seul pluriel, comme le pluriel « Elohim » pourrait englober la cour des anges.
Cependant Eru est aussi nommé Ilúvatar par ses créatures, ce qui signifie « Père de tout ». Deux possibilités s’offrent alors. En premier lieu, l’état originel partagé entre Eru et le néant (« timeless void ») peut rappeler l’état originel de la mythologie grecque : d’une part l’abîme (ou chaos), d’autre part une force primordiale d’engendrement (Gaïa fécondée par Eros). Rappelons que Gaïa n’est pas une déesse au même titre que les dieux du panthéon, de même que rien ne permet de supposer qu’il est possible de placer Eru sur le même plan que les Ainur ; par ailleurs les dieux sont issus de sa descendance, ce qui peut rappeler les Ainur, « les rejetons (1) de [la] pensée [d’Ilúvatar] ». Eru serait alors, non véritablement un dieu, mais une force primordiale comparable à celles de la mythologie grecque. Il est « père de tout » au sens où il engendre tout un panthéon.
Néanmoins, ces ressemblances superficielles ne permettent pas de résumer Eru à un simple principe générateur. L’engendrement dans l’Ainulindalë et le Valaquenta est un thème récurrent ; mais on peut dès à présent souligner le fait qu’Eru a engendré les Ainur dans un but, et que ceux-ci ne peuvent que se soumettre à son autorité ou se révolter contre elle ; en aucun cas ils n’ont l’indépendance des dieux grecs. Le nom d’Ilúvatar le place donc dans la catégorie des Créateurs, plus proche du Dieu biblique que d’une force primordiale, et a plus forte raison du Zeus grec. Néanmoins, on retiendra l’idée que ce dieu unique n’apparaît pas de la même façon aux yeux de tous. Créateur, Eru est aussi omniscient, ce qui le classe définitivement du côté du monothéisme.
L’ambiguïté ne vient donc pas du personnage d’Eru mais de l’essence et du rôle des Ainur, ceux qu’il appelle « angelic created beings » et non « Gods ».

Hors ligne

#6 20-07-2003 19:24

Ylla
Inscription : 2003
Messages : 173

Re : Monothéisme et théogonie (synthèse)

2) La question des Ainur

Qui sont les Ainur ? La réponse nous est apportée dès les premières lignes du Silmarillion :

He first made the Ainur, the Holy Ones, that were the offsprings of his though, and they were with hil before aught else was made.

Il [Eru] créa d’abord les Ainur, les bénis, qu’il engendra de sa pensée, et ceux-là furent avec lui avant que nulle chose ne fût créée.

p.13

a) Des dieux ?

On pourrait interpréter dans ce sens l’expression « engendrer de sa pensée », d’autant que la formule employée ici par le traducteur Pierre Alien n’est sans rappeler le Credo chrétien qui parle du Christ en ces termes : « Engendré, non pas créé, de même nature que le Père ». Le narrateur semble nous suggérer (suggérer seulement !) que les Ainur sont d’essence divine…
Que dire alors de cet autre passage du Silmarillion où les Valar, des Ainur en contact avec les humains, sont décrits ainsi ?

The Great among these spirits the Elves name the Valar, the Powers of Arda, and Men have often called them gods. 

Les plus grands de ces esprits furent appelés par les Elfes les Valar, les Puissances d'Arda, et les Humains souvent les appelèrent des Dieux.

p. 26

L’histoire du texte lui-même introduit une nouvelle dimension à notre réflexion :

Dans les premiers textes du Silmarillion, commencés en 1916 et publiés dans Le Livre des Contes Perdus, les Valar sont appelés « Gods » (remarquez le G majuscule) puis, dans les années 30, les Valar deviennent les « gods » (g minuscule) et l’on voit l’arrivée d’Ilúvatar. Le développement d’un Silmarillion se poursuivra au fil des années pour aboutir en 1977 (sa date de publication) à un ensemble nettement plus chrétien.

Cédric Fockeu, « Le Silmarillion, mythologie ou chrétienté ? »

Il faut dire que les attributs des Valar et leurs pouvoirs les rapprochent en grande partie des dieux du polythéismes comme ceux du Panthéon grec :
- ils se partagent les éléments de la nature : Ulmo est maître des eaux, Manwë des airs, Aulë des terres…,
- ils incarnent aussi des notions plus abstraites : Namo est le gardien des morts, Vaïrë la tisseuse du temps, Nienna s’occupe de la souffrance…
- ils ont la possibilité de s’incarner ou de rester invisibles aux yeux des humains (cf. p.22),
- ils sont capables d’union avec les elfes, tels Melian et Thingol, qui ne sont pas sans rappeler les unions entre les dieux et les mortelles dans la mythologie grecque,
- ils mènent des guerres dignes des théomachies entre eux,
- ils éprouvent de sentiments et ont des liens de parenté (frère/sœur, époux/épouse),
- la demeure de Manwë et de Varda sur « la plus haute montagne de la Terre » (p. 27) n’est pas sans rappeler l’Olympe des dieux grecs,
- leurs agissements et mouvements d’humeur expliquent des phénomènes naturels, comme la colère d’Ossë qui agite la mer (cf. p.33) : en cela, ils s’identifient aux dieux primitifs et aux contes étiologiques qui justifiaient aux yeux des hommes ce qu’ils ne pouvaient expliquer,
- ce sont des êtres doués d’un pouvoir créateur et tout comme le Dieu de la Bible, ils se reposent et contemplent leurs créations (cf. p.40),
- l’un d’eux, Aulë, va tenter de rivaliser sur le terrain de la Création avec Eru lui-même, puisqu’il va donner naissance aux Nains contre les plans d’Eru. Il faut noter cependant qu’Aulë n’est pas capable d’animer sa créature, comme le lui fait remarquer Eru lui-même lorsqu’il découvre sa désobéissance :

Why hast thou done this ? Why dost you attempt a thing which thou knowest is beyond thy power and thy authority ? For thou hast from me as a gift thy own being only, and no more ; and therefore the creatures of thy hand and mine can live only by that being, moving when thou thinkest to move them, and if thy thought be elsewhere, standing idle. Is that thy desire ?

Pourquoi as-tu fait cela ? Pourquoi avoir tenter de faire ce qui dépasse tes pouvoirs et ton autorité ? Car je t’ai seulement fait don de ta propre existence, et rien de plus ; et par conséquent les créatures nées de ta main et de ton esprit ne peuvent vivre que grâce à cette existence, bouger quand tu décides de les faire bouger, et si ton esprit est ailleurs, rester sans rien faire. Est-ce là ton désir ?

Silm, chapitre 2

Un élément important est donné ici : même si Eru admet finalement les Nains au sein de la création, lui seul possède les âmes et le pouvoir de les distribuer. Bien qu’il reconnaisse les Nains comme les « enfants » d’Aulë, de même que les Elfes et les Hommes sont ses propres « enfants », les premiers n’auraient pas eu sans son intervention une existence à part entière.
- enfin l’enseignement dispensé par les Valar aux premiers Elfes n’est pas sans rappeler celui du Titan Prométhée. (cf. p.45)

b) Des anges ?

Cependant tous ces points de contact ne doivent nous faire perdre de vue le véritable sens de ces figures : comme pour le récit biblique, les détails ne doivent pas nous cacher la cohérence interne du texte.
Il y a en effet certaines images qui rapprochent les Valar des anges bibliques :
- ils sont deux fois 7 avant la chute de Melkor, comme les 7 anges de la vision d’Ezéchiel,
- ils ont aussi pour rôle de protéger la Terre du Milieu et ses habitants, comme le fait Ulmo (cf. p.47)
- ils chantent devant Eru (p. 13), tel un véritable concert d’anges puis se prosternent devant Lui en signe d’adoration,
- ils livrent combat contre les forces du mal,
- par ailleurs, leur identité est définie par une fonction, elle-même résumée par leur nom, comme c’est le cas pour les anges : enfants d’Eru, unique et illimité, ils sont eux-mêmes limités à la « partie de l’esprit d’Ilúvatar d’où il[s] [viennent] » (Ain. p.1) et au rôle que leur créateur leur a imparti.
Le sens de leurs créations nous est en fait donné dès le début : leur unique but est d’« embellir et glorifier » (cf. p.14) le thème d’Eru, pas de faire leur propre gloire. Ils ne possèdent ni l’omniscience d’Eru (ils n’ont pas su prévoir par exemple l’arrivée des Enfants d’Ilúvatar, p.59), ni la capacité de s’opposer à ses desseins :

And thou, Melkor, shalt see that no theme may be played that hath not its uttermost source in me, nor can any alter the music in my despite.

Et toi, Melkor, tu verras qu’on ne peut jouer un thème qui ne prend pas sa source ultime en moi, et que nul ne peut changer la musique malgré moi.

p.16

Les Ainur servent sa volonté sans même s’en rendre compte, ils sont au sens propre comme au sens figuré ses « instruments ». Même les bonnes intentions des Valar sont inefficaces pour changer le destin des elfes, ils doivent se contenter d’être « leurs aînés » et « leurs chefs » (cf. p.48). (2)

Reste à nous demander pourquoi Tolkien a inséré des motifs polythéistes dans un univers fondamentalement monothéiste ?
Il est à noter que ces résurgences polythéistes apparaissent surtout dans le chapitre « Valaquenta », les bases du monothéisme de Tolkien étant posées d’emblée dans le premier chapitre « Ainulindalë ». Or comme dans le texte biblique, ces deux récits de la Création se répètent, ce qui a fait conclure à Ron Pirson (dans un article tiré de Proceedings of Unquendor’s Third Lustrum Conference) que nous avions affaire à deux versions du même récit : une version métaphysique (équivalente à la tradition sacerdotale) et une version géocentrée (équivalente à la tradition yahviste).
Dans cette hypothèse, Tolkien poserait les bases de son édifice monothéiste dans sa version métaphysique (« Ainulindalë ») puis envisagerait le point de vue humain de cette création (« Valaquenta » et chapitre I) en introduisant comme le yahviste des motifs anthropomorphiques mais aussi des contradictions explicables par la vision limitée qu’ont les Humains de ces problèmes métaphysiques :

Men have feared the Valar, rather than loved them, and have not understood the purposes of the Powers, being at variance with them, and at strife with the world.

Les Humains ont craint les Valar plus qu'ils ne les ont aimés. Ils n'ont jamais compris les intentions des Puissants, étant eux-mêmes trop différents et en conflit avec le monde.

p.131

Il ne faut pas oublier en effet que le pouvoir créateur leur a été délégué, et que, comme on l’a vu dans l’exemple d’Aulë (et comme on peut le constater avec celui de Melkor, qui peut pervertir [pervert, corrupt, breed sont les termes fréquemment employés dans le texte original] mais pas créer ; bien que Melkor ne soit pas compté parmi les Valar, il est de la même essence qu’eux), leur puissance créatrice se limite à ce qu’a ordonné Ilúvatar ; ils ne commencent à donner forme à Arda qu’avec le commandement de ce dernier : « Eä ! Que cela soit ainsi ! » [« Let these things be ! »].
De plus, s’ils éprouvent des passions et des sentiments, seul Melkor les a écoutés suffisamment pour céder à son orgueil, au ressentiment et au désir de pouvoir. Aulë, dans son impatience, demeure « fidèle à Eru » ; on remarque en outre que la plupart du temps ce sont des sentiments d’amour qui sont prêtés aux Valar, comme l’amour pour les Elfes et les Hommes qui les pousse à s’établir en Arda, ou l’amour d’Ulmo ou Yavanna pour la Terre du Milieu qui les retient de l’abandonner complètement, après la destruction des lampes par Melkor. Cet amour ne doit sans doute pas tant être considéré comme une passion, que comme l’amour divin dont il est fait mention dans la Bible. Cette « récupération » de l’amour divin par les Valar pose d’ailleurs problème, car si elle les éloigne des dieux du polythéisme, elle semble leur conférer une volonté et des motivations propres, quand les anges bibliques n’agissent que sur ordre immédiat de Dieu.
On peut enfin souligner que les différences de sexe et les liens de parenté ont avant tout une valeur métaphorique, et paraissent subordonnées à la fonction. Deux sortes de liens sont exprimés : le couple et la fratrie :
- Sont désignés comme mari et femme : Manwë et Varda, Aulë et Yavanna, Námo (Mandos) et Vairë, Irmo (Lórien) et Estë, Tulkas et Nessa, Oromë et Vána.
- Sont seuls : Ulmo et Nienna.
- Sont désignés comme frères, ou frère et sœur : les Fëanturi Námo et Irmo, Nessa et Oromë, Yavanna et Vána, auxquels on peut ajouter Manwë et Melkor.
Examinons à présent en quoi ces liens sont justifiés.
Manwë a pour fonction de régner sur Arda et sur ses habitants, par goût il est tourné vers les airs qui entourent Arda, ce qui ajoute à sa position dominante. Il est le premier lieutenant d’Eru, garant tant que possible de la paix et de l’harmonie de la création, ce que suggère d’ailleurs son surnom : « Seigneur du Souffle d’Arda », qui peut aussi bien désigner les vents qu’être une allusion au souffle vital. Son épouse Varda tire son pouvoir de la lumière, elle également connaît « toutes les régions d’Eä », et elle est bienfaisante et providentielle :

Out of the deeps of Arda she came to the aid of Manwë ; for Melkor she knew from before the making of the Music and rejected him, and he hated her, and feared her more than all others whom Eru had made.

Varda hears more clearly than all other ears the sound of voices that cry from wast to west, from the hills and the valleys, and from the dark places that Melkor has made upon Earth.

Des profondeurs d’Eä elle vint à l’aide de Manwë ; car elle connaissait Melkor avant que la Musique n’ait été chantée, et elle l’avait rejeté, et il la haïssait, et la craignait plus que tout autre qu’avait fait Eru.

Varda entend plus clairement que toute autre oreille le bruit des voix qui pleurent de l’Est à l’Ouest, depuis les collines et les vallées, et les endroits sombres que Melkor a bâtis sur Terre.

Manwë et Varda apparaissent ici comme deux principes complémentaires, et si leur union n’est pas fertile en enfants, elle l’est en cela qu’elle allie l’autorité à la miséricorde, le pouvoir à la bonté, et qu’elle permet à ceux qui gouvernent de connaître Arda parfaitement, pour sa protection :

If Varda is beside [Manwë], he sees further than all other eyes, through mist, and through darkness, and over the leagues of the sea. And if Manwë is with her, Varda hears more clearly than all other ears the sound of voices that cry from wast to west, from the hills and the valleys, and from the dark places that Melkor has made upon Earth.

Lorsque Varda est aux côtés de [Manwë], il voit plus loin que tout autre œil, à travers la brume, et à travers l’ombre, et par-delà les lieues sur la mer. Et si Manwë est avec elle, Varda entend plus clairement que toute autre oreille le bruit des voix qui pleurent de l’Est à l’Ouest, des collines et des vallées, et des endroits sombres que Melkor a bâtis sur Terre.

On remarque également que c’est dans les cieux de Manwë que Varda a semé les étoiles pour venir en aide aux peuples de la Terre du Milieu.
Aulë règne quant à lui sur « toutes les substances dont est faite Arda », et Yavanna son épouse sur « tout ce qui pousse sur la terre ». Leur complémentarité est celle de la substance terrestre : l’un lui donne forme, l’autre la fait fructifier. Leur union matérialise également une harmonie impossible, comme il est exprimé à la fin du chapitre 2, « D’Aulë et de Yavanna », lorsque Yavanna exprime son contentement d’avoir obtenu d’Eru des défenseurs pour les créatures vivantes dont elle s’occupe :

‘Eru is bountiful,’ she said. ‘Now let thy children beware ! For there shall walk a power in the forests whose wrath they will arouse at their peril.’
‘Nonetheless they will have need of wood,’ said Aulë, and he went on with his smith-work.

Eru est bon, dit-elle. A présent que tes enfants prennent garde ! Car il y aura dans les bois un pouvoir dont ils soulèveront la colère à leurs risques et périls.
— Et pourtant ils auront besoin de bois, dit Aulë, et il se remit à son travail.

Il semble qu’ainsi Aulë et Yavanna matérialisent un conflit inhérent à Arda, entre la terre et des créatures non attachées à elle.
En dehors de la garde de la Maison des Morts, Mandos a la connaissance, non de l’espace cette fois, mais du temps, que Vairë, son épouse, matérialise par ses tissages ; ainsi l’un met en marche les âges que l’autre connaît et juge.
Le frère de Mandos, Lórien, est également chargé de l’esprit, par le biais du rêve, soulagement de l’esprit ; et de même que Vairë, son épouse Estë est son pendant concernant le domaine matériel, puisqu’elle est « guérisseuse des blessures et de la fatigue », et « ne se déplace pas durant le jour, mais dort sur une île sur le lac de Lórellin à l’ombre des arbres ». Lórien et Estë règnent ainsi sur le sommeil, qui allège le corps aussi bien que l’esprit.
Tulkas et Nessa représentent pour leur part la puissance et l’activité physique, sous deux aspects opposés : le combat et la danse. On remarque que bien que Tulkas ait gagné Arda pour combattre Melkor, il n’est pas associé à la vengeance ni à la colère, puisqu’il « rit toujours, dans l’exercice ou à la guerre ». Son mariage avec Nessa après la victoire sur Melkor est la matérialisation de la paix, où le combat laisse place à la danse.
Le rôle de défenseur est échu à Oromë, le « chasseur de monstres et de bêtes féroces ». Oromë est le purificateur de la terre, qu’il aime et débarrasse des créatures de Melkor ; Vána son épouse, souveraine du printemps,  rajeunit et fait revivre les forêts après son passage :

All the flowers spring as she passes and open if she glances upon them ; and all the birds sing at her coming.

Les fleurs naissent sur son passage et s’ouvrent si elle pose son regard sur elles ; et les oiseaux chantent devant ses pas.

On le voit donc, le couple est en réalité la métaphore de deux principes complémentaires, où l’élément masculin est associé à la force, l’autorité, le spirituel, et l’élément féminin, à la fertilité, la guérison, le corporel. A ce propos, on peut s’arrêter un instant sur Ulmo et Nienna, les seuls solitaires. On remarquera alors qu’ils n’ont pas besoin de complément, parce que leur complément semble être Arda elle-même : l’un la soutient et lui permet de survivre par le biais des cours d’eaux qui sont les « veines du monde » ; l’autre pleure ses blessures. L’aspect complémentaire de Nienna et Arda est mis en valeur par le fait que Nienna vit pratiquement hors d’Arda : ses fenêtres donnent sur « l’extérieur des murs du monde ».

Les mêmes remarques peuvent s’appliquer à la fratrie : les frères ou sœurs représentent, cette fois pas tant des éléments complémentaires, que des principes allant de pair l’un avec l’autre : ainsi les Fëanturi, maîtres des esprits, sont-ils chargés, l’un d’accueillir et de juger les âmes hors du temps, l’autre de leur apporter le repos dans le temps présent. Vána rend la jeunesse et la vigueur aux plantes que Yavanna fait pousser, et il semble qu’Oromë et Nessa représentent, l’un la purification et la défense, l’autre la joie permise par la paix (le cas d’Oromë et Nessa étant par ailleurs compliqué par la différence de sexe). On peut constater que l’ordre d’importance est traduit par le rang d’aîné ou de cadet. Il convient ici également de souligner que Manwë et Melkor, « frères dans l’esprit d’Ilúvatar », ne représentent sans doute pas deux principes complémentaires, ni antagonistes, contrairement à ce qu’on pourrait croire dans la mesure où c’est ainsi qu’on envisage le plus souvent le bien et le mal. Ceux-ci sont « frères », dans la mesure où, dans la création telle que l’a ordonnée Ilúvatar, le bien et le mal ne peuvent exister l’un sans l’autre, chacun devant à sa manière embellir la création, l’un par l’obéissance, l’autre par l’imprévu ; en outre on pourrait avancer que l’existence du bien et du mal est la condition nécessaire au libre arbitre dont Ilúvatar a fait don à l’homme.
Il ressort ainsi que les liens de parenté doivent être perçus davantage comme des liens entre les fonctions des Valar, que comme une personnification.

Doit-on conclure alors à une vision déformée de ce qui serait autrement la cour céleste d’Ilúvatar ? Certains détails pourtant éloignent les Valar des anges :
- alors que les anges ont pour rôle de servir d’intermédiaires entre Dieu et les hommes, les Valar ont également contribué à la réalisation de la Création, d’abord en chantant, puis en descendant en Arda pour lui donner forme,
- à l’exception d’Ulmo, ils se déplacent rarement eux-même vers les peuples d’Arda, et seul Oromë a véritablement joué un rôle de « messager »,
- les anges bibliques se manifestent aux hommes sans toujours se distinguer de Celui qui les envoie, voir :

Gn 16,10 : « L'Ange de Yahvé lui dit: "Je multiplierai beaucoup ta descendance, tellement qu'on ne pourra pas la compter." »

Gn 21,17 : « l'Ange de Dieu appela du ciel Agar et lui dit: "Qu'as-tu, Agar? Ne crains pas, car Dieu a entendu les cris du petit, là où il était. Debout! soulève le petit et tiens-le ferme, car j'en ferai une grande nation." »

Gn 22,11 : 'L'Ange dit: "N'étends pas la main contre l'enfant! Ne lui fais aucun mal! Je sais maintenant que tu crains Dieu: tu ne<> m'as pas refusé ton fils, ton unique."

Gn 22,15 : « L'Ange de Yahvé appela une seconde fois Abraham du ciel et dit: "Je jure par moi-même, parole de Yahvé: parce que tu as fait cela, que tu ne m'as pas refusé ton fils, ton unique, je te comblerai de bénédictions, je rendrai ta postérité aussi nombreuse que les étoiles du ciel et que le sable qui est sur le bord de la mer, et ta postérité conquerra la porte de ses ennemis.
Par ta postérité se béniront toutes les nations de la terre, parce que tu m'as obéi." »

Gn 31,11 : « L'Ange de Dieu me dit en songe : Jacob, et je répondis« : Oui. Il dit« : Lève les yeux et vois« : tous les boucs qui saillissent les bêtes sont rayés, tachetés ou tavelés, car j'ai vu tout ce que Laban te fait. Je suis le Dieu qui t'est apparu à Béthel, »

Juge 2,1 : « L'Ange de Yahvé monta de Gilgal à Béthel et il dit: "Je vous ai fait monter d'Egypte et je vous ai amenés dans ce pays que j'avais promis par serment à vos pères. J'avais dit : Je ne romprai jamais mon alliance avec vous. »

Juge 6,11 : « et l'Ange de Yahvé lui apparut: "Yahvé avec toi, lui dit-il, vaillant guerrier!" (...) Alors Yahvé se tourna vers lui et lui dit (...) l'Ange de Yahvé lui dit (...) Alors l'Ange de Yahvé étendit l'extrémité du bâton qu'il tenait à la main et il toucha la viande et les pains sans levain. Le feu jaillit du roc, il dévora la viande et les pains sans levain, et l'Ange de Yahvé disparut à ses yeux. »

Dans le chapitre 2 du Silmarillon « D’Aulë et Yavanna » seulement, Manwë transmet la parole d’Ilúvatar ; on remarque cependant qu’il la transmet, non à un Homme ou un Elfe,  à une autre Vala suite à la requête de celle-ci, et qu’Ilúvatar ne parle pas directement par sa bouche. Par ailleurs, lorsque Ilúvatar se manifeste aux hommes (voir l’histoire d’Adanel dans l’Athrabeth Finrod ah Andreth, page 345 de l’édition anglaise), ce n’est pas par l’intermédiaire d’un Vala,
- les anges ne donnent leur nom que si leur mission le leur permet : Juge 13,18 : « Pourquoi t'informer de mon nom? Il est merveilleux » répond l'ange venu annoncer la naissance de Samson (et ses conditions).
Les Valar ne sont guère avares en nom.
- le problème est encore compliqué par la différence entre Valar et Maiar, ces derniers jouant le rôle de vassaux et de serviteurs. Devrait-on alors comparer les Valar aux archanges, sachant que Valar et Maiar sont dans le Silmarillon du « même ordre », et en outre que les archanges sont au nombre de sept dans la tradition gnostique, comme il y a deux fois sept Valar ? Cela reste délicat dans la mesure où les archanges sont supposés constituer un chœur sur neuf, d’après les commentateurs bibliques à partir du VIe siècle : nulle part dans l’Ainulindalë ou le Valaquenta on ne trouve de quoi établir un parallèle avec les huit autres chœurs,
- enfin, pourquoi « créatures angéliques assignées à gouverner le monde » plutôt que « anges » ? Dans une autre lettre (L151), Tolkien évoque les Valar et Maiar en ces termes : « Ce ne sont que des esprits créés — disons des esprits angéliques d’un ordre supérieur, tandis que leurs serviteurs sont des anges moindres ». On note, une fois de plus, que si la parenté avec les anges est soulignée (et reliée ici au fait que les Valar ont été créés par Eru), le terme « anges » n’est pas employé, et l’expression comporte une restriction (« disons » [« we should say »]). Aucune hésitation cependant quant au cas des Maiar, ces « anges moindres », selon l’auteur. Est-ce englober Valar et Maiar dans la catégorie des anges, le cas des derniers ne faisant aucun doute après la clarification du premier, ou souligner une différence entre les deux ? Il paraît pertinent d’examiner d’abord les différences entre Valar et Maiar.

