La Cave Lu par Tolkien Glǽmscribe Mathoms Nouveautés
Quenya Sindarin Telerin Qenya Noldorin
Adûnaïque Westron Khuzdul Noir parler Valarin
Vieil anglais – Tolkien Vieil anglais Moyen anglais
Gotique Vieux norrois Finnois Gallois Latin
Oilima Markirya I
Français
Qenya
Sarati

Î!ÀÓ€Ü?Ò¹èÀÓ"Ò!ÀÓÀè»Ó?"!˜è?ÒÀè?òÞ!¦èÈÖaè!ÀÓ€ÜFÒ¹?Ó¹Ò!»?ÓÀÒZÒ!˜èÀÒ!»FÓ#Ò!%Ü?Ó#Ò
Î!ÀÓÀè?òÒP?Ó#?Þ#Þ!FèÈòè?óÒ#!»FÓ#Ò!Í!ÀÓÀèFòÒP?Ó\"è?òÜ!FÜÀòèv?\!ÀÓÈÖaè
Î!ÀÓ€Ü"Ò!ÀÜFÖPè?ÓŸÒ!ÀÓFÜÀòè˜ÀÒ!ÀÓ?Ò€ÜÈÜ!Í!ÀÓ€Ü?Ò¦è?Fè¹Ó"!FÜÀòèv¹Ó?!FÞŸòÞ
Î!FÓÀ&?Þ!#Ü»ÓÀ!ª?ó"Ü!ÀÓPè?Þ"è!Í!FÓ?_ÈÖ!FÒPòÜ!ªÈÖ!PÒ?òÜ€ÞP!Í!FÓ"PèÀòÞ!ÀFÖ!ªŸZÓŸ!ÈÒ!aÜ»Ó#
ÀÓŸè»ÓP?Ò»ÓÈÜ!ÀÓ¦è?Ò»ÓÈÖ!Í!"è»ÓÀÈèÀÒ!ÈèÀòÒ!ÀÓŸèËòÒ!%è?Ó#Ò!FÒÈòÞ!"è»ÓaÀèFÓ#!Í!»FÓ#Ò!ÀÓŸè»Ó€ÜÈÜp»Ó?!Fè»Ó#
Î!ÀÓ»ÓF#?ÓÈÖ!¦èÀÒ?Ò»ÓÈÖ!"è»ÓP?Ò»ÓÈÜ!ÀÓ»Ó\Þ!?ÈÖ!Í!ÀÓ»ÓP?Ò»ÓÈÜ!ÀÓ¦èFÒ#?ÓÈÖ!Í!"è»ÓP?Ò»ÓÈÜ!ÀÓ»Ó\Þ!?ÈÖ
Kildo kirya ninqe
pinilya wilwarindon
veasse lúnelinqe
talainen tinwelindon.

Vean falastanéro
lótefalmarínen,
kirya kalliére
kulukalmalínen.

Súru laustanéro
taurelasselindon;
ondolin ninqanéron
Silmeráno tindon.

Kaivo i sapsanta
Rána númetar,
mandulómi anta
móri Ambalar;
telumen tollanta
naiko lunganar.

Kaire laiqa’ondoisen
kirya; karnevaite
úri kilde hísen
níe nienaite,
ailissen oilimaisen
ala fuin oilimaite,
alkarissen oilimain;
ala fuin oilimaite
ailinisse alkarain.
On vit un vaisseau blanc
petit comme un papillon
sur les courants bleus de la mer
aux ailes comme des étoiles.

La mer grondait de rouleaux,
de vagues couronnées de fleurs.
Le navire brillait
de lumières d’or.

Le vent se précipitait bruyamment
comme les feuilles des forêts,
les rochers, blancs,
luisaient sous la lune argentée.

Tel un cadavre rejoignant sa tombe,
la Lune descendit à l’ouest ;
l’Est fit surgir
des ombres noires de l’Enfer.
La voûte du Ciel s’affaissa
sur le sommet des collines.

Le vaisseau blanc gisait sur les rochers;
dans les cieux rouges,
le Soleil, l’œil humide,
laissait échapper des larmes de brume,
sur les dernières plages
après la dernière nuit
dans les derniers rayons de lumière –
après la dernière nuit
sur le rivage scintillant.

Commentaire
En 1931, J. R. R. Tolkien tint une conférence où il évoqua l’invention de ses langues, revendiquant ce loisir apparemment curieux comme une forme d’art particulière. Le texte, très important pour saisir ce que représentaient pour lui ses langues imaginaires, en a été publié dans le recueil The Monsters and the Critics sous le titre A Secret Vice. Tolkien y produisit en exemple trois poèmes en qenya et un en noldorin; Oilima Markirya « La dernière arche » est un des ces poèmes. Tolkien devait tenir à ce poème car il y revint de façon répétée ; il existe donc en plusieurs versions fort divergentes (dont le développement a été étudié dans Parma Eldalamberon n° 16), quoique le fond reste à peu près le même. Comprise dans le texte est celle que nous avons appelée Oilima Markirya II ; elle est annotée et complétée à la fin par des variantes. Celle que nous présentons ici est dite en note être la première version du poème, de sorte que nous l’avons appelée Oilima Markirya I. Nous la reproduisons ici avec l’interprétation de Tolkien, dans la traduction de Christine Laferrière.

Le texte est transcrit en sarati ou « lettres de Rúmil », écrits verticalement de haut en bas et de gauche à droite. Les signes suivent le système de valeurs créé par Tolkien pour le quenya. Nous nous sommes servis de la police Sarati Eldamar de Måns Björkman.

Références
Tolkien, John Ronald Reuel. The Monsters and the Critics and Other Essays. Edited by Christopher Tolkien. London: HarperCollins, 2006. 256 p. ISBN 0-261-10263-X.
Tolkien, John Ronald Reuel. Les Monstres et les critiques et autres essais. Édition de Christopher Tolkien. Traduction de Christine Laferrière. Paris : Christian Bourgois, 2006. 294 p. ISBN 2-267-01820-9.
Parma Eldalamberon: The Book of Elven-tongues. Edited by Christopher Gilson. Cupertino (California): 1971-  . 🌍 Eldalamberon.

Les œuvres de John Ronald Reuel et Christopher Tolkien sont soumises au droit de leurs auteurs ou de leur ayants droit, dont leurs éditeurs et le Tolkien Estate.
Les citations des autres auteurs, éditeurs et traducteurs mentionnés en bibliographie sont soumises au droit de leurs auteurs respectifs ou de leurs ayants droit, hormis les cas où ces droits ont expiré.
Dernière mise à jour du site : 25 mars 2017. Nous contacter :