LES DITS DE LA SAIGNE

Par Didier Willis, alias Hiswelókë

Livret PDF : Télécharger

Mot de l’auteur :

La Saigne m’est venue très vite. Très fort. D’une manière presque effrayante tant l’inspiration était vive… Et elle a pris place, rivière qui baigne tous les univers et au bord de laquelle la « réalité » n’est qu’un vain mot. C’est la quête féerique d’un triton amoureux, mais c’est peut-être aussi un peu la vôtre, pour un bout de chemin.

Notre avis :

(Laurent) Venez donc suivre Dongann le Bouffon et Triton l’amphibien amoureux fou de sa belle fée-libellule à travers leurs aventures et pérégrinations cocasses, touchantes ou terribles le long de la Saigne. Si cette dernière s’assèche peu à peu et que la faërie perd sans cesse davantage de sa place dans le quotidien des hommes, elle n’est pas encore tout à fait morte ! Did… pardon, Dongann ;-), signe ici une nouvelle au style savoureux, et même souvent carrément jubilatoire, à la fois drôle et poétique, où entre clins d’œils facétieux et sourires en coins… drakonnesques ;-), vous découvrirez une vision de la faërie pour le moins originale mais non dénuée d’attraits, loin de là ! Et des phrases qui ont laissé de longues minutes rêveur le voyageur épris des mystères des terres faëriques que je suis… N’hésitez pas, écoutez les Dits de la Saigne : une vraie petite merveille vous dis-je !

(Stéphanie) Entre noues fangeuses et vallées verdoyantes serpente la Saigne… Combien aisé est-il de s’y perdre, combien facile est la mort ! Pour y voyager sans crainte, il faudrait être encore plus fou que Dongann le Fol, car même lui qui erre entre les rouches enfaytées ne le fait pas sans son bâton gravé d’ogham, ni sans peur au ventre… Mais il sait le dire, usurpant le droit d’auteur de Didier, et alors, quelle joie de le suivre, protégés, croyons-nous, par le support papier ou écran sur lequel se placent les caractères… Croyons nous… Car la Saigne s’immisce où elle le peut, et alors…

(Sylvie) Quel plaisir que ces Dits-là ! Truculents, poétiques, surprenants et en même temps étrangement familiers, ils puisent aux sources celtiques suffisamment de magie pour nous entraîner, entre marais bourbeux et cité aux mille tours, du ruisseau enchanteur aux égouts puants, dans la quête d’un amour impossible entre un triton vulgaire et une libellule féerique… Et, comme dans les contes, qui sait ce qu’il adviendra de nos aquatiques amants et de leur Guide en Faërie…

Avec un style et une puissance d’évocation qui font immanquablement penser à Bourgeon et ses “Compagnons du Crépuscule”, Didier nous offre quelques pages de faërie à savourer absolument.

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser les balises et attributs HTML suivants : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Effacez le formulaireSoumettre

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.