Hors ligne

#7 20-07-2003 19:25

Ylla
Inscription : 2003
Messages : 173

Re : Monothéisme et théogonie (synthèse)

3) Le cas des Maiar

Les Maiar, ces « esprits […] du même ordre que les Valar, mais d’un moindre degré », n’ont cependant pas le même rôle, dès leur arrivée en Arda. Notons que dans les premières versions, certains d’entre eux (notamment Eönwë et Ilmarë) sont désignés comme les enfants des Valar.

On peut constater en effet que sous certains rapports il est plus aisé de rapprocher les Maiar des anges que les Valar :
- ils sont « serviteurs et aides », et agissent généralement à la demande des Valar,
- leur nombre exact est inconnu, et seuls sont nommés les principaux, comme c’est au départ le cas pour les anges de la Bible,
- Eönwë est le « porte-bannière et héraut » de Manwë, et il combat en outre pour lui,
- ils servent d’intermédiaires entre les Valar et les peuples de la Terre du Milieu, comme Eönwë : « Hail, Eärendil ! […] That voice was the voice of Eönwë, herald of Manwë, and he came from Valimar, and summonned Eärendil to come before the Powers of Arda. = Salut à toi, Eärendil ! […] Cette voix était celle d’Eönwë, héraut de Manwë, et il venait de Valimar, et il sommait Eärendil de se présenter devant les Puissances d’Arda. »
- Eönwë également a enseigné aux Edain, remplissant en cela la fonction de guide des anges : « Eönwë vint parmi eux et fut leur professeur ; et ils reçurent sagesse et pouvoir, et une vie plus résistante qu’aucun autre de race mortelle n’a jamais possédée. » (Akallabêth)
- enfin, ce sont des Maiar, les Istari, qui furent envoyés au Troisième Âge en Terre du Milieu pour « s’opposer au pouvoir de Sauron », non pas en combattant eux-mêmes cette fois, mais en « incit[ant] les Elfes et les Hommes et toutes créatures vivantes de bonne volonté à faire montre de courage. » (« Des Anneaux de Pouvoir et du Troisième Âge »). On retrouve ici encore la mission de guides.

On peut faire une remarque à propos de l’union de Melian la Maia et du roi des Sindar Elu Thingol. La mythologie antique n’est pas la seule en effet à comporter des récits d’union entre mortels et êtres d’origine divine, comme en témoigne ce passage de la Bible :

Quand les hommes commencèrent a se multiplier a la surface du sol et que des filles leur naquirent, il advint que les fils d'Elohim s'aperçurent que les filles des hommes étaient belles. Ils prirent donc pour eux des femmes parmi celles qu’ils avaient élues. [...] En ces jours la il y avait sur géants sur la terre et même après cela: quand les fils d'Elohim venaient vers les filles des hommes et qu'elles enfantaient d'eux, c'étaient des héros qui furent jadis des héros de renom.

Genèse VI 1-4 (traduction de la pléiade)

Dans la Bible de Jérusalem, cet épisode comporte en note :

Episode difficile (de tradition « yahviste »). L’auteur sacré se réfère à une légende populaire sur les Géants, en hébr. Nephilim, qui seraient des Titans orientaux, nés de l’union entre des mortelles et des êtres célestes. Sans se prononcer sur la valeur de cette croyance et en voilant son aspect mythologique, il rappelle seulement ce souvenir d’une race insolente de surhommes, comme un exemple de la perversité croissante qui va motiver le déluge. Le Judaïsme postérieur et presque tous les premiers écrivains ecclésiastiques ont vu des anges coupables dans ces « fils de Dieu ». mais à partir du IXe siècle, en fonction d’une notion plus spirituelle des anges, les Pères ont communément interprété les « fils de dieu » comme la lignée de Seth et les « filles des hommes » comme la descendance de Caïn.

Cependant, dans l’édition de la Pléiade, la note donne :

Les fils d’Elohim sont des êtres mystérieux qui participent de la nature divine et seront identifiés aux Anges. Ils forment la cour céleste dans Job, I, 6  ; 2, 1 ; XXXVIII, 7. […] Les géants, de l’hébreux « nephîlîm » « qui tombent » du ciel, après l’union des fils de Dieu et des filles des hommes, se retrouveront parmi les occupants fabuleux de la Terre Promise (Nombres, XIII, 33). Ils font partie des « gibborîm », c’est-à-dire des « héros », qui dépassent l’humanité ordinaire, tel Nemrod dans X, 8. L’épisode des fils de Dieu et des filles des hommes est un premier préambule à la catastrophe du Déluge.

La descendance de Melian s’est éteinte trop rapidement pour être à l’origine de tout une race. On peut remarquer cependant que Lúthien fut bel et bien une héroïne, et que sa puissance dépassa celle des autres Elfes, pour le bien ou le mal : n’oublions pas que son geste, lorsque avec Beren elle s’empara du Silmaril, aboutit à d’autres combats contre les fils de Fëanor, et que c’est finalement la convoitise de Thingol pour le joyau qui fut à l’origine de sa mort et de la rupture de l’Anneau de Melian, finalement de la chute définitive de Doriath, lors du retour des fils de Fëanor. Le destin de la descendance de Melian comporte donc la même ambivalence que la nature des géants bibliques. Notons toutefois qu’à ce niveau il est hasardeux d’établir des analogies, dans la mesure où Tolkien n’a pas voulu donner une traduction du récit biblique, mais plutôt tenter de concilier le dire du Livre avec la description de son monde, dans un souci de cohérence avec ses propres convivtions ; le Silmarillon n’est pas un ouvrage évangélique, et bien évidemment pas une allégorie. Sans doute ne doit-on pas chercher alors à y retrouver l’épisode des fils d’Elohim, ni du Déluge ou du départ vers Canaan (bien qu’il soit tentant d’effectuer un rapprochement avec la punition divine de la chute de Númenor/Atlantide, ou le départ des Elfes pour Valinor, avec les trois chefs de tribus partis d’abord en « éclaireurs ») ou tout autre épisode de la Genèse. Néanmoins, la nature et le destin de Lúthien semblent en accord avec le récit biblique.

Ainsi il le rôle qu’on attribue d’ordinaire aux anges semble apparaître mieux dans le cas des Maiar que des Valar. Tolkien ayant cependant précisé qu’il n’y avait pas une différence de nature entre les deux, on ne peut supposer que les Valar seraient des dieux, et les Maiar des anges. Les deux sont d’essence « angélique », mais il semble que les Valar soient des êtres d’un ordre et d’une fonction qui n’est pas définie dans la Bible : non un grade intermédiaires entre anges et dieux, mais une qualité d’anges envisageables dans le cadre de la tradition chrétienne, et cependant non mentionnée explicitement ; en cela se dégagerait l’originalité du récit Tolkienien.

On examinera, pour mieux dégager ce rôle, des théories philosophiques auxquelles peut se rattacher le récit de la création d’Arda.

Hors ligne

#8 20-07-2003 19:25

Ylla
Inscription : 2003
Messages : 173

Re : Monothéisme et théogonie (synthèse)

4) Le Silmarillon au regard des théories platonicienne et néo-platonicienne

Commençons par rappeler les théories platoniciennes. Selon Platon, la divinité suprême est le Bien absolu, autour duquel s’organise le monde des Idées, le stade de réalité supérieure. Le second stade de la réalité est le monde des Formes ; celui-ci est l’œuvre d’une divinité inférieure, le « Démiurge », qui prend modèle sur le monde des Idées pour créer le monde sensible. Maxime de Tyr, philosophe platonicien repris par St Justin au IIe siècle, a développé par l’idée d’un dieu primaire inaccessible, mais qui se transmettait par l’intermédiaire de dieux secondaires ; le parallèle avec Eru et les Ainur (Valar en particulier) est tentant : Eru représenterait le Bien suprême, la musique le monde des Idées, une « création en puissance » (3) dont les démiurges (Valar) feraient le monde sensible ; au contraire d’Eru, ils seraient eux, accessibles aux créatures terrestres.

Dans « Splintered Light », de V. Flieger, on peut lire :

Il est à noter qu’Elohim […] est techniquement un pluriel […] En tant que pluriel, le terme peut suggérer non pas plusieurs dieux mais Dieu sous tous ses aspects, Dieu en tant que multiplicité, un concept qui n’est pas sans rappeler la multiplicité de la pensée d’Eru que sont les Valar.

[Ce pluriel indique la manière plurielle dont Dieu se manifeste dans les forces de la nature (par l’intermédiaire des Valar, cette fois des entités distinctes, d’où l’insistance sur l’unicité d’Eru).]

L’adjectif utilisé par Tolkien pour décrire l’œuvre des Valar fabriquant le monde est démiurgique […] La subcréation, dans ce cas, est démiurgique. Ici encore l’étymologie peut mettre en lumière ce que Tolkien voulait dire. Le mot « démiurge » remonte à deux racines indo-européennes distinctes : da-, « diviser », […] et da-mo, peut-être « division de la société, comme dans le grec « demos », combiné avec werg, « faire », comme dans le grec « ergon », « travail, action ». Leur union dans le mot « démiurge » peut être porteuse d’un sens tel qu’« artisan », ou « travailleur connaissant un art [au sens premier du terme] », comme division de la société. Les Valar, produits de la pensée d’Eru, sont cette division de la divinité principale qui prend part active dans l’art de la subcréation, l’activité physique consistant à donner forme au monde. En tant que divisions d’Eru, ils procèdent à des divisions et un développement supplémentaires par lesquels le thème (également le produit de sa pensée) lui est retiré et mis en forme par les Valar dans la Musique et au-delà dans la substance du monde. Ils établissent ainsi une division entre le monde et Eru, et l’assistent dans un processus de séparation à travers lequel Eru et le monde peuvent se contempler mutuellement. (4)

On observerait alors deux niveaux de séparation : un passage de la pensée à la musique, effectué par les Ainur, au cours duquel ces derniers conceptualisent le monde à partir des thèmes donnés par Eru (5), puis la « mise en forme » effective, en Eä, par les Valar.

On pourrait évoquer une autre tradition intéressante à ce propos, la tradition gnostique (pour faire bref une littérature philosophique et religieuse des premiers siècles de l’ère chrétienne, fondée sur le rejet partiel ou total de l’interprétation reçue de la Bible dans l’Eglise).
La Création ici est liée au thème de la dégradation du divin (que l’on retrouve aussi dans les doctrines platoniciennes de l’époque et chez Plotin de même). Rappelons brièvement deux versions reçues de la naissance du monde :
- la théorie de la Création (par exemple dans la tradition judéo-chrétienne, la création désigne la production du monde en sa totalité, dans sa matière comme en la multiplicité de ses formes, en vertu d’un acte divin de parole et de puissance ; par contre dans l’Ainulindalë la parole incombe à Eru et la puissance aux Valar). Dans cette optique le Dieu Créateur est avant tout un esprit.
- la théorie de l’émanation : pour Plotin, philosophe néoplatonicien, les êtres particuliers et concrets ne sont pas l’objet d’une création de Dieu, mais sont plutôt une dégradation de l’Unité divine. Le multiple procède de l’Un non par création mais par éparpillement dans le temps et dans l’espace.
D’où l’analyse de la Feuille de la Compagnie :

« Il y eut Eru, l’Unique, qu’en Arda on appelle Ilúvatar ; et il créa d’abord les Ainur, les Bénis (6), qui furent les rejetons (7) de sa pensée. »

Les Ainur sont la pluralité d’Eru et de son indivisibilité.

La Feuille de la Compagnie, Between Faith and Fiction, p.109

Le devenir, le cours changeant des choses est un dégradé de l’Eternel :

Le Silmarillion n’est rien d’autre que l’incarnation de cette conception. A mesure que l’on avance dans le temps en s’éloignant de l’unité originelle, Tolkien développe les fragmentations progressives de la lumière.

La Feuille de la Compagnie, Splintered Light, p.126

Dans cette perspective néo-platonicienne, on a 2 niveaux d’émanations : le monde intelligible des « esprits » procède de l’Un, et le monde sensible procède du monde intelligible, et ces 2 émanations, si différentes soient-elles, ne sont jamais des créations. Toutes choses naissent d’elles-mêmes sous la lumière du Bien, leur imperfection est liée seulement à leur éloignement progressif de la simplicité originelle ; le monde sensible est, dans sa beauté comme dans son imperfection, la suite normale du monde spirituel.

Tolkien fut profondément influencé par la thèse du livre d’Orwen Barfield, intitulé « Poetic Diction » …. Barfield suppose une unité sémantique ancienne ….La séparation progressive de l’homme avec le monde s’est accompagnée d’un éclatement des concepts et du vocabulaire. C’est cette théorie qui a modifié la façon que Tolkien avait de concevoir le monde et son travail. Le concept de subcréation [le sien ou celui des Valar], développé dans l’essai « Sur le conte de fées », se donne comme un dérivé du Logos johannique, une imitation de Dieu (c’est dans le désir de créer que l’homme est à l’image de son Créateur)… (8)

idem, p.125

Peut-être doit-on voir l’apparition du mal comme une conséquence de cet éparpillement ; on peut cependant en voir une meilleure illustration dans la disharmonie entre Aulë et Yavanna, au chapitre 2 du Silmarillon (passage cité en IV, 2, b). Le seul fait de l’apparition de créatures animées sur la terre est à l’origine d’un conflit avec celle-ci. A ce propos, on peut s’interroger sur le cas de la race humaine, qui au contraire des Elfes n’est pas liée à Arda : constitue-t-elle un niveau supplémentaire de dislocation de l’unité divine ?

Une autre idée de Plotin retiendra notre attention : le monde divin comprend l’Un (le Monde des Idées) et l’Âme ; celle-ci est donc de nature divine et à partir d’elle naissent des âmes individuelles, qui se laissent entraîner par la passion, sortent du monde spirituel, inclinent vers la matière, font ainsi naître les corps… Si les âmes des hommes dans Tolkien ont été distribuées par la volonté d’Ilúvatar et n’ont pas connu une telle « chute », remarquons toutefois que leurs passions et leur égarement influent sur le corps, comme on le constate dans le récit d’Adanel, cité dans l’Athrabeth ; les hommes se sont laissés entraîner par les promesses de Melkor et ont renié leur créateur, qui se rappelle à eux en ces termes :

Ye have abjured Me, but ye remain Mine. I gave you life. Now it shall be shortened, and each of you in a little while shall come to Me, to learn who is your Lord : the one you worship, or I who made him.

Vous m’avez renié, mais vous demeurez miens. Je vous ai donné la vie. A présent elle sera abrégée, et chacun d’entre vous après peu de temps reviendra à Moi, pour que vous appreniez qui est votre Seigneur : celui que vous adorez, ou Moi qui l’ai créé.

HoME X, page 347

Dans la Genèse, édition de la Pléiade, la note au chapitre VI, versets 1 à 4, donne de même :

L’esprit de Iahvé est le principe de vie (II, 7; VII, 22). La chair l’emporte sur l’esprit et, par conséquent, l’homme ne fera que passer sur terre. La longévité sur laquelle insistait le chapitre V [généalogie d’Adam à Noé ; tous vécurent plusieurs siècles] sera réduite à cent vingt ans, au maximum.

L’idée de dispersion apparaît ici à travers la dualité entre la matière et les âmes des hommes, propriété d’Ilúvatar, associées au monde bien qu’elles en demeurent étrangères, et renforce l’idée selon laquelle la cohabitation « forcée » des hommes et d’Arda serait un autre stade d’éparpillement du divin, à travers l’éparpillement de l’Âme.

Ainsi les Ainur, bien que créations et serviteurs d’Eru, ne seraient pas exactement des anges au sens où les a définis la Bible ; à partir de l’instant où ils développent le thème d’Eru, leur rôle consiste à opérer une première séparation d’entre le créateur et sa créature, séparation qui permettra aux Valar, une fois descendus en Arda, de passer du transcendant à l’immanent, du monde des esprits et du « vide atemporel » au temps physique du monde sensible. En cela les Valar, s’ils demeurent des « créatures angéliques », ont un rôle inédit, celui d’anges démiurges, représentants de la transcendance d’Eru dans le monde de l’immanent ; et c’est au service de ces représentants, et indirectement d’Eru lui-même, que se trouvent les Maiar qui assument les fonctions plus ordinaires des anges. En cela également Eru est véritablement l’Unique, puisque sa création se trouve séparée de lui, et que ce sont plusieurs entités, et non plus la sienne seule, qui représentent la pluralité du « Père de tout ». Mais les Ainur ne sont que les réalisateurs, les créateurs secondaires d’une réalité… et finalement à l'image de cet écrivain, subcréateur à un autre niveau, pour qui le thème fut un nouveau langage et la musique une mythologie entière.

Hors ligne

#9 20-07-2003 19:26

Ylla
Inscription : 2003
Messages : 173

Re : Monothéisme et théogonie (synthèse)

Notes :

(1) Esthétiquement parlant le terme « rejetons » n’est pas très bien choisi, mais il a le mérite d’être une traduction plus exacte du terme original « offsprings », qui met en valeur l’engendrement à partir d’un seul être, comme les plantes « rejettent » leurs pousses.

(2) La traduction de P. Alien donne « guides » pour « chieftains » ; le terme me semble inexact, dans la mesure où « chieftain » désigne, stricto sensu, un chef de clan.

(3) Outre les idées de Platon, celles d’Aristote font également appel à une notion de réalité « en étages » où toute réalité accomplie (en acte) a encore un potentiel de devenir : c’est une réalité « en puissance » par rapport à la réalité supérieure. La Musique matérialiserait alors le caractère potentiel de la création.

(4) Notre traduction du passage. Pour l’original : « It is worth noting that Elohim … is technically a plural form … As a plural, it can suggest not many gods but God in all his aspects, God as multiplicity, a concept not unlike the multiplicity of Eru’s thought who are the Valar ». « The adjective Tolkien used to describe the labors of the Valar in making the world is demiurgic… Subcreation, then, is demiurgic. Here again etymology may throw light on Tolkien’s intent. The word demiurge traces back to 2 distinct Indo-European roots : da-, « to divide » … and da-mo, perhaps « division of society », as in Greek demos, combined with werg, « to do » as in Greek ergon, « work, action ». Their union in demiurge may have conveyed a meaning like « craftsman », or « skilled workman », as a division of society. The Valar, as products of Eru’s thoughts, are that division of the godhead which actively engages in the skilled work of subcreation, the physical activity of shaping the world. As divisions of Eru, they are assisting in the further division and development whereby the theme (also the product of his though) is taken from him and shaped by Valar into the Music and beyond it into the substance of the world. They are thus also dividing the world from Eru, assisting in a process of separation through which Eru and the world can contemplate each other ».

(5) Une bonne illustration de l’idée de la conceptualisation du monde avant sa réalisation est donnée dans la nouvelle « Murder Mysteries », de Neil Gaiman (in « Smoke and Mirrors »).

(6) Bénis est une traduction approximative de Holy Ones, le terme original présentant une ambiguïté : les Ainur sont-ils « Holy » parce que bénis par Eru, ou du point de vue des peuples d’Arda ?

(7) Voir note 1.

(8) Ce qui peut rappeler en outre la réponse d’Aulë à Eru lorsque celui-ci lui reproche la création des Nains (Silm, chapitre 2).

Hors ligne

#10 20-07-2003 22:14

Sylvae
Inscription : 2002
Messages : 684

Re : Monothéisme et théogonie (synthèse)

Bravo Ylla pour cette synthèse qui permet effectivement d'y voir beaucoup plus clair dans un fuseau qui devenait preque rébarbatif, surtout pour ceux qui, comme moi, n'avaient pas franchement réfléchi à la question !

J'imprime, je me saisis de mon stabylo et de ma feuille de note, et me voilà avec une occupation pour ce soir !

Hors ligne

#11 20-07-2003 23:09

Mj du Gondor
Inscription : 2003
Messages : 574

Re : Monothéisme et théogonie (synthèse)

Voilà une initiative fort bienvenue ! J'imprime ausssi et lirai à tête reposée (Moi qui vient de lire "l'Ainulindalë fait la nique à la genèse Je ne regrette pas, je me suis bien amusée et je pense que tu n'auras pas tout repris !!!!!)
Merci Ylla

Hors ligne

#12 20-07-2003 23:54

ISENGAR
Lieu : Tuckborough près de Chartres
Inscription : 2001
Messages : 4 917

Re : Monothéisme et théogonie (synthèse)

Bravo pour tout ce travail, Ylla ! J'imagine que ça a du te prendre beaucoup de temps !

Bravo à toi aussi MJ pour avoir lu jusqu'au bout le tentaculaire fuseau initié par ce provocateur de Morgoth ;o)
A quand une synthèse ?

I.

Hors ligne

#13 21-07-2003 00:42

Mj du Gondor
Inscription : 2003
Messages : 574

Re : Monothéisme et théogonie (synthèse)

J'en ai peut-etre pas l'air, mais j'en lis beaucoup !!!!
J'apprécie d'autant l'initiative d'Ylla mais ne me sens pas de taille pour une synthèse !
Mj
En plus pas assez objective !!

Hors ligne

#14 21-07-2003 00:45

Mj du Gondor
Inscription : 2003
Messages : 574

Re : Monothéisme et théogonie (synthèse)

Je crois que j'aurais trop retenu les arguments de Morgoth et d'un autre(?)
et j'ai admiré le sang froid d'hisweloke!

Hors ligne

#15 21-07-2003 16:01

Vinyamar
Inscription : 2001
Messages : 1 813

Re : Monothéisme et théogonie (synthèse)

Salut Ylla,

Magnifique travail, j'en suis vraiment épaté. Il ne me semblait pas d'ailleurs que nous avions parlé de tant de choses dans ces fuseaux, et il me semble que tu as travaillé de ton côté à des recherches. C'est remarquable en tous cas !

Bon, maintenant j'ai quelques minimes commentaires, et même quelques ajouts (des choses que je gardais sous la main pour mon exposé, mais vu qu'il n'avance plus depuis plusieurs mois, je lâche les fauves).

Ylla a écrit :

Ceux-ci (Manwë et Melkor) sont « frères », dans la mesure où, dans la création telle que l’a ordonnée Ilúvatar, le bien et le mal ne peuvent exister l’un sans l’autre, chacun devant à sa manière embellir la création, l’un par l’obéissance, l’autre par l’imprévu ; en outre on pourrait avancer que l’existence du bien et du mal est la condition nécessaire au libre arbitre dont Ilúvatar a fait don à l’homme.

Hum ! Melkor n'est pas fait mauvais !! Il est plus puissant, et il a en lui le désir de créer et de remplir le vide, incapable en même temps d'imaginer qu'Eru a lui aussi ce désir. C'est son désir qui prend déjà le pas sur celui d'Eru, qui le conduit lentement à s'opposerà Eru... donc au Mal. Le mal s'est s'opposer à Eru, non pas être le pendant de Manwë.
cela dit, une fois Melkor tombé dans le mal, il est vrai qu'Eru utilise les actions de Melkor pour quand même embellir sa création, comme tu le dis par l'imprévu (d'une certaine manière, tout est pré-vu par Eru (mais non pas prévu)), par la force déchaîné des puissance de la Terre. Et en effet, d'un point de vue chrétien (car ce n'est pas dit chez Tolkien) on pourrait dire que ce mal devient une condition du libre arbitre de l'homme. Toutefois je ne m'y accorde pas, car le libre arbitre de l'homme est le même que celui de Melkor: s'associer ou non aux plans de Dieu. Le mal conduit surtout l'homme à devenir faible et trop débile (etym) pour percevoir Eru et sa volonté. Le mal déséquilibre le véritable libre arbitre de l'homme en faveur du mal, non par l'esprit mais par la matière que Melkor va investir (ça c'est tolkiennien par contre).

