Cette page vous présente l’ensemble des textes, articles et autres essais disponibles sur JRRVF.

Le classement qui vous est proposé est basé sur les titres des différents ouvrages de J.R.R.T. ou un classement « libre » dit de « Portée générale ».

L’Œuvre de Tolkien est si vaste que construire des index, établir des schémas et des notes synthétiques ou rédiger des articles, rend de grands services à ceux qui considèrent Tolkien comme l’un de leurs sujets d’études favori.

Qu’ils soient consacrés à un roman particulier de Tolkien ou qu’ils dissertent de l’œuvre dans son ensemble, ces articles apportent un éclairage souvent original, toujours précis sur bien des sujets différents.

ARTICLES & ESSAIS CLASSES
  • Le Silmarillion : Le Silmarillion peut être à bien des égards étudié et disséqué. De part son incroyable richesse, il peut paraître difficile quelquefois d’appréhender toutes ses composantes. Les deux articles suivants travaillent à en percer quelques secrets.
  • Le Hobbit : Qualifié de « Conte pour enfants », Le Hobbit n’en est pas moins d’un intérêt indéniable. Les articles suivants le prouvent.
  • Le Seigneur des Anneaux
  • Articles de portée générale : Pour comprendre un problème dans son ensemble, il faut souvent mettre en rapport des éléments disséminés dans l’ensemble de l’œuvre, de la correspondance, de la biographie de Tolkien. Ce sont ces articles, que j’ai appelé de « portée générale » que vous pourrez lire ci-dessous.
  • Les Sources Mythologiques : En tant qu’universitaire, Tolkien a lu et apprécié certains textes anciens. Peut-être les découvrirez-vous ici et partagerez le même engouement que lui.
  • Les Comptes Rendus
  • Corrigenda
  • Fictions

Le Silmarillion peut être à bien des égards étudié et disséqué. De part son incroyable richesse, il peut paraître difficile quelquefois d’appréhender toutes ses composantes. Les deux articles suivants travaillent à en percer quelques secrets.

Qualifié de « Conte pour enfants », Bilbo le Hobbit n’en est pas moins d’un intérêt indéniable. Les articles suivants le prouvent

  • Que dire du Seigneur des Anneaux sinon qu’il est un monument de la littérature contemporaine. Les sujets qu’il évoque sont aussi nombreux que passionnants, David Ledanois a choisi d’en anaylser un en profondeur, celui de la Guerre…
  • Qui n’a jamais imaginé parcourir les paysages de la Comté ? Que recèlent les différents noms des rivières et, plus particulièrement, connaissons-nous les différents chemins du Maresque. Jean-Rodolphe Turlin (alias Isengar) nous donne sa réponse à ces questions.

  • Quels sont les véritables thèmes centraux du Seigneur des Anneaux ? Le Pouvoir, la Mort, le Destin ?
  • Après « La Guerre dans The Lord of the Rings » (cf. ci-dessus), c’est Laurent Alibert qui fait profiter JRRVF d’un nouveau travail universitaire (ce mémoire a été soutenu à Paris X Nanterre, sous la direction du professeur A. Strubel) à travers un mémoire dont le sujet est :
  • Varda est l’un des personnages essentiels de l’oeuvre de J.R.R.T. Tolkien s’est-il inspiré d’une autre oeuvre ? Rose Thomas s’est penché sur la question.
  • Intéressons-nous aux Orques. Chez Tolkien, mais aussi dans la Fantasy en général, que ce soit via les textes, les illustrations ou les jeux. Allan TRAMONTANA nous propose un essai très fouillé intitulé :

John Ronald Reuel Tolkien, tout au long de sa vie, nous a imaginé, écrit et livré l’une des plus fabuleuses œuvres d’imagination qui ait jamais vu le jour. L’œuvre de Tolkien n’est pas seulement un travail d’imagination mais également une saga complète avec ses héros, ses exploits et ses légendes. C’est toute une mythologie que Tolkien a inventé et rénové.

Nous allons essayer ici de décrire les motivations et les textes qui ont pu amener Tolkien à entreprendre le travail d’une vie.