Tolkien ayant cependant précisé qu’il n’y avait pas une différence de nature entre les deux, on ne peut supposer que les Valar seraient des dieux, et les Maiar des anges

ben non, s'il n'y a pas de différence de nature, les uns ne peuvent être anges et d'autres dieux. La nature des anges et des dieux est-elle la même ? (il faudrait distinguer nature et substance, le credo français ne disant que par une grossière erreur de traduction du fils qu'il est de même "nature" que le père, tandis qu'il est de même "substance", ce qui est plus précis). Je pense que dans notre texte Tolkien ne faisait pas forcément attention à cette précision, de toute façon. Le dieu et l'ange n'ont pas la même nature, l'un est infini, l'autre est fini, l'un est créateur, l'autre est créature, l'un est parfait en tout, l'autre (comme créature finie) l'est moins, etc...
Donc si les Valar sont de même nature que les Maïar, et que ces derniers sont des anges, les Valar sont aussi des anges.

alors que les anges ont pour rôle de servir d’intermédiaires entre Dieu et les hommes, les Valar ont également contribué à la réalisation de la Création, d’abord en chantant, puis en descendant en Arda pour lui donner forme,

Bon, c'est là que je met au grand jour ce que j'ai découvert: dans la religion catholique aussi, les anges agissent sur la création de manière matérielle.

Je tiens d'abord à signaler qu'en français "donner forme" peut faire penser que les Valar ont fabriqué le monde. Mais si j'en crois ta citation : « The Valar, as products of Eru’s thoughts, are that division of the godhead which actively engages in the skilled work of subcreation, the physical activity of shaping the world », on note bien le temre de subcréation, et de "shaping", qui est celui de modeler, donner des formes à un monde qui existe déjà. ce n'est qu'une précision de sens subtil, "donner forme" est correct pour traduire

Donc, voici ce que je lis dans un ouvrage sur St Thomas d'Aquin :

Dieu se sert du ministère des anges pour tout le devenir corporel qu'il opère (...) ainsi les anges ne ressusciteront pas les hommes au dernier jour pas plus qu'ils qu'ils n'ont créé le monde au premier; mais ils ont pu préparer la création du premier homme tout comme ils prépareront la résurrection au dernier jour. (cf. Somma Ia 45.5 - 91.2.1 - suppl 76.3). Bien que les anges n'aient aucune participation à l'acte créateur, se sont eux qui, par volonté de la Providence divine, administrent et gouvernent toutes les créatures matérielles, tous les corps.

l'homme être de relation, par B. de Marjerie, p.22, note 14

Ia 45.5. S1: Donc une substance immatérielle ne peut produire une autre substance immatérielle semblable à elle, quant à son être ; elle peut seulement produire une perfection surajoutée, par exemple si l'on disait, avec Denys, que l'ange supérieur illumine l'ange inférieur. C'est en ce sens qu'il y a de la paternité jusque dans le ciel, selon la parole de l'Apôtre (Ep 3,15 ) : (Dieu) « de qui toute paternité, au ciel et sur la terre, tire son nom. » Par là encore il apparaît avec évidence que nul être créé ne peut causer quelque chose sans une réalité préexistante, ce qui exclut l'idée de création.

Ia 110 : (...) De même, l'ange transforme la matière corporelle d'une façon qui surpasse celle des agents corporels, en agissant sur ces agents corporels comme une cause supérieure à eux.
3. Rien n'empêche que la puissance des anges réalise dans les choses naturelles des effets que les agents corporels seraient incapables de produire. Mais cela ne signifie pas que la matière obéisse à l'ange sans aucune résistance ; de même que la matière n'est pas soumise totalement au cuisinier parce que celui-ci est capable de produire, en réglant son feu avec art, des résultats que le feu n'accomplirait pas lui-même.

Ia 91.2: S. Augustin dit que « Dieu dispose les réalités corporelles par l'intermédiaire de la créature angélique » (...)
Les anges apportent à Dieu certains services dans les activités qu'il exerce sur les corps il y a cependant des choses que Dieu fait dans la créature corporelle, et que les anges ne peuvent faire en aucune façon (...). Or c'est selon cette vertu-là aussi que Dieu a formé du limon le corps du premier homme. Il aurait pu se faire pourtant que les anges aient apporté certains services pour la formation du corps du premier homme, comme ils en apporteront à la résurrection finale, en rassemblant nos poussières.

Ia 110.1 C'est pourquoi, de même que les anges inférieurs, dont la forme est moins universelle, sont régis par les anges supérieurs, ainsi tous les êtres corporels sont régis par les anges. Ce n'est pas là seulement une affirmation des Pères : c'est la pensée de tous les philosophes qui admettent des substances incorporelles.

Somme Théologique

L'idée donc d'anges qui participeraient au façonnement du monde, que Eru seul a créé, n'est pas incompatible avec la vision chrétienne.
On peut noter au passage l'idée de paternité des anges entre eux, que l'on pourrait de même appliqué à ses sentiments familieux très bien répertoriés par Ylla.

Eru représenterait le Bien suprême, la musique le monde des Idées, une « création en puissance » (3) dont les démiurges (Valar) feraient le monde sensible ; au contraire d’Eru, ils seraient eux, accessibles aux créatures terrestres.

De même, seul Eru a créé le monde. Les valar en ont dessiné les plans avec lui dans la musique, mais c'est Dieu qui fit la matière, le monde sensible. Puis les Valar allèrent y habiter, pour achever la création. Etant dans son processus durant la musique, il était normal qu'ils y soient aussi durant la lente mise en forme de la terre, de façon, si l'on veut, à réaliser ce qu'ils avaient chanté en prophécie.

- à l’exception d’Ulmo, ils se déplacent rarement eux-même vers les peuples d’Arda, et seul Oromë a véritablement joué un rôle de « messager »,

Il y a quand même Mandos qui a parlé au peuple d'Arda (ça en fait donc trois). Et au Mont Taniquetil, Manwë parlait avec les seigneurs Elfes.

Voilà je crois que c'est tout.
Encore Bravo Ylla !

Hors ligne

#16 21-07-2003 16:30

Hisweloke
Inscription : 1999
Messages : 1 622

Re : Monothéisme et théogonie (synthèse)

ISENGAR a écrit :

Bravo pour tout ce travail, Ylla ! J'imagine que ça a du te prendre beaucoup de temps !

Bravo à toi aussi MJ pour avoir lu jusqu'au bout le tentaculaire fuseau initié par ce provocateur de Morgoth ;o)
A quand une synthèse ?

C'est, pour partie du moins, et avec quelques prolongements, fait depuis longtemps, ami Isengar ^^ ;)

Ylla a écrit :

voici ma modeste contribution en forme d'une petite synthèse

Chapeau bas pour l'effort et la clarté donnée au 'machin'. Hmmm... Si j'ai un peu de temps (à moins que Cédric ne tienne à s'y coller), je veux bien peaufiner une mise en forme -- on attendra un peu ce que cette belle compilation suscitera comme discussion.

Didier.

Hors ligne

#17 21-07-2003 22:21

Ylla
Inscription : 2003
Messages : 173

Re : Monothéisme et théogonie (synthèse)

Vinyamar a écrit :

Melkor n'est pas fait mauvais !! Il est plus puissant, et il a en lui le désir de créer et de remplir le vide, incapable en même temps d'imaginer qu'Eru a lui aussi ce désir. C'est son désir qui prend déjà le pas sur celui d'Eru, qui le conduit lentement à s'opposer à Eru... donc au Mal. Le mal s'est s'opposer à Eru, non pas être le pendant de Manwë.

Oui, c'est exact, Melkor a choisi ce qu'il est devenu, j'ai peut-être été un peu vite. Mais en fait, à bien y réfléchir, il me semble qu'aucun des Valar n'était prédestiné. Le Valaquenta parle davantage de goûts que de nature. D'ailleurs, les Valar ne sont pas non plus créés maris et femmes, ils décident eux-mêmes de leurs unions, à l'instar de Tulkas et Nessa, ou de Varda qui a repoussé Melkor. Simplement, ou constate tout de même qu'à l'arrivée les liens de parenté semblent se justifier. N'oublions pas tout de même que Tolkien était un écrivain, il ne transcrit pas une révélation ; on peut considérer les liens de parenté comme un procédé littéraire. Cela dit, d'accord avec toi, il faudra que je rectifie (mais je reprendrai quand il y aura déjà eu quelques commentaires).

Pour ce qui est du libre arbitre, je te fais entièrement confiance pour être mieux renseigné que moi sur la question, je modifierai aussi.

Je note aussi la remarque sur la communication entre Manwë et les Eldar. Le problème ici, c'est qu'on touche à une grosse complication du problème, à savoir, quels rapports sont à prendre en compte et de quelle façon, de ceux entre les Eldar et les Valar/Eru, ou entre les hommes et la divinité ? Dans un article de Faërie (numéro 1), j'ai trouvé une comparaison entre Aman et le paradis perdu, et Numenor et le péché originel. A mon avis, là, on mélange tout, avant même qu'on se soit interrogés sur la pertinence des analogies. On ne peut pas confondre les Elfes et les hommes, et peu de problèmes peuvent être envisagés de la même manière selon la race qu'on va considérer. Il est vrai que c'est auprès des Elfes qu'Oromë a servi d'ambassadeur... Bon, je vais essayer de voir ça (pas tout de suite parce que je pars en vacances après-demain... :-))

En tous cas, merci beaucoup pour tous ces apports, Vinyamar !

Hors ligne

#18 21-07-2003 22:42

Coeur de Canard
Inscription : 2002
Messages : 445

Re : Monothéisme et théogonie (synthèse)

Quelques petites remarques:
- il existe une autre designation de Dieu dans le pentateuque: Ja
(le "Ja love" regae").
- Sur la coherence de la Theogonie, sur sa "non-canonicite" et plus generalement sur son interpretation, ca vaut le coup de lire l'article de Vernant sur l'analyse structurelle du mythe des races.
-La vision grec evolue apres Hesiode et Homere. La vision Socratique rapporter par Xenophon vaut le coup d'etre.
- une des motivations "apocryphe" de la chute des anges rebelles est fortement lie a l'episode des geants et a la volonte de certains anges d'avoir une vie sexuelle au sens general. Ca vaut probablement la peine d'etre rapporter. Les Istaris n'ont apparament aucune vie sexuel (au sens large, donc en particulier pas de libido). Et on peut discuter du cas de Melian, en argumentant qu'elle apparait dans le Silmarion et qu'au moment de sa redaction le projet catholique de JRR n'etait pas encore affirmer (et apres c'etait assez difficil a corriger).

CdC

Hors ligne

#19 22-07-2003 00:18

Vinyamar
Inscription : 2001
Messages : 1 813

Re : Monothéisme et théogonie (synthèse)

Ylla,

te casse pas trop pour la communication entre les Valar et les hommes (elfes etc...). C'était un petit chipotage, ton opposition reste tout à fait valide, dans la mesure où la communication reste une tâche privilégiée des anges (d'où leurs nom), tandis que ce n'est pas le cas pour les Valar.

je ne saisi pas ton 2e paragraphe, dans la mesure où je suis totalement d'accord. Ais-je sous-entendu le contraire quelque part ?? (à tort)

Hors ligne

#20 22-07-2003 05:14

Szpako
Inscription : 2001
Messages : 635

Re : Monothéisme et théogonie (synthèse)

CdC a écrit :

des motivations "apocryphe" de la chute des anges rebelles est fortement lie a l'episode des geants et a la volonte de certains anges d'avoir une vie sexuelle au sens general. Ca vaut probablement la peine d'etre rapporter. Les Istaris n'ont apparament aucune vie sexuel (au sens large, donc en particulier pas de libido). Et on peut discuter du cas de Melian, en argumentant qu'elle apparait dans le Silmarion et qu'au moment de sa redaction le projet catholique de JRR n'etait pas encore affirmer (et apres c'etait assez difficil a corriger).

Je crois que c’est une fausse piste. De tous les maiar, les Istari sont les seuls, avec le consentement d’Eru (CLI3), à avoir revêtu « corps d’Homme véritable – et non point seulement l’apparence - , et sujets aux peurs et aux douleurs et aux fatigues de la terre, capables de souffrir la faim et la soif, et même la mort » … bref, un corps de chair, avec perte d’une bonne partie de leurs pouvoirs angéliques ; la condition de chair implique un corps terrestre, biologique donc corruptible (le corps de Saruman, à sa mort, se transforme rapidement en charogne, il me semble).

Les Valar ne peuvent prendre qu’une forme, qu’ une apparence, dépourvue de toute biologicité (opacité, lourdeur etc…).  Même Sauron, après ses destructions successives, ne reprend qu’une apparence, qu’ une forme car il « n’était pas fait de chair mortelle, et si la forme sous laquelle il avait fait tant de mal lui fut arrachée et qu’il ne put plus paraître aimable aux yeux des hommes, son esprit s’échappa du gouffre, passa comme l’ombre d’un vent sinistre sur la mer et regagna les terres du milieu et Mordor sa demeure… jusqu’à ce qu’il se fût donné une apparence nouvelle … » (Le Silm, p.368).

Et le corps ressuscité de Gandalf évoque un corps lumineux, paradisiaque, comme celui des anges (Silmo, avec qui je suis d’accord, dit un peu la même chose dans le fuseau sur le barrage ;-)) ; Gwaihir ne dit-il pas, lorsqu’il ramène Gandalf à Lorien, qu’il est aussi léger qu’une plume, que le soleil brille à travers lui, qu’il pourrait même flotter dans le vent …

Ici l’opposition corps biologique (matériel)/ corps de lumière (spirituel) évoque l’idée au centre de l’enseignement paulinien, que le corps ressuscité ne sera pas identique au corps mortel mais se « distinguera de lui comme l’épanouissement glorieux de l’infirmité corruptible » (1Co, 15, 35-48) ; de méprisable, infirme, le corps devient glorieux, plein de force.

On retrouve la même idée au départ avec Melian, avec un but tout aussi édifiant, ennoblir la race humaine avec du sang divin/elfique : « Melian alone of all those spirits assumed a bodily form, not only as a raiment but as a permanent habitation in form and powers like to the bodies of the Elves.This she did for  love of Elwë, and it was permitted, no doubt because this union had already been foreseen in the beginning of things, and was woven into the Amarth ( ??? quid ??) of the world, when Eru first conceived the being of his children, Elves and Men, as is told … in that myth that is named The Music of the Ainur » (HoME 12, p.364-365, the Shibboleth of Fëanor, parmi les derniers écrits de Tolkien).

Il y a de plus une grosse erreur de traduction dans le Silm, p.126, où il est écrit que la maia Arien (qui doit conduire le vaisseau du soleil) « abandonna aussi le vêtement de chair qu’elle avait choisi, à l’instar des Valar, et devint comme une flamme nue, terrible et splendide » alors que la VO dit bien « leaving Valinor she forsook the form and raiment which like the Valar she had worn, and she was a naked flame, terrible in the fullness of her splendour … The Anar arose in glory ».

Le projet mythologique de Tolkien est cohérent, au contraire, si on s’en tient au texte.

Cathy

[édit (Yyr 2024) : à partir de là s'en est suivie une digression, que je déplace là-bas
— psss, Cathy, Amarth, c'est le destin, en sindarin ;)]

Hors ligne

#21 22-07-2003 20:40

Vinyamar
Inscription : 2001
Messages : 1 813

Re : Monothéisme et théogonie (synthèse)

Au sujet du corps des êtres divins chez Tolkien (Valar, Maiar), cf. la superbe conférence d'Eruvike (Michaël Devaux) qui je crois doit être dans la feuille de al compagnie n° 3:
Corps et chair sous l'ombre... magistral !
au fait, où peut-on se procurer le n° 2 ??

Hors ligne

#22 23-07-2003 01:26

Cynewulf
Inscription : 2002
Messages : 147

Re : Monothéisme et théogonie (synthèse)

Un petit passage en chuchotant...je dois dire que je lis tout cela avec beaucoup d'intérêt...
J'apprends que la participation des anges à la Création n'est pas contraire à la foi...toujours bon à savoir. C'est vrai que ça pouvait sembler bizarre...je me suis toujours demandé si la distinction entre les Valar et les Anges se trouvaient là. Visiblement ces deux catégories d'êtres sont bien plus proches l'un de l'autre (Vive St Thomas!!)

CdC> le fait de faire référence à un texte apocryphe bien qu'intéressante peut sembler douteuse...pourtant maintenant que j'y pense il me semble que dans le HoME X il est fait référence au désir qu'éprouvait Melkor pour la Maiar qui conduisait la Soleil...(je me trompe peut être tout cela est loin)
Par contre quelque chose est certain, Varda a "connu" Melkor avant la création mais l'a rejeté...on peut donc déceler un soupçon de désir inavouable...mais peut être pas forcément sexuel (sachant qu'à la base les Valar n'ont pas de corps...et qu'ils descendent sur Arda bien avant l'arrivée des Elfes et des Hommes...
De plus la vie sexuelle meme des être angéliques n'est pas chez Tolkien, forcément  attachée à la chute, exemple: Melian...elle n'a rien d'un ange déchu ce me semble...et pourtant donne naissance à la plus belle des enfants des elfes: Luthien...je ne sais pas si l'argument du projet pas encore affirmé de Tolkien est très valable...bien qu'il est vrai qu'il ait sont importance...et de toute façon que deviendrait Luthien si elle n'était plus la fille d'une Maiar...il aurait fallu réécrire la moitié du Silmarillion...
en plus je ne pense pas que dans les versions postérieures (HoME XI) la condition de Melian ait été modifiée (je ne l'ai pas lu, je ne peut donc rien affirmer)...enfin voilà...mon chuchotage a été bien long
JB

Hors ligne

#23 30-07-2003 08:08

shnogul
Inscription : 2001
Messages : 53

Re : Monothéisme et théogonie (synthèse)

Thomas d'Aquin est un con.
et c'est pas le seul d'ailleurs!
Je suis un con et probable que Tolkien aussi!
toute personne qui relie un récit primordial en l'éclairant par des commentaires faits longtemps après sans faire le distinguo est passible de suspicion... pour le moins!
St Augustin, les "pères de l'Eglise", tout ça... c'est bien gentil mais c'est pas biblique ni chrétien, c'est juste catholique.
OK c'était la confession de Tolkien, mais sa culture et ses sources d'influence dépassaient ce cadre.
son goût des légendes nordiques, sa culture vetero-testamentaire et sa reflexion sur la prédestination incitent à penser que son Sda n'est pas "catholique" mais très personnel.

citer St Thomas d'Aquin me parait très artificiel et "orienté" pour expliquer la capacité créatrice des valar.
désolé mais les ainur ne sont pas des anges, ce sont... des ainur!

Hors ligne

#24 30-07-2003 09:54

Cedric
Lieu : Près de Lille
Inscription : 1999
Messages : 5 773
Webmestre de JRRVF
Site Web

Re : Monothéisme et théogonie (synthèse)

Euh, shnogul, tu t'es laisse emporté là...
Je désapprouve beaucoup la forme de ton message ;-(( Es-tu sûr de n'avoir pas abusé sur ce coup-là ??

Par ailleurs, tes conclusions sont tout à fait contestables : non, je ne crois pas que les Ainur soient simplement des Ainur... Mais je laisse argumenter tes dires.


Cédric, qui espère que ce genre de message est le dernier.

Hors ligne

#25 30-07-2003 10:45

Vinchmor
Inscription : 2002
Messages : 1 110

Re : Monothéisme et théogonie (synthèse)

Shnogul a écrit :

OK c'était la confession de Tolkien, mais sa culture et ses sources d'influence dépassaient ce cadre. Son goût des légendes nordiques, sa culture vetero-testamentaire et sa reflexion sur la prédestination incitent à penser que son Sda n'est pas "catholique" mais très personnel.

Je suppose que tu voulais dire "t’incitent à penser que" ; mais même alors c’est faire peu de cas des dires de Tolkien lui même:

The Lord of the Rings is of course a fundamentally religious and catholic work ; unconsciously at first, but consciously in the revision. That is why I have not put in, or have cut out, practically all references to anything like “religion”, to cults or practices.

Letter 142, p. 172

Je profite de ce post pour remercier Ylla pour son travail, chose que je n’ai pas faite jusqu’à présent ;-)

Vinch’, dubitatif :-(

Hors ligne

#26 30-07-2003 17:04

shnogul
Inscription : 2001
Messages : 53

Re : Monothéisme et théogonie (synthèse)

ok Cédric, je le ferais plus. Plus de gros mots. ni pour m'insulter moi-même ni pour insulter des morts... dommage j'aime bien faire ça. dire que tel grand penseur est un con ça relativise tout de suite l'effet "impressionant" des citations.
d'une manière générale je n'aime pas ce côté argument massue: "machin a dit que", "ah bin si c'est machin qui l'a dit!".
parce qu'en allant soigneusement choisir ses citations on peut leur faire dire biens des choses en les ressortant dans un aure contexte.
par exemple, Vinchmor, tu me sors que "The Lord of the Rings is of course a fundamentally religious and catholic work ".
ok... mais est-ce que ça signifie que Tolkien n'a intégré aucune autre référence? le Kalevala, les légendes finnoises? d'autres mythes païens?
auquel cas j'attend avec impatience qu'on me sorte une citation de St Tartempion qui me démontrera que la création des nains est dans la pure orthodoxie catholique et n'est pas tout simplement une incursion des légendes nordiques dans le mythe tolkiennien.
je n'irais certainement pas dire que le catholicisme n'est pas une influence majeure dans le Sda mais d'ici à la voir partout... ce serait occulter un peu vite la particularité de cet univers qui parvient à concilier une métaphysique judéo-chretienne et des éléments jubilatoires des mythologies antiques (en subordonnant ceux-ci à celle-là).
l'exposé de Ylla montre aussi bien les parallèles ainur/anges que leurs dissemblances. c'est le message de Vinyamar qui m'a fait tiquer. je doutes que les ainur proviennent d'une lecture "thomasd'aquinoise" de la religion catholique. il ne faut pas trop les angeliquéfier si j'ose dire (hum faut que le note ce néologisme, joli).
il me semble plutôt que Tolkien était esthétiquement séduit par l'idée d'un panthéon de dieux "à l'ancienne", mais a tordu le concept pour le rendre compatible avec son monothéïsme tout en conservant aux ainur une certaine saveur d'Olympe ou d'Asgard.

Hors ligne

#27 30-07-2003 18:49

Vinchmor
Inscription : 2002
Messages : 1 110

Re : Monothéisme et théogonie (synthèse)

Shnogul a écrit :

ok… mais est-ce que ça signifie que Tolkien n'a intégré aucune autre référence? le Kalevala, les légendes finnoises? d'autres mythes païens?

Non, ce n’était pas le but de cette citation de Tolkien. Je souhaitais te montrer que tu étais dans l’erreur quand tu dis son Sda n'est pas "catholique" mais très personnel. A moins que les guillemets accompagnant le mot catholique n’impliquent une notion qui m’ait échappé et qui graviterait autour de ce que tu entends par "personnel". En ce cas et même si j’ai l’impression que le dernier paragraphe de ton post apporte des éléments d’explication, pourrais-tu développer s’il te plaît ?

Vinch’, qui se demandera toujours pourquoi les religions déchaînent ainsi les foudres ;-)

Hors ligne

#28 30-07-2003 20:21

shnogul
Inscription : 2001
Messages : 53

Re : Monothéisme et théogonie (synthèse)

pour faire simple, le Sda est peut-être "fondamentalement" catholique mais pas "exclusivement" catholique.

Toto a réussi un impressionant numéro d'équilibriste pour mixer harmonieusement des univers qu'il chérissait mais n'était pas compatibles sur le papier.
s'il a mis tout son monde sous l'autorité du très biblique Eru, il n'en reste pas moins que ce qu'il a developpé en dessous provient souvent de sources d'inspiration pas catholiques du tout.
je préfère considérer que l'oeuvre de Tolkien est plus personnelle que catholique car c'est un syncrétisme. très bien foutu, mais syncrétisme quand même.
les bases morales et eschatologiques sont chrétiennes (d'où le "fondamentalement") mais pas la plupart des éléments de fantasy (dont certaines caractéristiques de ses ainur).

sinon euh... quelles foudres? je suis tout a fait calme moi. serait-ce qu'une certaine ambiance feutrée est requise en ces lieux? dans ce cas je vais prendre une cuillérée de miel pour m'adoucir la voix... ;-)

Hors ligne

#29 30-07-2003 21:03

Silmo
Inscription : 2002
Messages : 4 019

Re : Monothéisme et théogonie (synthèse)

Shnogul>

oui oui une certaine ambiance *feutrée*, comme tu dis, est requise en ces lieux (comme dans les bibliothèques par exemple, ou les centres d'archives) car sur des sujets qui heurtent parfois la sensibilité des uns ou des autres, le calme, la patience et la tempérance sont bienvenus ce qui n'enlève rien à la qualité des débats, bien au contraire... et je suis persuadé que ta position exprimée avec la modération qui convient est aussi intéressante que les autres (j'y crois... foi d'agnostique)... :-)

Silmo

PS: bienvenue, heureuse rencontre j'espère

Hors ligne

#30 31-07-2003 00:07

NIKITA
Inscription : 2002
Messages : 223

Re : Monothéisme et théogonie (synthèse)

Bonjour à tous !

Quelle surprise de retrouver d’anciennes discussions resurgir et aboutir à une version « éditable » ! Personnellement ce « ce long machin tentaculaire et indigeste » me laissent plutôt de bons souvenirs mais je suis un brin nostalgique…

En tout cas merci Ylla de t’être assignée à la tâche d’autant que tu n’avais pas participé aux débats : ta contribution très pertinente n’en est que plus rafraîchissante et j’y souscris volontiers ! Après tout ma conclusion première n’était qu’une hypothèse de lecture que j’entendais bien discuter avec les participants de jrrvf !

Je me limiterai donc à des précisions purement pratiques :

1. j’ai abondamment puisé dans les fuseaux suivants qu’il faudrait citer :

2. quand je cite la Bible en traduction, c’est la version de la Bible de Jérusalem or j’ai cru comprendre que tu citais la Pléiade : il faudrait donc accorder nos violons dans un sens ou dans un autre. :-)
En tout cas, je reste à ta disposition si tu as besoin d’aide…

NIKITA

@ Vinyamar : Contente de te retrouver sur un tel fuseau ! :-)))))

@ Shnogul : Vinyamar n’est pas le premier à citer Thomas d’Aquin pour éclairer l’œuvre de Tolkien ! Eruvike alias Mickaël Devaux l’a déjà fait pour clarifier le concept de foi et l’on ne peut guère lui reprocher d’avoir une approche approximative du Légendaire ! Le propos de Vinyamar n’était pas de démontrer que Tolkien avait lu la Somme théologique avant de composer le Silmarillion (n’est-ce pas, Vin’ ?) mais d’apporter un éclairage nouveau sur les attributs des anges dans la théologie catholique… A prendre ou à laisser mais la démarche ne me semble pas critiquable

Hors ligne

#31 31-07-2003 00:55

Hisweloke
Inscription : 1999
Messages : 1 622

Re : Monothéisme et théogonie (synthèse)

Lequel Ainulindale fait la nique a la genese de la bible avait déjà pour partie fait l'objet d'une synthèse.

On commence à avoir des machins moins tentaculaire et indigestes, avec ça, et un ensemble de belles thématiques au final. Ça me plait bien, tout ça :)

Didier.

P.S. Vu avec Cédric, je me charge de reprendre ce fuseau pour mise en forme sous forme d'article de synthèse. On verra ensuite où on le met (vu  qu'on va profiter des petits changements de serveur annoncés par notre webmestre dans les semaines à venir pour faire un peu de tri et d'organisation).

Hors ligne

#32 31-07-2003 13:05

Vinyamar
Inscription : 2001
Messages : 1 813

Re : Monothéisme et théogonie (synthèse)

shnogul a écrit :

pour faire simple, le Sda est peut-être "fondamentalement" catholique mais pas "exclusivement" catholique.

Fallait-il cette virulence (feinte ?) de départ pour aboutir à une conclusion si communément partagée ?
Tu as tout à fait raison, et un simple passage sur les fuseaux précités t'aurai convaincu que jamais personne n'a pensé le contraire.
Oui, le SdA est fondamentalement catholique, non, il nel'est pas excusivement. Le temre "fondamentalement" n'a d'ailleurs jamais tenté de porter atteinte à une exclusivité quelconque.

Vnmr

ps: ta critique de la citation, maintes fois usée dans ce forum, me donne le sentiment d'un brusque retour en arrière. Faudra-t-il tout recommencer une 9e fois ?

Hors ligne

#33 31-07-2003 20:15

shnogul
Inscription : 2001
Messages : 53

Re : Monothéisme et théogonie (synthèse)

j'ai bien compris le message. ma pseudo-virulence je la range dans ma poche, je lisse ma raie sur le côté et je chausse les patins...

et un simple passage sur les fuseaux précités t'aurai convaincu que jamais personne n'a pensé le contraire.

hum... transporté dans word ça m'aurait fait quoi, allez environ 200 pages à "survoler"?
bon d'accord j'aurai du malgré tout. on devrait toujours.

ça m'fait tout bizarre de redevenir newbie moi.

Hors ligne

#34 31-07-2003 20:31

Silmo
Inscription : 2002
Messages : 4 019

Re : Monothéisme et théogonie (synthèse)

Caramba, je viellis... je ne sais pas ce que veut dire "Newbie"
Est-ce grave docteur?

Shnogul > ton arrivée sur le Forum aura été tonitruante mais ton style - c'est une intuition - permet d'espérer des échanges construits... A suivre, donc...!!!...

Pour la raie sur le côté...Beurk... on te préférera sûrement ébourifé mais avec style! :-)

Hors ligne

#35 03-08-2003 17:31

Ylla
Inscription : 2003
Messages : 173

Re : Monothéisme et théogonie (synthèse)

Apres avoir lu vos messages et reflechi un peu, je viens de penser a une piste qui n`a pas ete evoquee sur ce sujet: en fait je me demandais quelle etait l`importance du theme de la generation, en rapport avec la creation, dans Tolkien. Je sais que l`engendrement est une metaphore habituelle (Dieu le Pere, pour prendre le premier qui me vient) mais je me demandais si dans le Silmarillon il s`agissait d`une simple metaphore, et si on ne pouvait pas envisager, a la lettre, la creation comme un engendrement. J`ai l`impression en effet que dans l`univers de Tolkien om peut observer une dualite assez sexuee. Au passage, je precise avant de relancer la bagarre, je dis "sexue", pas "sexualise". A mon avis les deux ne vont pas de paire, je crois meme que le premier contredit le second, dans la mesure ou il s`agit d`un fait universel, quand la sexualite est un phenomene individuel, qui semble n`avoir pas du tout interesse Tolkien. Je ne rentre pas tout de suite dans le detail parce que je n`ai pas le temps et ce clavier qwerty me perturbe, mais je rappelle ce dont j`ai deja parle au debut, a savoir le role des liens de parente et des differences de sexe entre les Valar. Il me semble aussi que la reproduction (je ne trouve pas de plus joli terme a la seconde) est assez sacralisee (cf "Laws and customs among the Eldar"), et aue Tolkien a fait remarquer que quelles que soient les fautes commises par les Eldar, ils sont rqrement alles jusqu`a la luxure, comme si celle-ci constituait le peche le plus grave : serait-ce trop audacieux de la voir comme un sacrilege? J`essaierai de developper quand je serai rentree chez moi.
En tous cas je crois qu`il est absurde de faire la psychanalyse d`un texte comme on fait celle de quelqu`un, et qu`il est d`autant plus inutile de chercher a comprendre la sexualite d`aucun personnage de Tolkien que ce soit que celui-ci n`en a jamais parle. Quand je pqrle d`engendrement, ca n`a aucun rapport. Mais j`essaierai d`y revenir plus tard.

Hors ligne

#36 25-08-2003 17:48

Ylla
Inscription : 2003
Messages : 173

Re : Monothéisme et théogonie (synthèse)

Avant que ce fuseau ne s'engloutisse dans les tréfonds du Légendaire, voilà pour compléter la question quelques paragraphes sur une nouvelle perspective du sujet. Ce n'est pas très éloigné de tout ce qui a été dit, je le vois seulement comme une traduction plus concrète, un autre point de vue des mêmes conclusions : la création comme un enfantement.

Effectivement, des termes rapportés au thème de la paternité, de la filiation et de l’engendrement reviennent à de nombreuses reprises dans le Silmarillon :
- Ilúvatar signifie, on l’a vu, « Père de tout »,
- Au chapitre 2, Aulë se compare à un « enfant qui comprend peu et joue à copier son père »,
- Au cours de ce même épisode, Ilúvatar déclare que les Nains seront pour Aulë « comme ses enfants » qu’il aurait lui-même reconnus, et évoque les Elfes, les hommes et les Nains en ces termes : « les enfants que j’ai adoptés et les enfants que j’ai choisis »,
- Les premiers nés des Nains et des Hommes sont appelés « Pères »,
- Dans l’Athrabeth, Andreth compare les Hommes à des « enfants » aux yeux des Elfes,
- Les Maiar étaient dans les premières versions les enfants des Valar (alors appelés « Dieux »), notamment Ilmarë et Eönwë, fille et fils de Manwë et Varda.

Parallèlement à cela, on peut remarquer que la première mention qu’il est faite de l’amour dans le Silmarillon se trouve dans l’Ainulindalë, lors de la vision des Ainur : « when they beheld [the Elves and Men], the more did they love them, being things other than themselves… : lorsqu’ils contemplèrent [les Elfes et les Hommes], ils les aimèrent d’autant plus, car c’étaient des créatures différentes d’eux-mêmes… » et plus loin : « They had become enamoured of the beauty of the vision : Ils s’étaient pris d’amour pour la beauté de la vision ». Arda est en vérité créée grâce à l’amour que portaient les Ainur à la vision ; c’est pour satisfaire leur désir d’y vivre qu’Ilúvatar en fait « Eä, le Monde qui Est ». Ainsi la conception est un acte qui trouve sa source dans la volonté inexpliquée d’Eru, et qui se réalise par le chant des Ainur ; mais la création, réalisée par Eru, est motivée par l’amour des futur Valar. La répartition des rôles entre eux se fait également d’après leurs préférences, d’après le Valaquenta ; le pouvoir sur un élément découle de l’attirance pour ce même élément, comme cette remarque sur Varda le montre très bien : « In light is her power and her joy : la lumière est son domaine et sa joie ». Il n’y a pas de prédestination ; et même, s’il entrait dans le dessein premier d’Eru de donner corps à la vision d’Arda, dans l’Ainulindalë son acte apparaît seulement motivé par l’amour que montrent les Ainur. On peut donc sans doute affirmer que c’est l’amour qui donne sa réalité au monde.

A cela, ajoutons que si c’est par orgueil que pèchent le plus souvent les personnages du Silmarillon, le péché de chair n’est pas absent ; il semble même qu’en vérité il soit considéré comme une faute des plus graves, comme en témoignent les « Laws and customs among the Eldar », où il est dit que quel qu’ait jamais pu être le degré de corruption de certains Elfes, il fut rarissime qu’ils fassent preuve de luxure. La luxure semble donc marquer l’abaissement suprême ; les rares exemples qu’on en a ne sont d’ailleurs pas anodin : c’est par exemple en grande partie à cause de ses désirs sans réponse pour Idril que Maeglin cède à Morgoth et lui révèle l’emplacement de Gondolin. Il est vrai qu’il parle sous la torture ; notons tout de même la remarque de Tolkien à cet endroit : « indeed desire for Idril and hatred for Tuor led Maeglin the easier to his treachery, most infamous in all the histories of the Elder Days : en vérité le désir d’Idril et sa haine pour Tuor conduisirent Maeglin d’autant plus volontiers à sa trahison, la plus ignoble parmi tout [ce que rapportent] les histoires des Jours Anciens ». La corruption du désir est directement reliée à la corruption du personnage ; de la même manière, dans l’histoire de Beren et Lúthien, la trahison de Celegorm envers Lúthien, qu’il retient prisonnière en vue de l’épouser de force, semble entériner la corruption des fils de Fëanor, poser une marque de non-retour ; c’est d’ailleurs Celegorm qui poussera ses frères à attaquer par traîtrise Dior en Doriath, causant ainsi « the second slaying of Elf by Elf : le second massacre d’Elfes par d’autres Elfes », et qui mourra dans la bataille de la main du fils de Lúthien, sans s’être jamais racheté.

Pourquoi une telle vision des choses ? Au regard des remarques faites plus haut, on peut penser que si la luxure, ou le désir « agressif », sont considérés comme la faute suprême, c’est parce qu’ils pervertissent le principe même qui a permis la création du monde. Le monde aurait été, plus précisément que créé, engendré ; il faudrait prendre la métaphore de l’engendrement à la lettre, ce qui expliquerait notamment que dans le Silmarillon l’amour apparaisse aussi sacralisé, voire idéalisé, qu’on passe de l’amour « noble » à l’amour terriblement coupable, sans qu’il soit jamais fait mention d’un amour simplement banal ou vil, en cela que, comme continuation de ce qui a donné corps au monde, il peut être corrompu mais jamais cesser d’être extraordinaire.
J’ai déjà parlé plus haut du rôle symbolique du couple chez les Valar. Dans cette nouvelle perspective, avoir du couple une vision plus concrète. Il ne s’agit pas d’un simple symbole, il s’agit de la continuation de l’engendrement du monde, de faire vivre le monde en lui redonnant naissance, chaque fois par l’action de deux éléments conjoints, comme par exemple, l’union du seigneur de la substance d’Arda et de celle qui la fait fructifier permet de faire vivre la terre. Si ce ne sont pas les Valar qui gardent le pouvoir sur les âmes, ce sont eux qui « donnent la vie » à la demeure des peuples d’Arda. C’est à cela qu’ils sont nécessaires : ce travail concret, un dieu seul n’aurait pas pu l’accomplir, il a fallu qu’il se fragmente et fasse naître de sa pensée des créatures qui elles ne seraient pas infinies, mais capables de s’attacher à un élément spécifique, puis de se compléter mutuellement pour compléter le monde.

Vous aurez remarqué, un peu plus haut, la nouvelle de Neil Gaiman que j’ai citée en note. Cette nouvelle me semblait en effet proposer une illustration assez directe pour cette réflexion : non seulement, comme je l’ai déjà noté, parce qu’on y retrouve la conception élaborée sous le commandement de Dieu avant la création, mais également parce qu’on y voit l’amour qui permet le passage de l’esprit à la matière, passage qui trouve sa pleine réalisation dans la mort. La genèse d’Arda est peut-être assez semblable : la matière, née de l’amour, mais inclinant vers la mort et la destruction, n’est-ce pas le destin d’« Arda Marred », suite à l’action de Melkor ?

En fin de compte, cette vision de la création n’est pas très différente de l’interprétation néo-platonicienne : les Valar y apparaissent également comme les créatures responsables du passage de l’esprit à la matière, ni des dieux ni tout à fait des anges. Il s’agit cependant d’une traduction plus concrète, peut-être en définitive un peu moins artificielle. Dans toute l’œuvre de Tolkien en effet, le mal apparaît comme la haine, ou le remplacement de l’amour par le désir de domination. Si les créatures de Melkor, plus tard de Sauron, sont laides et immondes, c’est parce qu’elles haïssent le monde qui les perçoit ; leurs langages sont horribles à entendre parce que « prononcés sans amour », et certainement pas, comme certains l’ont affirmé très naïvement, à cause du point de vue culturel des Elfes ou des Hommes. Melkor lui-même, dans la version tardive du mythe, bascule dans les ténèbres au moment où, le désir de possession de la lumière ayant tout à fait remplacé l’amour de la lumière, il tente de violer Arië, la Maia du soleil ; ce viol, abandon total de l’amour et remplacement par la violence, marque pour lui le point de non-retour. Et c’est au contraire de leur amour et de leur intérêt pour le monde que découle la beauté des Elfes : n’est-ils pas dit que c’était l’enseignement qu’ils avaient reçu des Valar, et leur connaissance du monde non intéressée à le détruire, qui avaient rendu les Eldar les plus beaux des Elfes ? Aimer le monde, c’est continuer à le faire vivre, comme l’ont fait au départ vivre les Valar, et voilà pourquoi la mort, détournée par Melkor de sa signification originelle, apparaît comme une malédiction : elle devient la destruction gratuite, et non le retour des âmes à leur possesseur pour permettre le renouvellement de la race humaine et l’autoriser à tirer profit de son don de vies individuelles courtes. D’ailleurs, n’est-ce pas encore la naissance ininterrompue de nouveaux individus qui va permettre aux Hommes d’émerger et d’éclipser les Premiers-Nés, quand ceux-ci, immortels, enfantent tout au plus pour permettre à leur descendance de jouir de la paix dans laquelle ils vivent, et sont dès l’origine destinés à s’effacer de la Terre du Milieu ?

Hors ligne

#37 01-09-2003 18:42

Semito Nazgul
Inscription : 2003
Messages : 184

Re : Monothéisme et théogonie (synthèse)

Je suis désolé, mais pour moi, la mythologie tolkienienne telle qu'elle découle du Silmarillon reste polythéiste. Eru est une divinité superieure mais les Valars ont aussi tout des attributs des divinités des panthéons paiens de l'Antiquité. Je ne comprends pas pourquoi on cherche absolument à vouloir "évangéliser" ou "christianiser" à posteriori cet Univers imaginaire. Le monothéisme, ça veut dire un seul et unique Dieu.

Hors ligne

#38 03-09-2003 01:36

Vinyamar
Inscription : 2001
Messages : 1 813

Re : Monothéisme et théogonie (synthèse)

Ben ca fait plaisir de se donner du mal pour lire ce que tu dis Semito...
Il ne s´agit nullement "de christianiser a posteriori" l´univers de Tolkien, mais de détecter ce qui est explicitement chrétien dans son oeuvre, ce qui ne l´est pas, et aussi ce qui sans l´être explicitement n´est pas incompatible et laisse donc planer un doute sur ce qui te semble à toi évident.

Mais relire TOUT le fuseau est essentiel à une bonne compréhension...

Hors ligne

#39 05-09-2003 12:20

Semito Nazgul
Inscription : 2003
Messages : 184

Re : Monothéisme et théogonie (synthèse)

Cher Vinyamar,

c'est avec un grand intérêt que j'ai lu la "colossale" contribution de Ylla. Simplement, je persiste dans l'idée que le monde tolkienien tel que tracé dans le Silmarillon reste profondément polytéhiste. Il y a Eru qui est une divinité superieure et il y a les Valars qui ont tous les attributs des divinités des Panthéons antiques. C'est une réalité. On peut les comparer aux anges, mais fondamentalement, ils se rapprochent davantages de l'idée des divinités. Certes, Melkor a beaucoup de ressemblances avec Satan, en particulier dans sa rebellion conter Eru. Tolkien a beau dire que dans sa mythologie, il n'y a pas plusieurs divinités, on sent que les valars en sont. Pour rappel, les Anges n'ont pas de sèxe. Ils ne se marient pas entre eux, etc... Valinor ressemble davantage à l'Olympe et les valars aux divinités du panthéon greco-romain.

Pour conclure, il y a d'une part les religions antiques polythéistes et monothéistes (mythes et légendes de peuples et croyances qui se sont inscrites dans l'Histoire réelle) et il y a l'Univers imaginaire de Tolkien (que j'adore), auteur de Fantasy. Certes, il s'est inspiré de mythes antiques: celtiques, anglo-saxons, scandinaves, grecs, babyloniens, etc... et certainement d'une certaine vision chrétienne paulinienne. 

Quant au monothéisme, il signifie un seul et unique Dieu qui ne partage pas ses attributs, qui est omniscient et omnipotent. Peut-être devrait-on explorer la piste de l'enotéhisme à chevla entre le monthéisme et le polythéisme?

Hors ligne

#40 06-09-2003 01:19

Vinyamar
Inscription : 2001
Messages : 1 813

Re : Monothéisme et théogonie (synthèse)

Je crois qu'au fond nous sommes sur la même longueur d'onde.

Tout le problème vient de ce que Tolkien a voulu réviser son plan, et fit de ses "dieux" quelque chose de plus proche des anges, car de nature et surtout d'essence différente de celle de Dieu.

Hiswelokë refuse de distinction trop pointue entre ces termes, c'est pourtant essentiel et c'est là la source de beaucoup de nos oppositons.
Quoiqu'il en soit, les deux perceptions ont coexisté dans l'esprit de Tolkien, et il est intéressant néanmoins de déterminer si il a réussi ou non à christianniser quelque chose d'aussi païen que ses Valar.

Nos études tentent de montrer dans quelle mesure c'est oui, et dans quelle mesure c'est non.

Débarquer pour dire "moi je crois et je dis que non", c'est un peu passer à côté du discours. Ce serait mieux si tu apportais des arguments (nouveaux) ou des raisons que nous puissions partager.
Or ce que tu dis était le point de départ du problème, et c'est pourquoi je n'appréciais pas trop cette irruption (comme un grand retour en arrière).

Voilà, j'espère qu'on peut repartir sur ce grand sujet un peu plus loin.

Hors ligne

#41 06-09-2003 02:06

Hisweloke
Inscription : 1999
Messages : 1 622

Re : Monothéisme et théogonie (synthèse)

Vinyamar a écrit :

Hiswelokë refuse de distinction trop pointue entre ces termes, c'est pourtant essentiel et c'est là la source de beaucoup de nos oppositions.

Un brin d'incompréhension: je n'ai rien refusé, je crois - ou alors dans un tout autre contexte à nuancer (?), mais pas dans ce long fuseau et ses deux fuseaux antécédents ! - auxquels je n'ai pas du tout contribué mais que j'ai trouvé très intéressant. C'est là l'essentiel :)

Didier.

Hors ligne

#42 08-09-2003 16:31

Semito Nazgul
Inscription : 2003
Messages : 184

Re : Monothéisme et théogonie (synthèse)

Cher Vinyamar,

vous vous interrogez sur le point de savoir si Tolkien aurait réussi à christianiser les valars. Le Christianisme repose sur l'idée que Dieu aurait envoyé son Fils unique (au sens biologique...) et que celui-ci serait mort sur la Croix pour le Salut de l'Humanité et qu'il aurait ressuscité.

Bon, dans le Silmarillon, il n'y a aucune parabole en ce sens. Certes, les Elfes sont les enfants d'Illuvatar, les Premiers Nés. Les Valars se rapprochent-ils des Anges alors? Pas vraiment. Par contre, on note que Manwe épouse Yavana et que manwe a son trône sur le sommet d'une montagne à Valinor, etc... On voit clairement, l'idée de Dieu et Déesse comme dans les Panthéons Antiques. Le Lien Ulmo et Neptune est flagrant. Et puis dans l'acception chrétienne, les Anges n'ont pas de sèxe (les byzantins se sont assez querellés là-dessus). Valinor rappelle l'Olympe, ça c'est sûr! Earendil rappelle assez la figure des héros (hommes mortels) de la mythologie grecque. Dans le Silmarillon, on retrouve la fable de l'inceste oedipien, etc...

Enfin, c'est un débat complèxe et j'avoue que mon irruption "brutale" était en effet déplacée!:) Je m'en excuse!:)

Moi, je suis de confession musulmane et je suis donc impitoyable sur la notion de Monothéisme strict!:o)

Hors ligne

#43 08-09-2003 16:43

Finrod
Inscription : 2002
Messages : 381

Re : Monothéisme et théogonie (synthèse)

Juste une petite remarque en passant :

Semito Nazgul a écrit :

Bon, dans le Silmarillon, il n'y a aucune parabole en ce sens.

Certes mais il ne faut pas oublier que les histoires qui nous sont contées, que ce soit dans le Silmarillion ou dans le SdA, sont censées dans tous les cas renvoyer à un passé qui se veut bien plus ancien que l'ère chrétienne. Il n'y a donc pas spécialement de raisons que soit évoquée d'une manière ou d'une autre l'incarnation du Christ.

L.

Hors ligne

#44 08-09-2003 18:50

Semito Nazgul
Inscription : 2003
Messages : 184

Re : Monothéisme et théogonie (synthèse)

C'est juste! Mais alors, on ne peut pas le "christianiser".