La première de ces raisons vient de sa tristesse de voir qu’aucun ancien récit de son pays n’avait survécu après les invasions, émigrations et autres brassages de population dans les temps modernes. L’histoire avait fait son œuvre, il ne restait que très peu de ces récits qui parlent des jours d’antant. Face à ce constat, Tolkien avait cette réflexion (J.R.R. Tolkien – Une Biographie, par Humphrey Carpenter, éditions Pocket, p. 108) :

« J’eus l’idée de construire un corps de légendes plus ou moins reliées, allant des vastes cosmologies jusqu’aux contes de fées romantiques et que je pourrais dédier simplement : à l’Angleterre, à mon pays. Cela devait pouvoir posséder le ton et la qualité que je voulais, une sorte de fraîcheur et de clarté, respirer ‘notre air’, cette insaisissable et pure beauté que certains nomment celte. Quelque chose de ‘haut’ . Je développerais certains récits parmi les plus importants, et pour beaucoup je ne ferais que les esquisser, leur donner leur place dans l’ensemble. Leurs cycles seraient reliés à un ensemble plein de majesté tout en laissant place à d’autres esprits, d’autres talents, qui viendraient apporter la couleur, la musique et le drame. »

Indubitablement, Tolkien voulait écrire ces légendes qui n’existaient plus, réintroduire une tradition d’une Angleterre appauvrie… Pour arriver à cela, ses propres lectures et son métier l’ont conduit à s’inspirer de quelques-uns des récits mythologiques qui l’ont le plus marqué. Il en dira  (Ibid, p. 76):

« Ces récits mythologiques sont pleins de cette culture primitive et souterraine que, dans l’ensemble, la littérature européenne n’a cessé de réduire et d’éliminer depuis des siècles, plus ou moins complètement selon les peuples concernés. » … « j’aimerai qu’il nous en reste plus – de ce qui était de cet ordre et qui appartenait aux anglais. »

Les récits mythologiques dont Tolkien parle, ce sont principalement ceux qui décrivent ces anciens peuples que l’on dénomme « scandinaves ». Ce sont ces textes qui vous seront présentés ici même.

D’autres raisons ont poussé Tolkien. C.S. Lewis, l’un de ses amis, nous livre l’une d’entre elles : « Tollers, il y a trop peu de ce que nous aimons vraiment dans les légendes. Je crains que nous ne soyons obligés d’en écrire nous-mêmes ». Ils convinrent alors que Lewis essaierait « les voyages dans l’espace » et Tolkien « les voyages dans le temps » (Ibid, p. 191). Tolkien y arrivera avec le succès que l’on sait.

Enfin, on peut également dire que Tolkien a été motivé par le désir, le besoin de trouver un cadre à ses langages imaginaires. Personne n’ignore que Tolkien fut professeur de philologie à Oxford. Tout au long de sa vie, et dès son enfance, cette discipline le fascina et inventa nombre de langues issues de son esprit fertile. Pour lui, la poésie d’une langue n’est pas dans les vers mais dans les mots eux-mêmes. La grammaire, la syntaxe, la sonorité d’une langue sont pour lui une vraie Musique.

Ces pages ne se veulent pas (dans un premier temps) une mise en rapport des textes que nous aborderons avec ceux de Tolkien. Dresser des comparaisons peut être dangereux et peut aboutir à faire dire à Tolkien ce qu’il n’a jamais voulu. Par exemple, comme il le disait, comparer l’Anneau des Nibelungen et celui qu’il décrit dans le Seigneur des Anneaux n’a pas de justification. Tout au plus, « les deux anneaux sont ronds, la ressemblance s’arrête là. »4 En effet, si quelques textes l’ont manifestement influencé, il n’en reste pas moins que son monde est complètement original et innovant.

Ce que je voulais surtout vous montrer, ce sont ces formidables mythologies qui ont tant plu à Tolkien, en pensant que vous pourriez vous aussi aimer ces textes. Je vous laisse faire les rapprochements avec le Légendaire de Tolkien, je présenterai simplement les textes dans leur environnement historique.

Un certain nombre d’« imperfections » existent dans les œuvres publiées de Tolkien. Voici le relevé de certaines d’entre elles.

Tolkien a laissé certains textes inachevés ? Tentons de leur apporter nous-mêmes une fin à travers des textes de pure fiction mais qui prennent place dans le monde de Tolkien..

  • Les Fragments d’Histoire
  • Le Seigneur des Anneaux, Quête ou Anti-Quête ?

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser les balises et attributs HTML suivants : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Effacez le formulaireSoumettre