Hors ligne

#45 09-09-2003 03:46

Vinyamar
Inscription : 2001
Messages : 1 813

Re : Monothéisme et théogonie (synthèse)

Oui, on ne peut pas le christianniser correctement, et c'est bien pour cela qu'il est si difficile de s'y retrouver.
Cependant, Tolkien, dans Home X (et pour le répéter encore une fois) a pourtant réussi à introduire l'idée d'un Dieu trinitaire et de son incarnation sur Terre (incarnation qu'il dissocie de l'état de divinité qui doit rester en majesté, alors que c'e'st pourtant bien Eru qui doit venir, d'où la notion d'un Dieu subtil et donc l'idée de trinité). Il nous révèle aussi que le feu secret dont parle Gandalf est l'Esprit Saint, contenue dans la création.
Tout cela rejoint habillement la théologie catholique.

Mais on a parlé à maintes reprises (peut-être même dans ce fuseau-ci !).

Au sujet des Valar, on est tous bien d'accord pour dire qu'à la base il s'agit de dieux païens (et je suis tout autant que toi conscient de ce que représente le monothéïsme !!). Mais Tolkien s'explique (ou son fils) sur les tentatives qu'il a conçu pour christianniser ses Valar, ne plus en faire des dieux mais des assistants de Dieu. Or, j'ai montré grâce à la théologie thomiste comment il était acceptable de croire en des anges qui collaborent à la création, et St Thomas va jusqu'à parler de l'usage que les anges peuvent faire des animaux dans le dessein de l'humanité. Modeler le monde comme le font les Valar est déjà un peu extrapolé, mais je trouve que Tolkien s'en tire assez bien sur ce coup, et c'est ce sur quoi je voulais mettre de doigt.

(ps: je ne crois pas que Dieu ai de fils biologique, et ce n'est pas la la foi de l'Eglise.... :-((( )

Hiswelokë: c'est pourtant vrai ! Toutes mes excuses, j'ai dû lire trop vite deux fuseaux à la fois.
Je reposterai donc en lieu utile, et avec de quoi ergoter :-)))

Hors ligne

#46 09-09-2003 12:56

Silmo
Inscription : 2002
Messages : 4 019

Re : Monothéisme et théogonie (synthèse)

Une petite remarque, ou plutôt une citation dont je n'ai pas trouvé trace jusqu'à présent dans le forum (sauf si j'ai mal utilisé le moteur de recherche).

En note à l'une de ses lettres à Robert Murray (la fameuse Letter n° 156), J.R.R. Tolkien a écrit:

There is only one "god": God, Eru Iluvatar. There are the first creations, angelic beings, of wich those most concerned in the Cosmogony reside (of love and choice) inside the World, as valar or gods, or governors; and there are incarnate rational creatures, Elves and Men, of similar but different status and nature.

Tolkien définit donc trois niveaux:

  • Un seul et unique Dieu (Eru Iluvatar);

  • des créatures angeliques qui sont des déités ou des gouverneurs qui résident sur Arda, par amour et par choix;

  • et enfin les créatures incarnées que sont les Elfes et les Hommes.

Silmo

Hors ligne

#47 09-09-2003 02:31

Ylla
Inscription : 2003
Messages : 173

Re : Monothéisme et théogonie (synthèse)

Semito a écrit :

Peut-être devrait-on explorer la piste de l'enotéhisme à chevla entre le monthéisme et le polythéisme?

C'est une idée, si tu veux développer tu es le bienvenu. Pour ma part j'ai voulu commencer par vérifier la définition du mot dans le dictionnaire, j'en ai parcouru plusieurs et je ne l'ai pas trouvé, même en essayant d'autres orthographes. Donc si tu peux préciser en quoi cette piste te paraît plus pertinente, la balle est dans ton camp.

Je suis désolé, mais pour moi, la mythologie tolkienienne telle qu'elle découle du Silmarillon reste polythéiste. Eru est une divinité superieure mais les Valars ont aussi tout des attributs des divinités des panthéons paiens de l'Antiquité.

Pas besoin d'être désolé, tant que tu argumentes :-). Dans ce que j'ai essayé de mettre en forme, il me semble qu'il y avait un certain nombre de raisons de croire que les apparences polythéistes n'étaient, justement, que des apparences. Pour ce qui est du mariage chez les Valar, il m'a semblé à moi que sa valeur était plutôt symbolique, j'en ai donné deux interprétations qui me semblaient également possibles, si les arguments ne te semblent pas valides, nous serions heureux de savoir précisément pourquoi.

Dans le Silmarillon, on retrouve la fable de l'inceste oedipien, etc...

Ah ??? Il doit me manquer une petite relecture, je vois bien l'inceste entre Turin et Niniel mais il n'est absolument pas oedipien, et il n'a pas du tout la même valeur que le mythe d'OEdipe. Je crois que tu surinterprètes un peu..

Finrod a écrit :
Semito Nazgul a écrit :

Bon, dans le Silmarillon, il n'y a aucune parabole en ce sens.

Certes mais il ne faut pas oublier que les histoires qui nous sont contées, que ce soit dans le Silmarillion ou dans le SdA, sont censées dans tous les cas renvoyer à un passé qui se veut bien plus ancien que l'ère chrétienne. Il n'y a donc pas spécialement de raisons que soit évoquée d'une manière ou d'une autre l'incarnation du Christ.

Tout à fait, et c'est pourquoi il faut être très prudent avec les analogies bibliques. Je suis pour ma part persuadée que Tolkien (rappelons-nous qu'il a affirmé qu'il lui semblait véritablement transcrire, et non inventer, ce qu'il écrivait) a cherché à imaginer un monde qui sur le plan métaphysique ne serait pas incohérent avec ce qu'il pensait être la vérité ; un argument de plus en faveur du monothéisme. Mais ce n'est pas parce que la métaphysique est similaire que les événements doivent calquer ceux de la Bible.

Silmo : effectivement, après ta citation, il n'y a plus grand chose à redire... Mais sans doute, comme disait Vinyamar, devons-nous plutôt chercher en quoi Tolkien a réussi à christianiser la Terre du Milieu ?

Hors ligne

#48 09-09-2003 15:14

Semito Nazgul
Inscription : 2003
Messages : 184

Re : Monothéisme et théogonie (synthèse)

Bonjour à tous!

Bon, je reconnais que je suis un novice et que je parle beaucoup comme une mitraillette et souvent sans avoir de cartouches!:) Je ne connais les extraits des correspondances de Tolkien. Je donne toujours mes seules impressions après lecture. Je précise que je n'ai lu le Silmarillon qu'une seule fois d'où des confusions. Ainsi, c'est Varda qui a épousé Manwe et non Yavanna.

Pour répondre à Ylla, c'est vrai qu'inceste oedipien s'entend comme l'inceste d'un fils avec sa mère. Mais, il y a qaund même l'inceste, certes entre frère et soeur.

Sur la notion d'enothéisme. L'énothéisme, c'est l'étape de transition du polythéisme vers le monothéisme. Au départ, les Hébreux étaient polythéistes. Puis, il se sont mis à adorer en particulier leur Dieu tribal, Yahve. Simplement, ils reconnaissaient les autres divintés des Panthéons locaux. Donc, ils adoraient une seule divinité Yahwe tout en reconnaissant l'existence des autres divinités qu'ils n'adoraient pas. Ils craignaient même. C'est l'énothéisme. Puis, il s'opère une nouvelle évolution. Les Hébreux ne reconnaissent plus que Yahwe comme seule divinité. Ils nient l'existence d'autres divintés. On entre alors dans le monothéisme. C'est une piste pour "christianiser" le Silmarillon!:) Tolkien passe d'un monde polythéiste puis il opère un virage vers le monothéisme. C'est une piste que je donne. Certes, c'est assez confus.

Pour répondre à Vinyamar, j'avoue que je ne suis pas specialement connaisseur de la scolastique, ni de la pensée chrétienne. J'avoue que les subtilités métaphysiques de la Trinité ont toujours échappé l'entendement du Sémite radicalement monothéiste que je suis.:) Je m'en tiens à l'orthodoxie sémitico-abrahamique judéo-musulmane concernant la conception monothéiste de Dieu, à savoir l'unicité absolue de Dieu.

Je vous présente si je vous ai choqué en parlant de "fils" au sens "biologique"... Je me référais simplement à la description évangélique de l'annonciation à Marie telle que décrite dans la Bible. Naturellement, j'ai une grande vénération et un immense respect pour Marie, la Sainte Vierge et pour Jésus, le verbe de Dieu.

Je reconnais humblement mon ignorance sur bien des aspects de l'oeuvre immense et sur la personnalité de Tolkien. 

Hors ligne

#49 27-10-2003 21:02

Ylla
Inscription : 2003
Messages : 173

Re : Monothéisme et théogonie (synthèse)

Bon, comme j'avais dit que je complèterais cette synthèse une fois qu'il y aurait eu quelques commentaires et qu'on dirait que ceux-ci ont fait le tour de la question, voici la partie qu'il y avait à reprendre, augmentée des précisions qui ont été apportées sur ce fuseau (Didier l'avait peut-être déjà fait... mais si ce n'est pas le cas ça lui fera toujours ça de boulot en moins ;)).
PS : Semito : je n'ai rien dit sur l'énothéisme parce qu'en fin de compte c'était le cas des Ainur qui posait le plus problème ; l'énothéisme en ferait des dieux, ce qui à l'arrivée donnerait pour eux exactement la même chose que dans le cas du polythéisme.

[édit (Yyr 2024) : je simplifie ci-après en éditant les messages d'Ylla de sorte à ne faire apparaître que les évolutions par rapport à son texte de départ]

IV – 2) La question des Ainur

Les mêmes remarques peuvent s’appliquer à la fratrie : les frères ou sœurs représentent, cette fois pas tant des éléments complémentaires, que des principes allant de pair l’un avec l’autre : ainsi les Fëanturi, maîtres des esprits, sont-ils chargés, l’un d’accueillir et de juger les âmes hors du temps, l’autre de leur apporter le repos dans le temps présent. Vána rend la jeunesse et la vigueur aux plantes que Yavanna fait pousser, et il semble qu’Oromë et Nessa représentent, l’un la purification et la défense, l’autre la joie permise par la paix (le cas d’Oromë et Nessa étant par ailleurs compliqué par la différence de sexe). On peut constater que l’ordre d’importance est traduit par le rang d’aîné ou de cadet. Il convient ici également de souligner que Manwë et Melkor, « frères dans l’esprit d’Ilúvatar », ne représentent sans doute pas deux principes complémentaires, ni antagonistes, contrairement à ce qu’on pourrait croire dans la mesure où c’est ainsi qu’on envisage le plus souvent le bien et le mal. Ceux-ci sont « frères », dans la mesure où, dans la création telle que l’a ordonnée Ilúvatar, le bien et le mal ne peuvent exister l’un sans l’autre, chacun devant à sa manière embellir la création, l’un par l’obéissance, l’autre par l’imprévu ; en outre on pourrait avancer que l’existence du bien et du mal est la condition nécessaire au libre arbitre dont Ilúvatar a fait don à l’homme.
Il ressort ainsi que les liens de parenté doivent être perçus davantage comme des liens entre les fonctions des Valar, que comme une personnification.

Les mêmes remarques peuvent s’appliquer à la fratrie : les frères ou sœurs représentent, cette fois pas tant des éléments complémentaires, que des principes allant de pair l’un avec l’autre : ainsi les Fëanturi, maîtres des esprits, sont-ils chargés, l’un d’accueillir et de juger les âmes hors du temps, l’autre de leur apporter le repos dans le temps présent. Vána rend la jeunesse et la vigueur aux plantes que Yavanna fait pousser, et il semble qu’Oromë et Nessa représentent, l’un la purification et la défense, l’autre la joie permise par la paix (le cas d’Oromë et Nessa étant par ailleurs compliqué par la différence de sexe). On peut constater que l’ordre d’importance est traduit par le rang d’aîné ou de cadet. Il convient ici également de souligner que Manwë et Melkor, « frères dans l’esprit d’Ilúvatar », ne représentent sans doute pas deux principes complémentaires, ni antagonistes, contrairement à ce qu’on pourrait croire dans la mesure où c’est ainsi qu’on envisage le plus souvent le bien et le mal. Choisir le bien ou le mal, c’est seulement choisir ou non d’être loyal à Eru et de s’associer à ses plans. Toutefois, si on se place au seul point de vue d’Eä (puisque c’est dans ce cadre que vont vraiment se définir les rôles des Valar), on remarque que Manwë et Melkor vont, chacun à sa manière, embellir la création, l’un par l’obéissance, l’autre par l’imprévu ; c’est ici peut-être ici qu’il faut les associer. En outre on pourrait avancer que l’existence du bien et du mal est la condition nécessaire au libre arbitre dont Ilúvatar a fait don à l’homme ; quoiqu’il faille remarquer que le libre-arbitre existait avant celui-ci, puisque c’est précisément en fonction de son libre-arbitre que Melkor s’est révolté contre Eru, et qu’il consistait plutôt, à cette échelle, en la capacité à choisir entre l’adhésion ou la révolte.
Il ressort ainsi que les liens de parenté doivent être perçus davantage comme des liens entre les fonctions des Valar, que comme une personnification.

- à l’exception d’Ulmo, ils se déplacent rarement eux-même vers les peuples d’Arda, et seul Oromë a véritablement joué un rôle de « messager »,

- à l’exception d’Ulmo, ils se déplacent rarement eux-même vers les peuples d’Arda, et seul Oromë a véritablement joué un rôle de « messager » (à la lettre : il a été le messager de Manwë). Par ailleurs ce sont le plus souvent aux Elfes que les Valar s’adressent ; or s’il faut chercher à définir la divinité (ou sa cour) en s’interrogeant sur ses rapports avec ses créatures, il semblerait plus pertinent de considérer les rapports entre les Valar/Eru et les Hommes, puisque les destins de ceux-ci et des Elfes diffèrent radicalement, et que c’est celui des Hommes qui s’accorde le mieux à ce qu’on pourra retrouver dans la religion actuelle,

IV – 4) Le Silmarillon au regard des théories platonicienne et néo-platonicienne

L’idée de dispersion apparaît ici à travers la dualité entre la matière et les âmes des hommes, propriété d’Ilúvatar, associées au monde bien qu’elles en demeurent étrangères, et renforce l’idée selon laquelle la cohabitation « forcée » des hommes et d’Arda serait un autre stade d’éparpillement du divin, à travers l’éparpillement de l’Âme.

Ainsi les Ainur, bien que créations et serviteurs d’Eru, ne seraient pas exactement des anges au sens où les a définis la Bible ; à partir de l’instant où ils développent le thème d’Eru, leur rôle consiste à opérer une première séparation d’entre le créateur et sa créature, séparation qui permettra aux Valar, une fois descendus en Arda, de passer du transcendant à l’immanent, du monde des esprits et du « vide atemporel » au temps physique du monde sensible. En cela les Valar, s’ils demeurent des « créatures angéliques », ont un rôle inédit, celui d’anges démiurges, représentants de la transcendance d’Eru dans le monde de l’immanent ; et c’est au service de ces représentants, et indirectement d’Eru lui-même, que se trouvent les Maiar qui assument les fonctions plus ordinaires des anges. En cela également Eru est véritablement l’Unique, puisque sa création se trouve séparée de lui, et que ce sont plusieurs entités, et non plus la sienne seule, qui représentent la pluralité du « Père de tout ». Mais les Ainur ne sont que les réalisateurs, les créateurs secondaires d’une réalité… et finalement à l'image de cet écrivain, subcréateur à un autre niveau, pour qui le thème fut un nouveau langage et la musique une mythologie entière.

L’idée de dispersion apparaît ici à travers la dualité entre la matière et les âmes des hommes, propriété d’Ilúvatar, associées au monde bien qu’elles en demeurent étrangères, et renforce l’idée selon laquelle la cohabitation « forcée » des hommes et d’Arda serait un autre stade d’éparpillement du divin, à travers l’éparpillement de l’Âme.

On constate donc que si les Valar s’éloignent quelque peu de la représentation habituelle des anges (cela sans doute du fait que Tolkien n’a cherché à christianiser son univers qu’a posteriori, et qu’il n’était pas aisé de faire d’une création d’apparence aussi païenne que les Valar un élément évident d’une métaphysique chrétienne), leur rôle s’inscrit dans une vision cohérente d’un univers strictement monothéiste ; ils viennent d’Eru et lui sont entièrement subordonnés. Notons en outre que l’idée d’anges démiurges, puisque c’est finalement ainsi qu’il faut les voir, est tout à fait compatible avec la théologie chrétienne, et même elle y est admise, comme en témoigne la théologie de St Thomas d’Aquin :

Dieu se sert du ministère des anges pour tout le devenir corporel qu'il opère (...) ainsi les anges ne ressusciteront pas les hommes au dernier jour pas plus qu'ils qu'ils n'ont créé le monde au premier; mais ils ont pu préparer la création du premier homme tout comme ils prépareront la résurrection au dernier jour. (cf. Somma Ia 45.5 - 91.2.1 - suppl 76.3). Bien que les anges n'aient aucune participation à l'acte créateur, se sont eux qui, par volonté de la Providence divine, administrent et gouvernent toutes les créatures matérielles, tous les corps.

l'homme être de relation, par B. de Marjerie, p.22, note 14

Ia 45.5. S1: Donc une substance immatérielle ne peut produire une autre substance immatérielle semblable à elle, quant à son être ; elle peut seulement produire une perfection surajoutée, par exemple si l'on disait, avec Denys, que l'ange supérieur illumine l'ange inférieur. C'est en ce sens qu'il y a de la paternité jusque dans le ciel, selon la parole de l'Apôtre (Ep 3,15 ) : (Dieu) « de qui toute paternité, au ciel et sur la terre, tire son nom. » Par là encore il apparaît avec évidence que nul être créé ne peut causer quelque chose sans une réalité préexistante, ce qui exclut l'idée de création.

Ia 110 : (...) De même, l'ange transforme la matière corporelle d'une façon qui surpasse celle des agents corporels, en agissant sur ces agents corporels comme une cause supérieure à eux.
3. Rien n'empêche que la puissance des anges réalise dans les choses naturelles des effets que les agents corporels seraient incapables de produire. Mais cela ne signifie pas que la matière obéisse à l'ange sans aucune résistance ; de même que la matière n'est pas soumise totalement au cuisinier parce que celui-ci est capable de produire, en réglant son feu avec art, des résultats que le feu n'accomplirait pas lui-même.

Ia 91.2: S. Augustin dit que « Dieu dispose les réalités corporelles par l'intermédiaire de la créature angélique » (...)
Les anges apportent à Dieu certains services dans les activités qu'il exerce sur les corps il y a cependant des choses que Dieu fait dans la créature corporelle, et que les anges ne peuvent faire en aucune façon (...). Or c'est selon cette vertu-là aussi que Dieu a formé du limon le corps du premier homme. Il aurait pu se faire pourtant que les anges aient apporté certains services pour la formation du corps du premier homme, comme ils en apporteront à la résurrection finale, en rassemblant nos poussières.

Ia 110.1 C'est pourquoi, de même que les anges inférieurs, dont la forme est moins universelle, sont régis par les anges supérieurs, ainsi tous les êtres corporels sont régis par les anges. Ce n'est pas là seulement une affirmation des Pères : c'est la pensée de tous les philosophes qui admettent des substances incorporelles.

Somme Théologique

Remarquons au passage que l’idée de « paternité » des anges entre eux pourrait rappeler, dans le Valaquenta, la description des liens familiaux entre les Valar ; par ailleurs on note que la métaphore de la création comme engendrement est extrêmement développée dans le Silmarillon. Les références à la paternité, à la filiation sont particulièrement nombreuses :
- Ilúvatar signifie, on l’a vu, « Père de tout »,
- Au chapitre 2, Aulë se compare à un « enfant qui comprend peu et joue à copier son père »,
- Au cours de ce même épisode, Ilúvatar déclare que les Nains seront pour Aulë « comme ses enfants » qu’il aurait lui-même reconnus, et évoque les Elfes, les hommes et les Nains en ces termes : « les enfants que j’ai adoptés et les enfants que j’ai choisis »,
- Les premiers nés des Nains et des Hommes sont appelés « Pères »,
- Dans l’Athrabeth, Andreth compare les Hommes à des « enfants » aux yeux des Elfes,
- Les Maiar étaient dans les premières versions les enfants des Valar (alors appelés « Dieux »), notamment Ilmarë et Eönwë, fille et fils de Manwë et Varda.

Parallèlement à cela, on peut remarquer que la première mention qu’il est faite de l’amour dans le Silmarillon se trouve dans l’Ainulindalë, lors de la vision des Ainur : « when they beheld [the Elves and Men], the more did they love them, being things other than themselves… : lorsqu’ils contemplèrent [les Elfes et les Hommes], ils les aimèrent d’autant plus, car c’étaient des créatures différentes d’eux-mêmes… » et plus loin : « They had become enamoured of the beauty of the vision : Ils s’étaient pris d’amour pour la beauté de la vision ». Arda est en vérité créée grâce à l’amour que portaient les Ainur à la vision ; c’est pour satisfaire leur désir d’y vivre qu’Ilúvatar en fait « Eä, le Monde qui Est ». Ainsi la conception est un acte qui trouve sa source dans la volonté inexpliquée d’Eru, et qui se réalise par le chant des Ainur ; mais la création, réalisée par Eru, est motivée par l’amour des futur Valar. La répartition des rôles entre eux se fait également d’après leurs préférences, d’après le Valaquenta ; le pouvoir sur un élément découle de l’attirance pour ce même élément, comme cette remarque sur Varda le montre très bien : « In light is her power and her joy : la lumière est son domaine et sa joie ». Il n’y a pas de prédestination ; et même, s’il entrait dans le dessein premier d’Eru de donner corps à la vision d’Arda, dans l’Ainulindalë son acte apparaît seulement motivé par l’amour que montrent les Ainur. On peut donc sans doute affirmer que c’est l’amour qui donne sa réalité au monde.

A cela, ajoutons que si c’est par orgueil que pèchent le plus souvent les personnages du Silmarillon, le péché de chair n’est pas absent ; il semble même qu’en vérité il soit considéré comme une faute des plus graves, comme en témoignent les « Laws and customs among the Eldar », où il est dit que quel qu’ait jamais pu être le degré de corruption de certains Elfes, il fut rarissime qu’ils fassent preuve de luxure. La luxure semble donc marquer l’abaissement suprême ; les rares exemples qu’on en a ne sont d’ailleurs pas anodin : c’est par exemple en grande partie à cause de ses désirs sans réponse pour Idril que Maeglin cède à Morgoth et lui révèle l’emplacement de Gondolin. Il est vrai qu’il parle sous la torture ; notons tout de même la remarque de Tolkien à cet endroit : « indeed desire for Idril and hatred for Tuor led Maeglin the easier to his treachery, most infamous in all the histories of the Elder Days : en vérité le désir d’Idril et sa haine pour Tuor conduisirent Maeglin d’autant plus volontiers à sa trahison, la plus ignoble parmi tout [ce que rapportent] les histoires des Jours Anciens ». La corruption du désir est directement reliée à la corruption du personnage ; de la même manière, dans l’histoire de Beren et Lúthien, la trahison de Celegorm envers Lúthien, qu’il retient prisonnière en vue de l’épouser de force, semble entériner la corruption des fils de Fëanor, poser une marque de non-retour ; c’est d’ailleurs Celegorm qui poussera ses frères à attaquer par traîtrise Dior en Doriath, causant ainsi « the second slaying of Elf by Elf : le second massacre d’Elfes par d’autres Elfes », et qui mourra dans la bataille de la main du fils de Lúthien, sans s’être jamais racheté.

Pourquoi une telle vision des choses ? Au regard des remarques faites plus haut, on peut penser que si la luxure, ou le désir « agressif », sont considérés comme la faute suprême, c’est parce qu’ils pervertissent le principe même qui a permis la création du monde. Le monde aurait été, plus précisément que créé, engendré ; il faudrait prendre la métaphore de l’engendrement à la lettre, ce qui expliquerait notamment que dans le Silmarillon l’amour apparaisse aussi sacralisé, voire idéalisé, qu’on passe de l’amour « noble » à l’amour terriblement coupable, sans qu’il soit jamais fait mention d’un amour simplement banal ou vil, en cela que, comme continuation de ce qui a donné corps au monde, il peut être corrompu mais jamais cesser d’être extraordinaire.
On a déjà parlé plus haut du rôle symbolique du couple chez les Valar. Dans cette nouvelle perspective, avoir du couple une vision plus concrète. Il ne s’agit pas d’un simple symbole, il s’agit de la continuation de l’engendrement du monde, de faire vivre le monde en lui redonnant naissance, chaque fois par l’action de deux éléments conjoints, comme par exemple, l’union du seigneur de la substance d’Arda et de celle qui la fait fructifier permet de faire vivre la terre. Si ce ne sont pas les Valar qui gardent le pouvoir sur les âmes, ce sont eux qui « donnent la vie » à la demeure des peuples d’Arda. C’est à cela qu’ils sont nécessaires : ce travail concret, un dieu seul n’aurait pas pu l’accomplir, il a fallu qu’il se fragmente et fasse naître de sa pensée des créatures qui elles ne seraient pas infinies, mais capables de s’attacher à un élément spécifique, puis de se compléter mutuellement pour compléter le monde.

On peut revenir à présent sur la nouvelle de Neil Gaiman citée en note 5. Cette nouvelle, en effet, propose une illustration assez directe à cette réflexion : non seulement, comme on l’a déjà noté, parce qu’on y retrouve la conception élaborée sous le commandement de Dieu avant la création, mais également parce qu’on y voit l’amour qui permet le passage de l’esprit à la matière, passage qui trouve sa pleine réalisation dans la mort. La genèse d’Arda est peut-être assez semblable : la matière, née de l’amour, mais inclinant vers la mort et la destruction, n’est-ce pas le destin d’« Arda Marred », suite à l’action de Melkor ?

En fin de compte, cette métaphore se rattache tout à fait à l’interprétation néo-platonicienne : les Valar y apparaissent également comme les créatures responsables du passage de l’esprit à la matière, ni des dieux ni tout à fait des anges. Elle est cependant si présente qu’on pourrait aller jusqu’à la voir comme une autre interprétation, une traduction plus concrète. Dans toute l’œuvre de Tolkien en effet, le mal apparaît comme la haine, ou le remplacement de l’amour par le désir de domination. Si les créatures de Melkor, plus tard de Sauron, sont laides et immondes, c’est parce qu’elles haïssent le monde qui les perçoit ; leurs langages sont horribles à entendre parce que « prononcés sans amour », et certainement pas, comme certains l’ont affirmé très naïvement, à cause du point de vue culturel des Elfes ou des Hommes. Melkor lui-même, dans la version tardive du mythe, bascule dans les ténèbres au moment où, le désir de possession de la lumière ayant tout à fait remplacé l’amour de la lumière, il tente de violer Arië, la Maia du soleil ; ce viol, abandon total de l’amour et remplacement par la violence, marque pour lui le point de non-retour. Et c’est au contraire de leur amour et de leur intérêt pour le monde que découle la beauté des Elfes : n’est-ils pas dit que c’était l’enseignement qu’ils avaient reçu des Valar, et leur connaissance du monde non intéressée à le détruire, qui avaient rendu les Eldar les plus beaux des Elfes ? Aimer le monde, c’est continuer à le faire vivre, comme l’ont fait au départ vivre les Valar, et voilà pourquoi la mort, détournée par Melkor de sa signification originelle, apparaît comme une malédiction : elle devient la destruction gratuite, et non le retour des âmes à leur possesseur pour permettre le renouvellement de la race humaine et l’autoriser à tirer profit de son don de vies individuelles courtes. D’ailleurs, n’est-ce pas encore la naissance ininterrompue de nouveaux individus qui va permettre aux Hommes d’émerger et d’éclipser les Premiers-Nés, quand ceux-ci, immortels, enfantent tout au plus pour permettre à leur descendance de jouir de la paix dans laquelle ils vivent, et sont dès l’origine destinés à s’effacer de la Terre du Milieu ?

Ainsi les Ainur, bien que créations et serviteurs d’Eru, ne seraient pas exactement des anges au sens où les a définis la Bible ; à partir de l’instant où ils développent le thème d’Eru, leur rôle consiste à opérer une première séparation d’entre le créateur et sa créature, séparation qui permettra aux Valar, une fois descendus en Arda, de passer du transcendant à l’immanent, du monde des esprits et du « vide atemporel » au temps physique du monde sensible, de donner naissance à la matière. En cela les Valar, s’ils demeurent des « créatures angéliques », ont un rôle inédit, celui d’anges démiurges, représentants de la transcendance d’Eru dans le monde de l’immanent ; et c’est au service de ces représentants, et indirectement d’Eru lui-même, que se trouvent les Maiar qui assument les fonctions plus ordinaires des anges. En cela également Eru est véritablement l’Unique, puisque sa création se trouve séparée de lui, et que ce sont plusieurs entités, et non plus la sienne seule, qui représentent la pluralité du « Père de tout ». Mais les Ainur ne sont que les réalisateurs, les créateurs secondaires d’une réalité… et finalement à l'image de cet écrivain, subcréateur à un autre niveau, pour qui le thème fut un nouveau langage et la musique une mythologie entière.

Pour terminer, les autres références sur JRRVF :

Les citations de la Bible sont tirées de la Bible de Jérusalem, sauf mention contraire dans le cas où on a cité les notes de la Pléiade.
L’édition citée pour la traduction de Pierre Alien du Silmarillion est celle de Pocket.

Hors ligne

#50 04-11-2003 00:08

sosryko
Inscription : 2002
Messages : 1 959

Re : Monothéisme et théogonie (synthèse)

Rque : Ylla, il n'y a pas que 7 anges ans dans la cour céleste biblique ;-) : « Elle avait une grande et haute muraille. Elle avait douze portes, et sur les portes douze anges. Des noms y étaient inscrits, ceux des douze tribus des fils d’Israël » (Apocalypse 21:12)

Il me semble que plusieurs points liant les anges de la tradition biblique et les « êtres angéliques » de Tolkien méritent d’être relevés dans cette discussion.

1) Le prince du monde

L’ange Métatron, lui, a un rôle très particulier dans l’univers angélique puisqu’il est devenu le « prince de la Face » parmi les « princes de la face », se tenant devant le Roi (Dieu). Le Talmud ( Sanhédrin, 38b) fait de lui l’Ange du Seigneur mentionné dans Exode 23, 21, duquel il est dit : « Et écoute sa voix, ne lui sois pas rebelle, car mon nom est en lui ». Au point que certaines versions anciennes du Talmud aujourd’hui disparues portaient probablement la leçon radicale que disait lire le karaïte Kirkisani : « Celui-ci est Metatron, qui est le petit  YHWH ». (…)

Il semble que l’appellation de « petit YHWH » ou « petit Seigneur » fut d’abord appliquée à Jahoel (…) mentionné dans l’ Apocalypse d’Abraham (datant du début du IIe siècle) (…) avant même que Jahoel soit identifiée à Métatron (…).

Gershom Scholem, La kabbale, p.568-9

Voilà qui explique comment une tradition va se cristalliser autour de l’ange Métatron considéré comme le « prince du monde » (A. Cohen, Le Talmud, PBP 65, p.138).

N’oublions pas d’autre part que :

[Manwë] était destiné à être, dans la plénitude des temps, le premier des Rois: seigneur du royaume d'Arda et maître de tous ses habitants. (…) Súlimo est un de ses noms, Seigneur du Souffle d'Arda

Valaquenta, p. 26, §5

[Manwë] fut nommé Légat d'Ilúvatar, Roi du monde des Valar, des Elfes et des Humains, premier défenseur du monde contre les maléfices de Melkor.

Quenta Silmarillion, I., Au Commencement des Jours, p.6, §2

Un traité du Talmud (Haguiga 15a) nous raconte que lorsque l’apostat Acher (= Élisha ben Avuyah) fit l’ascension du paradis, « il vit Métatron, qui avait reçu la permission de rester assis pendant qu’il enregistrait les mérites d’Israël. Acher dit : ‘‘Il a été déclaré que dans le ciel il n’y a ni effort, ni fatigue, qu’on ne s’assied pas, qu’on n’a pas de dos. Existerait-il donc deux pouvoirs ?’’ » On considère que l’apparition de Métatron assis, alors que tous les autres anges, en présence de Dieu, sont obligés de se tenir debout, a conduit Acher à penser que Métatron était doté d’un pouvoir divin et donc à croire au dualisme. (Cohen, p.138, Scholem, p.567)

Il se trouve qu’au-delà des termes de « Roi » ou de « Seigneur » d’Arda, ce qui caractérise Manwë est bien son trône au « sommet sacré du Taniqueltil », trône sur lequel on le voit souvent assis, régentant le monde. (QS :  I, p.42, 46 ; III, p.61 ; VIII, p.93, 94, 95 ; IX, p.105). Or, ce trône n’est rien moins que l’image terrestre du « trône d’Ilúvatar » (Ainulindalë, p.15 x2) ; quoi de plus normal pour le « Légat d’Ilúvatar » ?

2) Les frères

On accouplait à Métatron un autre ange, du nom de Sandalphon, mot grec (sunadelphos) qui signifie « frère associé (à son frère) ». De tous les anges Sandalphon est celui dont la stature s’élève le plus haut. « Entre ses compagnons angéliques et lui, la différence de taille représente l’espace qu’on parcourt en cinq cent années » ( Haguiga, 13b).

A. Cohen, Le Talmud, PBP 65, p.138

Or, non seulement « Manwë et Melkor étaient frères dans l'esprit d'llúvatar. » (Valaquenta, p.26, Ainulindalë, p.21) mais : « Le plus grand des Ainur qui descendit sur le monde était d'abord Melkor, [et] Manwë est plus cher au cœur d'Ilúvatar et comprend mieux ses intentions. » (Valaquenta, p.26, §5).

La mention du « trône de Morgoth » (QS : XVIII, p.199 ; XIX, p.237, 238 ; XX, p.253 ; XXI, p.271 ; XXII, p.304 ; XXIV, p.332) vient renforcer le lien entre Melkor et Manwë tout en soulignant l’opposition des deux frères : alors que le trône de Manwë est au sommet du Taniquetil, le « trône de nuit » Morgoth est « souterrain » (QS : XVIII, p.199, XX, p.253).

3) La chute

Dans La Venue des Elfes et la captivité de Melkor (QS, III), nous voyons que très tôt, Melkor « développe sa puissance », « pervertissant » la création en « êtres malfaisants », en « monstres » et « apparitions épouvantables ». « II avait rassemblé ses démons à Utumno, ceux qui l'avaient suivi au temps de sa splendeur et s'étaient corrompus comme lui ». Et Sauron était « lieutenant de Melkor », chargé de commander Angband, la « place forte » avec « tout un arsenal ». C’est « à cette époque, [que] le sinistre Melkor créa aussi des monstres innombrables, de toutes formes et de toutes espèces, qui agitèrent longtemps le monde » (p.56-7).

Or nous lisons un récit équivalent dans le Livre d'Hénoch :

Il arriva que lorsque les humains se furent multipliés, il leur naquit des filles fraîches et jolies. Les anges, fils du ciel, les regardèrent et les désirèrent. (…) Shemêhaza, qui était leur chef, leur dit : « Je crains que vous ne renonciez, et je serai tout seul coupable d’un grand péché. » (…) Alors ils jurèrent tous ensemble et ils se vouèrent mutuellement à l’anathème pour cela. Ils étaient en tout deux cents. (…)

Voici les noms de leurs chefs : Shemêhaza est le premier (…) Asaël le dizième après lui (…) ce sont leurs décurions.

Ceux-là et tous leurs compagnons prirent pour eux des femmes (…) Ils leurs enseignèrent les drogues, les charmes, la botanique et ils leur montrèrent les herbes. Les femmes conçurent et enfantèrent des géants, hauts de trois mille coudées qui dévorèrent out le fruit du labeur des hommes, si bien que les hommes ne purent plus les nourrir. Les géants se liguèrent contre eux pour les tuer et dévorèrent les hommes. Ils se mirent à pécher contre toutes les bêtes, oiseaux, quadrupèdes, reptiles, poissons, et à se dévorer entre eux. Ils burent le sang. Alors la terre accusa les criminels pour ce qui avait été fait.Azaël apprit aux hommes à fabriquer des épées, des armes, des boucliers, des cuirasses, choses enseignées par les anges. (…)

Azaël apprit aux hommes à fabriquer des épées, des armes, des boucliers, des cuirasses, choses enseignées par les anges. (…)

I Hénoch, VI,1-VIII ,1

4) L’intercession

Comme les hommes périssaient sur la terre, une clameur monta jusqu’aux cieux.

Alors Michel, Sariel, Raphaël et Gabriel jetèrent un regard depuis le sanctuaire céleste. Ils virent que beaucoup de sang était répandu sur la terre et que toute la terre était pleine de vice et de la violence qui y était commise. Ils se dirent l’un à l’autre : « C’est la voix de ceux qui crient depuis la terre jusqu’aux portes du ciel, les âmes des hommes accusent et disent : ‘‘ Portez notre cause devant le Très-Haut.’’ » Ils dirent au Seigneur : « Tu es le Seigneur des seigneurs, le Dieu des dieu, le Roi des âges (…) C’est Toi qui as fait toutes choses et qui détiens toute autorité, tout est devant Toi visible et découvert, Tu vois tout ce qu’a fait Azaël : c’est lui qui a enseigné tous les forfaits commis sur la terre (…) Et Shemêhaza, auquel Tu avais donné autorité sur ses compagnons ! (…) Les femmes ont mis au monde des titans par la faute desquels la terre s’est remplie de sang et de violence. Et maintenant voici que les âmes des victimes crient et font monter leur accusation jusqu’aux portes du ciel. Leur plainte s’élève et on ne peut se dérober au spectacle des abominations commises sur terre. Tu connais toute chose avant qu’elle n’arrive, Tu vois cela et Tu les laisses agir, sans même nous dire ce que nous devons faire à leur sujet ! »

I Hénoch, VIII ,4-IX,11

Les anges « glorieux » que sont Michel, Rapahël, Sariel et Gabriel sont troublés devant le mal que subit la terre et ses habitants à cause des anges déchus. Ils se tournent alors vers Dieu, le Seigneur,  dans l’attente d’un ordre à suivre : « que devons-nous faire à leur sujet » ?

Un comportement identique se rencontre chez les Valar qui découvrent les méfaits de Melkor :

Il arriva que les Valar réunirent un conseil, troublés qu’ils étaient par les nouvelles que Yavanna et Oromë rapportaient des Terres extérieures. La première s’adressa aux Valars et leur dit :

— (…) Laisserons-nous alors les terres qui leur sont destinées dans la désolation, sous le règne du mal ? Les laisserons-nous dans les ténèbres quand nous sommes dans la lumière ?

(…) Manwë médita longtemps sur son trône du Taniquetil, puis il demanda le conseil d’Ilúvatar.

QS, III, p.57.61

5) L’enchaînement

Manwë médita longtemps sur son trône du Taniquetil, puis il demanda le conseil d’Ilúvatar.

Il descendit alors à Valmar et fit rassembler les Valar dans le Cercle du Destin, et même Ulmo quitta la Mer Extérieure pour venir au conseil.
Et Manwë parla :

— Voici l’avis que m’a inspiré Ilúvatar : il nous faut reprendre à tout prix la maîtrise d’Arda et délivrer les Quendi de l’ombre de Melkor.

(…) Enfin les portes de la forteresse furent enfoncées, les voûtes des cavernes furent brisées et Melkor dut se réfugier au plus profond de l'abîme. Alors Tulkas s'avança comme champion des Valar et s'affronta à lui. Et Tulkas le renversa face contre terre et il fut enchaîné avec Angainor, une chaîne forgée par Aulë, et maintenu en captivité pour que le monde connaisse enfin la paix.

(…) Quand la bataille eut pris fin et que de grands nuages s'élevèrent des ruines pour cacher les étoiles, les Valar ramenèrent Melkor à Valinor, pieds et poings liés, les yeux bandés, et le jetèrent au milieu du Cercle du Destin. Là, il toucha la terre et son front aux pieds de Manwë et implora son pardon, mais celui-ci fut refusé. On le mit en prison dans le fort de Mandos, dont nul ne peut s'évader, qu'il soit Vala, Elfe, ou simple mortel. Il a de hautes et solides murailles et il se trouve à l'ouest du Pays d'Aman. Melkor fut condamné à y rester de nombreux siècles avant de pouvoir de nouveau plaider sa cause ou implorer son pardon.

QS, III, p.61.62-3

Le récit de l’enchaînement de celui par qui les armes sont apparues sur terre (cf. « l’arsenal » de Melkor), par les pieds et les mains, dans les ténèbres, pour que le monde retrouve la paix  se rencontre tel quel dans la suite du récit d’Hénoch :

Alors le Très-Haut, le Grand Saint, se prononça à leur sujet.

(…) Il dit à Raphaël : « Enchaîne Azaël par les pieds et par les mains, jette-le dans les ténèbres, ouvre le désert qui est à Dadouël et jette-le dedans. Mets sur lui des pierres rugueuses et aiguës, enveloppe-le de ténèbres, et qu’il demeure là à perpétuité. Recouvre son visage et qu’il ne voie pas la lumière. Le jour du grand jugement il sera conduit dans la fournaise. La terre que les anges ont souillée sera assainie. Annonce la guérison de la terre : on guérira sa plaie, et tous les humains ne périront pas à cause de tout le mystère meurtrier que les Veilleurs ont enseigné à leurs fils. La terre entière a été dévastée par leurs œuvres apprises d’Azaël : impute à celui-ci tous les péchés.

(…) Et maintenant, tous les justes vont échapper, ils resteront en vie jusqu’à ce qu’ils aient engendré des milliers de descendants. Tous les jours de leur jeunesse et de leur vieillesse s’accompliront dans la paix.

(…) Alors la vérité et la paix s’associeront pour tous les jours du monde (…) »

I Hénoch, X,1.4-8.17, XI, 2

Enfin, remarquons que Le livre des Jubilés donne un détail supplémentaire en précisant que « Le Seigneur regarda la terre, la vit corrompue (..) [et] entra dans une violente colère contre Ses anges, ceux qu’il avait envoyés sur terre. » (Jubilés, V,3.6) Ainsi, non seulement Dieu était celui qui avait donné autorité à Shemêhaza sur ses compagons (I Hénoch IX, 7), mais c’est bien lui qui avait envoyé sur terre ces anges que la tradition appelle les Veilleurs.

Un tel envoi divin sur terre correspond bien à celui de Melkor en Arda accompagné de ses serviteurs « qui l'avaient suivi au temps de sa splendeur » ( Ainulindalë, p.21-22).

6) Les préposés

La Valaquenta nous présente les Valar et Maïar comme les gardiens de l’ordre de la terre, chacun ayant une affectation bien précise. Or, la tradition juive connaît de telles attributions pour les anges :

L’ange de la Face parla à Moïse selon la Parole du Seigneur : (….)
« Le premier jour, Il créa les cieux, en haut, la terre, les eaux et tout esprit servant devant Lui :
les anges de la Face et les anges de la Sanctification,
ainsi que les anges du vent qui souffle,
les anges-esprits des nuages, des ténèbres, de la neige, de la grêle et du gel,
les anges des voix, du tonnerre et des éclairs,
les anges-esprits du froid et de la chaleur, de l’hiver, du printemps, de l’été et de l’automne,
et tous les esprits de sa création, dans le ciel et sur la terre.
(Il a créé aussi) les abîmes profonds, les ténèbres — le soir et le nuit —, et la lumière — l’aurore et le jour —, ce qu’il avait prémédité dans la connaissance de Son cœur. Alors nous avons regardé Ses œuvres, nous L’avons béni et nous avons chanté devant Lui les louanges de tout Son ouvrage, car il avait fait sept grandes choses le premier jour. »

Jubilés, II, 1-3

Mentionnons également l’ange se tenant à « la source (souterraine) qui donne naissance »la source (souterraine) qui donne naissance au plomb et à l’étain et qui est chargé d’éparpiller le minerai à la surface de la terre (I Hénoch LXV, 8).

De telles conceptions n’apparaissent pas seulement dans la littérature apocryphe mais également dans la tradition talmudique :

Un ange était désigné comme « prince » de chacun des éléments. Gabriel était le prince du feu (Pessahim, 118a), Jurkemi, prince de la grêle (ib.) ; Ridya, prince de la pluie (Ta’anith, 25b) ; Rahab, prince de la mer (Baba bathra, 74b) ; Laïla, prince de la nuit (Sanhédrin, 96a) et de la conception (Berakhot, 18b).

A. Cohen, Le Talmud, PBP 65, p.137

On pourrait ajouter que Gabriel, selon le Talmud, est aussi l’ange préposé à « la maturation des fruits » (Sanhédrin, 95b).

7) Anges et Archanges ; Maïar et Valar

Et les hommes m’emmenèrent et me firent monter de là au sixième ciel. Et là, je vis un groupe de sept anges, très brillants et glorieux, et leur visage resplendit comme un rayon de soleil (…) Ce sont eux qui  règlent et enseignent le bon ordre du monde, la marche des étoiles et du soleil et de la lune, à leurs guides, les anges, et les anges des cieux, et ils mettent l’accord dans toute la vie des cieux. Ils règlent également les commandements et les instructions et la douce voix des chants et toute louange de gloire. Et il y a les anges qui sont sur les saisons et les années, et les anges qui sont sur les rivières et sur les mers, et les anges qui sont sur les fruits et sur l’herbe et tout ce qui foisonne, et les anges de tous les peuples. Et ce sont eux qui règlent toute la vie et l’écrivent devant la Face du Seigneur. Et au milieu d’eux il y a sept Phénix et sept Chérubins et sept (Séraphins) à six ailes, leurs voix et leurs chants à l’unisson les uns  des autres. Leur chant est indescriptible, et le Seigneur se réjouit de ses marchepieds.

II Hénoch, XIX

On trouve ces sept anges « glorieux » en Tobie 12, 15 : « Je suis Raphaël, l’un des sept Anges qui se tiennent toujours prêts à pénétrer auprès de la Gloire du Seigneur » et en Apocalypse 8, 2 : « Et je vis les sept Anges qui se tiennent devant Dieu ».

« Les milliers de milliers, les myriades de myriades, innombrables, incalculables, de ceux qui se tiennent devant le Seigneur des Esprits » (I Hénoch, XL, 1) forment l’assemblée des anges, « ceux qui ne dorment pas et se tiennent devant [Sa] gloire » (I Hénoch, XXXIX, 12) ; mais dans cette assemblée, « aux quatre côtés du Seigneur des Esprits », se trouvent « quatre personnages différents de ceux qui ne dorment pas » (XL, 2) et qui pourtant sont également des « anges » (XL, 10). Ce sont des « anges de puissances » (XX,1), membres du groupe des « sept archanges » (XX, 8)

Leurs noms sont connus de plusieurs traditions aux listes changeantes (I Hénoch, XL : Michel, Raphaël, Gabriel, Phanouel ; I Hénoch, IX : Michel, Sariel  -  Ouriel, Raphaël, Gabriel ; I Hénoch XX : Ouriel, Raphaël, Ragouël, Michel, Sariel, Gabriel, Remiel) … mais ce qui compte est que leur nombre (4 ou 7) soit une constante.

Intéressant donc de  constater que les sept anges supérieur, selon le texte de I Hénoch cité ci-dessus, sont les maîtres des attributions de tous les autres anges (« Ils règlent également les commandements et les instructions ») ; voilà qui nous renvoie à la distinction entre les Valar et « leurs sujets, leurs aides et leurs serviteurs », les Maiar (Ainul., p.32).

De même que l’importance du chant « indescriptible » et « à l’unisson » des archanges n’est pas sans rappeler la Grande musique des Valar.

8) Différences

Finalement, il n’existe qu’une seule différence radicale entre les angéologies juive et tolkienienne : les anges ne participent pas à la création dans la tradition juive.

Alors que les Valar et Maiar sont créés « avant la création du monde » (Ainul., p.32), une telle affirmation est une hérésie dans la tradition juive ; les anges apparaissant lors du premier jour de la création (Jubilés II,2), du second ou du cinquième jour ( Genèse Rabba I, 3 et III, 8). Les seules actions angéliques envisagées lors de la création sont à chercher, pour Philon d’Alexandrie, dans la création de l’homme (afin de justifier la capacité de l’homme au mal comme au bien) ; mais une telle théorie est rejetées par les sages (Genèse Rabba, VIII, 5). Or, de toutes les actes créateurs, la création de l’homme relève du seul ressort d’Ilúvatar dans le Silmarillion.

Sosryko
qui a craqué ;-)
bien que n'ayant pas
eu le temps de mieux détailler :-(

Hors ligne

#51 04-11-2003 00:35

sosryko
Inscription : 2002
Messages : 1 959

Re : Monothéisme et théogonie (synthèse)

Rque :
I Hénoch est un texte canonique de l’église éthiopienne ; les manuscripts sont innombrables en Éthiopie. C’est le célèbre voyageur écossais James bruce qui, le premier, apporta en Grande-Bretagne, en 1773, trois exemplaires de ce livre. La traduction de R.H. Charles, publiée en 1893, utilise quinze manuscrits (The book of Enoch, Oxford). L’édition critique la plus connue, celle [du même] R.H.  Charles a pour titre  The Ethiopic Version of The Book of Enoch, Oxford, 1906.  R.H. Charles, encore, édita The Ethiopic Version of the Hebrew Book of Jubilees, Semitic Series, VIII, Oxford, 1895. Tolkien ayant enseigné entre 1925 et 1959 à Oxford, ces livres ont très bien pu passer entre ses mains…

Hors ligne

#52 04-11-2003 12:11

Silmo
Inscription : 2002
Messages : 4 019

Re : Monothéisme et théogonie (synthèse)

Passionnant, comme toujours. Merci Sosryko :-)

Hors ligne

#53 04-11-2003 12:28

Coeur de Canard
Inscription : 2002
Messages : 445

Re : Monothéisme et théogonie (synthèse)

C'est tres interressant. Ceci dit c'est un peu surprenant considerant le catholiscisme de JRR. Le Talmud est certes consideres par les juifs comme la Thorah orale -- compiler aux IV ou Ve siecle AD, il n'existe pas pour le chretien --d'ou une interpretation differentes des textes du pentateuqes et des prohetes. En particulier, si je me souviens bien seules 3 des 7 archanges sont nommes dans l'ancienne alliance (le nom des 4 autres se trouvant dans le Talmud).

CdC

Hors ligne

#54 08-11-2003 19:50

sosryko
Inscription : 2002
Messages : 1 959

Re : Monothéisme et théogonie (synthèse)

Je ne vois pas très bien en quoi il serait surprenant que Tolkien, érudit, connaissant les mythologies nordiques mais avant tout grand lecteur de la Bible, n'ait pas eu le goût (ou la connaissance seulement) des légendes judéo-chrétiennes qui ont très vite complétés les 'silences' bibliques. Car avant sans aller chercher ailleurs que dans la culture biblique, il me paraissait juste de montrer que les anges bibliques n'ont pas grand chose à envier aux Valar-Maiar, justifiant ainsi leur appellation d'« êtres angéliques ».
(un petit tour du côté des gnostiques, et voilà le concept de couples démiurges qui termine la description des anges tolkienien.)

Une remarque supplémentaire sur la facilité avec laquelle Tolkien a pu passer de la désignation de « dieux » à la désignation de « Valar » lors de la création de ces êtres angéliques.
Il est vain de vouloir à tout prix faire des cases dans lesquelles se trouveraient séparés les anges et les dieux, surtout s’il s’agit de placer les seconds au-dessus des premiers.

Pour la Bible, tout ce qui a (ou est censé) avoir maîtrise sur la création et qui n’est pas homme est divin ; les anges (qui existent) et les dieux (qui n’existent pas au final) relèvent du divin et de la cour céleste. Les premiers sont créatures de Dieu, tandis que « tous » les seconds sont « surpassés de beaucoup » par Dieu (Ps 96, 97). « A l’assemblée divine, Dieu préside, au milieu des dieux il juge » (Ps 8 :1) et, si les anges sont bien les « fils de Dieu » (Job 1 :6), l’homme doit bien prendre garde de ne pas considérer les dieux comme « les fils du Très-Haut » (Ps 8 :6).

Les anges « fils de Dieu » (Job 38 :7 ; bny `lhym) ou « fils de Le-Dieu » (Job 1 :6, 2 :1 ; bny h`lhym) sont donc supérieur aux « fils des dieux » (Ps 29 :1, 89 :6 ; bny `lym) car ils possèdent une lettre divine (le h du tétragrame) dans leur nom générique.

Bien mieux : les « dieux » ( Job 41 :25 ; `lym) « prennent peur, la panique les débande » devant le Léviathan, alors que les anges supérieurs n’ont pas peur du « Léviathan, le serpent fuyard, le serpent tortueux, le dragon qui habite dans la mer » (Isaïe 27 :1). En effet dans l’Apocalypse d’Abraham, Jaoel, « ange qui porte le nom ineffable » (X, 4) se présente comme ayant « été crée pour garder les Léviathan, car par moi sont maîtrisées l’invasion et la menace de tous reptiles » (X, 11).

N’oublions pas « Michel et ses Anges combattront le Dragon », qui est «l’antique serpent » (Apocalyse 12, 7.9) et qui pourtant aura le dessous (v.8)
Or, Jaoel joue dans l’Apocalypse d’Abraham le rôle tenu par Métatron dans III Hénoch ou par Michel dans le Testament d’Abraham : tous trois tirent leur puissance du fait qu’ils sont porteur du nom divin ; de même pour les anges, qui ne sont lumière ou glorieux que parce que Dieu est lumière et glorieux.

Sosryko

Hors ligne

#55 08-11-2003 23:50

sosryko
Inscription : 2002
Messages : 1 959

Re : Monothéisme et théogonie (synthèse)

Pour finir,

Il faut comprendre que dans la Bible l’expression « fils des dieux » (beney eliym / levar elahiyn) est un sémitisme et signifie « dieux » tout comme l’expression « les fils des prophètes » (1R 20:35 ; 2R 2:3.5.7.15, 4:1.38, 5:22, 6:1, 9:1) signifie « les prophètes », ou que « les fils d’Adam » signifient « les hommes » (Nb 23 :19 ; Ps 8:4, 11:14, 107:8.15.21.31 ; Qo 3:21, 8:11 etc...).

Ainsi, en Daniel 3, lorsque Nebouchadenezar (Nabouchodonozor) découvre qu’il y a quatre formes humaines dans la fournaise où il vient d’ordonner qu’on jette seulement trois personnes (Shadrach, Meshach et Abed-Nego), le roi de Babylone comprend qu’il y a là « comme un fils des dieux » (3:25 = lbr-`lhyn), c’est-à-dire un « être divin » (trad. du Rabbinat français) ; mais il comprend très vite qu’il ne s’agit là que d’un envoyé, un « ange » (v.28 : ml`kh) mandaté par « leur Dieu » (v.29 : `lhhvn) « le Dieu Très-Haut » (v.26 : `lh` jly`).

Un autre exemple révélateur se rencontre dans la septante du Deutéronome (traduction grecque du texte hébreu mais qui a conservé ces sémitismes) ; nous lisons, au verset 8 du chapitre 32 :

Lorsque le Très-Haut partageait les nations,
Comme il dispersait les fils d’Adam,
Il fixa les frontières des nations
Selon le nombre des fils de Dieu

Si les « fils d’Adam » sont les hommes, c’est que les « fils de Dieu » sont des dieux.

Très tôt, cette mention de « fils de Dieu » a dérangé. Au point que dans le texte hébreu actuel (hormis un fragment de Qoumran confirmant certainement la lecture originale), nous lisons « fils d’Israël » à la place de « fils de Dieu », et la majorité des manuscrits grecs donnent « anges »...

Or nous lisons aussi, dans le même poème, au verset 43 :

Réjouissez-vous, cieux, avec lui,
Et que se prosternent devant lui tous les fils de Dieu ;
Réjouissez-vous, nations, avec son peuple,
Et qu’ils lui donnent force, tous les anges de Dieu

Ainsi, tous les « fils de Dieu » (beney elohiym) sont des « anges de Dieu », ce qui explique pourquoi on ait remplacé dans le verset 8 la mention « fils de Dieu » = « dieux » par « anges ».

Or, cette modification du manuscrit grec du Deutéronome est exactement la même que celle a exécutée par Tolkien lorsqu’il a abandonné le terme « Gods » pour « Powers » / « créatures angéliques » pour désigner les Valar !!

Dans les deux cas, il y a eu volonté d’éviter une mauvais compréhension du terme « dieux » qui désignait des êtres « divins » au sens de « proches de Dieu ».

Sosryko

Hors ligne

#56 09-11-2003 14:35

Coeur de Canard
Inscription : 2002
Messages : 445

Re : Monothéisme et théogonie (synthèse)

Ce que je voullais dire c'est pas qu'il soit etonnant que JRR se soit interresse au Talmud mais qu'il se soit appuye sur une tradition non chretienne d'interpretation du pentateuque pour batire une oeuvre qu'il voullait (OK au debut inconsciement) catholique.

Sosryko a écrit :

Si les « fils d’Adam » sont les hommes, c’est que les « fils de Dieu » sont des dieux.

C'est pas necessairement evident. Tu t'appuie sur une interpretation talmudique ou chretiene precise ? Par ailleurs El dans les mythologie semitique etait le pere des dieux ... (sans parler du Fils de l'Homme).
(ben adam est utilise en hebreu moderne pour designer un individu -- genre singulier de "les gens").

CdC

Hors ligne

#57 10-11-2003 13:49

sosryko
Inscription : 2002
Messages : 1 959

Re : Monothéisme et théogonie (synthèse)

Plus que le Talmud, il s'agit d'une angéologie développées dans les apocryphes judéo-chrétiens, lesquels ont été rejetés violemment par certains sages juifs (*) alors qu'ils ont fourni une grande part de l'imaginaire chrétien (la chute des anges devant énormément à ces écrits!).

(*) Cf le Midrach Rabba qui rejette la lecture "fils de Dieu" en Gn 6:2, refusant d'y voir des anges mais des hommes, les "fils des juges"

Coeur de Canard a écrit :
Sosryko a écrit :

Si les « fils d’Adam » sont les hommes, c’est que les « fils de Dieu » sont des dieux.

C'est pas necessairement evident. Tu t'appuie sur une interpretation talmudique ou chretiene precise ?

la lecture n'est ni talmudique ou chrétienne, c'est la lecture de l'immense majorité des exégètes à la recherche du sens premier de l'expression (et qui est celle que tu cites renvoyant à El et à sa cour). Cf. L'article "Sons of God" de Brendan Byrne dans l'Anchor Bible Dictionnary (VI, p.156-8) : « The use of the expression 'sons of God' (more correctly 'sons of the gods') (...) reflects the common Semitic use of 'son' to denote membership of a class or a group ». Cf. aussi l'Excursus « The Sons of the gods (or of God) » de Claus Westermann, dans son commentaire Genesis 1-11, p.371-2, citant une quinzaine d'auteurs dont H. Gunkel : « The phrase bene elohim would have been understood in Hebrew usage as 'beings belonging to the category of elohim' », mais aussi G. von Rad, Speiser ou Zimmerli : « This explanation occurs so frequently now that one can speak of a broad agreement » (p.372).

Sosryko

Hors ligne

#58 10-11-2003 03:44

Szpako
Inscription : 2001
Messages : 635

Re : Monothéisme et théogonie (synthèse)

Et toc pour les références complémentaires :o) mais excellent Sosryko, pour ce "petit plus" sur la tradition angélique dont participent les Valar ;-))

Cathy

PS Ylla >> encore un petit travail de remaniement ??

Hors ligne

#59 10-11-2003 11:13

sosryko
Inscription : 2002
Messages : 1 959

Re : Monothéisme et théogonie (synthèse)

Oh, merci Cathy :-))
je goûte ta reconnaissance
comme on goûte un met délicat ou un vin fin ;-))

Sosryko

Hors ligne

#60 11-11-2003 07:25

sosryko
Inscription : 2002
Messages : 1 959

Re : Monothéisme et théogonie (synthèse)

11) Création(s) et alphabet(s)

On ne trouve pas dans la Bible de réponse précise à la question suivante : À quel moment les anges ont-ils été créés ? Nous avons vu que la tradition rabbinique proposait le troisième ou le cinquième jour (Gen. Rabba). Un verset biblique permet pourtant d’expliquer une tradition apocryphe (celle des Jubilés) qui a choisi le premier jour de la Création comme jour de la création des anges. En effet, si Dieu répond à Job du milieu du tourbillon en demandant : « Où étais-tu quand j’ai fondé la terre et que tous les fils de Dieu éclataient de joie ? » (Job 38:4-7), c’est que les anges avaient été créés avant que Dieu établisse la terre (prise pour la Création) sur ses bases et lui donne sa mesure…

Les Valar et les Maiar du Légendaire tolkienien relèvent de cette tradition puisque dans la Valaquenta, nous lisons qu’« au commencement Eru (…) créa les Ainur. (…) Ceux des Ainur qui le voulurent se levèrent et entrèrent dans le Monde au commencement du temps, et ce fut leur tache que de l’achever » (p.25) ; nous apprenons également qu’« avec les Valar vinrent d’autres esprits dont l’existence remontaient aussi avant la création du Monde (…) ce sont les Maiar (…) » (p.32).

Rúmil, appelé le Sage de Tirion, était bien placé pour connaître « les récits des Eldar » rassemblés dans la Valaquenta puisqu’il fut l’auteur du récit parallèle qu’est l’Ainulindalë et qu’il était un Elfe noldorin de Valinor.

Ce sage fut également l’inventeur du premier alphabet, l’alphabet qui a servi à recueillir la pensée des Valar qui ont fondé le Monde. Imaginez alors la fascination de Rúmil devant un livre appelé le Séfer Yezira (Le Livre de la Création). Le livre est petit, à peine deux mille mots dans sa version longue, plus modeste même que l’Ainulindalë… mais Rúmil aurait étudié longuement ce « plus ancien texte hébreu de pensée systématique et spéculative qui nous soit parvenu » (Scholem, p.72) et qui présente les « 22 lettres élémentaires » de l’alphabet hébreu comme le fondement de la création toute entière :

« 22 lettres fondamentales : il [Dieu] les a gravées, sculptées, permutées, pesées, transformées. Avec elles, il a représenté tout ce qui a été formé et tout ce qui sera formé » (SY 2 :2)

Il y a là, en résumé, l’enseignement de la Kabbale affirmant que les lettres de l’alphabet hébreu furent créées en premier et qu’ensuite, à l’aide de ces lettres, Dieu créa l’Univers. C’est la signification ésotérique de la première phrase de la Genèse : br`syt br` `lhym `t  = Bereshit bara Elohim eth (Gn 1 :1), soit : « Au commencement Elohim créa ‘alèph-tav’ » ; c’est-à-dire qu’il créa les lettres depuis la première (Alèf : `) jusqu’à la dernière (Tav : t). De plus, non seulement cette première phrase de la Genèse (« Au commencement Elohim créa les cieux et la terre ») a pour initiales les lettres suivantes : Hé-Vav-Hé-Alèf-Alèf-Beith-Beith, dont la somme est égale, en guématria classique, à 22 (2+2+1+1+5+6+5), mais les trois premiers mots br`syt br` `lhym ont une guématria égale à 1202, tout comme l’expression : bkb `vtyvt br` ´vlmv « avec 22 lettres, Il a créé son Monde » (L’alphabet hébreu et ses symboles, Georges Lahy, p.20-1).

Est-ce alors un simple hasard si les seuls êtres célestes mentionnés dans la Valaquenta, dont on connaisse le nom et qui ont participé à la formation du Royaume d’Arda  (à savoir, les 14 Valar avec leur « Shemêhaza » — Melkor, et les 6 Maiar avec leur « Asaël » — Sauron [*] ;) forment un groupe de…22 « anges » ?

Car alors, pourquoi ne pas avoir mentionné Arien et Tilion, les Maiar qui auront le rôle non négligeable de régler les courses du Soleil et de la Lune (QS, XI) ?

Ainsi, dans la tradition judéo-chrétienne orthodoxe ou ésotérique comme dans le Légendaire du Silmarillion, on trouve liés la Création et le Verbe, la Vision et la Lettre. La parole est créatrice, le mot prononcé empli le Vide et le mot écrit traverse les Abîmes du Temps. Il n’est plus innocent de constater que Manwë, « Légat d’Ilúvatar » en Arda, aime par dessus tout « la  musique et la poésie, car la poésie (= la Lettre) est son plaisir, le chant des mots (= le Verbe) sa vraie musique » (p.46) ; et l’exemple de Yavanna qui fait pousser les plantes « grâce à son chant » à « l’air sacré » (p.43) confirme qu’au commencement de la Création était le Verbe, la Grande Musique.

Ainsi, Valar et Maiar, lettres vivantes de l’alphabet d’Ilúvatar, sont antérieur à la création, et une fois la matière créée, ce sont eux seuls qui donnent forme au Monde.

[*] Pour mémoire :

Valar (14 Ainur-Valar = 8 Aratar + 6) :
(1-2) Manwë et Varda,
(3-4) Aulë et Yavanna,
(5-6) Námo (Mandos) et Vairë,
(7-8) Irmo (Lórien) et Estë,
(9-10) Tulkas et Nessa,
(11-12) Oromë et Vána,
(13) Ulmo,
(14) Nienna.

Maiar (6) :
(15-16) Ilmarë (§Varda) et Eönwë (§Manwë),
(17-18) Ossë (§Ulmo) et Uinen (§Ulmo),
(19) Melian (§Vana),
(20) Olorin (§Lorien, §Nienna)

Ennemis (2) :
(21) Melkor (Ainu, ex Vala, ex Arata),
(22) Sauron (Maia, §Aulë , §Melkor),
Valaraukar (Balrogs), mais aucun nom n’est donné.

§X= serviteur de X

Sosryko

Hors ligne

#61 11-11-2003 01:25

Coeur de Canard
Inscription : 2002
Messages : 445

Re : Monothéisme et théogonie (synthèse)

Sosryko a écrit :

la lecture n'est ni talmudique ou chrétienne, c'est la lecture de l'immense majorité des exégètes à la recherche du sens premier de l'expression (et qui est celle que tu cites renvoyant à El et à sa cour).

Heu, je ne suis pas certains que ce soit l'immense majorite des exegetes juifs ou chretiens. Par contre, si on s'interresse a l'exegese non religieuse d'accord (ce qui pose le probleme de l'exegese non religieuse).

Que les evangiles apocryphes aient influences l'imaginaire chretien ok, mais comme leur noms l'indiquent ils ne sont pas canoniques. L'introduction d'influence non-cannonique dans un corpus qui se veut, au moins a posteriori, catholique, n'est ce pas problematique ?

CdC

Hors ligne

#62 11-11-2003 16:55

sosryko
Inscription : 2002
Messages : 1 959

Re : Monothéisme et théogonie (synthèse)

Non, aucun problème à cela ;-)

  1. Tolkien n'avait pas foi en son légendaire ;

  2. la foi de Tolkien, ce qu'il croyait et ce en quoi il mettait son espérance ne sont pas les seuls éléments générateurs de mythes dans son Légendaire ;

  3. ce que dit un texte écrit par Rumil le Sage (Ainulindale) ou par les Eldar (Valaquenta) n'est pas un testament religieux de Tolkien

  4. sans l'introduction d'influences/d'interprétations non-canoniques (hors du corpus des deux Testaments), Melkor et "ceux qui l'ont suivi" n'existeraient pas car c'est tout le mythe de la chute des anges qui serait à oublier; les interprétations thomistes et tout autres théologies orthodoxes (catholiques ou pas) ne sont pas non plus canoniques...Si Tolkien s'est était tenu au dogme et au droit canon, il se serait interdit dès le départ de présenter une création dans laquelle les anges ont part, il se serait interdit d'introduire la notion de réincarnation des elfes, il se serait interdit d'introduire Aulë créant les Nains, il se serait interdit d'introduire des aigles qui parlent, des elfes, des balrogs...bref, ce serait illisible et sans vie.

  5. Tolkien a bien compris que ce n'est pas la lettre seule qui compte mais l'esprit de la lettre ;

  6. enfin, il sait tout aussi bien qu'il ne crée pas un « mythe vrai » puisqu'il n'en existe qu'un Seul de mythe vrai, et qu'il n'y rien à ajouter ni rien à retrancher (Ap 22:18-19). S'il avait voulu faire un traité de théologie, il n'aurait pas écrit les récits du Livre Rouge. Tolkien a avant tout voulu créer un Monde Secondaire, qui n'est pas le notre, donc...

Hors ligne

#63 18-11-2003 13:46

Necsipaal
Inscription : 2001
Messages : 165

Re : Monothéisme et théogonie (synthèse)

Cher Vinyamar,

Je t'écris pour te dire que je suis très mécontent de ton inqualifiable comportement.
Hier soir, tu as oublié de nourrir Behemoth, le soir d'avant, tu lui as donné des os d'enfants de deux ans alors que je t'est toujours expliqué que Behemoth était un chat délicat au palais sensible et qu'il ne pouvait digérer que des Os de bébés de MOINS de UN an.
De plus, la dernière vierge que tu m'as sacrifié sur l'autel de tes coupables passions avait un esprit simplet et vouait un culte sordide à Legolas! Non mais on aura tout vu! Crois tu qu'un Empereur comme moi se contente de tels produits de dernière fraîcheur. J'exige des âmes dignes de ce nom, pas des aliments lyophilisés dont même Belial ne voudrait pas.
En outre, lors de ta dernière invocation à la poule noire, tu étais en retard de trente seconde, trente secondes, dix de plus et crois-bien que tu aurais du faire face aux sévices les plus abominables.
Tu es devenu un serviteur fat, outrecuidant et négligé. Sache que les dons que je t'ai donné peuvent-t'être ravis tout aussi prestement si j'estime que tu manques à tes devoirs les plus rudimentaires (comme réciter le pater noster en quenya, grec et latin à l'envers tout les vendredi soirs).
Ne crois pas que tu puisses rassembler sous ta bannière immaculée les scouts de France, si tu n'as pas reçu mon consentement au préalable, ne crois pas que tu puisses bouter les hérétiques hors de Jrrvf, si tu n'accomplis pas ta besogne quotidienne, et n'espère même pas faire un jour partie du Saint Conseil, si ta soumission ne m'est pas totale, principes primordiaux que bien des papes et des évèques ont appliqués et qui leur sont avérés fort bénéfiques.
N'oublie pas que sans mon ombre, point de lumière, sans mon fardeau, point de bonté dont tu fais de trop grandes louanges.
Et si tu vénères l'amour de Ton Seigneur, alors tu dois me vénérer au centuple car je suis celui par qui ta foi est possible.
Et lorsque par les froides soirées d'hiver le doute t'étreint, que l'amour infini te dégoute ou t'ennuie, alors tu sais que je suis en toi et qu'il faut me rendre gloire, sinon ton monde n'existerait plus, sans mes dons, sans mes tentations auxquelles tu te prêtes parfois aisément, l'unité des scouts ne seraient qu'absurde chimère, Tolkien un anarchique libertaire et le Concil papal une réunion saugrenue dont l'existence inutile ne changerait rien au monde.

N'oublie pas que c'est l'ombre qui a fait ta lumière et rend moi hommage avant qu'il ne soit trop tard et que Behemoth fatigué de tant de relâchement ne décapite ton âme.

Bien à toi,

Satan, Empereur des septs mondes, Prince de l'Exil, Protecteur des Savants, Père des Pariah, Patron des conspirateurs et Egide des Assassins.

Hors ligne

#64 18-11-2003 21:40

Vinyamar
Inscription : 2001
Messages : 1 813

Re : Monothéisme et théogonie (synthèse)

Necsipaal ! :-)) Quel retour !
Tu ne pouvais mieux sonner ton entrée en scène, si je n'en suis la première victime, je ne doute pas d'en être la plus cernée !
Dois-je en déduire que tu as aussi chassé, quelque part dans ces grands déserts internautiques, du zèbre ?

Peste ! Necsipaal la ténébreuse répandrait donc toujours ses ombres sur les mortels égarés en ce forum.
Dois-je innocemment prétendre ignorer pourquoi c'est sur ce fuseau que tu me rapelles à ton bon souvenir (j'ai bien nourri Béhémoth hier soir, mais j'ai découvert qu'il digérait très bien le sarin !), ou simplement m'inquiéter de ta nouvelle identité. (Tu as pris du grade on dirait !)

Face à nune telle menace, vais-je enfin pouvoir déployer cette bannière immaculée qui, comme l'étendard d'Aragorn, attendait son heure ?

Ta plume a gagnée elle aussi on dirait. Qu'as-tu fais tout ce temps ?
Qu'ais-je dû m'occuper de tes bestioles et de ta basse court !?

Hors ligne

#65 29-11-2003 20:13

Ylla
Inscription : 2003
Messages : 173

Re : Monothéisme et théogonie (synthèse)

Comme quoi le sujet méritait nettement plus que ma rapide petite synthèse ;-)). Mais bon, je m'en doutais un peu:)
Merci pour ces éclaircissements, Sosryko. Désolée de ne pas m'être manifestée plus tôt, c'est le temps qui manque, pas l'envie ! Ben il ne me reste plus qu'à refaire un tour là-dedans, on n'en est plus à une version près (oui, Cathy, maintenant que je m'y suis mise, je vais faire de mon mieux pour terminer tout ça ;-)). Comme je n'aurai sûrement pas le temps de m'y mettre avant la mi-décembre, si vous avez encore des choses à rajouter, la tribune est toujours ouverte;)

Hors ligne

#66 21-12-2003 17:44

Ylla
Inscription : 2003
Messages : 173

Re : Monothéisme et théogonie (synthèse)

Et c’est reparti ;-) (j’espère qu’on arrivera enfin à une version définitive… ;-) le perfectionnisme, c’est bien, mais alors le perfectionnisme à plusieurs, qu’est-ce que ça peut prendre de temps ;-)))

Surtout à l’attention de Sosryko : maintenant que j’ai eu le temps de bien lire les jolies précisions que tu as apporté, je voulais revenir sur certaines, avant de remanier l’ensemble. Bien entendu il serait très intéressant de les inclure telles quelles, mais cela nous donnerait un résultat qui dépasserait les quarante pages… Ca commence à faire lourd, pour quelque chose de synthétique   ;-)

Rque : Ylla, il n'y a pas que 7 anges ans dans la cour céleste biblique ;-)

C’est vrai que la formulation pouvait prêter à confusion ;-) Enfin si j’ai bien compris Nikita (promis, dès que j’aurai le temps je lirai la Bible un peu plus en détail  !), il s’agissait de l’exemple de la vision d’Ézéchiel, plutôt que d’une affirmation valable pour l’ensemble.

Pour la suite : ce dont je voulais principalement discuter, c’était de la manière dont on pourrait organiser l’ensemble des détails que tu donnes. En d’autres termes, plutôt que rechercher les points communs un par un, n’y a-t-il pas plus de ressemblances de fond à dégager ? C’est seulement histoire de s’en sortir un peu plus facilement, on pourrait bien sûr donner toutes les correspondances avec toutes les versions possibles, mais alors là j’ai peur qu’on n’obtienne un truc vraiment interminable ;-) Je compte donc sur tes éclaircissements là où j’ai eu des doutes, en espérant qu’on finira par y arriver  ;-)

1) Le prince du monde : on note la ressemblance avec Manwë, mais quand tu parles du trône, est-ce que dans les deux cas, le trône de Manwë et la permission qu’a Métatron de rester assis ont la même valeur ? Il me semblait que Manwë était supérieur dans le royaume d’Arda, mais que face à Ilúvatar, il ne se distinguait pas spécialement. Dans l’Ainulindalë, Manwë n’est le premier qu’à partir du moment où il reçoit sa fonction de seigneur d’Arda. Au départ, même, c’est Melkor qui semble devoir représenter le plus grand des Ainur.

2) Les frères : qui est plus précisément Sandalphon ? Tu as l’air de mettre en évidence que la caractéristique principale de cet ange (celle qui est résumée dans son nom), c’est d’être frère (de Métatron). Or, si de la même manière il y avait une chose à retenir de Melkor, je ne crois pas qu’on pourrait dire que c’est le fait d’être frère de Manwë. Melkor est effectivement « le plus grand des Ainur », mais ce n’est pas le seul frère. Enfin, ne sachant à peu près rien de la fonction de Métatron et Sandalphon, j’attends tes éclaircissements (c’est quand même pratique d’avoir des érudits en matière religieuse à proximité ;-)). Sinon, tu vois ce que je veux dire : ce n’est pas très clair pour moi, est-ce que c’est seulement le fait que deux anges principaux soient frères qui te pousse à établir un parallèle, ou la signification de ce lien dans les deux cas ?

3) La chute : le récit que tu donnes est bien celui d’une chute, mais (je juge une fois de plus seulement à partir des extraits que tu cites) j’y vois tout de même une différence avec celle de Melkor : chez Tolkien, la chute est occasionnée par le désir de puissance. Melkor corrompt, d’une part pour se constituer une armée qui pourrait tenir tête aux Valar, d’autre part pour avoir des créatures à dominer. Ici, le motif de la chute des anges a l’air d’être leur désir charnel. Cela dit, on pourrait rapprocher le désir initial de Melkor de posséder le monde du désir de posséder une femme. Mais l’engendrement des géants, la fabrication d’armes sont-ils seulement conséquence de la chute originelle, ou obéissent-ils à un but comparable à celui de Melkor ?

4) L’intercession : d’accord. Ce motif met en évidence l’absence d’une totale autonomie des anges sur Terre ; en cas de troubles graves (la révolte d’anges dont les pouvoirs sont comparables aux leurs), ils sont obligés d’en référer à Dieu. La différence, c’est bien sûr que les anges de la Bible regardent « depuis le sanctuaire céleste », quand les Valar demeurent sur Terre et qu’ils ont pour rôle de la façonner (donc dans une certaine mesure une responsabilité sur elle, ils ne sont pas seulement apitoyés par les plaintes qui en viennent) ; mais cela renforce justement leur lien avec les anges : même s’ils sont en apparence plus indépendants, ils doivent tout de même en référer à Dieu.

5) L’enchaînement : on peut juste remarquer que la souillure de la Terre fait intervenir les hommes dans I Hénoch, alors que « Arda marred » l’est avant même la venue des Hommes et des Elfes dans le Silmarillon. Mais vu que Tolkien n’avait aucune raison de transposer mot à mot les récits des textes religieux dans sa version, on ne va pas trop pinailler ;-).

7) Anges et Archanges ; Maiar et Valar : tu écris « De même que l'importance du chant " indescriptible " et " à l'unisson " des archanges n'est pas sans rappeler la Grande musique des Valar. ». Nikita l’avait fait remarquer aussi ; mais à bien y réfléchir maintenant, je me demande si on ne peut pas faire encore le même commentaire : dans les deux cas il s’agit bien d’un chant, mais qui ne représente pas du tout la même chose. Le chant des chœurs d’anges est une louange à Dieu ; la Grande Musique est une création non matérialisée, à partir du thème donné par Dieu. La ressemblance n’est peut-être donc qu’en surface.

Pour la distinction entre les dieux et les anges : ce qu’on voulait opposer, c’était surtout le modèle des dieux grecs et celui des anges de la Bible, plutôt que classer radicalement entre êtres de nature « divine » ou « angélique ».

Voilà ! J’espère que nous nous sommes bien compris : si je pinaille sur certains points, c’est seulement parce qu’arrivés à ce stade de foisonnement, je me disais qu’il allait peut-être nécessaire de faire une petite sélection dans les exemples à donner ; c’est pourquoi j’aurais aimé préciser plutôt des ressemblances de fond que l’ensemble des détails, dont tu as prouvé qu’ils étaient encore plus nombreux qu’on n’avait commencé à les répertorier ;-). Bon, s’il s’agit de rechercher les sources d’inspiration de Tolkien, le détail est sans doute très pertinent, après tout on ne construit pas une œuvre autrement qu’en polissant à sa manière un assemblage de petits morceaux récupérés à droite et à gauche ;-). Mais dans la mesure où on considère ce qui ressort une fois le texte fini, il vaudrait peut-être mieux sélectionner, enfin ce n’est que mon avis… j’imaginais juste la tête que je ferais, si je me retrouvais avec quarante ou cinquante pages à lire quand je pensais tomber sur une synthèse ;-))) (ou alors, faire une version longue et une courte ??) En espérant qu’on pourra en discuter, je sais qu’on n’a pas toujours le temps qu’on veut pour intervenir longuement (oh oui, je m’en suis rendu compte…:()

PS : au sujet de ta dernière observation sur les lettres et le Verbe, je ne retiens pas mon admiration, c’est bien l’interprétation la plus élégante qui sera sortie sur le sujet ! La Création comme poème, la première et la plus grande des œuvres d’art, c’est vraiment splendide, il y a des jours où on comprend vraiment ce que peut vouloir dire « le critique comme artiste »… je me sens toute petite, d’un coup…

Hors ligne

#67 03-01-2004 03:43

sosryko
Inscription : 2002
Messages : 1 959

Re : Monothéisme et théogonie (synthèse)

Désolé Ylla,
j'ai été un moment éloigné de tout ordinateur (vacances et moniteur qui crame obligent) et me voilà un peu trop occupé pour te répondre tout de suite (rentrée oblige)...un peu de patience ;-)

Sosryko

Hors ligne

#68 06-01-2004 14:31

NIKITA
Inscription : 2002
Messages : 223

Re : Monothéisme et théogonie (synthèse)

Dommage! ;-)

NIKITA

Hors ligne

#69 06-01-2004 14:31

NIKITA
Inscription : 2002
Messages : 223

Re : Monothéisme et théogonie (synthèse)

Dommage! ;-)

NIKITA

Hors ligne

#70 06-01-2004 15:36

NIKITA
Inscription : 2002
Messages : 223

Re : Monothéisme et théogonie (synthèse)

Dommage! ;-)

NIKITA en coup de vent

Hors ligne

#71 06-01-2004 16:37

sosryko
Inscription : 2002
Messages : 1 959

Re : Monothéisme et théogonie (synthèse)

et une triplication, une ! hihi :-))
bonne année à toi Nikita ;-)

Hors ligne

#72 08-01-2004 00:24

NIKITA
Inscription : 2002
Messages : 223

Re : Monothéisme et théogonie (synthèse)

Triplication bien involontaire!
Décidément je perds la main pour poster sur le forum...
Bonne année donc à tous et, je l'espère, à bientôt...

NIKITA toujours en coup de vent

Hors ligne

#73 18-02-2024 23:47

Yyr
Lieu : Reims
Inscription : 2001
Messages : 2 870
Site Web

Re : Monothéisme et théogonie (synthèse)

Ayant pris beaucoup de plaisir à repriser le présent fuseau, j'en profite pour participer — de manière entique.
Avec un grand merci à Ylla & Cie.
Dont Sosryko qui, outre l'enchantement magistral déjà relevé, résumait en passant, très simplement, comment l'auteur pouvait être pleinement artiste et pleinement chrétien, sujet d'une discussion récente.

À la suite de Sosryko, qui a montré la consonance entre le statut des Ainur et la tradition hébraïque, j'ajouterai un complément sur la question disputée de la métaphysique de la Création, dont Vinyamar avait recueilli les prémices.

Ylla a écrit :

4) Le Silmarillon au regard des théories platonicienne et néo-platonicienne

Commençons par rappeler les théories platoniciennes. Selon Platon, la divinité suprême est le Bien absolu, autour duquel s’organise le monde des Idées, le stade de réalité supérieure. Le second stade de la réalité est le monde des Formes ; celui-ci est l’œuvre d’une divinité inférieure, le « Démiurge », qui prend modèle sur le monde des Idées pour créer le monde sensible. Maxime de Tyr, philosophe platonicien repris par St Justin au IIe siècle, a développé par l’idée d’un dieu primaire inaccessible, mais qui se transmettait par l’intermédiaire de dieux secondaires ; le parallèle avec Eru et les Ainur (Valar en particulier) est tentant : Eru représenterait le Bien suprême, la musique le monde des Idées, une « création en puissance » (3) dont les démiurges (Valar) feraient le monde sensible ; au contraire d’Eru, ils seraient eux, accessibles aux créatures terrestres.

Dans « Splintered Light », de V. Flieger, on peut lire [...]

Par rapport à ce chapitre d'Ylla et l'interprétation néo-platonicienne de l'Ainulindalë donc :).

Voici quelques extraits sélectionnés et traduits (sur Deepl corrigé par moi) de Yannick Imbert, From Imagination to Faerie, Pickwick pub., 2022.

Au chapitre 4 (§ « the beauty of words ») quant au langage :

Here, Flieger's philosophical interpretation of Tolkien is important to mention. Indeed, her argument on the parallel development of language and history is directed by an overarching Neoplatonic framework she considers essential to Tolkien. (...). For her, as for many Tolkien scholars, Eru is closer akin to the Platonist “One” than to the biblical God. In fact, after exploring the Neoplatonic nature of Eru, Flieger describes the creation-act along the lines of an emanationist theory that has profound implications, not only for Arda's unfolding history, but also for the creation of language. Because Eru's creative act entails such a diminution, the unfolding history can only be one of relative decay, including in the formation of languages. (...)

Il est important de mentionner ici l'interprétation philosophique fliegerienne de Tolkien. En effet, son argumentation sur le développement parallèle du langage et de l'histoire est orientée par un cadre néoplatonicien global qu'elle considère comme essentiel pour Tolkien. (...) Pour elle, comme pour de nombreux spécialistes de Tolkien, Eru est plus proche de l'"Un" platonicien que du Dieu biblique. En fait, après avoir exploré la nature néoplatonicienne d'Eru, Flieger décrit l'acte de création selon une théorie émanationniste qui a de profondes implications, non seulement pour le déroulement de l'histoire d'Arda, mais aussi pour la création du langage. Puisque l'acte créateur d'Eru implique une telle diminution, l'histoire qui se déroule ne peut être que celle d'une décadence relative, y compris dans la formation des langues. (...)

In fact we are not bound by this particular philosophical stance, quite the contrary. There is indeed a better metaphysical option in Thomism. (...)

En fait, nous ne sommes pas liés par cette position philosophique particulière, bien au contraire. Il existe en effet une meilleure option métaphysique dans le thomisme. (...)

Far from being a succession of “splintered light,” everything in Middle-earth, as long as it has being, knows of the presence of Eru in a manner similar to Thomas's own exposition of the presence of God to his creation. (...)

Loin d'être une succession de « lumières éclatées », tout ce qui se trouve dans la Terre du Milieu, tant qu'il existe, connaît la présence d'Eru d'une manière similaire à l'exposé de Thomas sur la présence de Dieu dans sa création. (...)

If creation is “splintered light,” it is only so by contrast to the perfect divine order. There is nothing to suggest gradual decay from the original light. Rather, the many “splinters” of the divine light represent many different shades and colors. These are not related by a scale of perfection, as Tolkien himself poetically explains in “Mythopoeia”:

Si la création est une « lumière éclatée », elle ne l'est que par contraste avec l'ordre divin parfait. Rien ne suggère une dégradation progressive de la lumière originelle. Au contraire, les nombreux « éclats » de la lumière divine représentent de nombreuses nuances et couleurs différentes. Celles-ci ne sont pas liées par une échelle de perfection, comme Tolkien lui-même l'explique poétiquement dans « Mythopoeia » :

Man, Sub-creator, the refracted light
through whom is splintered from a single White
to many hues, and endlessly combined
in living shapes that move from mind to mind. (lines 61-64)

La lumière réfractée issue d’un blanc unique
qui traverse [L’homme, subcréateur] pour se fragmenter
en de nombreuses couleurs, sans cesse recomposée
en formes vivantes passant de l’esprit à l’esprit. (trad. Sosryko)

& De façon connexe, au chapitre 10 (§ « The Source of Being: The Neoplatonic Eru ») quant à la Création :

Noting that Eru is described by Tolkien himself as “immensely remote” (Letters n°156, p.204), (...) and because Eru is “The One,” [many commentators] have hastily identified him with a Neoplatonic god. One of the greatest Tolkien scholar, Verlyn Flieger, (...) described the creation act along the lines of an emanationist theory that has profound implications for the rest of Arda's unfolding history. According to this  perspective, emanation implies diminution, falling away from Eru's perfection and light [and] the Neoplatonic account of creation by the Ainur is presented as a mediatory act between Iluvatar's creative act (only in potency) and the actualized creation (by the Ainur only). This leads Flieger to conclude [that the] role [of the Valar] in the scheme of things is, from a strictly Christian point of view, eccentric (...). This conclusion is shared by other scholars noting that creation by the Ainur represents a “divine distance” clearly not characteristic of the biblical God.

Notant qu'Eru est décrit par Tolkien lui-même comme « infiniment lointain » (Lettres n°156, p.290), (...) et parce qu'Eru est « l'Un(ique) », [de nombreux commentateurs] se sont empressés de l'identifier à un dieu néoplatonicien. L'un des plus grands spécialistes de Tolkien, Verlyn Flieger, (...) a décrit l'acte de création selon une théorie émanationniste qui a de profondes implications pour le reste de l'histoire d'Arda. Selon cette perspective, l'émanation implique une diminution, un éloignement de la perfection et de la lumière d'Eru [et] le récit néoplatonicien de la création par les Ainur est présenté comme un acte médiateur entre l'acte créateur d'Iluvatar [uniquement en puissance] et la création actualisée [par les seuls Ainur]. Cela amène Flieger à conclure [que le] rôle [des Valar] dans l'ordre des choses est, d'un point de vue strictement chrétien, excentrique (...). Cette conclusion est partagée par d'autres chercheurs qui notent que la création par les Ainur représente une « distance divine » qui n'est manifestement pas caractéristique du Dieu biblique.

If we follow that interpretation, we have to conclude that the Ainulindalë presents us with a deist account of creation in which the Ainur are closer to being creators than sub-creators. (...) Flieger thus affirms that “the Music is not the physical act of creation, but only its blueprint. It is the pattern for the world inpotentia”. (...) the implication (...) is to make Eru a merely functional creator, not an actual one. (...) John Cox takes this interpretation to its logical conclusion when he suggests that the Ainulindalë, siding with the Neo-platonician philosopher Plotinus over against the “Hebrew tradition”, reflects a radical dualism between the supreme simplicity and eternality of Eru and the temporal plurality of the created order represented by the Ainur.(...) Eru creates a world which perfection is continually fragmented. Far from being the “source of being,” Eru ends up being only the source of diminished life.

Si nous suivons cette interprétation, nous devons conclure que l'Ainulindalë nous présente un récit déiste de la création dans lequel les Ainur sont plus proches d'être des créateurs que des subcréateurs. (...) Flieger affirme ainsi que « la Musique n'est pas l'acte physique de la création, mais seulement son plan. Elle est le modèle du monde inpotentia ». (...) l'implication (...) est de faire d'Eru un créateur simplement fonctionnel, et non réel. (...) John Cox pousse cette interprétation jusqu'à sa conclusion logique lorsqu'il suggère que l'Ainulindalë, prenant le parti du philosophe néo-platonicien Plotin contre la « tradition hébraïque », reflète un dualisme radical entre la simplicité suprême et l'éternité d'Eru et la pluralité temporelle de l'ordre créé représenté par les Ainur. (...) Eru crée un monde dont la perfection est continuellement fragmentée. Loin d'être la « source de l'être », Eru finit par n'être que la source d'une vie diminuée.

Je ne donne pas ici la réponse de l'auteur (qui recoupe celle de Jonathan McIntosh dans The Flame Imperishable, Angelico press, 2017, p.50-55), plus longue et complexe que pour le langage. Mais la dernière phrase soulignée par moi suffit à la deviner, à savoir que la thèse néo-platonicienne implique une contradiction avec ce que donne à lire le Conte d'Arda, où Eru n'est pas la source d'une vie diminuée (dont seraient finalement responsables non pas Eru mais les Valar) mais bien la source de l'être sans exception, selon une compréhension thomiste stricte (quant à l'imperfection, au mal, etc.). L'auteur appuiera notamment son argumentation sur la conception tolkienienne de la subcréation. Mais on pourrait aussi résumer en disant que la thèse néoplatonicienne dite classique (celle de V Flieger) ne peut coller qu'avec l'Ainulindalë lu d'une certaine façon, et lu séparément du reste du Conte d'Arda — ce dont peut donner une idée un thème transversal comme celui du libre arbitre. Toutefois, une manière de s'en convaincre, à mon avis plus accessible et plus poétique, est de (re)lire l'article (d'autant plus convainquant que non écrit en ce but) des « Couleurs du Monde » de Sosryko dans Pour la gloire de ce monde.

Je rappelle aussi que la théorie de V. Flieger partait d'éléments matériels minces et particulièrement fragiles.

NB : Le néoplatonisme n'est pas pour autant absolument exclusif ni du Conte d'Arda ni de la philosophie chrétienne : il y a des points de rencontre et de discussion. Mais je vais ici à l'essentiel, sur un sujet dont d'ailleurs je ne prétends pas avoir fait le tour. Simplement, quitte à mettre le Conte d'Arda en rapport avec une métaphysique, il semble que celle de s. Thomas soit la seule qui (au vu de l'état de la recherche actuelle) s'y prête suffisamment pour respecter le Conte d'Arda dans son entièreté et sa cohérence (ce qui ne veut pas dire une identité stricte).

Hors ligne

#74 19-02-2024 12:15

Elendil
Lieu : Velaux
Inscription : 2008
Messages : 1 041
Site Web

Re : Monothéisme et théogonie (synthèse)

Ylla a écrit :

Dans le monothéisme est introduit la notion d’Etre suprême.
[...]
Le monothéisme définit « Dieu » (sans article) comme « l’Etre éternel, unique, tout-puissant et miséricordieux, créateur et juge, des révélations biblique et islamique ».

Je me penche avec intérêt sur ce fuseau que je n'avais pas encore lu et je m'arrête un instant aux définitions, car je crains qu'elles posent un problème en étant trop réductrices, ce qui aboutit à une contradiction immédiate. C'est probablement sans incidence sur le reste du fuseau, s'il se concentre sur le platonisme et le christianisme, mais cela vaut néanmoins la peine d'élargir le débat.

La dernière phrase citée omet déjà le mazdéisme (notamment dans sa forme zoroastrienne), oubli classique, mais qui témoigne d'une vue très européenne des religions. Il peut être commode de ne pas citer les religions disparues, comme le culte d'Aton de l'Égypte ancienne, mais le zoroastrisme mérite d'être cité à plusieurs titres : parce que c'est une religion révélée, parce qu'elle existe toujours aujourd'hui (190 000 pratiquants, si j'en crois WP) et parce qu'elle a influencé les religions bibliques et l'islam à différents niveaux. Qui plus est, la conception théologique du zoroastrisme possède plusieurs points de rencontre avec la mythologie tolkienienne.

Il y a de plus une difficulté pour passer de la première affirmation citée à la seconde, parce que si l'on admet que la notion d'Être suprême est introduite avec le monothéisme, alors il faut admettre que l'hindouisme moderne est un monothéisme, alors que c'est une religion qui exclut explicitement la possibilité d'une révélation. Pour moi, ce problème vient du fait que les définitions proposées ne traitent ni le panthéisme, ni le panenthéisme. L'hindouisme comme le néoplatonisme relèvent assez explicitement du panenthéisme, comme un certain nombre de courants philosophiques au sein du christianisme, de Maître Eckart à Spinoza, sans parler des philosophes plus récents (j'y inclurais volontiers Teilhard de Chardin, par exemple).

E.

EDIT : La lecture de la suite me fait penser que j'aurais émis des objections diverses (d'importance variable) : par exemple sur le fait de placer Zohar et Kabbale (le premier étant un ouvrage ésotérique judaïque qui relève de la tradition kabbalistique) au niveau de l'Islam, ou sur le qualificatif de "dieu" appliqué à Promothée (c'est un Titan, la nuance est importante), ou encore que Gaïa ne soit pas une déesse comme une autre (en tout cas, c'est un personnage divin du même niveau qu'Ouranos, et si l'on excepte son rôle spécial lors de l'ordonnancement du Cosmos, elle a des réactions anthropomorphiques parfaitement similaires à celles des autres dieux grecs). Encore une fois, cela ne remet pas en cause la présentation d'ensemble, mais il est bon d'avoir une vue claire des mythologies auxquelles on peut comparer celle qu'a inventée Tolkien.

Hors ligne

#75 19-02-2024 13:31

Yyr
Lieu : Reims
Inscription : 2001
Messages : 2 870
Site Web

Re : Monothéisme et théogonie (synthèse)

Entièrement d'accord Elendil.

Hors ligne

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB 1.5.10